Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

akhenaton

  • François d'Assise

    françois d'assise,akhenatonFrançois d’Assise est décédé un 3 octobre, enfrançois d'assise,akhenaton 1226 et fêté ce jour, vendredi 4 octobre 2013. Il était né dans la ville dont il porte le nom vers 1181. On connaît son parcours de jeune homme bien né, abandonnant un beau jour la richesse matérielle pour une vie apte à le satisfaire profondément. Vie qui le conduit à créer les franciscains.

    Coïncidence ou pas, l’émission d’hier du 3 octobre de C’est dans l’air s’intitulait : « Pape François : printemps Vatican ». Or, il l’a dit, le nouveau pape a pris le nom de François en référence à saint François d’Assise. Et, en ce sens de retour à l’essentiel comme François d’Assise, sa priorité est un retour aux paroles évangéliques de Jésus-Christ plutôt qu’aux dogmes.

    J’ai toujours eu beaucoup d’affection pour ce natif d’Assise si intimement lié au spirituel, un spirituel présent en toute création. Je dis bien création et non pas seulement créature.

    Lire « Le Cantique de frère soleil » de François est toujours un bonheur. Je mets là ce texte, traduction sources chrétiennes n°285, tel qu’il est proposé sur le site des franciscains de Toulouse, en y accédant sur le Net par : Le Cantique de frère soleil de saint François d’Assise. Un commentaire de quelques pages de ce cantique est fait par frère Pierre GUY pour qui aurait envie d’aller les lire.

    (1) Très haut, tout-puissant, bon Seigneur,

    à toi sont les louanges, la gloire, l'honneur,

    et toute bénédiction.

    (2) A toi seul, Très-Haut, ils conviennent,

    et nul homme n'est digne de te nommer.

    (3) Loué sois-tu, mon Seigneur, avec toutes tes créatures,

    spécialement messire frère soleil

    qui est le jour, et par lui tu nous illumines.

    (4) Et il est beau et rayonnant avec grande splendeur,

    de toi, Très-Haut, il porte le signe.

    (5) Loué sois-tu, mon Seigneur,

    pour sœur lune et les étoiles,

    dans le ciel tu les as formées

    claires, précieuses et belles.

    (6) Loué sois-tu, mon Seigneur, pour frère vent,

    et pour l'air et le nuage et le ciel serein

    et tous les temps,

    par lesquels à tes créatures tu donnes soutien.

    (7) Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur eau,

    qui est très utile et humble,

    et précieuse et chaste.

    (8) Loué sois-tu, mon Seigneur, pour frère feu,

    par lequel tu illumines la nuit,

    et il est beau et joyeux, et robuste et fort.

    (9) Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur notre mère la terre,

    qui nous soutient et nous gouverne,

    et produit divers fruits

    avec les fleurs colorées et l'herbe.

    (10) Loué sois-tu, mon Seigneur,

    pour ceux qui pardonnent par amour pour toi

    et supportent maladies et tribulations.

    (11) Heureux ceux qui les supporteront en paix,

    car par toi, Très-Haut, ils seront couronnés.

    (12) Loué sois-tu, mon Seigneur,

    pour sœur notre mort corporelle,

    à qui nul homme vivant ne peut échapper.

    (13) Malheur à ceux qui mourront

    dans les péchés mortels,

    heureux ceux qu'elle trouvera dans tes très saintes volontés,

    car la seconde mort ne leur fera pas mal.

    (14) Louez et bénissez mon Seigneur,

    et rendez-lui grâces

    et servez-le avec grande humilité.

    Toute la création est notre famille.

    En écrivant cela, il me vient à l’esprit l’amour de Séraphim de Sarov pour toutes les créatures qui entouraient son ermitage quand il priait ; et qu’il nourrissait après ses prières.

    Il est possible de faire écho au Cantique de François d’Assise par un autre texte venu de l’Egypte. C’est l’Hymne à Aton, hymne célébrant le soleil du pharaon Akhenaton, mis parfois en parallèle avec le psaume 104.

    L’hymne à Aton reproduit ici est celui transmis par Daniel Meurois-Givaudan dans son livre « La demeure du rayonnant » pages 312 et 313 :

    « Tout de merveille, tu surgis à l’horizon céleste,

    Ô toi, vivant Aton, aube de toute vie !

    Dès ton lever au-dessus de l’Orient,

    Tu offres ta splendeur à toute contrée,

    Ô toi, toi l’immense, le rayonnant, dominant toute chose,

    L’ultime de tout ce que tu as engendré est baigné de tes rayons.

    Aussi loin sois-tu, ceux-ci bénissent la terre.

    Aussi près demeures-tu des hommes, nul d’entre eux ne pénètre tes desseins,

    Et dès que tu t’immerges derrière l’horizon d’Occident,

    Mon pays connaît la nuit et ressemble à la mort.

    Il s’immobilise et n’espère que ton retour.

    Alors, les bêtes griffues sortent de leurs gîtes,

    La noirceur devient linceul de la terre, muette, incapable de chanter.

    Lorsqu’au matin, tu te révèles à nouveau

    Et qu’aussitôt toutes ténèbres s’enfuient sans même résister,

    Alors l’homme reprend son labeur,

    L’animal connaît le bonheur de son pâturage,

    La fleur et l’arbre s’épanouissent,

    L’oiseau jaillit de son nid et lance son appel,

    Ainsi, tout ce qui vole et court chante ta louange.

    Ô toi, unique Dieu, à nul autre comparable,

    Toi qui dans ta splendide solitude, créas le monde selon ton cœur,

    Comme ton jeu est grand, éternel Seigneur,

    Toi qui as ton autre demeure en mon cœur ! »

    J’ai toujours aimé marcher et danser sous le soleil, attirée par ce grand être indispensable à la vie terrestre.

    Au cœur du 20ème à Paris, il est agréable de suivre le retour du soleil le matin, au gré des premiers chants d’oiseaux. Il y a toujours un chef de chœur, auquel d’autres répondent en harmonie, comme une chorale. Aucun lever ; aucun coucher de soleil n’est identique. Merveille d’une création toujours en mouvement.

    Faites comme François d’Assise : branchez-vous sur la création ! Ecoutez ses paroles ! Elle vous soutiendra au quotidien ! Et contactez aussi François ! Il saura vous guider et aider !

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (François d'Assise fresque basilique d'Assise, François parlant aux oiseaux)