Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dog

  • Epilepsie : des chiens annoncent la crise !

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

     

    Les capacités perceptives des animaux sont différentes des nôtres.DogEpilep23.4.09 002.jpg

    Ils sentent venir un tsunami. Il nous a été dit que certains – des chiens – avaient perçu des cancers à venir, diagnostiqués par la suite.

    Il se trouve que nos amis anglais, toujours très attentifs à leurs « pets » - animaux familiers - ont remarqué que certains représentants canins étaient en capacité de prédire les crises d’épilepsie survenant chez un humain touché par ce qui est un désordre « électrique » interne. Et, logiques, ils ont mis en application cette observation

     

    Ce phénomène a été évoqué l’autre jour par 30 Millions d’amis. J’en ai profité pour prendre en photo sur l’écran télé un de ces 4 pattes affecté à une mission de prévention.

     

    DogEpilep23.4.09 001.jpgC’est assez étonnant à voir tant c’est facile. L’arrivée de la crise est annoncée quelques minutes à l’avance pour le bipède souffrant par la transformation soudaine de son chien en statue. Le compagnon canin devient immobile, rigide, fixe, de la tête à la queue parfaitement immobile.

     

    Pour ceux qui n’ont pas eu l’occasion de voir le reportage il était filmé une jeune femme dont le compagnon canin, habituellement mobile, se figeait dans l’attente de la crise électrique du cerveau humain de sa maîtresse qu’il sentait arriver. Cet animal, véritable veilleur, attend et guette à côté de son maître, lui apportant sa part d’aide par une attitude adéquate. Ce comportement résonne comme lorsqu’une sonnette d’alarme est tirée. Même si sa maîtresse, Hannah, s’essaie à jouer avec lui avec une balle, Milou ne répond pas. Il est focalisé sur elle. Il la regarde. Si par hasard Hannah est inattentive à ces manifestations visibles Milou y va d’un aboiement – mais c’est rare. 

     

    Ces précieuses minutes - entre l’alerte que ses talents de chien lui permettent de ressentir et la crise, dans le reportage il s’agit d’un espace temps de 7 minutes à chaque fois – sont mises à profit par l’humain pour aller soit s’allonger s’il se trouve chez lui, soit trouver un siège évitant une chute s’il est en sortie à l’extérieur.

     

    Car si celui qui est touché par une crise d’épilepsie ne la sent pas généralement arriver, les autres humains – épileptiques ou non – ne le sentent pas davantage.

     

    Il est des lieux ouverts au public – où adultes et enfants présents  – peuvent être témoins involontaires d’une crise d’épilepsie. A la poste ou dans une mairie par exemple. Une personne  venue pour ses papiers est soudain prise d’une crise, tombe à terre, convulse, etc…Je n’invente rien l’ayant vécu à plusieurs reprises. Un cordon sanitaire de 2 à 3 personnes se constitue simplement autour de la personne en crise pour la protéger, lui évitant d’aller se cogner contre un mur ou un angle, en attendant l’arrivée des pompiers appelés entre temps. Parfois la personne à terre récupère avant leur arrivée. Parfois c’est plus long.

     

    Ayant observé la détection par des chien de ces crises, les anglais - toujours pratiques - se sont mis à envisager d’en préparer à devenir des auxiliaires de vie, particulièrement vigilants pour donner l’alerte en amont du déclenchement d’une crise.

     

    A ce jour l’association montré se trouve à Sheffield – Royaume Uni -, se nomme « Supportdogs », et a une  mission envers « assisting disabled people », autrement dit une mission d’assistance aux personnes souffrantes. Elle a mis à la disposition de malades bien touchés par l’épilepsie une trentaine de chiens dressés.

    Ainsi formé un chien est accueilli par un maître avec qui il développe un « feeling », un ressenti à deux qui va offrir à l’humain un total changement de vie.

     

    L’exemple montré par 30 millions d’amis concernait une jeune femme, Hannah B… très touchée – jusqu’à 80 crises d’épilepsie par jour, certaines pouvant être très brèves de quelques secondes. Mais on ne le sait pas avant et le danger est toujours là. Rassurée et libérée par la présence de ce guide à 4 pattes, le nombre de ses crises a chuté à 10 par jour car le stress a été réduit.

    Hannah souffre d’épilepsie depuis l’âge de 6 ans et, en 15 ans - elle a donc 21ans quand Milou caniche géant, vient lui prêter main forte - a accumulé les fractures dont 3 à la mâchoire.

     

    Quand elle est en sortie, si une crise  se prolonge, Milou est porteur sur lui du nécessaire : son numéro de chien et les coordonnées téléphoniques de l’association où quelqu’un répondra – permanence oblige. A partir de là, l’association qui a sous les yeux le dossier d’Hannah prend la situation en mains.

     

    L’explication de la réduction des crises peut être trouvée dans la baisse de l’anxiété en raison de la présence en veille de ce 4 pattes, transformé en auxiliaire de prévention et de vie tout à la fois.

    De plus un sentiment de soulagement peut envahir la personne souffrant d’épilepsie car une présence animale est sans doute vécue comme moins pesante et moins contraignante que celle d’un humain, si dévoué soit-il, 24 heures sur 24 dans le cas présenté. L’animal a indubitablement sur l’humain un avantage majeur : celui de ne pas juger.

     

    Au final, ici, c’est le chien qui acquiert de fait une situation dominante, une position de maître  étant celui qui seul sait.

     

    Bénéfice pour tout le monde car un chien dressé coûte autrement moins cher que la présence d’une personne à assurer 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour ce cas très sévère. La jeune femme ne pouvant jamais être laissée seule qu’il s’agisse de la cuisine, de la salle de bain ou des toilettes.

    Et un animal familier, un ami à 4 pattes, est moins gênant pour la vie privée d’un humain que  la présence d’un autre humain préposé à sa surveillance, comme pour un bébé qu’il n’est plus.  

     

    Il y a bien sûr une explication rationnelle, scientifique à la détection par le chien de la crise qui s’annonce. On le sait, nombre de « découvertes » ont été d’abord des constats empiriques utilisés avec profit, des événements recueillis par l’observation.

     

    En conséquence pourquoi se priver de cet outil que nos grands-bretons emploient Outre Manche sans se poser des questions sans fin. Ce qui ne les empêche pas de mettre en route un programme d’étude scientifique pour y voir plus clair. En cet instant la responsable énumère les possibilités ci-après : modifications comportementales ? changements physiologiques ? tels l’observation par Milou d’une dilatation anormale des pupilles de sa maîtresse ? d’une modification du pH de la peau ? d’une émission de phéromones spécifiques avant la crise ? etc…

    L’essentiel, me semble-t-il, est que les chiens préparés à cette mission l’accomplissent. L’explication viendra plus tard.

    Du côté de la France quelqu’un s’est-il lancé sur ce créneau sans que cela soit connu ?  

     

    Les jeunes, un bel exemple d’une situation de binôme réussie entre chien auxiliaire sanitaire et un humain malade d’épilepsie secouru par ce 4 pattes, vrai frère en animalité et humanité. Après tout Milou fait auprès d’Hannah un travail d’auxiliaire médical.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr ( photo de Milou, caniche géant anglais auxiliaire de vie formé par l’association « Supportdogs », assisting disabled people, Sheffield – Royaume Uni, en haut; plus bas avec sa maîtresse Gannah qui le tient en laisse dans le centre commercial où elle est interviewée. On voit bien en jaune la pochette d'information que porte Milou)