Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

faim

  • Jusques à quand ?

    Il y a déjà quelques années ce poème intitulé "Jusques à quand ?" et écrit une nuit de la Saint Jean.

    "Des mots,

    Des jeux,

    Et des étoiles,

    Tes doigts dans mes cheveux

     

    Les feux de la Saint-Jean

     

    Regarde-toi

    Dans le regard des tours

    Va-t'en danser

    Entre les jambes de la foule

     

    Ecoute

    Le murmure feuilleté des pins

    Qui marchent et rentrent dans la mer

     

    L'océan berce les arbres de la vieille Europe

    Et le sommeil des jeunes peuples affamés

     

    Jusques à quand ? "

    Un texte malheureusement toujours actuel, moins de 18 ans !

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr

     

  • Cannibales ? nous ?

    Cannibales, nous ? Antropophages, nous  ?  Faut-il conlure cela du petit court métrage sur l'ile aux fleurs ?
    Le samedi 12 avril 2008 Arte nous donne à réfléchir sur l'anthropophagie très exceptionnelle à propos de "Naufragés des Andes". Tragédie déroulée il y a 35 ans. Mode de survie exceptionnel, tel celui du radeau de la Méduse.
    A l'époque de la tragédie des Andes on crie très fort sur la pratique utilisée.
    Soit.
    35 ans après après, c'est une autre dimension qui est donnée à ce geste, cela dans l'apaisement et une certaine communion inter-humaine.
    Toujours par la pensée en Amérique du Sud, je suis passée des Andes glacées à la chaleur de Brésil.
    J'ai re-visionné le court métrage intitulé "L'île aux Fleurs" que je vous invite à voir ou revoir.
    Réfléchissant, je me suis demandée si le compte-rendu très posé de ce petit film sur la vie quotidienne à l'île aux fleurs ne rapportait pas, en quelque sorte, une forme élégante mais bien pire d'"anthropophagie" -  car quotidienne et alors que l'on dispose d'autres solutions - en "sucer"  quelque part le sang d'autrui ? cela en abandonnant à des affamés le même pas  bon pour les porcs ? Ces porcs longtemps destinés à ingérer les rebus alimentaires des hôpitaux en France  - certes, cela n'a plus cours !
    La question posée est: l'homme sans ressource est-il moins privilégié qu'un animal tel le porc ?
    Ce peut-être LA QUESTION COROLLAIRE soulevée par ce court métrage sur l'ile aux fleurs...
    Où il est question de téléencéphale hautement développé allié à un pouce préhenseur, de tomates, de poules, de baleine, d'argent, de sauce, de parfum, de supermarché, d'entreprise, de vente, de terrain , de propriétaire, de porcs, de décharges, de liberté...
    Où ce qui n'est pas bon pour nourrir les porcs sera jugé bon pour nourrir les êtres humains de l'île aux fleurs, qui n'ont ni argent ni
    propriétaire et sont autorisés à pénétrer par groupe de 10 durant 5 ' soit 300 secondes à l'intérieur de l'enclos contenant les déchets de cette île aux fleurs cela afin de pouvoir se nourrir.
    Cette île aux fleurs, situé au Brésil, dans la banlieue de Porto Alegre ville qui produit environ 500 tonnes d'ordures par jours.

    * Titre : L'Île aux fleurs
    * Titre original : Ilha das Flores
    * Réalisation : Jorge Furtado
    * Scénario : Jorge Furtado
    * Production : Nora Goulart et Monica Schmiedt
    * Sociétés de production : Giba Assis Brasil / Nora Goulart Casa de Cinema.
    * Musique : Geraldo Flach
    * Photographie : Sergio Amon et Roberto Henkin
    * Montage : Giba Assis Brasil
    * Décors : Fiapo Barth
    * Pays d'origine : Brésil
    * Format : Couleurs - 35 mm
    * Genre : Documentaire, court métrage
    * Durée : 12 min
    * Date de sortie : 1989 (Brésil)
    C'est par le hasard de DEI-France (Défense des Enfants International - France) que j'ai rencontré cette vidéo.
    A froid, je l'ai trouvée assez remarquable !
    Dans la suite de Naufragés des Andes, elle l'est encore davantage me semble-t-il.
    Regardez-la  bien les jeunes !
    Votre avis ?
    Pour cela aller sur Google puis taper " L'île aux Fleurs", vous avez alors la vidéo concernée
    Regarder L' ile aux fleurs sur Dailymotion Partagez Vos Videos.
    www.dailymotion.com/video/xcu3f_l-ile-aux-fleurs - 55k

  • Excès pour les uns, manque pour les autres.

    L'autre matin, deux tableaux étaient présents à mes yeux: celui de la nourriture et celui des enfants.

    Pourquoi la nourriture ?

    3769ae29ceb25064fa6a066e805c4d8f.jpgFacile. En France, comme dans de nombreux pays développés, une bonne partie de la population est, par surpoids, en voie de "crevaison." Une voie très coûteuse pour la personne elle-même - au plan physique, moral, esthétique…- et pour la collectivité dont les impôts servent à "soigner" ces surpoids générateurs de maladies au long cours, d'invalidités et de décès prématurés.

    Pendant ce temps l'autre partie, moins favorisée, envahit les Restau du Cœur. De même, de par le monde, dans des pays moins développés, des millions de jeunes crèvent de faim.

    Pourquoi les enfants ?

    Facile. En France, 25.000 foyers sont en attente d'un enfant à adopter.

    Pendant ce temps et toujours en France, 210.000 futurs nourrissons sont forcés à un retour express "manu militari"dans le cycle de la vie, au nom d'une tranquillité personnelle, de trop de jeunesse ou que sais-je.

    Dans les 2 cas je ne cible pas les nécessités avérées

    .Côté nourriture, on sait que la planète terre dispose actuellement de quoi nourrir tout le monde.

    Si on le veut.

    Côté enfants de France, à une heure où les familles recomposées de diverses façons ont le vent en poupe - n'assurant 344691e9438e3324d9d5791d12ec8a96.jpgpas toujours une stabilité basique - où serait le mal en envisageant de faciliter l'adoption ou de proposer de nouvelles 1298f78e5604b1d8884c873b6d00c3df.jpgformes d'adoption pour les enfants issus d'une grossesse menée jusqu'à son terme, des liens se façonnant entre les familles biologiques et adoptives ?                                                                                 

    Comme vous qui lisez ces lignes - avec droit de sursauter, de protester, de râler, et comme moi qui les écris, la pulsion de la vie anime dès le départ un nouvel être, même de quelques nannosecondes.

    Pourquoi n'auraient-il pas une possibilité de vie, ceux-là ? comme cela nous a été donné ?

    Elle n'est plus la situation lointaine où des groupes isolés étaient obligés de compter leurs têtes selon "le manger dispo", sacrifiant certains - jeunes ou vieux - de façon délibérée.

    Nous sommes en France, là où 25.000 couples souffrent d 'un manque d'enfant. Alors pourquoi ne pas "adopter de coeur" l'un de ces condamnés au rebut ? aux origines connues. Quelque chose de ce genre existerait aux U.S.A..

    Je ne suis pas juge et observer me suffit. A ce jour, l'Interruption Volontaire de Grossesse (I.V.G.) est une possibilité offerte mais pas une obligation. Comme ne serait pas une obligation le droit à mourir dans la dignité (A.D.M.D.= association pour le Droit de Mourir dans la Dignité, présidée par Jean-Luc ROMERO), non offert en France, à ce jour. Quand les Restau du Cœur tentent de nourrir ceux qui ont "mal de faim" alors que les maladies dites de surcharge atteignent davantage qui ont "mal de trop de bouffe", on est égaré dans une situation triste et grotesque.

    A l'échelon de la terre, le panorama est identique, avec manque cruel d'un côté et abondance mortelle de l'autre.

    La honte est du temps perdu.

    Si chacun , là où il vit, prenait un peu de son temps pour regarder, entendre puis ravauder en conséquence, du moins chacun essaierait-il de corriger un peu, à son niveau, des déséquilibres criants. Chacun peut faire cela, s'il veut.

    L'homme doit-il rester un loup pour l'homme ? Je ne le pense pas, quite à être qualifié d'utopiste ou de rêveur. Et peut-être sommes-nous, nous les terriens, observés par des êtres d'une autre vie ? comme l'entomologiste Jean-Henri Fabre observait à ras de sol les insectes qu'il étudiait et qui ne se savaient pas scrutés.

    Autre vie ou pas que faisons-nous chacun de la part d'humanité qui nous est allouée et dont nous avons la charge ?

    Qui que nous soyons, croyants ou non mais tous humains, écoutons ces 2 phrases d' Elie Wiesel: "J'ai un devoir envers l'enfant que j'étais. Je suis responsable de son avenir et de sa place dans l'éternité."

    Vous, les moins de 18 ans, que pensez-vous ? Et surtout qu'avez-vous à proposer ? Dans ce monde où il faut crier pour se faire entendre, allez-y! Dites vos idées ! Faites-vous respecter ! Cassez votre coquille ! Sortez! Parlez !

    Contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr