Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ban public

  • Ban Public lutte pour les droits des ex-prisonniers

    BanPublicMer1.7.10 039.jpgBan Public est une association créée il y a 10 ans par Milko Paris.BanPublicMer1.7.10 028.jpg

    Cet ancien prisonner, rendue à la liberté avant 1994, après 10 ans d’enfermement, a éprouvé le besoin de cette création  en raison d’une « dette cachée » - je cite Alain-Nassim  Ifrah mon voisin, un des participants au Café sociétal organisé par Anne-Marie Engler le 1 er juillet 2010 au Gai Moulin à Paris.

    Une « dette cachée  » qui existe après la sortie de prison et prive le nouveau libéré de ses droits civils, civiques, commerciaux, familiaux.

    Depuis 1994 il est possible de demander à récupérer tout ou partie de ses droits, démarche qui parait aléatoire et difficile, psychologiquement parlant.

    La privation de ces droits – droit de vote, droit d’entrer dans la fonction publique, droit de créer un commerce – semble un obstacle important à une réinsertion.

    Beaucoup de nouveaux libérés font une tentative de suicide quelques jours ou quelques mois après leur sortie de prison.

    D’autres s’autocensurent en ne créant pas de famille, afin de ne pas imposer à femme et enfants la situation qu’ils endurent : être « banni ».

    Choix qu’a fait Milko Paris.

    Pour ma part j’ignorais cette « dette cachée » une fois le temps de privation d’aller et venir accompli.

    En cette époque où la réinsertion est brandie comme importante, en ces périodes où la violence est dénoncée, une telle mesure de privation des droits n’est-elle pas, en soi, une violence ?

    Violence pouvant générer, à son tour, le jaillissement d’autres violences ?

    C’est un préfet de la république, confie Milko Prais, qui l’a aidé à sa sortie de prison. Soutien constant qui lui a permis de ne pas reprendre un passé de braqueur. Puis, sur cette lancée, d’investir son énergie dans une association à l’évidence nécessaire pour faire connaître la privation de droits qui guette les auteurs de délits ou de crimes à la sortie de prison.

    Milko Paris va d’ailleurs plus loin, un peu amer, déclarant qu’un tel comportement de la société serait moins hypocrite en « marquant » physiquement  ces personnes comme on le fit, jadis, pour les bagnards. Après tout, est-il pensé dans l’inconscient ou le conscient collectif, ils ont bien cherché ce qui leur arrive.

    Benoît David, avocat qui a rejoint l’association, donne quelques exemples pratiques d’obstacles au travail.

    Ban Public, en pratique, exerce une double mission : être présent sur les médias pour faire connaître l’aberration de cette « dette cachée » - qui depuis 1994 a limité la privation des droits à une durée de 10 ans, l’automaticité du retour à la normale n’ayant rien de garanti -, et soutenir les familles de prisonniers ayant besoin d’une parole de réconfort ou bien n’ayant pas les moyens financiers d’aller voir un parent emprisonné à 800 kms de là.

    On le sait bien, nos députés sont incités, trop souvent dans l’urgence d’un fait divers, à voter un certain nombre de lois, les dernières rédigées venant s’empiler sur les précédentes sans qu’un toilettage préalable ait été pratiqué. Ce qui est regrettable. Plus regrettable encore, ils ne sont pas tenus au courant de réalités telles celles dénoncées par Ban Public.

    En attendant la réalisation par l’équipe d’Anne-Marie Engler de la vidéo de cette soirée, vous pouvez aller voir  le site de l’association Ban Public : http://www.prison.eu.org.

    Quant à Milko Paris il se contacte par : milko@banpublic.org.

    Découvrez si vous l’ignorez comme moi, moins d 18 ans, ces privations supplémentaires de droits, en « bonus », en quelque sorte, de la peine de prison. Faites connaître ceci autour de vous. Cette sorte de « bonus », personnellement, me dérange.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo archives personnelles : Milko Paris le 1.7.2010. Anne-Marie Engler, Milko Paris et Benoît David)