Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chrétiens

  • Résurrection = Pâques

    La fête de Pâques, pour les chrétiens, est le signe de la Résurrection de Jésus-Christ, homme et Fils de Dieu pour eux.

    La mort de Jésus en croix, puis une mise rapide au tombeau car le sabbat va commencer, met fin aux espoirs des disciples du nazaréen (Jésus a vécu 30 ans durant à Nazareth). Les adeptes de Jésus, juifs pratiquant, rentrent chez eux pour y passer le sabbat dont le "repos" rituel est destiné à se consacrer à Yaweh, à se ressourcer auprès de Lui en mettant entre parenthèses - à l'occasion de chaque fin de semaine - les précoccupations terrestres.

    A la fin de ce sabbat, à la première heure, les femmes du groupe des proches qui suivaient Jésus, insatisfaites des soins trop hâtifs donnés au corps du Messie, se précipitent pour compléter un ensevelissement un peu bâclé à leurs yeux. Manque de parfums, notamment. Surprise: la pierre du tombeau est roulé, les linges qui avaient enveloppé le corps sont  pliés et il n'y a plus de corps ! Où est passé le corps de Jésus ? Retour près des hommes.

    Ceux- là, alertés, pensent à des radotages de "bonnes femmes". Pierre, comme responsable, et Jean, comme disciple préféré, courent au tombeau et trouvent les choses telles que les femmes  leur ont dit.

    En fait c'est à une femme que Jésus choisit de se montrer d'abord et de parler, tandis que l'enthousiaste Marie-Madeleine lui étreint les pieds de joie. Il charge cette messagère de la mission d'aller rapporter aux apôtres, éberlués, sa rencontre avec Jésus.

    Le soir de ce même jour, Jésus ressuscité fait route avec 2 disciples qui rentrent chez eux au village d' EmmaÜs. Ils lui confient leur tristesse et leurs espoirs déçus. Face à ce désarroi, Jésus parle de ce que les Ecritures annonçaient et leur ouvre les yeux. C'est quand Jésus disparaît subitement  à leurs yeux qu'ils l'identifient, a posteriori, comme le Christ, ce Messie envoyé de Dieu qui vient de mourir sur une croix à Jérusalem. Ces 2 là  décident de retourner à Jérusalem, tout joyeux d'aller faire part aux autres disicplesde le bonne nouvelle: Jésus est ressuscité !

    Et le même soir, Jésus se montre à ses 11 apôtres (le 12 ème, Judas, s'est pendu après avoir livré Jésus aux autorités romaines d'occupation), enfermés par peur de représailles, surgissant parmi eux sans utiliser de porte ni de fenêtres. Sa 1 ère parole à ces êtres effrayés est: "La paix soit avec vous !" , la salutation traditionnelle en pays d'Orient.

    Voilà, les jeunes, les évènements qui vous valent un jour férié au lendemain de Pâques, en France, pays aux racines chrétiennes. 

    J'espère que tout s'est passé selon votre coeur. Et je vous souhaite plein de courage pour la reprise de l'école demain. 

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr  

  • Aron Jean-Marie LUSTIGER , un passeur de frontières:

                                                                                              

                                                   e70e0fc0ecfc2b487f3fc0edd92eef27.jpg 

    De la Torah à la Tob, de "Shema Israël ! " à la cathédrale de Paris, Aron Lustiger né en 1926 devient archevêque de Paris en 1981, puis cardinal en 1983. Il est élu à l'Académie française, le 15 juin 1995. Demeuré juif et devenu chrétien, Aron Jean-Marie Cardinal Lustiger décède le 5 août 2007. Dans un ouvrage édité en 1990, il évoque ce qui suit dans la conclusion du Chapitre intitulé "Que sert à l'homme de gagner l'univers …?":

    "N'oublions pas, et c'est ma conclusion, les raisons qui ont engendré tout le progrès: la volonté d'aider l'homme et de le délivrer de servitudes diverses pour aboutir à une délivrance authentique. Il ne faudrait pas qu'entre temps, les moyens deviennent tellement fascinants qu'ils se substituent aux fins, ou que les objets produits se substituent à l'homme lui-même qui en a besoin et doit s'en servir. Il est faux de réduire l'homme à être un travailleur; il est avilissant de le réduire à être un consommateur. L'homme n'est pas que travailleur; l'homme n'est pas que consommateur. (…)" (p.323 de Dieu Merci, Les Droits de l'Homme", 1984-1989, Criterion).

    Jeunes, croyants ou non, la confusion des moyens et des fins est-elle toujours d'actualité pour vous ?