Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

darwin

  • Homme et espèces

    especes-d-especes-arte-1924921_maxi.jpgSamedi 14 novembre 2009 Arte a proposé à 20 h 45 sous le titre Espèces d’espèces un génial documentaire, réalisé par Denis Van Waerebeke et Vincent Gaullier.

    Je me suis régalée avec ce film excellent !

    A enregistrer si vous le souhaitez.

    Moi, je l’ai fait. Ainsi les jeunes passant à la maison pourront le regarder s’ils le souhaitent.

    On y voit très bien la place infiniment petite de l’homme.

    Le fait qu’il est, sans doute, le seul à pouvoir raconter l’histoire de la vie.

    J’ai trouvé réconfortant que l’on soit fabriqué avec de multiples capacités acquises au cours de millions et de millions d’années d’évolution.

    Ainsi l’hémoglobine, que l’on partage avec le requin blanc.

    Et aussi une évolution de ces données en fonction de nouvelles découvertes.

    Les grenouilles, par exemple, sont maintenant à part.

    Voici l’annonce qui accompagne ce document d’1 heure 21 qui fête la naissance de Charles Darwin né en 1809 en Angleterre à Shrewsbury, papa de l’évolution, auteur en 1859 de L’origine des espèces, décédé à Down en 1882.

    « Des millions d'espèces peuplent la planète. Et moi et moi et moi ? L'homme en constitue une parmi toutes les autres, au sein d'une même et immense famille. Mais c'est la seule, il est vrai, qui a eu l'idée de classer l'ensemble. Comment faire ? Quels critères de tri utiliser ? Le nombre de pattes ? Les ailes, les plumes, les poils, les écailles ? Pas si simple, on le savait. Mais si rigolo et si passionnant : il a fallu aux profanes attendre Espèces d'espèces pour le découvrir avec autant de facilité. Vertigineux ! Nous sommes amniotes comme l'aigle royal et tétrapodes comme le serpent à sonnettes - si, si, ce dernier appartient à la lignée des quatre pattes d'un point de vue évolutif, même si l'ancêtre commun à tous les serpents a préféré la reptation, au détriment de ces appendices devenus encombrants. Le crocodile, lui, est plus proche du canari que de la vipère. Quant à la bactérie, elle n'est pas moins "évoluée" qu'homo sapiens, bien incapable, malgré ses grands airs, de se reproduire quatorze fois par minute à une température de 100 °C »

    Et le lien pour accéder encore quelques jours à ce film riche d’enseignements.

    http://www.tv-replay.fr/14-11-09/especes-d-especes-arte-1924921.html

    A déguster dès le plus jeune âge ! Pour aller mieux observer ensuite le réel.

    contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration : le présentateur de l’évolution)