Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

eau

  • De l’eau pour survivre

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

      

    On nous a signalé, comme un miracle, la survie d’une bretonne de 61 ans privée de nourriture 11 jours.photo_1244034270141_1_0Fontenoyf.jpg

    Il ne faut rien exagérer.

     

    Cette randonneuse était en fonctionnnement normal pour marcher en altitude et pratiquer une involontaire grève de la faim.

     

    L’essentiel, pour survivre, est de ne pas être confronté à une grève de l’eau.

     

    L’eau indispensable à la vie, le député Jean Lasalle nous en a fait une démonstration en direct il n’y a pas si longtemps, obtenant après plusieurs semaines ce pourquoi il se livrait en public à cette action de force - ou de chantage.- selon le ressenti.

    Car, localement, tous les habitants n’étaient pas unanimes. Une situation humaine normale.

     

    Dans l’affaire de notre bretonne, victime d’une chute sans gravité mais l’isolant de son groupe, je salue la persévérance des espagnols. Ils ont continué à chercher, eux.

    Et je suis choquée par le retour du mari chez lui. Du moins si les choses sont conformes à ce qui nous a été raconté.

     

    Bref, eau non filtrée ou filtrée sommairement – l’accidentée légère y a tenu – elle disposait d’eau. L’essentiel ! Une eau non contrôlée officiellement, mais cependant non toxique, aucune usine de produits chimiques susceptibles de contaminer à la source ne culminant en ces lieux montagneux élevés.

     

    A défaut d’un flux liquide l’herbe alentour, gorgée de l’humidité de la nuit en ces endroits, aurait pu apporter un minimum de rafraîchissement.

     

    A défaut encore, il serait resté à notre bretonne la solution pratiquée par des navigateurs privés d’eau douce. Une solution que Maud Fontenoy a choisie lorsque son désalinisateur est tombé en panne. Elle s’est débrouillée pour boire son urine pour survivre.

    D’autres, en des circonstances extrêms, ont fait de même.

     

    Le geste de Maud n’était pas une première. Cette navigatrice performante est crédible. Elle a d’ailleurs été nommée « ambassadrice des océans », autrement dit porte parole de l’Organisation des Nations Unies et du réseau Océan mondial.

    Ce réseau, créé en 2002, grâce au Centre national de la mer français (Nausicaa), est une association internationale qui réunit centres scientifiques, institutions et ONG sur les cinq continents.

    Une journée internationale des océans existe maintenant le 8 juin.

    Sans eau, en position difficile, il est probable que je ferais comme Maud Fontenoy.

    A condition encore de disposer de cette matière première.

     

    Je me rappelle, autrefois, certain séjour en Afghanistant alors que, pressurés de soleil aux alentours de Kaboul, moi et les autres nous trouvions quasiment sans urine. Une conséquence directe normale de la chaleurextrême.

     

    Les jeunes, chaque humain est fabriqué de 2/3 d'eau, encore plus pour les tout petits. On en a besoin. On en est dépendant. Alors, cette eau nécessaire, indispensable, on la respecte. Il en va de notre vie ! de notre survie !

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration : Maud Fontenoy sur Google images) 

  • Tempête pour un verre d’eau

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci

     

    arton2501MikaïlBarah.jpgLa question de la qualité de l’eau n’est pas une nouveauté.arton4562Barraqué.jpg

    De même que le débat eau du robinet, eaux embouteillées.

     

    L’émission de C dans l’Air d’hier, surgie après les déclarations du Docteur David Servan-Schreiber associé au WWF visant à protéger mieux certains malades atteints de cancer et reprises par le journal Le Parisien, peut vous intéresser. Précision : WWF initialement World Wildlife Fund (=  Fonds mondial pour la vie sauvage ) est simplement maintenant WWF, une ONG visant à protéger nature et environnement illustré par un Panda.

     

    L’émission de C dans l’Air, animée par Yves Calvi, intitulée « Boire de l’eau du robinet tue ? ! » est visible intégralement jusqu’à jeudi prochain et peut permettre « d’éclairer sa lanterne ». En exerçant au passage son esprit critique.

     

    Dans les points à changer absolument – le fera-t-on ? – notre « gavage » en pesticides. Qui se retrouvent forcément ensuite disséminés partout. Pour longtemps.

     

    Egalement, suite à un autre excès, celui du « gavage » en médicaments, le fait que les métabolites rejetés suite à ces thérapies sont présents dans l’eau. Dont l’eau des rivières, qui peuvent ensuite alimenter nos réseaux d’eau potable.

    Peu de personnes, en dehors des pêcheurs en eau douce parfois interdits de pêche, se sont émues des conséquences de ces rejets. A moins d’être touché directement, il est rare que l’on monte au créneau. Attitude très humaine.

     

    Je suis, comme l’une des intervenantes de l’émission, souvent partie vivre dans l’Eure et Loir où j’ai de la famille. Et les céréaliers dont il est question, avec le système actuel, sont pratiquement mis en demeure d’ajouter des produits de traitement sur leur culture. Dont des pesticides.

     

    Je ne vois pas demain la cessation de cette pratique. Aussi la piste indiquée de protéger plus au large les zones de prises d’eau me semble plus réaliste.

     

    arton4563Chotard.jpgDu côté des toxicologues, ces « pauvres » spécialistes ne peuvent rien dire sur les actions combinées de arton4564Cressens.jpgproduits indésirables. Leurs études se font généralement produit par produit et ils ne peuvent rien dire sur ce qu’ils ne conaissent pas.

    Mais on ne peut pas être naïf et ignorer les effets non positifs de ces produits sur la santé. On peut déjà éviter de les utiliser dans son jardin ou sur son balcon, comme en principe le fait l’agriculture biologique.

     

    Des contrôles étant faits partout en matière d’eau du robinet, chacun peut aller consulter à la porte de sa mairie les résultats des analyses d’eau et leurs dates. L’affichage est obligatoire.

     

    Faites-vous votre opinion au travers des échanges des 4 participants :

    Barah Mikaïl est Chercheur à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS)

    Bernard Barraqué est Directeur de recherches CNRS au Laboratoire Techniques Territoires et Sociétés (LATTS

    Monique Chotard est Directrice du Centre d’Information sur l’Eau

    Bernard Cressens est Directeur des programmes scientifiques de WWF-France

     

    Hier, l’un privilégiait l’importance de la contamination bactériologique, pour lui plus important car à l’effet assez immédiat qu’une contamination d’origine chimique aux effets plus lointains. Je ne suis pas d’accord. Ces deux contaminations sont toutes deux importantes. Un autre nous embarquait sur la route des emballages d’eau en bouteille me laissant assez perplexe. En effet, il n’y a pas si longtemps, le Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France veillait à ce que chaque variété d’eau mise en bouteille le soit dans un composant pastique approprié. D’où la nécessité pour les particuliers – vous, moi - de ne pas utiliser ces bouteilles ensuite pour y mettre de l’eau du robinet mais de préférer un récipient en verre, nettement plus inerte.

     

    Que ceux qui se sont sentis concernés par les propos du Docteur David Servan-Schreiber décident pour eux-mêmes. Que les autres se fassent leur opinion. Cette émission apporte un éclairage. Que tous nous évitions de polluer davantage, en général l’eau, indispensable à la vie. Celle des fleuves, celle des nappes souterraines. Notre bonne santé est à ce prix.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration: en haut à gauche Barah Mikaïl, à droite  Bernard Barraqué; plus bas à gauche  Monique Chotard, à droite  Bernard Cressens )

  • Pas de vie sans Eau

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouver. Merci.   

    Chaque homme le sait, chaque petit d’homme aussi : mauléon29.10.08 021.jpgl’eau c’est la vie ! On peut faire une grève de la faim. On ne peut pas mauléon29.10.08 020.jpgfaire une grève de l’eau Et pourtant …Combien d’humains sont-ils  privés d’eau ? D’où l’initiative de la fondation Chirac à laquelle nous sommes invités à participer. Ou bien si l’on est en province à s’associer là où l’on se trouve et à réfléchir à ce sujet. Regarder les ressources en eau locales, par exemple. Voir si la commune où l’on vit est rattachée à une autre à l’étranger qui pourrait avoir des « manques » en matière d’eau potable ou d’eau tout court. Et adresser à la Fondation Chirac quelques lignes sur l’initiative réalisée. Même si vous n’êtes que 2 à le faire localement  ou même si vous êtes seul bien qu’ayant sollicité voisin ou ami pour un couple d’heures en soirée. Vous pouvez aussi avoir de la famille ou des amis partis en pays lointain souffrant d’insuffisance en eau.

    La Paix pour l'Eau - l'Eau pour la Paix

    Une conférence organisé par la fondation Chirac, l'Unesco et l'AFDmauléon29.10.08 023.jpg

    Informations sur l'événement

    Organisateur :

    fondation Chirac

    Type :

    Autre - Cérémonie

    Réseau :

    Global

     

    Heure et lieu

    Date :

    jeudi 13 novembre 2008

    Heure :

    08:45 - 13:00

    Lieu :

    Maison de l'Unesco

    Adresse :

    125, avenue de Suffren

    Ville :

    Paris, France

     

    Voir le plan GoogleGoogle

    MapQuest

    Microsoft

    Yahoo

     

    Coordonnées

    Adresse électronique :

    conference@fondationchirac.eu

    Description : Deux tables rondes traiteront des eaux transfrontalières et de la coopération d'une part, et de l’accès à l’eau dans les Etats fragiles. Pour vous inscrire gratuitement et pour avoir plus d'information : http://www.fondationchirac.eu/eau-pour-paix/

    Les moins de 18 ans secouez-vous ou secouez  les autres, les grands. L’eau est indispensable à la vie. Agissons là où nous sommes.Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr  (photos archives personnelles: fronton d'une fontaine ancienne toujours en eau à Mauléon 79700 avec en inscription: "Naida fecondet praeses sitienbus urnam" = "la fontaine donne son eau aux voyageurs assoiffés", pont romain à 50 mètre de là enjambant l'Ouin affluent de la Sèvre; un pays qui ne manque pas d'eau !)