Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

edvige

  • Edvige ? vers le retrait du fichier

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouver. Merci.                                        25 octobre: 104 visites, 205 pages; 

     

    Le parti politique Aujourd'hui Autrement se félicite du souhait du ministère de l’intérieur de retirer le fichier Edvige decorte2oct08 003.jpg

    Aujourd'hui, Autrement, parti politique progressiste, a rejoint Cap 21 et Corinne Lepage le 7 octobre dernier pour signer en commun un "référé suspension" au Conseil d'Etat demandant le retrait du fichier Edvige.
    Le ministère de l'Intérieur a annoncé son souhait de retirer le fichier et a demandé au Conseil d'Etat ne pas statuer sur la requête au motif d'un retrait imminent.
    Aujourd'hui, Autrement ne peut que se féliciter de cette annonce et restera attentif dans les prochains jours à la mise en œuvre de ce retrait.
    Pour Jonathan Denis, président d'Aujourd'hui, Autrement : "C'est une grande victoire que d'obtenir ce retrait même si le timing semble étrange puisque notre référé devait être examiné lundi. Cela montre bien que le gouvernement avait l'intention de laisser Edvige en l'état et de faire passer cela en toute discrétion malgré notre grande mobilisation".
    Lire Jonathan Denis sur son blog : http://jonathandenis.hautetfort.com. 23 octobre 2008 Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr(photo archives personnelles: Jonathan Denis) 

  • Edvige et autres fichiers

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouvez . Merci.  17 septembre: 72 visites,  290 pages;

    J’étais hier conviée à Paris à une réunion à l’Entrepôt dans le XV ème arrt à partir de 19h00 à propos du fichier Edvige, des autres fichiers et plus généralement des questions qui se posent si un fichier informatisé centralisé et national est mis en place. A fortiori s’il s’agit de plusieurs fichiers avec interconnexions entre eux.

    Etaient présents comme intervenants à L’Entrepôt Corine Lepage, entrepot16septEdvige 007.jpgJean-Luc Romero, Sandrine Bellier, Jean-Pierre Dubois, Hussein Bourgi, Jonathan Denis.

    Il nous a été dit que 15% de la population était fichée.

    Qu’un rapport de 2006 faisait état de 25 %  de fiches fausses.

    Au jour d’hier il y avait 200 000 signataires pétitionnant contre Edvige, plus de 1 000

    organisations en réaction contre et divers recours faits par des parlementaires.

     

    Un référendum d’initiative populaire nécessiterait 4 millions et demi de signatures et la signature de la moitié des parlementaires.

     

    Il y a Edvige et un multitude d’autres fichiers. Une quarantaine, paraît-il.

     

    Le souci fondamental des intervenants d’hier était de savoir ce qui est mis à l’intérieur des fiches, qu’il y ait un contrôle.

     

    La question essentielle qui se pose est celle de la liberté individuelle, rien que cela mais tout cela. Liberté personnelle que je considère, de mon point de vue,  comme l’une des trois richesses de l’existence à côté de la santé et de l’amour.

     

    Apparemment il semblerait qu’eu égard à tous les détails prévus pour combler ces fichiers,

    Il faudrait envisager de dire « Adieu ! »  à cette liberté inscrite au fronton des mairies et il n’y a pas si longtemps sur les pièces de monnaie d’avant l’Euro.

     

    Toujours d’après les renseignements donnés hier, il apparaît que l’on passerait du minimum strictement nécessaire et suffisant pour le maintien de l’ordre public, à une suspicion généralisée envers quasi tout le monde, sauf pour l’instant les mineurs en-dessous de 13 ans.

    J’exagère à peine !

     

    Dans le cadre d’Edvige, pour un mineur être soupçonné par un policier reviendrait à être déjà condamné !

    Troubler l’ordre public est une notion excessivement vague, terriblement vague pour que bien trop de monde puisse être, à un moment ou l’autre, taxé comme susceptible de troubler cet ordre.

    Ce qui est cohérent avec l’intitulé donné à un des rapports de la CNIL (Commission Nationale Informatique et Liberté ) : « Vers une société de surveillance ».

     

    Ce n’est pas là - toujours de ma façon de voir - une manière très drôle d’envisager l’existence alors que l’on se glorifie des « progrès »  et quelque par de la grande chance qu’il y aurait à vivre en 2008 eu égard aux progrès de la médecine qui permet de vivre longtemps et en meilleur état, aux progrès de la recherche qui permet de sauver des enfants atteints de malformations graves, aux progrès de la science qui envoie des hommes dans l’espace, aux progrès d’une recherche cordonnée qui permet en réunissant des pays dont certains sont en hostilités de s’unir pour aller fouiller les possibilités de la genèse de l’univers.

     

    A côté des fichiers Edvige et autres mis au pilori, il y a la mise en fiche volontaire et spontanée proposée avec largesse par tous les circuits sociaux, type facebook, myspace,  utube, etc…

    Certains de mes amis ne veulent pas entendre parler de ces circuits là, au nom de leur liberté individuelle, au nom du respect de leur vie personnelle.

    D’autres participent tout en modérant les informations qu’ils livrent, et en restant très mesurés quant à l‘extension  vers de nouveaux « friends » (amis) inconnus. Ils n’ont pas tort puisque ces réseaux sont grandement perméables, voire totalement troués s’ils transitent par des portables sans frontière, écoutables à ce jour par qui dispose des moyens nécessaires.

    Tout ceci sans parler des pratiques de ventes de fichiers.

     

    Il n’est pas à exclure qu’un certain nombre de ceux qui réfléchissent à propos du fichier Edvige  se retrouvent  aussi, en parallèle, à  répandre leur intimité dans un fichier social internet, cela sans penser un instant que ce qu’ils reprochent au fichage officiel ils le font déjà  d’eux-mêmes via un fichier social.

    Je ne perds pas de vue, écrivant cela, que les conséquences n’en sont pas les mêmes a priori.

    Que rien n’empêcherait non  plus à partir d’un fichage Edvige d’employer les données d’un Facebook.

    Et que cela serait peut-être un bien eu égard au pourcentage affolant de fichiers erronés actuels – environ 25%, alors que l’on peut imaginer que les données d’un fichier social sont assez proches du réel et qu’il serait alors possible de rectifier des informations.

     

    Ceci est peu tristounet. Le soleil heureusement continue de briller sans mesure, les oiseaux de chanter, les fleurs de déployer des couleurs éclatantes ou douces. Quant à la mer elle ne cesse jamais son va et vient non concernée par ces turbulences humaines d’un instant  par rapport aux millénaires de l’existence des flots.

    Et puis les enfants rient, ils jouent dans les squares, ils courent sur les sentiers, ils entraînent avec eux la vie. Ils sont la vie toute neuve. Ils sont la vie qui ne cesse de jaillir et de rejaillir. Pas de quoi s’attrister trop.

     

    Tous ces fichiers, tous ces réseaux ne sont après tout que des outils.

    Un outil n’est  qu’un outil. Il n’est ni bien ni mal : il est ce que l’homme en fait, selon l’usage pour lequel il l’utilise.

    Pour le meilleur ou pour le pire ou encore dans toutes les nuances de l’entre deux.

     

    Une réflexion nous est proposée ce samedi 20 septembre de 13h15 à 14h15 à Paris Porte de Versailles Hall 5 à l’occasion de la 25 ème édition du salon Apple expo - http://www.apple-expo.com - sous le titre Edvige, Réseaux sociaux, Identité numérique et vie privée : Les nouvelles technologies signent-elles la fin de l’intégrité de la vie privée ?

    L’animateur de la rencontre proposée sous une forme débat/table ronde est Christophe Ginisty tél. 06 09 17 44 22 et christophe.ginisty@gmail.com

    A l’instant j’apprends que David Abiker sera un des intervenants de cette table ronde ; cet écrivain et journaliste est spécialiste des médias et du Net.

    L’entrée du salon est gratuite sous réserve de pré-enregistrement en ligne. L’accès à la table ronde est également gratuit dans la limite des places disponibles.

     

    Vigilance, réflexion et participation à cette réflexion les moins de 18 ans.

    (photo archives personnelles: Hussein Bourgi au micro, à sa droite Jean-Luc Romero, à sa gauche Jean-Pierre Dubois puis Corine Lepage)

    Contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr 

  • Aujourd'hui Autrement débat sur Edvige !

    En préalable, vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouvez . Merci.   14 septembre: 56 visites, 

    Un café relatif au fichier Edvige mardi prochain, avec Jonathan DENIS paris Aujourd'hui Autrement Corinne Lepage mardi 3 juin2008 001.jpgpour Aujourd'hui Autrement et Corine LEPAGE; et la voix du Ministre de l'Intérieur %ichèle ALLIOT-MARIE.

    Cap 21, Aujourd'hui Autrement et Centr'Egaux, vous invitent à participer au débat qu'ils organisent autour du fichier Edvige et des autres fichiers de police.

    Rendez-vous le mardi 16 septembre à 19h au bar L'Entrepôt, 7/9 rue Pressensé (Paris 14ème).

    Invités : - Corinne Lepage, Présidente de Cap 21 et vice-présidente du Modem
    - Jean-Pierre Dubois, Président de la Ligue des Droits de l'Homme
    - Hussein Bourgui, Président du Collectif contre l'Homophobie
    - Jean-Luc Romero, Président d'honneur d'Aujourd'hui, Autrement ( à confirmer)

    Pour plus d'informations :
    Coordonnées Téléphone : 0675534770
    Adresse e-mail : president@aujourdhui-autrement.fr
    Site : www.aujourdhui-autrement.fr
    Blog : http://jonathandenis.hautetfort.com

     

    Les franciliens, je vous invite à venir si vous le pouvez; c'est toujours bon d'avoir une palette d'intervenants pour réfléchir !

    Ci-dessous, une lettre d’information de l'UMP du jeudi 11septembre 2008

     

    Fichier Edvige : plus de transparence pour plus de protection
    Devant les inquiétudes que suscite le fichier Edvige, il convient d’expliquer la réalité de ce fichier et d'apaiser les polémiques. Le Chef de l'Etat a ainsi demandé à Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur, d'ouvrir une concertation qui devra "être suivie de décisions pour protéger les libertés".

    Le ministre de l'Intéieur est chargé d'inscrire des garanties concernant les libertés dans la future loi d'orientation et de programmation pour la sécurité intérieure. 

    * * *

    Le fichier Edvige a été crée le 1er juillet 2008 par un décret publié au Journal Officiel. Existant dans tous les grandes démocraties du monde, les fichiers nationaux de renseignement visent à protéger l’ordre national.

    Le fichier Edvige, pour « exploitation documentaire et valorisation de l’information générale », n’est que la reprise de l’ancien fichier des Renseignements Généraux (RG), crée en 1991 par le gouvernement socialiste d’Edith Cresson.

    Cette collecte d’informations n’intervient que dans un cadre très strict et n’a pour objectif que de protéger la nation de personnes qui pourraient porter atteinte à l’ordre public ou aux habitants d’un territoire. Il est nécessaire qu’un grand Etat comme la France soit doté d’un système de renseignement moderne et adapté à l’évolution des mœurs.

    Au même titre que l’ancien fichier, Edvige est autorisé à centraliser des informations concernant trois catégories de personnes :

    - initialement prévues, les personnalités publiques « ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical où économique, ou jouant un rôle institutionnel, économique, sociale ou religieux significatif ». Cette rubrique ayant fait naître de nombreuses inquiétudes, elle poura être retirée.

    - Les individus, groupes, organisations et personnes morales « susceptibles de porter atteinte à l’ordre public en raison de leur activité individuelle ou collective ».

    - Les candidats à certains emplois ou fonctions, afin que des enquêtes administratives concernant leur aptitude à l’exercice de ces fonctions ou missions puissent être réalisées.

    Le fichier Edvige prévoit aussi que :

    - la société a évolué entre 1991 et 2008, et le phénomène de la délinquance des mineurs s’est accru. Ainsi, les mineurs, à partir de 13 ans seront intégrés dans le fichier Edvige s’ils sont susceptibles de porter atteinte à l’ordre public. Toutefois, le Ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, a proposé un « droit à l’oubli » pour les mineurs qui permettrait d’effacer du fichier (peut-être à la majorité), les mineurs n’ayant commis aucune infraction. La durée d'inscripton des mineurs serait ainsi limitée dans le temps.

    - Par ailleurs, l'opportunité initialement prévue que les données sensibles d’orientation sexuelle et de santé puissent être inscrites dans ce fichier poura être revue à l'issue de la concertation organisée par la ministre de l'Intérieur.


    Ces données sensibles ne pourront être consultées que par des personnes habilitées à le faire et aucune exploitation de ces données ne pourra être faite sous peine de sanctions pénales.

    Placé sous l’autorité de la CNIL (Commission Nationale pour l’informatique et les libertés), ce fichier sera beaucoup plus protégé en matière d’accessibilité et de consultation. Tous les ans, le directeur général de la Police Nationale devra rendre compte à la CNIL des activités de vérification et de mise à jour.

    ***


    En savoir plus :

    Fichier Edvige : protection et transparence sont les maîtres mots

    Edvige : rendre transparent un système connu de tous pour son opacité

    Ne cherchez pas à caricaturer le débat

    Qui nous mène vraiment en bateau ?

    La campagne de désinformation de François Bayrou

    Voilà de l'information les jeunes !

    (photo archives personnelles: jonathan denis et corine lepage)

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr