Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

alcool

  • Le dernier pour la route

    Le dernier verre d'alcool.

    Pas le dernier verre d'eau, ni de jus de fruits, ni de jus de légumes, ni le dernier verre de lait.   

    Cela vaut la peine d'aller voir ce film qui, en 1 h 47 mn, adapte le récit autobiographique d'Hervé Chabalier dans son combat contre l'alcool. On peut aussi bien sûr aller se plonger dans le livre. Mais puisque le film est là, et assez réussi, pourquoi ne pas en profiter ?

    Qui n'a jamais rencontré d'anciens buveurs devenus abstinents et comptant 5 ans, 10 ans, 30 ans sans contact avec l'alcool ? Qui n'a pas  rencontré quelqu'un - un homme le plus souvent - en état d'ébriété dans la rue ?  Qui n'a jamais entendu parler de la souffrance de mères de famille au mari capturé par l'alcool ? Peut-être pas souvent à moins de 18 ans.

    Pourtant le vin - la France est un pays d'excellents vignobles - ou d'autres alcools, peuvent devenir, par abus, des "drogues" légales qui détruisent.

    Je déteste faire la morale. Il me semble préférable d'aller voir en direct l'ardente difficulté pour se débarrasser du maître alcool quand il tient une personne en esclavage. De le découvrir à froid, aussi objectivement que possible, alors que l'on est en rien concerné.

    Le film "Le dernier pour la route" relate la réalité d'un centre spécialisé pour "divorcer" d'un alcool devenu toxique, devenu centre de la vie, devenu but de la vie.

    En général, en groupe, au sein d'une collectivité où tous et toutes sont embarqués pour mener le même combat le succès est moins difficile. Il est rarissime qu'une personne devenue soumise, dépendante à la prise d'alcool s'en sorte seule; mais c'est arrivé.

    Aux futurs conducteurs comme aux conducteurs une consigne à respecter: jamais d'alcool avant de prendre la route, jamais d'alcool sur la route. Pas même un verre. Pour les 18 ans se rendant en boîte, pas d'alcool pour celui qui conduit. Sur la route il y a soi. Il y a aussi les autres.

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • Alcool et moins de 18 ans

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouvez. Merci

    Je n’ai pas aimé recevoir ceci, en direct d’une correspondante qui bosse dans un lycée situé dans un rayon de 90 kms autour de Paris. Les plus de 18 ans peuvent-ils affirmer avoir été toujours des anges dans leur minorité quant à l’alcool ? j’ai quelque doute. Et être toujours comme tels à plus de 18 ans en matière de consommation d’alccol ? j’en doute encore plus. Je cite :

     

    « Il me tarde d'être à vendredi pour goûter aux vacances et au calme. Les élèves ne sont pas des modèles de sagesse : le grand jeu des élèves majeurs est d’acheter des alcools forts pour faire boire les mineurs...certains sont arrivés saouls en cours... l'infirmière réfléchit à une action ciblée efficace... Les agents d'entretien ont retrouvé des bouteilles vides...de gros rouges à bas prix et des bouteilles de vodka...Le directeur de L'Intermarché tout proche est venu signaler qu'un même éléve avait acheté 6 bouteilles de whisky...un peu beaucoup comme consommation perso en un seul achat...Il y a également des mineurs qui confient leur argent pour que les majeurs achétent pour eux...Il y du trafic d'alcool, de la revente... »

     

    Et encore :

    « Dans les soirées du week end le but est de prendre des alcools très forts et d'être le premier complétement défoncé. Cette chose là s'appelle descente flash, mais il y a des noms anglais pour qualifier le phénomene... Tu peux aussi aller sur le site de France Inter ils ont fait un petit dossier sur le sujet.
    Et puis il y a un autre phénomène : un site internet propose des séances musicales de différentes longueurs en temps et en longueur d'ondes avec des écrans un peu bizarre quand on écoute la musique celle ci est censée provoquer les mêmes sensations que fumer un joint, se shooté à l'héroïne... ou prendre une bonne cuite tout dépend de la durée du programme choisi. Des élèves m'ont parlé de ce truc il parait que ça marche, sensation de bien être ou de défonce assurée. »

     

    Evidemment ma correspondante ironise quand elle conclut par : « C'est super nous vivons une époque moderne. » Je la connais : cela ne lui plaît pas et comme enseignante en lycée elle en connaît les conséquences.

     

    Je m’interroge. Pour aller aussi loin, les moins de 18 ans et proches, est-ce que la vie des grands responsables décideurs que vous avez sous les yeux -– est si peu attirante ? a si peu de goût ? Est-ce  si pénible de vivre en 2009 ? Se démolir le corps et prendre de mauvaises habitudes pour le mental vous sort peut-être d’un quotidien sans but exaltant. Ce faisant c’est à vous les moins de 18 ans de vous fixer des objectufs de vie stimulants et positifs – il n’en manque pas ! Et puis pourquoi devenir dépendants de produits qui vous font perdre le contrôle de vous-même ?  Etre esclave ? Qui peut prétendre aimer cela ?  Qu’en dites-vous ?    

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr