Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

banques

  • Bonus, banques, etc…

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

      

    Hier 11 août 2009 une émission de C dans l’air qui peut intéresser certains. Avce pour titre « Banques : qui veut gagner des milliards ?  » les 4 intervenants démontent les pratiques légales au niveau des banques.

     

    Au niveau des finances et de l’économie réelle il est bon de savoir, peu importe l’âge - à moins de 10 ans on peut disposer d’une saine curiosité pour cela – comment les choses se passent.

     

    De la clarté a été apportée par les 4 invités réunis autour de la table :

    * Marc Touati, Président du cabinet de conseil et de formation Aux Commandes de l’économie et de la finance (ACDEFI)

    * Serge Maître, Docteur en droit et secrétaire général de l’association française des usagers des banques

    * Guillaume Duval, Rédacteur en chef du mensuel Alternatives économiques

    * Emmanuel Lechypre, Journaliste et rédacteur en chef de l’Expansion

     

    Bien sûr tout est parti de l’annonce du provisionnement par la banque BNP Paribas d’un milliard d’euros pour les bonus de leurs tradeurs 

     

    Est-on sorti de la crise ?

    En raison de l’action des pouvoirs publics, du G 20, on n’est pas du tout dans le plongeon de la crise de 1929.

    On n’est pas pour autant dans l’euphorie. 

    Les USA ont fait d’une manière avec un taux d’intérêt passé à 0%. 100 banques ont fait faillite là-bas.

    60 % de fonds spéculatifs ont disparu ayant fait faillitte.

    En Europe il y a eu sauvetage des banques grâce à des prêts. En France l’Etat a prêté.

    Ce qui a choqué c’est qu’avec le prêt fait par l’état à la BNP, quand on découvre qu’avec 2,4 milliards de profit réalisés par BNP Paribas au 1 er semestre 2009 il y a déjà 1 milliard d’euros provisionnés. Tel est le propos de départ de MarcTouati.

     

    Guillaume Duval est moins optimiste, souligant les incertitudes. Notamment avec un effet second tour de la crise qui risque, suite à des faillites d’entreprises,  de produire du chômage à la rentrée. Qui a son tour peut entraîner une incapacité à rembourser des crédits.

    Du côté des banques, en Europe, il n’a pas été fait ce que les Etats Unis ont pratiqué à savoir des tests de bon fonctionnement : recapitalisation correcte, évaluation correcte des risques.

     

    Serge Maître donne un petit cours sur les bonus, leur légalité. Ce sont des primes pour récompenser de bons résultats et qui font partie du contrat de travail. Au passage il rappelle que nous, les clients, ne connaissons que les banques de détail, avec guichets. Il y a aussi la partie banques d’investissemnt qui, elles, spéculent sur les marchés financiers de manière plus ou moins risquée. A leu niveau elles font comme le simle épargnant en essayant de ramasser au passage un maximum d’argent. Le choquant est le manque de réintégration dans l’économie réelle des bénéfices acquis par ces spéculations, d’autant plus que ces banques ont profité, de la solidarité nationale pour survivre.

     

    Il est indiqué que le G 20 a prévu que les traders soient récompensés par des bonus étalés sur plusieurs années.

    Qu’il est normal de chercher avoir les meilleurs  pour avoir les meilleurs résultats puisqu’après tout on est dans le système capitaliste et que l’on y reste.

     

    Personnellement, avec 5,1 milliards d’euros prêtés par l’état à la BNP Paribas, j’aurais compris que cette banque commence à rembourser. Peut-être les 1.000 cadets de la République qui devaient attaquer à la rentrée leur formation de gardien de la paix, pour qui il manque de l’argent et qui vont devoir rester chez eux sans travail, auraient-ils pu être recrutés avec cet argent ?

     

    Emmanuel Lechypre exprime sa grogne. Pourquoi ne pas taxer les bonus ?

    Les patrons de banque ont rendez-vous à l’Elysée le 25 août.

    Une bonne équipe de tradeurs permet des innovations

     

    Il est rappelé une donnée essentielle : des bonus élevés sont en lien avec des rendements forts eux-mêmes en liaison avec des risques forts. Des rendements forts sans riques cela n’existe pas.

     

    Autre point : il y a toujours des risques actuellement. Risques assurés par l’Etat er les finances publiques.

     

     Emmanuel Lechypre souligne que globalement les comportements et les mentalités sont inchangés.Il pointe du doigt la priorité absolue donnée à l’hyperactivité intellectuelle exercée par les traders.

     

    Marc Touati  souligne qu’au Royaume Uni où les banques ont été en quelque sorte nationalisées les bonus sont toujours donnés car faisant partie du contrat de  travail.

     

    Auc USA les prêts accordés ayant été remboursés les banques sont à nouveau libres de distribuer ce qu’elles souhaitent. Il y a de la tension dans l’air entre banques, administration, lobbies, population.

     

    Thierry Guerrier synthétise par une phrase : « On a le sentiment que rien n’a changé », paroles prononcées à la 37 ème minute de l’émission.

     

    Voilà. La suite est de la même eau. Visible via le Net pendant quelques jours.

     

    Les jeunes, le point sur l’état de notre économie me semblait nécessaire à connaître. Ayant bientôt l’évolution de la France entre les mains.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr