Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

christophe barbier

  • Copenhague: état de la planète

    Le jeudi 3 décembre 2009 C dans l’Air a évoqué « Copenhague : plutôt verts que morts ». A voir si vous avez envie d’entendre les points de vue de Laurent Cabrol journaliste spécialiste de la météo, Jean Jouzel climatologue, Christophe Barbier L’Express et Yves Paccalet naturaliste.

    Tous sont d’accord sur le réchauffement climatique.

    Quel que soit le résultat obtenu, ce ne sera jamais plus comme avant.

    Au passage, il est question de l’alimentation à assurer pour une population qui va encore augmenter au plan mondial. Mais, il est constaté que quand les filles vont à l’école, quand elles deviennent instruites, elles font moins d’enfants. L’augmentation de la population se trouve alors freinée.

    Pour Yves Paccalet, naturaliste, il va falloir aller vers davantage de partages, des plus riches vers les plus pauvres.

    Entre Laurent Cabrol et Jean Jouzel il existe des divergences connues. Pas à propos du réchauffement, reconnu par tous. Mais à propos des raisons de ce réchauffement, Laurent Cabrol pointant du doigt les gouffres de méconnaissance à propos du climat. A juste titre de mon point de vue.

    Christophe Barbier est parfaitement optimiste. Pour lui, ce que l’homme a fait de négatif il peut le défaire. Le directeur de la rédaction de l’hebdomadaire L’Express fait confiance à l’ingéniosité de l’espèce humaine, à ses talents. Quant au contrôle des mesures prises, pour lui ce serait un contrôle quasi automatique par le peuple citoyen, le peuple contribuable et le peuple consommateur

    Après avoir assisté au sauvetage des baleines, entre autres, les grands de ce monde vont se réunir pour une nouvelle étape du « Sauver la planète ! ». Une affaire à suivre dès le plus jeune âge quand on est intéressé.

    contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • France redécoupée


    Un sujet plus léger le mercredi 21 octobre, toujours dans C dans l’Air, et qui concerne tous les français quel que soit l’âge. LeBarbier.jpgtitre est « La France se prépare aux élections ».

    Marleix_320x240_Marleix.jpg

    Christophe Barbier, Directeur de la rédaction et chef du service Politique de l’Express, toujours génial dans ses propositions d’idées, indique que là Nicols Sarkozy, Président de la République, procède à une mise à jour qui aurait dû être faite par la gauche. Le redécoupage électoral est, en effet, prévu à l’issue de plusieurs recensements.

    Il est à noter que c’est toujours monsieur Marleix qui a repris ses ciseaux pour procéder à cette mise à jour d’une carte qu’il connaît sur le bout des doigts. Cette opération visant à ce que chaque circonscription pèse en électeurs le même poids, ou presque pour faire un élu.

    En pratique que cet écart ne soit plus de 1 à 6 mais seulement de 1 à 2.

    Alain Marleix n’est pas l’objet de vague ni d’humeur car ilexcelle dans cet exercice qui va mettre fin à une surreprésentation rurale.

    Evidemment le gouvernement qui découpe ne s’oublie pas ; c’est humain.

    Au passage, noter la sanctuarisation de sites habituellement favorables au Parti Communiste, manière de s’assurer une position solide face au Parti Socialiste. Du moins c’est ce que j’ai saisi en stratégie.

    A souligner que le découpage ne produit pas les résultats.

    Et Christophe Barbier, jaillissant d’idées, note qu’il pourrait aussi être tenu compte dans ce découpage de la typographie – on se déplace plus aisément en terrain plat qu’en zone montagneuse, la sociologie – un député du 16 ème arrondissement voit son rôle d’assistante sociale moins développé que dans un quartier moins aisé, etc…

    Guy Carcassonne, agrégé de droit public et de droit constitutionnel, mentionne que, pour quand même 44 % des circonscriptions, qu’elles soient de droite ou de gauche, les résultats ne créeront aucune émotion. Par contre pour les autres 56 %, c’est le domaine du suspense.

    En 2014, c’est loin ou proche selon la situation occupée, ce sera la première élection des conseillers territoriaux. On passera alors à 3.000 élus locaux au lieu des 6.000 actuels.

    Roland Cayrol, fondateur et conseiller de l’institut de sondage CSA, souligne la nécessité d’une meilleure visibilité. Donne son point de vue à propos de la suppression de la taxe professionnelle.

    Il est question des grands pôles urbains dont la France a à se doter et de leur périphérie.

    80 % des français vivent en ville.

    Et les habitants de la périphérie peuvent profiter, quand ils viennent en ville, d’équipements qu’ils n’ont pas payé.

    Pascal Perrineau, Directeur du Centre de recherches politiques de Sciences-Po, participe à l’échange, animé par Yves Calvi.

    Moins de 18 ans, une émission agréable de culture générale et politique. A profiter durant encore 2 jours à l’occasion des vacances scolaires.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration: en haut à gauche Christophe Barbier, à droite Alain Marleix)