Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

j.nasrawin

  • U M P - Grandes écoles

    sera mis demain car portable "guéri" mais non récupéré

    merci pour votre patience !

  • NASRAWIN J.: ambition et succès

    Julien NASRAWIN est un de ces jeunes militants de l'UMP sur qui on peut compter pour l'avenir de la France, certes, mais tout autant pour l'avenir du monde. Ce qui est important. Compétent et brillant, convivial et simple, sachant où il va et à l'écoute, il m'a donnée toute latitude pour reproduire ici un article dont il est l'auteur et qui est paru en février 2008 dans le N° 3 p.8 de "La Boétie", revue des Jeunes Populaires, Benjamin LANCAR étant le Coordinateur de l'UMP Grandes Ecoles. 1685313795.jpg

    Le titre de l'article de Julien "L'AMBITION, CLE DE SUCCES POUR UNE NATION" annonce clairement les propos qui suivent.

    "Pays de tradition social colbertiste, la France s'est toujours distinguée par sa volonté d'égalitarisme social. Au XIX ème, Alexis de Tocqueville (dans De la Démocratie en Amérique) mettait en avant le dilemme qui caractérise la société démocratique française: la volonté d'égalité prend le pas sur la liberté. Aujourd'hui, la France souffre d'une image paradoxale: d'un côté, ce grand pays est la cinquième puissance économique mondiale, leader dans de nombreux domaines industriels, formant les plus grands penseurs et intellectuels du monde. De l'autre, la France est perçue comme un pays où la recherche absolue d'égalitarisme conduit à "couper toutes les têtes qui dépassent".

    Cette vision peut à première vue sembler légitime, dans la mesure où elle recherche le bien être collectif. Néanmoins, le retour de bâton peut être difficile et dangereux dans la mesure où l'ambition, moteur de la réussite pour chacun et pour toute la nation devient critiquable pour ne pas dire condamnable. Ainsi, la France a tendance à fortement dévaloriser certaines réussites. Jean Marie Messier disait: "En France, vous voyez une Ferrari et vous insultez le conducteur, aux Etats-Unis vous voyez une Ferrari et vous vous dites qu'un jour vous aurez la même." Il ne faut pas oublier que l'ambition individuelle sert l'intérêt collectif. Ainsi le grand économiste Adam Smith, soulignait au XVIIIème siècle combien la recherche de l'intérêt individuel contribue au final, comme par une "main invisible" à l'intérêt général. Montesquieu (L'Esprit des Lois) résume parfaitement ette pensée: "Il se trouve que chacun va au bien commun, croyant aller à ses intérêts particuliers". Par exemple, c'est l'ambition individuelle de Bill Gates qui a permis de créer Microsoft et dès lors, faciliter la vie de chacun en révolutionnant le monde de l'informatique.

    Il est tout à fair louable que la France recherche l'égalitarisme à tout prix. Cependant, cela ne doit pas se faire au détriment de la réussite de certains dindividus. Cette politique pousse à adopter des mesures contre-productives comme par exemple l'Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) qui fait perdre plus d'argent qu'il n'en fait gagner à l'Etat (si on prend en compte la fuite des grandes fortunes hors de France). De même la France, (peut-être du fait d'une longue tradition catholique), voit d'un très mauvais oeil le rapport à l'argent. Notre Président Nicolas Sarkozy en fait ainsi les frais: vacances en Egypte et en Jordanie ou encore sur un yacht et bien sûr "sa Rolex". Ce rythme de vie très "jet set" fait descendre sa côte de popularité; on l'accuse ainsi d'être un président "bling bling". Or c'est peut-être une chance unique qui est aujourd'hui offerte à la France. En effet avoir un président qui affiche clairement son amour du luxe et de l'argent  peut-il aider à faire changer les mentalités ? Difficile de répondre, mais une chose est sûre, l'attitude de notre président poussera la France a se poser des questions sur elle-même.

    Un dernier point majeur mérite d'être souligné: favoriser l'ambition et la réussite permettra sans le moindre doute aux classes les plus défavorisées de réussir professionnellement. En effet, si aujourd'hui la société valorise fortement le succès, elle fera bien plus que permettre à chacune et à chacun de s'épanouir en lui donnant les moyens de ses ambitions, elle permettra avant tout de rêver, de rêver de réussite professionnelle et c'est en rêvant  qu'on se fixe un objectif et qu'on se donne le moyens de le concrétiser.

    Aujourd'hui la France a une des mobilités intergénérationnelles les plus faibles de l'OCDE, peut-être par ce qu'on empêche les jeunes, notamment issus de milieux défavorisés de croire en leur avenir. Face à notre monde en pleine mutation et où la compétition économique, industrielle et scolaire sont de plus en plus intenses, la France doit cesser de faire de l'ambition un crime."  

    A vous les jeune, toujours avides de savoir, je pense que cet article va vous parler. Même aux moins de 10 ans. Et apporter le courage qui pourrait faire défaut à certains, même si vous ne pensez jamais accéder aux grandes écoles. Car tous les types de compétences sont nécessaires. On en reparlera je pense.

    Lisez bien ce texte de Julien NASRAWIN et réfléchissez. Discutez-en ensemble. C'est important.

    Et aussi allez sur le site www.UMPGrandesecoles

    Si vous souhaitez d'autres informations ou être abonné à La Boétie manifestez-vous au:  ump_grandesecoles@yahoo.fr

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr