Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

halloween

  • Samain, Toussaint, Halloween

    Bonne journée de Toussaint à tous ! petits et grands, connus et inconnus.76b0c13b771a470bdecb993c009c6c5e.jpg

    Sur Paris le temps est gris en ce 1 er novembre 2007 où j'écris ces lignes en pays celte. En raison de circonstances personnelles, j'ai choisi depuis 2006 de changer symboliquement d'année lors de la Toussaint.

    Pourquoi pas ? Je n'innove en rien !

    Et bien sûr, je ne prive personne des vœux traditionnels situés 2 mois plus tard, à la suite du solstice d'hiver

    De nombreux livres actuels pour les jeunes évoquent les traditions d'avant l'ère chrétienne avec la fête de Samain.

    Sous le ciel de France, la période débutant fin octobre début novembre est celle de l'année où il ne se récolte plus grand chose. Les provisions pour l'hiver ont été rentrées: miel , fruits, viande, orge, blé etc… Sans réfrigérateur ni congélateur, on s'est débrouillé pour engranger et conserver de la nourriture pour toute la période de soudure hivernale.

    Comme les Birmans aujourd'hui ont leurs moines, il y a 1000 ans avant Jésus-Christ, les Celtes ou Gaulois ( pour la France) ont leurs druides comme guides spirituels. Le chêne est pour eux l'arbre sacré. Par leurs qualités de botanistes, les druides sont les soigneurs de ces années là. Par l'étendue de leurs connaissances, les druides sont aussi des guides temporels. Les connaissances sont transmises oralement et ont été en grande partie perdues au fil du temps.

    La fin de l'année celte et le début de la nouvelle année sont marqués par les fêtes de Samain (ou Samhaïn): on célèbre alors le "départ" du soleil et on se prépare à affronter l'hiver. On passe d'une période de clarté à une période où l'ombre va dominer.

    C'est surtout la période par excellence où morts et vivants sont à proximité; c'est le moment de l'année où les portes de l'au-delà sont largement ouvertes, permettant des échanges.

    A cette occasion une sorte de bilan de gestion est fait avec ouverture sur l'à venir. Et les heures passées à prier au plan spirituel, à récapituler et prévoir au plan temporel sont couronnées par des festivités au cours desquelles on mange, on boit, on se réjouit.

    Nombre de civilisations ou de cultures ont en commun de prier pour la fertilité du sol, à certaines périodes de l'année, ou encore de prier pour aider à passer les semaines et les mois où plus grand chose ne pousse.

    En ces temps reculés, le jour de Samain n'est pas fixe. Il se place entre fin octobre et mi-novembre. Et c'est après Jésus-Christ que Samain devient la fête de la Toussaint qui est fixée au 1er novembre. La Toussaint, autrement dit la fête de tous les saints ce qui équivaut à la fête de tous, vivants ou morts - chaque humain étant appelé, dans le cadre chrétien, à devenir "saint".

    Après quoi le 2 novembre - marquant davantage le lien privilégié qui nous rattache à ceux qui ont vécu avant nous et de qui nous sommes issus, nos ancêtres - est un moment privilégié de respect, d'hommage et de contact-souvenir avec tous ceux qui nous ont précédés.

    Ce rapprochement s'exprime par des fleurs fraîches - en bouquet ou en pot - et parfois une lumière allumée déposées surtout dans les cimetières et des rencontres en famille à cette occasion.

    En pratique, Toussaint le 1er et fête des morts le 2 novembre sont plus ou moins confondus.

    Ces 2 jours sont précédés par Halloween où des groupes de jeunes se constituent le 31 octobre et circulent dans les communes et les villes avec déguisements, jeux, quêtes de bonbons … La fête actuelle d'Halloween, liée à Samain, est le jour où le monde des vivants et celui des esprits communiquent. A cette occasion, sorciers et sorcières, fantômes, farfadets, magiciens, s'en donnent à cœur joie !060606a185069320fb9a34f733b9a097.jpg

    A l'abri des citrouilles transformées en lanternes, à l'abri d'une façade fantaisiste faite d'os, de squelettes, de crânes, est évoquée la mort - réalité aujourd'hui bien fuie dans l'occident dit "développé", à tel point que l'on ne considère plus la mort comme faisant inéluctablement partie de la vie. On l'oublie. On n'y est pas prêt, alors que chaque seconde elle existe et chemine à nos côtés.

    Les jeux pseudo-macabres d'Halloween rappellent qu'il ne faut peut-être pas '"en faire un plat" - ça ne changera rien à notre profil mortel quant au corps de chair. Avec Halloween, les jeunes évoquent la mort à leur manière, en en riant un peu, en s'en moquant un peu, lui ôtant de son côré rigide , guindée et larmoyant.

    C'est en tant que fait physique brut que la mort est évoquée ici - et non quant aux conditions douloureuses qui l'accompagnent.

    Le Tibet avec son Livre des Morts et le secours apporté aux âmes errantes, l'Egypte avec ses rituels, nos ancêtres Celtes, les Malgaches, le Mexique en s'en amusant etc… nombre de civilisations ont pris soin et prennent soin de leurs morts.

    Que nous soyons attachés à une religion ou athées, nous continuons à vivre par la petite pierre que notre existence, quelle qu'elle soit, a apporté à l'édifice du monde, que nous soyons perpétués ou non par des enfants physiques. Précisément on survit en étant présent dans la mémoire de ceux qui continuent après nous, et aussi par l'influence historique ou l'esprit que l'on a laissé bien en vie.

    Alors, même morts on est toujours là ! pas de quoi pleurer !

    Primum vivere ! (=D'abord vivre !)

    Votre avis les jeunes ?