Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

benoît xvi

  • Préservatif et Pape

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci 

    Il se trouve que l’autre jour, j’ai entendu la phrase intégrale du Pape Benoît XVI,

    interviewé dans l’avion l’emmenant en Afrique. Son propos, dûment raccourci, avait déclenché un tumulte fou. Je me suis dit qu’une fois de plus, en ne remontant pas aux sources, on déformait les propos. Pas très portée sur la défense d’un Pape un peu rétro, j’ai laissé filer.

     

    Et puis un message d'un curé,  tout prêt, m’est arrivé, transmis par une amie. Le curé en question je le connais bien. Une vocation très tardive. Durant des années il a bossé à la météo d’Eure et Loir, département où je séjournais très souvent. Et j’écoutais très souvent les prévisions du temps présentées par Alain Pessac, actuellement curé d’une paroisse du Perche. Cet homme est au fait des réalités et des contraintes liées au VIH/Sida. Ce n’est pas lui qui tiendrait des propos anti-préservatifs.

     

    Donc pas suspect, à mes yeux de professionnel de santé, je transmets l’article qui a retenu son attention, et dont le fond proposé permet la réflexion.

    Rassurez-vous je ne connais pas Sant’Egidio ni les Camilliens évoqués dans l’article. Je ne connais pas davantage Guillaume de Prémare.

     

    « Le Pape et le Sida - Petit exercice pratique

    Simples fidèles catholiques, nous prenons l’initiative d’agir dans l’urgence pour

    faire entendre une parole de raison au coeur de la tourmente médiatique.

    Puisqu’il est dit que la parole du pape est incompréhensible, voici un exercice

    pédagogique et non polémique qui permet de mieux la comprendre.

    ETAPE 1 : LISEZ CETTE PHRASE

    “ (…) on ne peut résoudre ce fléau en distribuant des préservatifs : au contraire,

    cela risque d’augmenter le problème. ”

    ETAPE 2 : LISEZ CE TEXTE

    Benoît XVI : Je pense que l’entité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte contre le sida est justement l’Eglise catholique, avec ses mouvements, avec ses réalités diverses. Je pense à la communauté de Sant’Egidio qui fait tellement, de manière visible et aussi invisible, pour la lutte contre le sida, je pense aux Camilliens, à toutes les soeurs qui sont au service des malades… Je dirais que l’on ne peut vaincre ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires. S’il n’y a pas l’âme, si les Africains ne s’aident pas, on ne peut résoudre ce fléau en distribuant des préservatifs : au contraire, cela risque d’augmenter le problème. On ne peut trouver la solution que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité, c’est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui implique une nouvelle façon de se comporter l’un envers l’autre, et le second, une amitié vraie, surtout envers ceux qui souffrent, la disponibilité à être avec les malades, au prix aussi de sacrifices et de renoncements personnels. Ce sont ces facteurs qui aident et qui portent des progrès visibles. Autrement dit, notre double effort pour renouveler l’homme intérieurement,

    donner une force spirituelle et humaine pour un comportement juste à l’égard de son propre corps et de celui de l’autre, et notre capacité à souffrir, à rester présent dans les situations d’épreuve avec les malades. Il me semble que c’est la réponse juste, l’Eglise agit ainsi et offre par là même une contribution très grande et très importante. Remercions tous ceux qui le font.

    Source : salle de presse du Saint-Siège (traduction La Croix)

    ETAPE 3 : REPONDEZ A 2 QUESTIONS

    1. Recevez-vous les propos du pape exactement de la même manière après la 1ère étape

    et après la 2ème étape?

    2. Qu’arrive-t-il lorsqu’on isole un morceau de phrase d’un propos global ?

    ETAPE 4 : QUESTION FINALE

    Sachant que :

    - L’Eglise catholique connaît la réalité du Sida sur le terrain (25% des structures s’occupant des sidéens sont catholiques).

    - Le pape est un homme de très haut niveau intellectuel et spirituel qui connaît très bien à la fois la pâte humaine et la question du Sida.

    Répondez à la question suivante :

    Finalement, les propos du pape ne méritent-ils pas qu’on leur accorde un

    minimum de considération et de réflexion ?

    NCE PAPE - SIDA

    Document rédigé par Guillaume de Prémare

    L’Eglise n’est pas isolée

    « L’Eglise n’a pas le monopole de l’abstinence ! En tant que chef de l’Etat, j’ai pris des engagements dans ce sens depuis 2002 dans le cadre de la campagne «C’est ma vie». L’objectif était de mettre les gens devant leurs responsabilités.

    Parmi les engagements proposés, certains faisaient directement appel à l’abstinence. »

    La position de l’Eglise est reconnue en Afrique

    « Les Français aiment la polémique, c’est leur côté gaulois ! Certains critiquent la position de l’Eglise en prétendant défendre les Africains. Soit. Mais la plupart n’ont jamais mis les pieds chez nous ! Je leur conseille de venir faire un séjour au Burkina. Chez nous, l’imam, le prêtre et le chef coutumier travaillent de concert : tous ont l’ambition d’affronter le même mal. Se focaliser sur le préservatif, c’est passer à côté du problème du sida. »

    L’action de l’Eglise est reconnue en Afrique

    « Beaucoup de gens ignorent le travail de l’Eglise en Afrique. En France, l’intelligentsia ne comprend pas cette proximité avec les responsables catholiques. Chez nous, l’Eglise est d’abord synonyme d’écoles et de dispensaires. Le débat sur le sida n’est pas théorique, il est pratique. L’Eglise apporte sa contribution. Si l’abstinence est un moyen de prévention, nous n’allons pas nous en priver ! »

    Résister aux organismes internationaux

    « Face aux organismes internationaux, il faut savoir résister. On peut nous conseiller, mais pas faire à notre place. [...]

    Les Européens n’éprouvent pas le danger du sida de la même manière que nous. Pour les Burkinabés, le danger est immédiat. La pandémie est une réalité visible, elle frappe votre famille, vos amis les plus proches. En Europe, vous avez peut-être le loisir de faire des thèses pour ou contre la morale. Au Burkina, nous n’avons pas le temps. »

    Décalage entre les médias et la réalité

    « Il y a souvent un gouffre entre ce que disent les médias et ce qui se passe sur le terrain. En Afrique, nous vivons avec le sida au quotidien. Le débat sur le préservatif, tel que vous le présentez, ne nous concerne pas. »

    Source : Famille Chrétienne - 12/02/2005

     

    L’Eglise contribue à la prévention du Sida

    « Je demande aux Occidentaux de ne pas nous imposer leur unique et seule façon de voir. Dans des pays comme les nôtres, l’abstinence et la fidélité sont des valeurs qui sont encore vécues. Avec leur promotion, nous contribuons à la prévention contre le sida. » Source : Famille Chrétienne

     

    Encourager la fidélité dans le mariage

    « L’Ouganda a été le premier pays à combattre résolument l’épidémie du SIDA au début des années 90. La position forte et claire du président Museveni a constitué l’élément décisif qui a ralenti la diffusion du SIDA, faisant passer le taux de personnes affectées de plus de 25% à 6% en 2002. Il a prêché le bon sens et non le préservatif, encourageant l’abstinence avant le mariage et la fidélité dans le mariage, comme des valeurs culturelles. » Source : Famille Chrétienne

     

    Même remise dans son contexte, je peux dire que la phrase du Pape n’était pas très heureuse : « S’il n’y a pas l’âme, si les Africains ne s’aident pas, on ne peut résoudre ce fléau en distribuant des préservatifs : au contraire, cela risque d’augmenter le problème. ». Ce risque d’augmentation de problème par distribution de préservatifs venait fort mal. Les médias n’ont pas manqué de s’en emparer. Ceci étant, chrétiens ou pas, croyants ou pas, voilà des questions humaines propice à déclencher une réflexion sur des sujets qui nous concernent tous à un moment ou l’autre de notre vie. Pas besoin d’avoir 18 ans pour y penser !

    Contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr 

  • Lourdes et Benoît XVI

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouvez . Merci.    14 septembre: 56 visites, 

    Pleins feux sur Lourdes ce dimanche 14 septembre 2008. Avec la présence de Benoît XVI.

    On accède à Lourdes -lourdes-76.jpg lieu d’apparitions pour les catholiques de Marie, mère de Jésus, à Bernadette - soit par la route, soit par les airs – l’aéroport d’Ossun est à 10 kms de Tarbes et 10 kms de Lourdes, modèle européen pour l’accueil des personnes à mobilité réduite -, soit par train.

     

    Deux voies partant grosso modo du haut de la ville – gare SNCF, Poste, église paroissiale où fut baptisée Bernadette, monument aux morts -  descendent en pente raide pour la rue de la Grotte, en pente plus douce pour l’avenue de la Grotte, pour converger vers le gave qui coule au niveau bas de Lourdes. Par ces deux chemins on accède ensuite jusqu’à la grotte où se déroulèrent les 18 apparitions en bordure du gave. En face à face avec la grotte des apparitions, de l’autre côté du gave, se situe le Carmel de Lourdes. 

     

    Lourdes est à  +  420 mètres d’altitude. L’eau qui la traverse descend de Gavarnie et quitte la ville pour filer vers la plaine du Béarn prenant alors le nom de Gave de Pau. C’est le cas aujourd’hui comme c’était le cas à l’époque des apparitions.

    Au moment de la 1 ère, le 11 février 1858, Lourdes est habitée d’environ 4 000 personnes, lieu de marchés et de foires animés; plus de 1 000 personnes travaillent dans les carrières de marbre et d’ardoise alentour.

    La famille de Bernadette Soubirous a été aisée. Des accidents de la vie en ont fait une famille démunie. Et c’est une Bernadette référencée pauvre qui va entendre de la mère de Jésus des paroles infiniment respectueuses dont elle a perdu l’habitude. Marie va s’adresser à elle ainsi : «Voulez-vous me faire la grâce… ». Ce sont des paroles qui collent à 1858.

     

    Depuis l’arrivée du Pape en France, les journalistes assurent bien.

    Il se peut que des termes spécifique ou un peu techniques lors des cérémonies ont pu passer par-dessus la tête d’un certain nombre d’auditeurs, mais ce n’est pas grave. Ce qui interroge et importe et emporte est la présence d’une foule et l’enthousiasme qui l’anime.

     

    Si à Paris et à Lourdes ce passage du Pape est source de davantage de vraie Paix au plan personnel, au plan familial,  au plan amical, au plan loisirs, au plan travail, alors c’est une réussite.

     

    Je termine avec un texte écrit à Lourdes, lors d’une sainte Marie, un 15 août, sous un ardent soleil.

     

    Lourdes est un palais d’or peuplé par les prières

    De multiples pays, de cent mille cités

    Aux habitants – pauvres et riches – transportés

    En bordure du gave, confiant leur vie entière.

     

    Les cloches du Carmel psalmodient ton renom

    En notes pures et claires : c’est jour de grande fête !

    C’est la Sainte Marie, la procession s’apprête

    A bénir les malades unis par ton doux nom.

     

    Très proche des piscines où jaillit le miracle

    La source pour chacun donne l’eau fraternelle

    Offrant à tout humain pour la vie éternelle

    Réconfort et espoir par-delà le spectacle

     

    D’une foule grandiose dont les cœurs en moisson

    Prosternés à vos pieds, comme fut Bernadette,

    D’une voix unifiée et pacifiée répètent

    Des Rosaires d’Ave, votre belle chanson.    

     

    Les moins de 18 ans, empruntez en bibliothèque une vie de Bernadette si vous ne connaissez pas cette jeune sur qui est "tombé" l'aventure - pas facile à assumer - des apparitions mariales. Après quoi, elle a continué sa vie, faisant de son mieux, vivant comme elle avait toujours vécu.

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr

     

  • Laïcité positive !

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouvez . Merci.   12 septembre: 67 visites, 

    Le discours de Nicolas SARKOZY, notre Président de la République, à la Salle des Fêtes de l’Elysée pour accueillir le Pape, Benoît XVI, m’a plu de A à Z. benoit nico.jpg

     

    Par sa positivité intégrale. Par sa tolérance envers chacun – équipé ou non d’une religion. Par la non négation – bien que l’église et l’état affichent leur séparation depuis la loi de 1905 – du rôle important de la culture chrétienne depuis Clovis. Ce qui a donné le qualificatif « fille aînée de l’église » à la France. 

     

    J’ignore qui a préparé le discours de notre Président, mais l’adhésion sincère d’esprit et de cœur du Chef de l’Etat se sentait tout au long de ses paroles avec des improvisations vraisemblables.

     

    J’ai noté tout spécialement au passage l’approbation d’un dialogue avec les religions, «patrimoines vivants de réflexion et de pensée, pas seulement sur Dieu » mais « aussi sur l’homme, sur la société dans de multiples secteurs », dont « sur la nature et la défense de l’environnement».

     

    Puis vient la laïcité positive : « J’en appelle une nouvelle foi à une laïcité positive qui respecte, une laïcité qui dialogue, une laïcité qui rassemble »…

     

    Le Président en appelle à la quête du sens de l’existence….de l’épanouissement de la personne.

     

    Il poursuit avec  nombre de point intéressants dont celui relatif à la bioéthique, avec le fait que ce n’est « pas l’affaire des seuls experts».

     

    Il insiste sur le dialogue, le respect, la tolérance, le calme.

     

    Le Chef de l’Etat évoque ensuite Lourdes, cette ville où l’on « va chercher une guérison du corps » et d’où l’on revient avec une guérison du cœur. Le miracle de Lourdes est celui de la compassion.

     

    Il enchaîne sur le respect de la dignité de l’homme, de la dignité de la personne qui a conduit la France à différentes créations, dont celle de la charge de contrôleur général des prisons.

     

    Les droits de l’homme on été entérinés à Paris il y a 60 ans. Il faut fuir le relativisme, dénoncer les fanatismes, lutter contre l’égoïsme.

     

    La tolérance est une notion qui doit être réciproque. Que les personnes aient une religion ou vivent sans. Point sur lequel j'insiste tout le temps sur ce blog. Je continue à citer notre Président.   

    « Nous ne mettons personne au devant de l‘autre mais nous assumons nos racines chrétiennes ».

    L’important est de regarder « ce qui rapproche les religions. »

    Et cette déclaration : « Oui, je respecte les religions, toutes les religions ». Malgré les erreurs commises jadis, elles ont un « rôle dans l’édification de l’humanité ».

     

    Le Président insiste sur le « besoin d’espérance des hommes », sur le fait que « la quête de la spiritualité n’est pas un danger pou la laïcité ».

     

    Il nous offre en conclusion une citation du Frère Christian, lignes écrites 3 ans avant son décès et qui est un signe de paix entre musulman et chrétien, et plus généralement entre les hommes. 

     

    Il est certain qu’à l’issue des paroles du Président il va y avoir des commentaires à n’en plus finir sur ses intentions dans tous les sens. Et dès cette fin de jour alors que j’écris ce billet avec le C dans l’Air qui titre Le Pape réfléchit à la laïcité.

     

    Je n’oublie pas l’évocation de la vie spirituelle faite par Nicolas SARKOZY, cette vie qui est inhérente à la nature humaine et dont on parle peu.

     

    Le Président ne s’est pas caché de sa culture catholique quand il a été interrogé avant les présidentielles pour le n°3214 de La Vie paru le 5 avril 2007.

    Rappelons que Nicolas SARKOZY en 2004 a écrit sur la religion dans un livre « la République, les Religions, l’Espérance » où il indiquait : « Je suis de culture catholique, de tradition catholique, de confession catholique. ».

    En 2005, à l’occasion d’un débat que La Vie organisait, le futur Président déclarait : « il n’y a rien de plus central que la question spirituelle. Aux questions essentielles, la République n’apporte pas de réponse. La religion donne une perspective, répondant par l’espérance.

    Puis, dans La Vie de 2007, il déclare carrément : « Je suis catholique ».

     

    Voilà pour ce soir.

    Regardez les jeunes, c’est intéressant à découvrir tout ce qui est dit à propos de cette visite du Pape.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr