Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

art

  • Dinard : Hope, Art Contemporain

     

    Une amie m’a parlé avec enthousiasme d’une exposition d’Art Contemporain, découverte lors d’undinard bis.jpg séjour récent à Dinard au Palais des Arts. Une exposition nommée Hope, Espoir, à découvrir ou revoir jusqu’au 12 septembre 2010.

    La ville de Dinard s’était lancée dès 2009 dans la dynamique, très réussie, d’une exposition. Elle a recommencé en 2010.

    A titre personnel, mon interlocutrice était enchantée par le thème de cette réalisation, respiration de paix dans notre monde si désabusé.

    Cette amie m’a dit avoir été exceptionnellement portée par la magie des images, du mouvement, des éclairages. Tous ces ingrédients participaient, en effet, à ce rayonnement d’espoir.

    Elle a été touchée plus au cœur par certaines réalisations, ramenant chez elle le catalogue qui, s’il ne peut pas rendre les mouvements, le relief, les jeux des couleurs, permet de mieux se rappeler. De faire revivre des rencontres porteuses d’harmonie entre des œuvres d’art et une visiteuse à qui elles ont parlé.

    Je cite quelques unes de celles qui l’ont interpelée tout particulièrement :

    * Adam et Eve de Pierre et Gilles.

    Par les mêmes, une Vierge à l’enfant avec costumes de Christian Lacroix, régal de couleurs pour le regard.

    * Les marguerites psychédéliques de T. Murakami, des fleurs souriantes qui constituent une joyeuse célébration de la vie.

    * Un homme en prière à Bagdad le 10 septembre 2004 de Raza Aramash, œuvre empreinte d’une force digne.

    * Deux bronzes porteurs d’espérance  de Martial Raysse : Liberté chérie, Ménis le pécheur.

    * Le chaos énergétique et artistique des New Pilgrims de Jin Meyerson.

    * Ainsi que la merveille d’une importante réalisation en acrylique et acier inoxydable, oeuvre de Do Ho Suh, indiquant la force d’une alliance entre destins et fragilité dans un grand tourbillon collectif.

    Cette amie conclut : « Que de couleurs, que d’images provocantes rencontrées lors de la visite de Hope ! Exposition surprenante, hétérogène, je conseille de voir cette manifestation avant tout porteuse d’espérance. Un seul regret : que l’image de l’enfance, par essence source d’espoir, ne soit pas présente. »

    A mon tour, ayant parcouru attentivement avec elle le catalogue de Hope, j’en recommande la découverte. Cela au Palais des Arts et du Festival 2, Bd Wilson 35800 Dinard jusqu’au 12 septembre, tous les jours de 11 h à 19 h, avec nocturne le vendredi à 21h.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration : Dinard)

     

  • Maurice Béjart: le corps libéré !

    Le départ de Maurice Béjart m'a touchée, comme il en a touché de nombreux autres dont ses élèves, quelque part ses enfants.

    Cet homme de notre temps a su utiliser ses talents et son savoir pour faire sauter les corsets qui enveloppaient quelque part le corps des danseurs. Il a libéré ces hommes et ces femmes pour qu'ils s'expriment, toujours au service de la musique mais en tant qu'eux-mêmes, avec les atouts de leur physique et leur ressenti personnel , déroulant une chorégraphie adaptée à un corps arraché à la pesanteur.

    Quant Béjart naît à Marseille en 1928, c'est un de ces enfants des hommes habité de la lumière très particulière de l'art et de la création. Le langage universel de l'art n'est confié qu'à quelques élus qui n'en sont pas propriétaires. Ces élites sont responsables de ce cadeau des dieux. Sans rien oublier de sa formation de danseur et de chorégraphe, Béjart va tout balayer avant de se mettre à édifier du neuf avec l'acquis dont il dispose, y adjoignant cette impalpable étincelle de grâce reçue du ciel. Intouchable et incontrôlable, sauf de celui ou de celle à qui elle a été confiée en dépôt pour son bonheur et celui de tous les autres. Son bonheur et parfois aussi de la douleur car il peut être dur de vivre involontairement décalé des autres.

    Béjart prend à bras le corps toutes les musiques et ordonne ou métamorphose la danse qui les entrelace. Il supprime les bornes et les dressages stricts destinés à copier fidèlement les schémas fixés antérieurs qu'il sent périmés. Qu'il rejette. Ce qui ne condamne pas pour autant les Ballets russes - pour exemple Le Lac des Cygnes de Tchaïkovsky avec l'influence chorégraphique d'un Marius Petipa - et ceux qui en sont les héritiers.

    Cet homme brillant dans de multiples domaines, déambulant sans souci au cœur de la majorité des arts pour tracer ensuite des pistes innovantes en chorégraphie, est sans doute venu au monde avec la perceptivité et l'hypersensibilité caractéristiques des "précoces". Outre les arts, c'est aussi un être à l'écoute, à l'écoute des pensées du monde. Béjart enflamme la scène par l'éclat de feu qui irradie avec intensité des corps souples, harmonieux, libérés… des danseuses et danseurs. Une Sylvie Guillem, un Patrick Dupont s'en remettent à lui. Les entraves dans la tête sont rompues, à l'unisson de la mise à mort des entraves physiques. Il libère aussi l'accès à la danse, la rendant accessible pour tous et non plus aux seuls balletomanes. C'est le miracle Béjart ! Danseurs et public qui vivent en communion des moments enchâssés dans la dimension particulière d'une méditation portée par la musique et la fluidité des corps.

    Tous les amoureux de la danse comprennent. Béjart a libéré corps, esprit et âme. Il ne nous laisse pas orphelins puisqu'il a insufflé un peu de son art à travers chacun de ses élèves ou des danseurs venus à lui et à qui il a fait partager sa "science", et le "pouvoir" reçu gratuitement pour un mieux être des autres et de lui-même

    Béjart homme de tolérance, homme d'empathie, homme de perfection, homme du monde entier. Béjart reste parmi nous. N'oubliez pas ! Les enfants de Béjart seront à Paris en 2008 ! Réservez vos places pour les œuvres proposées. Venez partager le feu spirituel de la création, venez partagez le souffle de l'essentiel dérobé à cet invisible pourtant bien réel !

    Et vous, aimez-vous ce qu'a apporté ce citoyen du monde, interrompu alors qu'il travaillait à Lausanne avec les siens au spectacle qui va être donné à Paris ? Aimez-vous Béjart ?

    A titre d'indication: Soirée Igor Stravinsky du 30 janvier au 3 février 2008

    Le tour du monde en 80 minutes du 7 février au 10 février 2008

    Au Palais des Sports, Porte de Versailles, Paris, 15 ème, métro Porte de Versailles, tél. 0825038039.

    Contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr.

  • Dorothée, étudiante de 22 ans

    Je me présente.

    Dorothée, Claudine, Dominique, j'ai 22 ans et je me destine à une carrière sociale.

    J'habite près de Chartres.                                                                                   

    Le dahlia est ma fleur préférée.                                                                        62315159941a93c6e279717dc3f46af3.jpg

    Lire est l'un de mes passe-temps de prédilection ainsi que découvrir des créateurs.

    Dans le domaine de l'art, j'aime beaucoup Dali et son monde surréaliste.

    J'aime aussi beaucoup la science que j'ai découvert grâce aux éditions "Les petites pommes du savoir".

    A dire vrai: tout m'intéresse !

    Venez vite découvrir mon site: http//www.dorothea.skyrock.com

    A bientôt.