Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

hygiène

  • Consignes d’hygiène données aux canadiens.

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

      

    En raison de la grippe A(H1N1) nos voisins du Canada ont reçu de leur ministère de la santé les mesures ci-après qui TopicPhotoWashHandSoap_Big.jpgressemblent comme deux gouttes d’eau – heureusement ! - aux nôtres.

     

    « Protégez-vous et vos proches

    Toutes les souches du virus de l’influenza peuvent être dangereuses. Cependant, de bonnes pratiques hygiéniques appliquées quotidiennement vous permettront de vous protéger si le virus se propage rapidement au Canada.

    • Lavez-vous soigneusement et fréquemment les mains au savon et à l’eau chaude ou utilisez un gel antiseptique pour les mains
    • Toussez ou éternuez, dans votre le bras plutôt que dans la main
    • Nettoyez et désinfectez les surfaces et les articles que vous partagez avec d’autres personnes
    • Restez à la maison si vous êtes malade, sauf pour recevoir des soins médicaux

    Prévenir le virus H1N1 (grippe porcine chez l'être humain) en se lavant souvent les mains.

    Il est facile d’apprendre la bonne technique de lavage des mains et elle peut considérablement réduire la transmission de maladies infectieuses chez les enfants et les adultes.

    Couvrez votre toux et votre éternuement

    Toussez et éternuez dans votre coude ou votre manche ou utilisez un papier-mouchoir. Après vous être essuyé le nez ou vous être mouché avec un papier-mouchoir, jetez-le et lavez-vous les mains. Gardez vos doigts loin de vos yeux, de votre nez et de votre bouche.

    fouleGrip30.4.09 025.jpgRestez à la maison et évitez les foules quand vous êtes malade

    Si vous êtes malade, n’allez pas travailler et évitez les foules car vous pouvez transmettre facilement la grippe à d’autres personnes. Vous ne devriez aussi rendre visite à des personnes malades que si c’est nécessaire.

    Nettoyez les surfaces communes

    Gardez les articles personnels à part si un membre de la maison est malade. Utilisez un désinfectant pour nettoyer les surfaces autour de la personne qui est malade. Ne partagez pas des articles personnels ni des breuvages. »

    Même virus, mêmes mesures, même combat.

    contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration : lavage des mains; foule à éviter - métro parisien)

  • Grippe : rectification

     Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

      

    Oui rectification. 

    Pas sur le nombre de cas et la diffusion qui vont leur petit bonhomme de chemin. Au rythme usuel d’une épidémie, laquelle finit toujours pas s’arrêter avec plus ou moins de dégâts humains, selon la gravité et les époques.  

    La rectification porte sur ce que j’ai écrit le jeudi 14 mai à propos de notre rôle.

     

    Car nous ne sommes pas de simples exécutants face au virus A(H1N1).   

    Nous avons notre part de prise en charge personnelle face à lui.

     

    Au contraire du nuage de Tchernobyl où nous étions passifs et non informés vis-à-vis d’une radioactivité en plus cachée, ici nous pouvons être actifs à notre niveau.

     

    Le nuage venu de l’Est ne s’était pas contenté de passer au-dessus des têtes. Il n’avait pas oublié de laisser sa carte de visite, signant la radioactivité dans les végétaux et les chairs.

     

    Ici, la grippe se montre, annonce son approche à grands cris par les cas détectés. Et pour la grippe usuelle, chaque année, les médecins sentinelles français chargés de surveiller l’arrivée des premiers cas donnent l’alerte à l’Institut de Veille Sanitaire qui passe ensuite l’information aux médias donc à nous.  

     

    Pour la grippe usuelle comme pour cette grippe nouvelle nous disposons, pour aider au contrôle de la situation de 2 modes d'action  privilégiés et accessibles à tous : celui de l’hygiène, celui du comportement.

     

    Côté hygiène, il semble que l’achat de solutions hydro-alcoolique préconisé par les recommandations officielles s’envole. Le message passe.

    Le savon est également utilisable et moins coûteux.

    Les mesures d’hygiène sont valables tout au long de l’année. Elles permettent d’éviter la transmission de maladies qui se font par les mains « sales ».

     

    Du côté du comportement, il est possible à chacun de veiller à ne pas ingérer les gouttelettes de salive d’une personne qui éternue ou à ne pas donner à autrui les siennes s’il s’agit de notre éternuement. En prenant cette bonne habitude hors grippe, elle deviendra une seconde nature, bien utile si l’un ou l’autre devient porteur de virus grippal à un moment ou l’autre.  

     

    Rien de compliqué, les jeunes, pour se protéger et protéger l’autre. Se protéger si notre corps est sans virus grippal. Protéger l’autre si à l’inverse on héberge quelque temps ce virus – malade ou pas, le sachant ou pas.  

     

    contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr 

  • La Grippe A(H1N1) et nous

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci. 

     

    Rien de très  particulier avec les nouveaux cas de cette grippe A(H1N1), d’origine porcine, ayant émergé au Mexique.TopicPhotoWashHandSoap_Big.jpg

    Normal les nouveaux cas de grippe au Brésil, Japon, Australie.

    Normal les 12 cas en France. 

    Et puis l’Institut Pasteur de Paris a bien travaillé, permettant de faire un diagnostic en 12 heures de cette nouvelle grippe.

     

    La situation actuelle est normale à partir du moment où les vols avec le Mexique sont restés libres, d’une part, et où aucune quarantaine n’a été instituée d’autre part. En fait une quarantaine qui se serait limitée à 8 à 10 jours, le temps qu’apparaissent où pas les signes de la grippe. A supposer encore que cette grippe soit ensuite confirmée A(H1N1). 

     

    Situation normale puisque la diffusion du virus de la grippe a été laissée libre, comme est laissée libre la diffusion habituelle de la grippe annuelle. Le virus est entré en France en raison des nombreux vols transatlantiques avec le Mexique.  

     

    Certains pays ont arrêté les vols avec le Mexique, le Pérou par exemple, mais cela n’a pas été fait de suite.

     

    Les circuits de maladies contagieuses ne sont pas spécifiques aux avions. Ils sont observés à l’occasion d’autres déplacements de population, avec des 4 roues par exemple. Et puis, il y a la très simple  transmission « mano a mano », de la main à la main ; ainsi que celle par les gouttelettes de salive projetées vers autrui qui les ingère en parlant suite à un éternuement, ou encore lors d’un baiser amoureux.

     

    A raison de 24 heures de survie pour ce virus grippal – il est plus résistant que le virus du Sida !  – les cas qui apparaissent nous dessinent une carte mondiale d’un bon suivi de sa dispersion/diffusion.

     

    Sachant que pour un cas de personne qui tombe malade  il y a d’autres personnes sur qui le virus passera sans laisser de trace.

     

    Inégalité de la biologie !

     

    Ceux qui en ont envie peuvent se rendre sur le site du CDC (Centers for Disease Control and Prevention, Centre pour le Contrôle et la Prévention des Maladies) d’Atlanta, Georgie, avec lequel les épidémiologistes du monde entier sont en relation. Les USA consacrent beaucoup d’argent à l’étude des maladies transmissibles, eux.

     

    A l’inverse la France, qui a investi moult argent dans la lutte contre le cancer prévention comprise,  a négligé voire « abandonné » le secteur maladies contagieuses.

     

    Ceci étant, à ce jour, en France, pas de masque ni d‘antiviral -  Tamiflu - pour les non malades ou ceux qui ne sont pas des soignants ou encore des personnes approchant les voyageurs de retour du Mexique.

     

    En cas de doute, on se contente de faire appel à son généraliste ou au 15.

    Et on s’entraîne dès maintenant à des mesures d’hygiène, plutôt négligées. On observe  un laisser-aller général pour des mesures de base aussi simples et peu coûteuses que le lavage des mains.

     

    Merci aux enseignants – de maternelle, primaire, secondaire - qui font actuellement autant pour le lavage des mains que pour la lutte contre les poux.

    Il ne s’agit pas de se contenter de dire : « Lavez-vous les mains ! »  Encore faut-il expliquer  le pourquoi. Et le montrer.

    Les enfants d’une  classe qui passent leurs mains tour à tour dans une cuvette d’eau claire au départ observent, après ce geste de 20 à 30 jeunes, que l’eau a perdu sa transparence, s’étant  chargée de tout ce qui traîne sur des mains.

    Ainsi la saleté est montrée.

    Certain enseignants peuvent aller jusqu’à faire poser des doigts sur une boîte de Pétri, ou une main ce qui permet ensuite de voir apparaitre les germes quand ils se développent.

     

    A  l’occasion de cette grippe A(H1N1) des conseils ont été prodigués.

    Il s’agit de protéger les autres de ses éternuements – mains devant la bouche, mouchoir en papier jeté aussitôt à la poubelle, se moucher avec toujours un mouchoir en papier, se laver les mains au savon, rincer le savon à l’eau avant de le reposer, disposer d’une serviette de toilette personnelle. Bref agir de manière simplement un peu logique.

    Agir en raisonnant soit en se pensant suspect de grippe et évitant de contaminer les autres, soit en se sachant non grippé A(H1N1) et se protégeant d’une personne de retour du Mexique ces jours-ci.

    Et si l’on ne dispose pas de mouchoir en papier, utiliser les mouchoirs en tissu en les renouvelant et sans les passer à autrui car ce sont de nids à microbes.

     

    La grippe se transmet facilement par voie aérienne, le virus étant présent dans les gouttelettes de salive qui se projettent sur autrui ou sur l’environnement quand on tousse ou qu’on éternue. Avec 24 heures de survie à l’air libre on le ramène sur ses vêtements chez soi. Une maison ou un appartement est, en général, un lieu favorable à la survie du virus et le malade a des contacts proches avec les membres de sa famille. Ils s’embrassent, s’étreignent, jouent avec les plus jeunes, etc…A ces occasions le virus a l’opportunité d’aller s’installer

    chez quelqu’un d’autre que le malade.

     

    A Mexico on a réduit les contacts entre personnes. Ce qui, outre les soins prodigués aux malades, tend à faire cesser ce type d’épidémie,. Car alors les cas sont très circonscrits. Quand il y en a un, on teste toutes les personnes qui ont été en contact avec le malade et on les suit.

     

    Les grandes épidémies du passé ont fait de ravages parce que les modes de transmission n’avaient pas été repérées. Aujourd’hui on sait comment se transmet le sida, l’hépatite, la grippe.

     

    Avec la grippe actuelle A(H1 N1) il s’agit d’une contamination non souhaitée.

    Mais quand elle est voulue et réalisée avec un agent pathogène contre lequel on est démuni,  ne serait-ce que momentanément, cela s’appelle une guerre biologique. Ce n’est pas du nucléaire mais…

     

    Dernières actualités :

    * Le  Canada  - laboratoire nationale de microbiologie de l’Agence de Santé Publique de Winnipeg – a réalisé le premier séquençage du génome du virus A(H1N1), ce qui peut aider à la mise au point d’un vaccin.

    * L’ONU réunit le 19 mais à Genève les groupes pharmaceutiques pour être assurée de l’accès équitable à un éventuel vaccin des pays en développement.

     

    Les jeunes, pratiquez  une hygiène élémentaire. Elle est sans danger, efficace, quasi gratuite et  évite bien des maladies. Pensez-y !

    Autres billets grippe: "Grippe ? Pas de panique ! 29.4.09, Grippe suite 1er Mai 2009  1.5.09, Point Grippe 4.5.09"

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration lavage des mains Agence de la Santé Publique du Canada, Public Health Agency of Canada)