Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

avions

  • Blériot ! vive l'avion !

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

      

    bleriot11.jpgIl y a 100 ans le 25 juillet 1909 Louis Blériot, sur son avion de bois et de toile, s’en allait pour traverser la Manche. blériotL.jpg

    Avec succès.

     

    Cette année Blériot (1er juillet 1872 - 2 août 1936) se fête en divers lieux. Dont à Cambrai où est né Louis.

    Et aussi à Calais d’où il a pris son envol avec son Blériot XI pour réussir une première traversée de la Manche en 32 minutes.

     

    Qui était Louis Blériot ?

     

    Issu d’une famille d’industriel du textile, il fait l’Ecole Centrale arts et manufactures. Puis fonde dès 24 ans, la Société des phares Blériot, une entreprise pour fabriquer son invention : le phare à acétylène qui permet alors aux voitures de rouler la nuit.

     

    En 1901 il est membre de l’Aéro-Club de France.

    Dès 1903, il réalise le Blériot I , machine volante à ailes battantes.

    Il s’associe avec Voisin.

    Progresse. Dépose des brevets. Casse du bois et de la toile, comme tous les autres en ces débuts de l’aviation.

     

    Une époque qui note aussi les succès d’un Santos Dumont, d’un Farman.

    La casse continue. Des sous seraient bien venus. Le Daily Mail propose alors une prime de 1000 livres sterling à qui traversera la Manche en avion. Plusieurs sont inscrits et l’on s’envole par ordre d’inscription. 

    Hubert Latham qui décolle de Sangatte le 10 juillet rate la prime.

     

    Blériot décollera le 25 juillet 1909 au lever du soleil conformément au règlement.

    Le temps est idéal. Seul problème : Blériot ne connaît pas Douvres. Et évidement il vole au jugé, sans instrument de navigation puisqu’il n’y en a pas. Finalement il atterrit bien de l’autre côté de la Manche.

    Succès qui lui vaut d’être fait chevalier de la Légion d’Honneur.

     

    Tout va ensuite très vite. Cet ingénieur, cet entrepreneur, aussi excellent commercial, fabrique des avions, les vend.

    L’usine Blériot s’installe à Levallois

     

    Puis c’est la fondation d’écoles de pilotage. Et de nombreux succès. En 1916 une usine est ouverte à Suresnes.

    En 1920 Blériot construit des bateaux thoniers et des motocyclettes

    En 1921, il est en mission officielle aux Etats-Unis.

    En 1922 il est promu officier de la Légion d’Honneur.

     

    En 1927, Blériot reçoit Lindberg, le vainqueur de l’Atlantique Nord. On connaît le succès de la venue de Linberg à Paris !

     

    1929 est une année de souffrance avec le décès de son fils Louis, âgé de 24 ans, qui allait traverser l’Atlantique. Louis Blériot père est élevé au grade de commandeur de la Légion d’Honneur, devient Vice Président de la Fédération aéronautique internationale.

    En 1930 il crée la coupe Louis Blériot.

     

    Six ans plus tard il décède à Paris en 1936. Ses obsèques ont lieu en l’église Saint-Louis des Invalides.

    Cette même année a lieu  la nationalisation des sociétés de construction aéronautique.

     

    Blériot, les jeunes, garçons et filles, un modèle d’envies concrétisées, de rêves réalisés.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration : Blériot XI ; Louis Blériot)

  • Avions et fête nationale

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

     

    Chaque année la fête nationale revient avec, en vol, la superbe Patrouille de France. avions 14 7 08 ouest planchat 002.jpg

     

    Voici quelques instants en compagnie de nos avions, dans le ciel de Paris ce 14 juillet 2009.

    Ils sont passés plus bas qu'à l'accoutumée et sont moins visibles.

    Ils restent superbes. Et les pilotes sont excellents.


    Je suis toujours
    émue par ces plus lourds que l'air quand ils filent à
    grande vitesse.
    J'ai pu capter un peu de leur vol en cette matinée.

    Tranquillement. Depuis une terrasse plein ouest.
    Pour vous. Pour moi.

     

    En plaçant le lien ci-dessous  

    http://www.youtube.com/watch?v=TPV7MaELMFY

    dans Google, vous disposez aussitôt de la vidéo.

     

    Qu'ajouter de particulier ? Au-delà des invités de l'Inde ? Des membres du gouvernement présents ?  François Fillon, Hervé Morin, Jean-Louis Boorlo, Michèle Alliot-Marie, Nora Berra, Nathalie Kosciusko-Morizet, etc...

     

    Quelques points que j'ai notés.

     

    Un reportage sur la formation pour intégrer le 1 er Régiment Parachutiste d'Infanterie de Marine.

    Pour ceux qui travailleront là dans quelque temps - 60 sont là pour s'entraîner - l'essentiel est d'acquérir quasi en automatique un esprit parfait d'équipe, outre la technicité nécessaire.

    Cet esprit est exprimé parfaitement par la devise des mousquetaires: "Tous pour un, un pour tous."

     

    Bien obligé de pouvoir compter sur chaque autre comme sur autant d'autres soi-mêmes pour être efficaces lors des opérations difficiles et sensibles qui sont le travail de ce régiment, ainsi que pour rester tous en vie et en bon état de marche.

     

    Il n'y a pas de quotas. Si les 60 étaient bons pour le « job » qui les attend, ils seraient tous intégrés à l'issue d'un stage dur à tous points de vue. Pas dur pour le plaisir mais simplement pour être formés correctement pour les missions futures, vraiment très difficiles et avec de l’imprévu malgré tout. En pratique, une dizaine au moins vont baisser les bras.

     

    Ce qui ne veut pas dire que ces 10 là sont bons à rien.

    Ils ont, à cette occasion, pris conscience de certaines de leurs limites pour ce travail là. Ce qui ne va pas les empêcher de réussir parfaitement leur vie. Autrement.

    Ils restent des hommes. Aussi valables que les 50 autres.

     

    Le corps de santé des armées va être formé désormais uniquement à Lyon Bron, Bordeaux fermant ses portes. Au passage ce corps est signalé comme le plus féminisée, avec plus de 50% de femmes. Ce n’était pas du tout le cas il y a 50 ans. Mais, en 2009, cette même féminisation a envahi les facultés de médecine.

     

    Un autre moment passionnant et de grande beauté par le survol de Paris est celui des atterrissages, aux pieds du chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, et de ses invités de parachutistes également champions sportifs.

    Pour les féministes, je signale une femme au sein de cette flotte de « paras » largués à 1500 mètres au-dessus de Paris, de même qu’une femme est aux commandes d’un des jets de la Patrouille de France, appelée à en assurer la direction l’an prochain.

     

    En fin de cérémonie une Marseillaise, chantée par des jeunes de 9 ans à 12 ans venus de Fougères et de Paimbeuf, à l'initiaitve de la première dame, Carla Bruni-Sarkozy, en robe blanche, qui chante en même temps que cette relève ainsi que MAM, Michèle Alliot-Marie, ministre de la justice. Tous ces jeunes sont en tee shirt-blanc, avec l'inscription Orchestre à l'école, en pantalon ou jupe noire. Un beau moment.

     

    Notre first lady est musicienne. Elle a fait participer des jeunes de province à cette manifestation forcément très parisienne.

     

    Attentive, je vois et j'entends vers 12h30, alors qu'elle va partir pour une suite de journée chargée, Carla Bruni-Sarkozy s'adresser - avec un geste de la main courtois et élégant - aux jeunes exécutants de l'hymne national disant ces mots "Au revoir, les enfants ! ".

     

    Bonne suite de journée à tous !

     

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo archives personnelles: passage en vol le 14 juillet 2008, même lieu d'observation)