Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

adam drewnowski

  • Profilage Nutritionnel par Adam DREWNOWSKI, USA

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouvez. Merci.

    fot13.3.09 002.jpgLe vendredi 13 mars 2009 au Palais du Luxembourg, le Sénat incarné par Joël BOURDIN, sénateur de l’Eure, accueillait fot13.3.09 010.jpgun colloque organisé par le CERIN (Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles) sur le thème Alimentation et pouvoir d’achat – Concilier qualité nutritionnelle et prix.

    fot13.3.09 027.jpg Le sénateur Joël BOURDIN, aussi maire de Bernay, est un agrégé d’économie  qui a enseigné à Caen des années durant.  Au nombre de ses responsabilités actuelles, outre sa  vice-présidence de la commission des finances, du contrôle budgétaire et  des comptes économiques de la nation, il assure au Sénat la Présidence de la délégation à la prospective.

    Nous accueillant au nom du Président Larcher, il se réjouit de la diversité du public présent : diététiciens, économistes, responsables de santé publique, etc….Puis il fait un tour d’horizon quant à la situation de l’alimentation pour les familles aux prises avec une réduction de leur pouvoir d’achat. En tant que rapporteur de la mission « Agriculture, pêche, alimentation, forêt et affaires rurales » Joël Bourdin évoque l’Europe et Michel Barnier, concluant en évoquant un souhait du Ministre : transformer son ministère en Ministère de l’Alimentation.

     

    La responsable de l’organisation de ce colloque, Dominique POISSON, assure le lien entre les personnes.fot13.3.09 023.jpg

    Car c’est 4 exposés qui sont présentés ce vendredi matin :

    -  Pascale HEBEL, Paris, économiste du CREDOC, parle « Pouvoir d’achat, crise économique et hausse des prix : incidence sur les comportements alimentaires »

    - Denis MUZET, Paris, sociologue fondateur de Médiascopie décrypte « La crise, menace ou opportunité pour les classes moyennes ? ».

    -  Adam  DREWNOWSKI, Seattle, Etats Unis d’Amérique, Professeur d’épidémiologie et de médecine à l’Université de Washington innove avec « Tenir compte de la densité nutritionnelle et du prix des aliments pour des recommandations réalistes ».

    - Danièle COLIN, Lyon, diététicienne libérale, expose son expérience sur « Concilier budget et nutrition : étude de profils alimentaires sociologiques types ».

     

    fot13.3.09 039.jpgAvec l’ambiance alimentaire dans laquelle nous baignons – 5 fruits et légumes par jour  et tout le reste – je choisis de présenter en priorité l’exposé d’ Adam  DREWNOWSKI qui nous fait profiter d’un français excellent.

    Ce qu’il présente est bigrement intéressant car très concret.  D’ailleurs le titre même de son exposé était limpide quant à la suite attendue.

     

    L’objectif d’Adam  DREWNOWSKI est simple : repérer dans un contexte difficile les aliments alliant une bonne qualité nutritionnelle et un coût abordable, en respectant les habitudes alimentaires du pays concerné.

     

    Enfin une réalisation très concrète !fot13.3.09 042.jpg

     

    Qui a pour nom aux USA  NRF, Index Nutrient Rich Food.

     

    On le sait. Aux USA comme en France, des revenus en baisse entraînent l’achat d’aliments riches en graisses et en sucres ajoutés mais pauvres en éléments indispensables nommés nutriments – protéines, fer, vitamines, etc….En dehors de leur apport calorique qui donne de l’énergie ces graisses et sucres apportent des calories quasi vides du côté des nutriments. Ingérés en excès, graisses et sucres vont favoriser l’obésité.

     

    Ce que l’on sait moins c’est que tous les aliments riches en nutriments indispensables pour la croissance des jeunes et une bonne santé des adultes ne sont pas hors de prix.  Et l’intérêt du

    profilage nutritionnel est de repérer, afin de les conseiller, les aliments à la fois abordables côté prix et également riches en nutriments intéressants.

     fot13.3.09 044.jpg

    fot13.3.09 050.jpgfot13.3.09 047.jpgFallait-il encore y penser !

     

    Je joins ici quelques clichés  illustrant  la réalité étudiée par  le Professeur Adam  DREWNOWSKI.

     

    C’est un défi à relever – notamment pour les organismes en croissance des jeunes, pour les futurs bébés des femmes enceintes  - que de proposer de bien  manger en dégustant des aliments au prix abordable, conformes aux habitudes alimentaires locales et apportant les nutriments nécessaires à une alimentation équilibrée.

    C’est  là tout l’enjeu du profilage nutritionnel  qui permet d’attribuer à chaque aliment un score selon son profil nutritionnel.

     

    fot13.3.09 054.jpgfot13.3.09 053.jpgfot13.3.09 052.jpg 

    Pour ceux qui Am J Clin Nutr 2008; 87 : 1107-1117.

    . Une référence parmi d’autres côté publications : Darmon N., Drewnowski A. Does social class predict diet quality ?

     

    Au passage je signale la remarque faite par le professeur Adam  DREWNOWSKI à propos de la pomme de terre. Car ce tubercule est à ce jour interdit pour les dons d’aide alimentaire aux Etats-Unis en raison de son index glycémique trop élevé alors qu’il est une bonne source de nutriments. L'index glycémique est ce qui mesure la capacité d'un glucide à augmenter la glycémie.

    fot13.3.09 014.jpgCette mise à l’index actuelle de la pomme de terre aux USA est ennuyeuse dans un contexte de crise où ce tubercule demeure abordable. Entre avoir faim et éliminer une pomme de terre qui a un index glycémique élevé, certes, mais qui apporte du potassium en abondance, il convient d'être raisonnable. 

     

    Actuellement, on l’a compris, les graisses et les sucres ne sont pas assimilés à des nutriments souhaitables dans la situation actuelle de développement  du surpoids et de l’obésité.

     

    Pour les fruits et légumes, il n’y a pas lieu de se laisser pas terroriser par le chiffre 5. L’essentiel est de profiter des vitamines et sels minéraux contenus dans ces aliments, à déguster crûs ou cuits, à consommer certains jours à plus de 5 d’autres jours à moins. Si la consigne de santé publique  en France insiste sur tous les jours c’est pour l’apport en fibres qui permet de lutter facilement contre une éventuelle constipation.

     

    Moins de 18 ans, regardez bien ce que propose Adam  DREWNOWSKI : c’est génial ! Ayez en tête que les 9 nutriments dont la consommation est à encourager sont les protéines, le fer, le potassium, le magnésium, le calcium, les fibres (anticonstipation), la vitamine A, la vitamine C, la vitamine E; à l'inverse il faut restreindre les acides gras saturés, les sucres ajoutés, le sodium (= le sel).  

     

    Contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr (Photos archives personnelles : de haut en bas:  le Sénat; le sénateur Joêl Bourdin; Dominique Poisson; Adam Drewnowski; des clichés projetés au cours de la conférence d'Adam Drewnowski; 2 vues sur les participants au colloque)