Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dailymotion

  • A propos de Facebook, My Space, etc…

    Vous disposez sur la page intitulée "index thèmes blog" des sujets récapitulés avec les jours où les trouvez. Merci

    Les objets, les outils sont positifs ou négatifs selon l’usage que l’on en fait. Impossible de les qualifier en tant que tel de bons ou mauvais ou encore indifférents. Facebook, My Space et les autres sont de ces outils là.

    Un copain de 19 ans, il y a une semaine, en bavardant en instantané d’un bout à l’autre de la planète, me disait : « C’est dangereux Facebook. C’est dangereux le Net ». On se connaît très bien sur pieds ayant bossé ensemble quelques mois à Paris. Mon interlocuteur, après avoir été hyper présent sur les réseaux sociaux, venait de tout arrêter. Devenu volontairement quasi injoignable, il reste quand même pour se parler msn/Windows Live quand il s'y connecte et une adresse mail. En réponse à ce propos accompagné d'autres rermarques, je lui avais rétorqué : « Non. C’est fonction de ce que tu confies sur ces supports. »

    On nous a saoulé ces temps-ci sur les employeurs qui allaient voir les fausses maladies de leurs employés, ou à propos de futurs candidats à un travail rattrapés par des iconographies pas forcément dans le bon sens. Etc…

    Mais pourquoi se plaindre ? Ce Net entré dans les vies quotidiennes n’expose aux yeux de tous que ce que chacun choisit d’y mettre. Plus besoin d’aller passer à la radio ou à la télé, d’être l’objet d’un article dans la presse écrite : le Net est là et chacun peut exposer tout ce qu’il veut de sa vie, se mettre en scène, dire ce qu’il fait en ce moment , comment il passe ses journées et des soirées tardives « au ministère »  pour les parisiens, étaler ses sorties, ses vacances, ses réactions sur l’actualité, des vidéos, des photos, des articles,…Avec tous les amis qui peuvent mettre des tags, des marques, des commentaires, des « j’aime bien » à l’infini. Les liens sociaux sont instantanés, multiples dans la minute. On se poke. On écrit sur les murs. La vie de chacun des 150 millions à ce jour, en gros, de facebookiens de par le monde s’étale ainsi, comme on ne l’eut pas fait pas dans les circuits journalistiques traditionnels. Il ne faut pas s’étonner que toutes les informations fournies spontanément, gratuitement et sans la moindre pression soient capturées au passage, mémorisées, analysées, criblées, ressorties au besoin.

    Certains ont pu lever des boucliers individuels pour que facebook ne s’accapare pas des données passées et ont obtenu gain de cause. Gare aux illusions ! Bon nombre de vos interlocuteurs auront attrapé et archivé au passage ceci ou cela. Pas besoin ensuite d’aller incriminer le créateur de Facebook. Commençons par nous discipliner si nous ne voulons pas avoir des surprises demain ou plus tard. Sinon soyons prêts à assumer les imprévus qui peuvent découler de toutes ces informations mises sur la place publique. Ceci pour le négatif possible.

    Car il n’y a pas que du négatif. Comme n’importe quel outil, le Net apporte autant - sinon plus - de positif que de négatif. Certains utilisent Face book pour lancer des groupes aussi divers que variés. Ainsi je signale ici des cafés organisés par une certaine Anne-Marie sur des faits de société. Deux belges ont eu l’idée récemment de lancer  des regroupements – chacun à sa place – en utilisant la pensée à une heure donnée durant quelques minutes pour lancer de l’énergie positive pour tel ou tel fait; si l’on n’y croit pas, du moins cela ne peut pas faire de mal en aidant à positiver. Car positiver est bon pour la santé, c’est un fait observé. On peut aussi lancer des SOS pour sauver une entreprise familiale mise en péril par le décès imprévisible de son responsable. Ou pour aider à la remise à un petit garçon de 8 ans qui en a besoin d’un médicament qui existe et dont il est privé en raison d’un changement inattendu de propriétaire du laboratoire fabricant.

    Les politiques sont aussi en plein dedans. Dominique Paillé, UMP proche du Président – j’en parle car il  est de mon secteur électoral en province – annonce sur facebook un café politique à la Mairie de Montreuil le 4 mars prochain de 19h00 à 21h00, thème : le travail dominical. Avis aux intéressés.

    Demain, jeudi 26, c’est le médiateur crédit – René Ricol – et le médiateur crédit délégué – William Nahun – qui sont présents à 20h00 au Terrass Hôtel 12 rue Joseph de Maistre, Paris, 18ème . Important pour tous ceux et celle qui ont des

    soucis d’obtention de crédit par leurs banques. Je pense aller aux renseignements pour de jeunes amis du Sud pouvant développer des actions cheval/jeunes et qui ont été pour l’instant « recalés » par le circuit bancaire.

    Myspace est fréquenté par toutes sortes de personnes. Je m’y rends pour suivre et écouter des amis musiciens. Je me suis retrouvé involontairement sur Dailymotion ayant été filmée lors d’un café public à thème. Les blogs sont multiples.

    Au milieu de cette surabondance, il est possible de se lancer. Et rien n’empêche des liens établis virtuellement de devenir plus concrets en se voyant ensuite sur pieds. Là je parle de centres d’intérêt – autour de la nature, des animaux, de circuits de découvertes – sans doute plus  importants en dehors de Paris qu’à Paris dont je vous parle beaucoup, y vivant actuellement. Il est clair que si je vous écrivais de Patagonie ou du Groeland les sujets seraient sans doute très terre à terre, très portés sur notre mère nourricière la terre.

    Bien de nos ancêtres auraient aimé disposer du pouvoir de l’outil qu’est le Net. Puisque nous sommes les vivants de 2009, à nous d’y aller et de faire pour le mieux. A chacun d’user du  Net selon ce qu’il ou elle pense le mieux pour soi-même, sa famille et  son entourage. Le Net peut être un outil fabuleux ! avec un minimum de sagesse et de prudence.

    Contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr (      )