Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

j-p rosenczveig

  • Jean-Pierre Rosenczveig parle aux jeunes

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus

    importants avec les jours où les trouver. Merci.   Le 9 décembre 2008 : 125 visites avec 340 pages consultées

    Comme ces jours-ci on nous reparle des enfants de 2 ans à prendre en charge, des 12 ans éventuellemnt destinés à la bobigny11octobre08 003.jpgprison, je pense bon d'évoquer l'information de base proposée par Jean-Pierre Rosenczveig bobigny11octobre08 019.jpget son équipe aux moins de 18 ans. Le président du Tribunal pour Enfants de Bobigny est, à ma connaissance, le seul magistrat en France qui avec son groupe a pris la peine de réaliser un Jeu qui vaut le coup d'être acquis - pourquoi pas en cadeau ? - à propos de La Loi. Le seul encore à proposer des procès reconstitués. Informations intéressantes qui peuvent se révéler dissuasives pour certains et, pour les non délinquants, montrer le vraie visage de la Justice afin de ne pas faire d'erreur maintenant ou plus tard, une fois adulte. On nous soule normalement d'émissions sur le corps, la santé, le psychisme, etc, etc .... Quasiment jamais rien en information sur la justice alors que nul n'est sensé ignoer la loi. Grave lacune, je pense. Personnellement, je connais des personnes qui, si elles avaient été plus familières des modes de conduite de la justice et de certains magitrats, y auraient regardé à 2 fois avant de faire confiance. Car outre des règles strictes de fonctionnement très mal connues voir ignorées, il ne faut pas oublier que la justice est une affaire d'humains, avec leurs erreur, leurs défaillances, leurs interprétation...

    Les jeunes découvrez l'APCEJ, L'Association pour la Promotion de la Citoyenneté des Enfants et des Jeunes.  Je n'en suis pas membre. Mais je le suis de l'association DEI France, Défense des Enfants International, section France. 

    "Qui sommes nous

    Une petite association créée en juin 1995 par Jean-Pierre Rosenczveig (Président du tribunal pour enfants de Bobigny - Président de DEI France) et Bernard Bobillot (Éducateur à la PJJ de Serine Saint Denis).
    Elle regroupe des professionnels du droit et de l'action sociale qui y voient un instrument pour compléter leur engagement au service d'une meilleure appréhension des institutions de la République par les jeunes et les moins jeunes.
    En pratique l'APCEJ est née de la volonté de créer une structure chargée de mettre en place des programmes d'accès au droit, notamment pour les moins de 18 ans.
    Il ne s'agit pas d'apprendre le droit mais de le partager entre adultes et plus jeunes.
    L'Association pour la Promotion de la Citoyenneté des Enfants et des Jeunes estime qu'informer les jeunes sur leurs droits et devoirs, mais aussi sur l'organisation des institutions qui les entourent, est une démarche indispensable auprès des jeunes citoyens.
    Elle a donc orienté son activité vers l'accès au droit des jeunes citoyens en développant deux axes :
    - La formation des jeunes à la citoyenneté visant à développer chez eux un meilleur rapport à la Loi ainsi qu'aux institutions.
    - La promotion des droits des enfants dans la société, tant auprès de ceux-ci que des parents, des professionnels et des institutions.

    Nous nous targuons d'avoir inventé des produits originaux comme le Jeu Place de la loi, les Rallyes de la Citoyenneté ou les procès reconstitués qu'on nous copie un peu partout.

    N'hésitez pas à nous rejoindre
    Jean-Pierre Rosenczveig
    http://www.rosenczveig.com


    L'APCEJ c'est :
    Une équipe de sympathisants:
    Des juristes - Des assesseurs - Des professionnels de l'enfance - Des enseignants......
    Un Conseil d'Administration pluraliste.
    Un budget-action,
    Une dimension financière.
    - Moduler les prestations pour avoir une capacité d'intervention auprès de ceux qui ont moins de ressources.
    - Par souci de ne pas succomber à la demande de consommation, pour ne pas dépendre des subventions, nous voulons impliquer, nos interlocuteurs y compris financièrement.
    Un savoir-faire
    Une disponibilité

    UN CONSEIL D ADMINISTRATION au 25 avril 2007
    Président
     : Jean-Pierre Rosenczveig, magistrat 
    Vice Présidente : Cécile Boccaccio, avocate
    Vice Présidente : Marie Françoise Trawalé Beauté, avocate
    Vice Président : Gérard Elinas assesseur tribunal pour enfants
    Trésorier : Bernard Bobilllot, chef de service PJJ
    Secrétaire général : Gérard Oliet, cadre territorial
    Secrétaire adjointe : Béatrice Hamaissi, intervenante APCEJ
    Administrateur : Dominique Courcelle, juriste
    Administrateur : Muriel Bertola, avocate
    Administrateur : Jean-Claude Jeannin, éducateur
    Administrateur : Chantal Goldenstein, cadre hospitalier

    UNE EQUIPE
    Jean-Pierre Rosenzveig Magistrat- Président du tribunal pour enfants de Bobigny
    Bernard Bobillot Conseiller technique pédagogique DDPJJ
    Jean-Claude Tchycaya Praticien- Chercheur haute études en pratiques sociales
    Gérard Elinas Assesseur au tribunal pour enfants de Bobigny
    Bernard Defrance Professeur de philosophie
    Pierre Verdier Avocat - Docteur en droit
    Cécile Boccacio Avocate au Barreau de Paris
    Dominique Courcelle Avocate
    M-Francoise Trawalé-Beauté Avocate au barreau de Bobigny
    Murielle Bertola Avocate au barreau de Bobigny

    Christian Romeu Commandant de police
    Myriam Sédini chargée de mission
    Béatrice Hamaissi Animatrice de projet
    Laurence Martin Coordinatrice de formation


    Nos coordonnées

    Espace "Droits des enfants - Droit des jeunes"
    41 rue de la république
    93200 SAINT-DENIS
    Tel 01 48 30 81 98 - FAX 01 49 33 00 29
    Contact@apcej.com

     

    Espace " Droits des enfants-Droit des jeunes" 41 rue de la République 93200 SAINT-DENIS Tel 01.48.30.81.98 - Fax 01.49.33.00.29 - contact@apcej.com
    Association agréée "jeunesse et d’éducation populaire" (arrêté n° 07-1894 du 8 juin 2007) sous le n° 93JEP07.086"

     

    Si vous le souhaitez, voici le lien pour vous permettre de connaître les réactions de Jean-Pierre Rosenczveig, dont l'expérience est incontestable, par rapport aux modifications de la justice vis-à-vis des mineurs.  Il s'agit d'une vidéo lors du soir 3 présentée par Carole Gaessler: 

    o                                                        www.wikio.fr/france/ile-de-france/seine-saint-denis/bobigny

    o                                                        · Page en cache

     

    S'informer c'est disposer d'un pouvoir qui permet de faire face en cas de besoin un jour, pour son entourage si ce n'est pas pour soi. Pour vivre tranquille, connaître bien la Loi est un bon plan !

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photos archives personnelles: Jean-Pierre Rosenczveig  au Colloque National du Fil d’Ariane le samedi 11 octobre 2008 à Bobigny : à gauche toujours au travail par téléphone lors d'une pause, à droite en position de président du colloque à l'écoute de l'intervention de mme Bellée Van Thong du Val d'Oise)

  • Association d'Enfants

    Petite pause entre 2 tempêtes du côté de la flamme des Jeux Olympiques (JO). Pause ou provoc ? A vous de voir, chers lecteurs.

    Suite au respect bien réel des jeunes par Janus KORZACK - attitude dûment qualifiée par un accompagnement jusqu'au bout de ceux qu'il avait pris en charge - voilà un extrait passé aux oubliettes de ce qui a été signé en 1989 le 20 novembre par la C.I.D.E. (=Convention des Etats Unis sur les Droits de l'Enfant), texte publié le 12 octobre 1990 au Journal Officiel de la République Française.

    Il s'agit de l'alinéa 1 de l'article 15 qui déclare: "Les Etats parties reconnaissent les droits de l'enfant à la liberté d'association et à la liberté de réunion pacifique."

    A qui dois-je de connaître cet article ? A un Président de Tribunal connu comme le loup blanc, un homme d'abord, un chef de famille, un magistrat ensuite dont je respecte le parcours, les compétences, les initiatives et un humanisme certain.

    Il s'agit de Jean-Pierre ROSENCZVEIG, homme de justice respectable, également Président de DEI-France et de l'APCEJ. DEI = Défense des Enfants International. APCEJ = Association pour la Promotion de la Citoyenneté des Enfants et des Jeunes.

    DEI-France est la branche française de Défense Internationale des Enfants créée en 1998; "DEI-France a le souci d'exercer un droit de vigilance sur la manière dont la CIDE est respectée en France et par la France"; l'APCEJ, elle, a vocation à élaborer des documents et des dispositirfs visant à amener jeunes et moins jeunes à réfléchir sur une citoyenneté active." 

    Un document rédigé à Pantin le 20 novembre 2004 et signé Jean-Pierre ROSENCZVEIG introduit  un livre de 150 pages à la consultation aisée dont le titre évocateur est: "La Convention des Nations Unies sur les Droits de l'Enfant du 20 novembre 1989 en 89 questions...15 ans après."

    Un choix de quelques sites à disposition pour aborder au rivage des droits de l'enfant:

    * www.droitsenfants.com

    * www.jean-pierre@rosenczveig.com

    * www.globenet.org/enfant tél.O6 85 84 94 54  (DEI-France)

    * www.apcej.com    tél. 01 48 30 81 98 (APCEJ) 

    Voici enfin le texte imprimé en page 24 du livre signalé plus heut et qui fait le point 15 ans après.

    "DES ENFANTS POURRAIENT CREER UNE ASSOCIATION  ?

    "Les Etats parties reconnaissent les droits de l'enfant à la liberté d'association et à la liberté de réunions pacifiques". Art.15  al.1 

    Les enfants ont donc le droit d'adhérer à une association, mais encore de gérer et de créer des associations. Cette liberté s'entend également - et cette dimension est essentielle pour certains pays - comme du droit de refuser d'adhérer à des associations. Cet article 15 se comprend à la lumière de l'article 12 (cf. questions 10 et 11): il concerne des enfants doués du discernement. Seule la loi peut définir les limites en matière de liberté d'association. Une simple circulaire gouvernementale ne saurait suffire, pas plus que l'objection des parents ou une décision judiciaire.

    Sa responsabilité civile ou pénale, s'il viole les règles du respect dû à autrui ou à l'ordre public, sera engagée selon les modalités prévues pour un enfant. Sa responsabilité civile pose plus de difficultés car les parents pourront voir leur propre responsabilité engagée en cascade, même s'ils n'ont pas commis de faute personnelle dans l'éducation ou la surveillance de leur enfant, du simple fait qu'il est leur enfant. Ils ont désormais intérêt à avoir une bonne assurance de chef de famille ! Mais comment envisager qu'ils soient tenus pour responsables si on les prive du droit de s'opposer à l'attitude de leur enfant ?

    Les enfants portent un regard neuf sur la société et, souvent, ils en conçoivent un grand désir d'agir qui doit trouver à se concrétiser et à se matérialiser à travers des expériences socialisantes et constructions durables.

    Par-delà les associations déclarées, notre société reconnaît aussi les associations de fait.

    Une association d'enfants ne doit pas être abandonnée des adultes; au contraire, ceux ci devraient soutenir, encourager et accompagner de tels groupements en leur permattant de trouver des moyens de durer, de communiquer et d'agir. Le centenaire de la loi de 1901 a été une occasion ratée !"

    Ce commentaire ne m'emballe pas pour plusieurs raisons: l'habitude de regarder toujours les enfants comme des "imbéciles"(= "faibles" au sens de base) ayant systématiquement besoin d'être escortés... cela tient sans doute au fait que les chargés de veille sur ces textes et articles passent l'essentiel de leur vie "branchés" sur des jeunes auteurs d'actes répréhensibles; il y a aussi l'amertume ou le chagrin sous-jacent si les parents étaient privés "du droit de s'opposer à l'attitude de leur enfant" - comme si systématiquement des parents avaient raison même quand ils ont tort. Etc...

    Ce côté paternaliste me hérisse le poil.. depuis que j'existe. Mode de comportement que je n'ai jamais eu à subir personnellement au plan familial, ce qui fait que je n'ai aucun compte à régler.

    Je sais que le Président du Tribunal de Bobigny pense démagogique d'autoriser les moins de 18 ans à croire qu'il leur est possible de faire le choix dune décision.

    On peut n'être pas d'accord ! Comme dit en introduction de ce blog: la valeur n'attend pas le nombre des années !

    ndlr: l'Article 12 auquel il est fait référence est consacré aux garanties de l'"enfant qui est capable de discernement", le discernementr étant bien entendu à définir lui aussi.

    Voilà les jeunes ! Vous savez maintenant que vous disposez de la possibilité de former entre vous des associations ! A vous !

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr