Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

benzoni

  • Maurice de Saxe Juliette Benzoni

    maurice de saxe,benzoniUne vie inhabituelle, celle de Maurice de Saxe, maréchal général de France, écrite par la plume alerte et avisée de Juliette Benzoni, vie parue sous le titre Fils de l’Aurore chez Perrin en 2007 puis aux éditions pocket en décembre 2008 tome 2 de la série Le sang des Kœnigsmark.

     

    Voici le résumé donné par l’éditeur : « Pendant des années, afin de le soustraire à la vindicte du ministre Flemming, Aurore de Koenigsmark a caché son fils Maurice en le faisant transporter de ville en ville, hors de Saxe. Devenue elle-même chanoinesse de Quedlinburg, elle a dû le confier à des précepteurs, à des valets, tandis qu'elle se consacrait à ce qui était devenu le but de sa vie : le faire reconnaître par le roi de Pologne Auguste II - l'ancien Electeur Frédéric-Auguste de Saxe - comme son fils. Bâtard bien entendu, mais autorisé à s'appeler Maurice de Saxe. Pour cela, faisant taire son amour, elle saura devenir l'amie, la confidente, voire l'ambassadrice occulte de son ancien amant. Et elle gagnera. Mais sa revanche sur la vie, c'est de France qu'elle viendra. Et combien éclatante ! Car cet enfant le plus souvent éloigné d'elle, sevré d'amour, porte en lui un véritable génie militaire. Dès treize ans, il entame une fantastique carrière qui fera de ce trop jeune fantassin saxon d'abord un comte de Saxe, puis un maréchal de France sauveur de son pays - car la France est devenue sa patrie d'adoption -, le héros de FontenoyLouis XV lui-même se mettra à ses ordres, enfin le roi du sublime Chambord avec les droits de prince souverain, et l'organisateur du mariage de sa nièce Marie-Josèphe de Saxe, dont les enfants s'appelleront Louis XVI, Louis XVIII, Charles X... Une vie menée au galop de charge par un homme irrésistible, semant les aventures féminines qui, parfois, se révéleront passions. Ainsi l'amour quasi légendaire qui l'attachera à la grande Adrienne Lecouvreur. Ainsi cette aventure princière qui fera de sa mort un mystère... »

    J’ajoute que Marie-Josèphe de Saxe épouse du Dauphin aura avec lui deux autres enfants Madame Elisabeth morte sur l’échafaud et celle qui sera la reine Clotilde de Piémont Sardaigne. (p. 394 texte pocket)

    Maurice de Saxe sera aussi avec Marie Rinteau actrice le père d’une petite fille baptisée à l’église Saint Gervais Saint Protais sous le prénom d’Aurore avec pour parrain le marquis de Sourdis ami du maréchal et pour marraine Geneviève Rinteau. Six ans plus tard cette petite fille devient pour l’état civil Marie-Aurore de Saxe (p. 408 pocket), grand-mère de George Sand dont on sait l’énergie. Un tempérament qui a de qui tenir du côté Maurice de Saxe.

    Maurice de Saxe a failli devenir souverain de La Courlande, aujourd'hui Lettonie. (p. 260)

    Alors qu'il est encore tout jeune, en hiver, avec un gel à pierre fendre, lors d'une étape des fantassins dont il est à Hanovre, la triste réalité est que "les pieds du gamin étaient en sang et son dos comme ses épaules couverts de bleus par le poids des armes et du sac". On lui propose alors de continuer en voiture. Il refuse, poursuivant jusqu'à Bruxelles à pied avec sa charge "serrant les dents". (p.117-8)

     

    Je conseille ce livre très instructif à plusieurs niveaux. Celui de la guerre et de la diplomatie en Europe, celui des responsables du pouvoir – Saxe, Russie, Pologne, Angleterre, etc…, celui de la France avec le rôle intéressant de Philippe d’Orléans auprès d’un Louis XV encore mineur, celui du génie militaire de Maurice de Saxe qui sera lu par Napoléon et de sa volonté de préserver au maximum la vie de ses militaires lors des combats et en dehors à une époque où ce n’est guère un souci des chefs. Maurice de Saxe est le premier à donner l’exemple en conduisant les assauts les plus spectaculaires, donnant sans compter de sa personne. De plus, j'gnorais a manière assez extraordinaire dont il avait redonné vie au château de Chambord; il me faudra le revisiter avec ce savoir en tête. 

    En outre une description de Paris en 1720 est faite en citant Le Paris des lumières d'Afred Fierro et Jean-Yves Sarrazin Editions de la Réunion des Musées Nationaux. (p.176)

    L'auteur mentionne en bibliographie les Mémoires du baron Adrien de Tricornot, présent au transfert des restes de Maurice de Saxe en août 1777 au temple de Saint Thomas à Strasbourg. Ces mémoires ont été imprimées et diffusées pour le seul usage familial. (p. 437, 440)    

    Que ce livre soit un roman aisé à lire n’ôte en rien la réalité d’une excellente documentation. Et ces événements n’étant pas si lointains. 

    Cet homme que je ne connaissais que de nom et par son titre de maréchal m’a interpellée. C’est le 11 janvier 1747 que Louis XV fait, avec raison, Maurice de Saxe « maréchal général, un titre prestigieux – l’équivalent de connétable de France – que seul Turenne avait porté avant lui. » (p.386 pocket)

    Cet ouvrage n'est pas pour inciter les garçons ou les filles à la guerre. Mais pour leur faire passer le message qu’avec de la volonté et en mettant les moyens on peut arriver à atteindre le but que l’on s’est fixé dans la vie. Sans se laisser décourager par  les propos parfois pessimistes de certains à qui il est préférable alors de ne rien dire, ou alors le strict minimum. Ayez foi en vous les jeunes !

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr