Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bioéhique

  • Bioéhique, Jérôme Lejeune et les autres

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

     

    Alors que la bioéthique est à l’ordre des ces mois (voir billet du 19avril "Bioéthique: on révise ! "), voici l’information que 6foetus.jpgj’ai reçue, parue dans Tom Pouce, n°99 qui vient de sortir en avril 2009.

    L’association qui édite Tom Pouce se nomme : « FEA (= Femmes et Enfants d'Abord)- Secours aux Futurs Mères, 6 Cour  Saint Eloi Paris 12 ème » et son fondateur est Jérôme Lejeune (1927-1994). J’ai déjà parlé de cette association le 30 juin 2008 dans "Tom Pouce, l'Enfant à naître" et le 4 janvier 2008 avec "La vie, c'est quoi ? ", évoquant également, en parallèle, la possibilité de l’avortement devenu légal en France depuis  la loi de 1975 dite "loi Veil".

     

    Chacun est libre de penser ce qu’il veut du découvreur, Jérôme Lejeune,  quant à sa position pro vie.

    Impossible toutefois d’oublier les aptitudes constantes à la recherche de ce médecin généticien qui en 1959, il y a donc 50 ans, était le premier à découvrir que le mongolisme était causé par la présence d’un petit chromosome en plus. Et non pas en moins. Pour la première fois le chromosome surnuméraire de la trisomie 21 était évoqué par ce jeune homme de 32 ans dans une note parue dans les Comptes Rendus de l'Académie des Sciences. Une trentaine d’années plus tard, alors qu’il souffrait d’un cancer, il continuait les dernières semaines de sa vie à chercher la raison de la genèse du cancer avec le Professeur Lucien Israël, son médecin traitant.

    Impossible aussi d’oublier l’humanité de Jérôme Lejeune quand, accueillant des parents et leur enfant touché par cette trisomie 21, il trouvait les mots pour les réconforter alors que nos malheureux concitoyens s’étaient fait virer voire injurier, littéralement, par des soignants qui rejetaient enfant et parents en bloc. Totalement inconscients du fait que cet accident génétique aurait pu les concerner, eux aussi, comme parents.

    Ceci pour évoquer ce titulaire de la première chaire de génétique fondamentale à Paris, en quelque sorte le père de la génétique moderne.

    On pourrait y penser lors de chaque Téléthon.

    Le numéro 99 de Tom Pouce indique ce qu’il en est dans quelques pays quant à l’avortement, l’euthanasie, la vie.

    « Etats-Unis : Ce sont 300 000 personnes qui se sont rassemblées dans les rues de Washington pour la 6 ème marche pour la vie.

    Mexique : Au mois de janvier se tenait l’Assemblée du Congrès : « Rencontre mondiale des familles » réunissant quelques 10 000 participants venus de tous les continents. Les témoignages de parlementaires chiliens et argentins se sont révélés particulièrement engagés dans la défense de la vie.

    Le Président fédéral du Mexique, Felipe Calderon a déclaré : « Il est de la responsabilité de l’Etat de reconnaître et de soutenir la famille qui est la cellule de base de la société (…). A l’encontre de ces déclarations, la ville de Mexico a dépénalisé l’avortement en avril 2007, mais cette disposition ne s’applique que dans les limites de la capitale.    

    Uruguay : Le Parlement uruguayen vote pour la dépénalisation de l’avortement alors que le Président Tabare Vasquez, socialiste et médecin de profession a répété à plusieurs reprises qu’il y opposerait son veto. Le texte doit être soumis au pouvoir exécutif en vue de sa promulgation. Si le Président maintient  son veto, les deux chambres devront se réunir et se prononcer à une majorité des 3/5 èmes. L’Uruguay compte 3,3 millions habitants ; on estime que 35.00 femmes avortent chaque année clandestinement.

    Chili. Brésil : Dans ces deux pays (…) pas de consensus favorable à l’avortement au sein de la majorité présidentielle.

    Vénézuela. Bolivie : Dans ces deux pays (…) pas non plus de consensus en faveur de l’avortement thérapeutique.

    Nicaragua : Fin 2006, la gauche a voté l’interdiction de l’avortement thérapeutique.

    Espagne : A Madrid un immense rassemblement d’environ 100 000 personnes a déferlé dans les rues de la capitale pour proclamer haut et fort le respect de la vie et de la famille.

    Luxembourg : Le Grand-Duc Henri, début décembre, a refusé d’approuver la loi légalisant l’euthanasie qui devait être adoptée prochainement par la chambre des députés. Pour débloquer la situation, le Premier Ministre Claude Juncker suggère de modifier la Constitution de façon à retirer au Grand-Duc le pouvoir d’approuver les lois, lui laissant seulement celui de les promulguer. Cela restreindrait considérablement son pouvoir.

    France : A Paris, le 25 janvier s’est déroulée de la place de la République à la Bastille la 25 ème marche pour la Vie qui a réuni, selon les organisateurs, de 15 000 à 20 000 personnes, 2 800 selon la police. Des délégations d’Irlande, de Suisse, de Pologne et d’Allemagne s’étaient jointes aux parisiens et aux représentants de nombreuses provinces. (…)

    A l’issue de la marche, un jeune étudiant en médecine de 24 ans a été agressé dans le métro, à la station Bastille par deux jeunes d’une vingtaine d’années qui se sont assis à côté de lui, se sont emparés de la documentation qu’il détenait en faveur de la vie, l’ont insulté et frappé au visage. »

    L’axe pro-vie de Jérôme Lejeune n’est pas tombé du ciel. Il s’est venu à lui suite au constat en 1969, 10 ans après sa trouvaille du chromosome surnuméraire, que sa découverte allait servir non pas tant à soigner les trisomiques qu’à démarrer une sorte de tri sélectif pour les éliminer.

    Ceux qui ont envie de regarder comment la Fondation Jérôme Lejeune répond aux questions sur la vie en général peuvent aller jeter un coup d’œil sur le site www.fondationlejeune.org ou se procurer gratuitement le Manuel de bioéthique de la dite Fondation en écrivant à Fondation Jérôme Lejeune 35 rue Galante 75005 Paris.  

    Il n’est jamais mauvais d’aller voir comment d’autres peuvent raisonner. Avec tous les cas de figures soulevés dans le cadre des Etats Généraux de la bioéthique, il y a de quoi réfléchir. Chacun restant libre, bien sûr, au plan individuel, de ses choix – avortement ou vie, euthanasie ou pas. Avec en France une IVG (Interruption Volontaire de Grossesse) légale et encadrée alors que l’euthanasie, possible en Suisse, demeure légalement interdite en France.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (cliché google: vie aquatique précédent la vie aérienne)