Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

avenir

  • Climat : qui croire ? Laurent Cabrol ?

    En préalable, vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouvez, non classés pour l'instant en alphabétique          

    Résumé du livre d'un certain Laurent C...... , connu et apprécié  !l cabrol climat et si la terre.jpg

    Oui, la Terre se réchauffe et «le temps » change. Mais qui est responsable ? Le climat a toujours varié et depuis des siècles, dans des proportions souvent bien plus brutales qu'aujourd' hui. On nous assène des vérités et on nous culpabilise, mais que sait-on, au vrai, des mécanismes du réchauffement ? Presque rien. La machine climatique est effroyablement complexe et nous n'avons aucune certitude scientifique sur la réaction des océans, des nuages, sur les mesures du carbone, des températures et sur le rôle du Soleil. Et si la Terre, organisme vivant, portait en elle les ressources pour s'en sortir toute seule ? Laurent Cabrol, journaliste spécialiste de la météo depuis vingt-cinq ans, s'insurge contre la pensée unique, analyse sans passion - et avec clarté - les facteurs du réchauffement et nous montre que tout reste à découvrir.

    Un livre décapant qui devrait alimenter un  débat jamais vraiment ouvert.

    www.laurent-cabrol.com

    Telle est la 4 ème de couverture  du livre de Laurent CABROL : « CLIMAT : ET SI LA TERRE S ’EN SORTAIT TOUTE SEULE ? » paru au Cherche Midi en avril 2008.

    C’est un livre facile à emporter avec soi et séduisant car, en 135 pages de texte, l’essentiel est évoqué conduisant à de nombreuses réflexions personnelles bien éloignées de la pensée unique.

    Cela au moment où le climat est l’objet des préoccupations du G 8 et aussi du J 8 du côté des plus jeunes, heureusement sollicités.

    Au moment où je me replonge dans  ETAT D’URGENCE de Michael CRICHTON publié en janvier 2006 et qui, à sa façon, met les pieds dans le plat , clairement.

    Que nous dit Laurent ?

    La déclinaison du plan est déjà révélateur :

    Après un Préambule et une Introduction, nous rentrons au cœur du sujet avec

    Quelques certitudes, beaucoup d’approximations :

    *L’effet de serre

    *Les certitudes   

    Les acteurs du climat :

    *L’océan

    *Le cycle de l’eau

    *Le rôle invisible des aérosols

    *Le paradoxe nuageux

    *Les pôles, sentinelles du réchauffement

    *Les arbres, pompes  carbone

    *Et si le Soleil était notre thermostat ?

    Où sont les coupables ?

    *Les raisons de douter

    *Climato n’est pas météo

    *On se moque de nous

    *Le siècle de l’écologie

    Après quoi Laurent conclut, remercie, post-scripte, place une bibliographie et remercie.

    Que dit-il de majeur dans cet écrit ?

    Je ne me défile pas, c’est pas mon style !

    A ce jour, il m’apparaît que quelque part nous crevons d’orgueil à nous croire  plus fort que les variations climatiques indépendantes des pratiques  humaines.

    Aussi fort qu’une éruption volcanique ? pas possible !

    Aussi performant que les cycles lunaires ? incapables !

    Aussi visibles que les conséquences des éruptions solaires ? ben voyons !

    Ce qui me paraît majeur, ce à quoi je me suis décidée à adhérer aux protocoles de Tokyo et équivalents, c’est une prise de conscience du respect du respect et du fonctionnement de notre terre ou encore une écoute réciproque et harmonieuse. Et là les restées à l’écoute de la terre – ce qui ne veut pas dire qu’ils n’ont pas agi - indiens Kogis et autres, sont des modèles.

    A quoi bon ces sacs plastiques ? Ces emballages plastiques ou en carton renforcés multipliés ? A quoi bon cette paresse des hommes et des femmes ?

    Pourquoi faire de notre planète terre une poubelle géante ?

    Ce du côté des déchets !

    Du côté des emballages de liquide ?  On déborde là encore d’emballages incassables et légers – c’est pratique j’en suis bien d’accord – mais qu’en faire ?  Il vaudrait mieux le côté inerte du verre, récupéré jadis au niveu du lieu de vente pour être à nouveau rempli ; il n’y avait rien d’autre. Pas parce qu’autrefois c’était mieux, mais parce qu’on transforme notre terre partout où l’homme passe en une gigantesque poubelle.

    Du côté des emballages d’aliments ou de plats tout préparés ?

    Même problème entre les emballages plastifiés, ou à base d’aluminium et emballés dans du carton plastifié lui aussi. Là, 2 problèmes : celui des emballages et celui des additifs que le corps goûte beaucoup moins pour son fonctionnement que les produits de base : une pomme de terre trouvé poussée en terre, une tomate cueillie sur pied, un poisson entier sorti de mer, une fraise récolté en direct… bref des produits de base sans complication, sans additif pour conserver, donner des goûts artificiels etc… J’ai connu l’époque ubuesque – pas si lointaine - où l’on osait s’imaginer qu’avec une dose limitée de ces additifs cela passerait sans histoire ; comme si  l’on allait disposer du pouvoir de tromper le corps et des régulations mises au point sur des milliers d’années !

     

    Erreurs ! Grossières erreurs !

    Notre corps et vivant. Il dispose d’une mémoire. Il ne se laisse pas tromper, apte à distinguer même le faux sucre.

    Et l’homme oserait prétendre à le tromper, ce corps, avec une fragile petite fausse connaissance de 100 à 200 années maximum  ? De qui se moque-t-on ?

    C’est égal au corps. On ne veut pas l’écouter ? Tant pis ! Ce sera un cancer ! dont certains ne manqueront pas de s’étonner !

    Pourquoi donc ?

    Si on perce un tuyau on n’est pas étonné de le voir fuir.

    Pour le corps c’est pareil ! Respecté, recevant ce dont il a besoin, il sera un bon serviteur. Maltraité, gavé d’additifs qui lui font du mal, il va se rebeller ! Normal !

    Revenons au livre de Laurent Cabrol. Qui de plus parle sur les médias. Au Tour de France ces jours-ci.

    Et allez le lire ! vite !

    Laurent parle des fraises cueillies le 25 janvier 1290 en France. Il nous parle des périodes de chaleur de jadis non sues.

    Il met en parallèle no une année d’efforts français qui équivalent à 3 heures d’efforts en Chine. 

    Il dit de ne pas culpabiliser, plus ou moins terrorisés par des chiffres a priori jetés au hasard  quant au futur.

    Il dit : « Halte au catastrophisme ! « 

    Il dit que les non écolos n’ont pas à céder au prosélytisme  des écolos qui sont libres de vivre comme ils le veulent mais n’ont pas à imposer leur mode de vie perso.

    Il dit d’arrêter de dire «  fais pas ci, fais pas ça ! «  alors qu’on ne sait rien !

    Il dit que l’on annonce pour 2100 une élévation de + 6 ° C. Alors que ce sera peut-être l’inverse.

    Qui sait vraiment ?

    On a les yeux au ciel et l’on oublie une peu beaucoup les masses océaniques qui jouent un rôle extrême et beaucoup d’autres choses.

    Les jeunes,  allez vite lire Laurent CABROL. Et faites au mieux à votre niveau.                                                                     Ce  billet  ne va  pas contre les réflexions, les décisions et les ambitions du  Grenelle de l’Environnement.. Le gouvernement fait ce qu’il peut. De même au plan international.

    Quand je pense, par exemple, au Gulf Stream quelle avenir a-t-il ? Qui peut le dire ? Il y a tellement de paramètres en cause et de variations  possibles  qu’il est très orgueilleux, j’y  reviens, de prétendre contrôler notre mère la Terre. Par contre il est important de la respecter, cette Terre nourricière. A mon petit niveau – mais il y a vivant sur Terre des milliards de petits niveaux – je refuse les sacs plastiques proposés présentant pour mes courses alimentaires le panier en osier disponible et dont il ne faudra pas attendre des centaines d’années la décomposition. Ce n’est là que pratiquer le respect de l’autre, Notre mère la Terre , une personnalité Morale, après tout !

    Contact :  francoiseboisseau@wanadoo.fr