Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dr raymond moody

  • Dr Raymond Moody, La vie après la vie

    Durant plus de 20 ans, Raymond Moody Jr, américain, médecin et docteur en philosophie, a recueilli les témoignages de personnes ayant vécu une expérience de NDE, Near Death Experience. En français EMI, Expérience de Mort Imminente. Les observations faites l’ont conduit à publier Life after Life en 1975, livre qui a été l’objet d’échos, notamment dans le magazine américain Newsweek du 12 juillet 1976 sous le titre Life after Death ?, La vie après la mort ?

     

    En France, on dispose chez J’ai Lu www.jailu.com du texte intégral de La vie après la Vie, avec une préface de Paul Misraki et un avant propos du Docteur Elisabeth Kübler-Ross connue pour ses travaux sur les comportements psychologiques des agonisants.

     

    En 190 pages, pour 3 euros 70 on dispose d’une information claire avec nombre de témoignages cette œuvre ayant été diffusée en français dès 1980.

     

    Pour éclairer sur le contenu, le chapitre 7, pages 65 à 75, a pour titre Contacts avec d’autres. Il y est mentionné que plusieurs témoins ont « pris conscience de la présence, dans leur environnement, d’autres entités spirituelles dont le rôle paraissait consister à leur faciliter le passage vers la mort ; ou bien, comme ce fut deux fois le cas, à leur faire savoir que l’heure de mourir n’avait pas encore sonné pour eux et qu’il leur fallait réintégrer leur corps physique » (page 65)

    Deux exemples sont cités avec la présence d’une personne décédée, amie ou de la famille.

     

    « Dans d’autres occurrences, les esprits rencontrés ne sont pas des personnes que l’on a connue dans la vie passée.»

    Parfois « les sujets en venaient à supposer que les entités rencontrées étaient leurs « anges gardiens » ».

    « En deux occasions très similaires, des sujets m’ont dit avoir entendu une voix qui leur apprenait qu’ils n’étaient pas encore morts, qu’il leur fallait s’en retourner.»

    Les passages cités sont en page 67, avec des cas concrets rapportés.

     

    Le chapitre 8, page 69 à 75, s’intitule L’être de lumière.

    La rencontre avec un être de lumière est un élément présent dans tous les témoignages analysés.

    La lumière dont il est question ne brûle pas es yeux, n’éblouit jamais.

     

    L’être de lumière « est une Personne, il possède une personnalité nettement définie. La chaleur et l’amour qui émanent de cet être à l’adresse du mourant dépassent de loin toute possibilité d’expression. L’homme se sent comme envahi et transporté par cet amour; il s’abandonne en toute sérénité au bienveillant accueil qui lui est fait. Un attrait magnétique, irrésistible, émane de cette lumière, vers laquelle il se sent inéluctablement entraîné.

    Remarque importante : alors que cette description de l’être de lumière demeure exactement la même d’un témoignage à l’autre, l’identification de cet être varie singulièrement et semble dépendre en grande partie des antécédents, de l’éducation et des croyances religieuses de chaque individu. » (page 69 et 70)

     

    La communication entre l’humain et l’être lumineux se fait de pensée à pensée, le mourant étant invité à regarder sa vie. « Une femme relate :

    La première chose qu’Il m’a dite était qu’Il me demandait si j’étais prête à mourir, ou si j’avais accompli quelque chose dans ma vie que j’aurais aimé lui montrer ». (page 72)

     

    Cet examen rétrospectif – un peu comme on regarderait un tableau – a lieu sans condamnation ni jugement. « Le but de la question semble être d’amener les mourants à réfléchir sur leur existence passée, à en redessiner les grandes lignes. C’est, si l’on veut, une interrogation de style socratique, de celles qui n’appellent aucune réponse, uniquement destinée à aider l’interrogé à s’avancer de lui-même sur le chemin de la vérité ». (page 72)

    Suivent 3 exemples.

     

    Raymond Moody en personne s’était déplacé le 17 juin 2006 à Martigues et a participé au communiqué commun rédigé et diffusé dans la foulée. Le Dr Jean-Jacques Charbonier consacre à cette journée le chapitre 11 de son livre Les preuves scientifiques d’une vie après la vie, éditions Exergue, 2009.

     

    Le mieux est encore d’aller butiner les pages de ce J’ai Lu faciles à découvrir.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr