Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

antoine de la garanderie

  • Antoine Payen de la Garanderie : un départ discret

    garanderie.gifJ’ai beau me dire que la mort est un passage obligé - vers le néant pour certains, vers une autre voie pour d’autres – l’annonce du décès d’un ami me crée toujours un choc.

    Antoine de la Garanderie s’en est allé le dimanche 27 juin 2010. Il était là attentif, bienveillant, vivant ! Puis le voici, d’un coup, physiquement muet. Il ne téléphonera plus. Il ne parlera plus. Il ne sourira plus avec ce regard malicieux qui participait à son charisme.

    Toutefois, nous avons de la chance, ce philosophe-pédagogue nous laissant un héritage de choix : celui de la gestion mentale. Et une équipe, dynamique, qui a appris à relayer et transmettre, bien avant son départ, sous sa houlette bienveillante et stimulante de « grand frère attentif ».

    En 2006, hier en quelque sorte, il m’avait consacré deux heures en tête à tête dans un coin tranquille de l’Institut Catholique de Paris, à deux pas de chez lui. On avait parlé de nos familles, d’éducation et, bien sûr, de gestion mentale, son intuition géniale, mise en pratique et développée au fil des années.

    Cette technique, qui a permis de sauver de nombreux élèves en perte scolaire ou carrément en échec, peut être approchée par le lien http://www.ifgm.org site auquel j’emprunte ce que je mets plus avant.

    La Gestion Mentale, pratique pédagogique reconnue par l’Education Nationale, est – je cite : « l'exploration, la description et l'étude des processus de la pensée consciente lors d'une prise d'information, de son traitement et de sa restitution ».

    Quel intérêt ?

    Il est majeur en ce sens que chaque personne évoque mentalement, de façon toute personnelle, ce qu’elle a perçu avec ses sens dont notamment la vue, l’ouie, le toucher.

    Une évidence, montrée au quotidien, lors d’une participation d’une semaine à un séminaire d’été dans le beau lieu historique de La Baume près d’Aix en Provence. Au cours de cette formation, les tours de table montraient que les présents – une vingtaine - « fonctionnaient » spontanément par des évocations mentales visuelles ou auditives ou verbales suite à une même information reçue.

    Constat qui ouvre des perspectives.

    Antoine de La Garanderie, par la Gestion Mentale, a étudié 5 gestes mentaux usuels : l'attention, la mémorisation, la réflexion, la compréhension, l’imagination créatrice.

    Ces gestes – je cite toujours – « utilisent les évocations et s'articulent entre eux en des stratégies différentes selon les sujets. Ils sont toujours déclenchés par un projet précis.

    Chacun met en place très tôt des habitudes mentales, méthodes personnelles de traitement de l'information. Ce sont des évocations faites spontanément, des gestes mentaux privilégiés, des enchaînements familiers.
    Mais il est toujours possible à tout âge d'acquérir de nouvelles habitudes mentales pour accroître ses performances ».

    C’est dans ce cadre que se situe « Le dialogue pédagogique », « instrument d'analyse utilisé par le pédagogue pour aider le sujet à prendre conscience de ses propres procédures mentales ».

    Je n’en dirai pas davantage, invitant moins de 18 ans et plus âgés à aller plonger de manière concrète dans la riche bibliographie d’Antoine de La Garanderie, nourrie de cas pratiques, aptes à éclairer bien mieux que des commentaires.

    Ou encore à aller suivre une Initiation à la Gestion Mentale, accessible à tous et ne nécessitant aucun pré-requis. Il s’agit là d’une formation pratique qui permet de connaître son fonctionnement mental et de saisir celui de son entourage.

    Décrypter ses « procédures personnelles d’apprentissage », « prendre conscience des différents modes de fonctionnement pour une même tâche », « savoir accueillir les différents cheminements mentaux », « savoir distinguer dans une situation d’apprentiassage les gestes mentaux sollicités », tout ceci est au menu de cette initiation.

    Se comprendre. Comprendre l’autre. N’est-ce pas un objectif digne d’être approché de plus près ?

    Du côté des livres je proposerais en premier, pour tout jeune capable de lire et ayant l’envie d’en savoir plus sur lui-même et les autres, « Tous les enfants peuvent réussir » d’Antoine de La Garanderie, 13 euros 76, disponible, Bayard édition, 1988, ouvrage réalisée avec la collaboration de Geneviève Cattan, journaliste enquêtrice.

    En second j’orienterais vers « Les profils pédagogiques ». Sous titré « Discerner les aptitudes scolaires » Bayard 1993. Du positif réconfortant !

    En troisième, j’irais vers « La motivation. Son éveil. Son développement », ce ressort indispensable pour se mettre en route. Paru chez Bayard en 1996.

    Je cite à ce propos Antoine de La Garanderie :

    « Le secret de la motivation n’est-il pas de s’aviser ou d’accepter de reconnaître qu’on peut apporter à l’avenir sa note personnelle ? Le pouvoir d’être soi s’accomplit par l’évocation de la pierre que chacun devrait avoir l’exigence d’apporter à l’humanité et qui sera son propre témoignage ».

    Devrait, certes, sauf pour les jeunes détruits par des maltraitances d’origine diverses, autant institutionnelles que familiales, et qui ne trouvent pas sur leur chemin la main tendue qui leur rendrait la motivation perdue. Mais ceci se situe hors du champ de la gestion mentale.

    Chacun reste, évidemment, libre de son ordre de lecture.

    Un DVD de 100 minutes a été réalisé, lors d’une conférence en collège en mars 2006 d’Antoine de La Garanderie avec un public de parents et d’enseignants. Il s’agissait de voir comment donner aux enfants les moyens de réussir.

    J’ajouterai, en lien avec l’évocation régulière que je fais à propos des enfants « doués » - cette fois j’ai cité l’adjectif retenu par Arielle Adda –, la participation de Monsieur de La Garanderie à une journée en Sorbonne organisée par l’AFEP, Association Française des Enfants Précoces, où cet humaniste attentif aux enfants avait été écouté avec une attention parfaite. Et « Doué, surdoué, précoce. L'enfant prometteur et l'école » paru en 2002 chez Albin Michel a été écrit par Sophie Côte fondatrice de l’AFEP et Antoine de La Garanderie.

    Pour ceux qui souhaiteraient se recueillir là où il repose, Antoine de La Garanderie a été inhumé le 2 juillet à Ampoigné, son village de naissance en Mayenne.

    Bonne suite d’été à tous et excellente lecture !

    Contact : francoise boisseau@wanadoo.fr (en photographie Antoine de La Garanderie)