Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

a de beaumont

  • Dominique Paillé à Générations Débats

    En préalable, vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouvez, non classés pour l'instant en alphabétique.   

    Le Concorde, 239 Bvrd St Germain, Paris le mercredi 28mai

    L’association apolitique Génération Débats, generationsdebats@yahoo.fr, présidée par Axel de Beaumont, a reçu hier soir Dominique Paillé, 993549649.jpgConseiller du Président de la République et porte-parole de l'UMP, pour un débat convivial ciblant "1 an après et maintenant ? ", soit le bilan des 1 an de Nicoas Sarkozy et plus.

     

    Le parcours de Dominique Paillé est rappelé  dont son passage par l’Ecole Nationale de Santé Publique, son travail de directeur d’hôpital, son parcours politique jusqu’à maintenant.

    Puis c’est parti pour une séance très vivante au cours de laquelle Dominique Paillé va tracer un cadre clair de la situation de la France telle que le Président, Nicolas Sarkozy, l’a trouvée et s’efforce de la faire évoluer au mieux.

    Et je vous fais partager ici, chers lecteurs, ce que j’ai particulièrement apprécié. Dominique Paillé a un talent certain pour choisir comme qualificatif le mot qu’il faut. Et 1282150435.jpgAxel de Beaumont cadre bien les questions..

    1*Q : Que dire de l’année passée ?

    R : C’est une année intéressante. Le Président a mis en route un grand nombre d’engagements de campagne sur lesquels il a été élu. Bonne tactique pour faire bouger les lignes, en passant  entre les gouttes et en continuant d’avancer. ((ndlr : une cible qui bouge est une cible qui reste debout)

    Q : N’y a-t-il pas là risque de perturbation ?

    R : Non, car c’est une bonne technique, efficace  (on laisse de côté les sondages) , même s’il y a des troubles dans la majorité en raison de l’extrême rapidité du Président.  En rappel, l’élection a été faite sur une ambiguïté : les votes de conservateurs alors qu’il y a engagement dans le modernisme et une action en avant forcenée, d’où un hiatus ; de plus  il n’existe pas aujourd’hui de leader alternatif au PS (Parti Socialiste).

    2* Q : la méthode Sarko ?

    R : elle marche ; elle met en route beaucoup de chantiers ensemble pour faire bouger; certains électeurs de droite peuvent être désemparés un moment puis trouver leur compte ensuite .

    3* Q :  Quel rôle pour le 1er Ministre ?

    R : il évolue et va se restreindre encore plus en raison de 2 réformes : 1- le quinquennat avec un président en 1ère ligne ; 2- un calendrier devenu quasi immuable avec d’abord l’élection présidentielle, suivi juste derrière des législatives, d’où fort lien de dépendance, et position en 1ère ligne du Président pour présenter son bilan . En bref, renforcement des pouvoirs présidentiels avec la fonction de premier Ministre en voie d’effacement.

    Q : François Fillon avait-il anticipé l’effacement du 1erMinistre ?

    R : François Fillon avait théorisé cet effacement. Nicolas Sarkozy l’a mis en œuvre. Quant à savoir si François Fillon le vit bien, c’est à lui qu’il convient de le demander.

    Q : Des troubles à signaler  ?

    R : c’est un quinquennat de transition dans lequel nous sommes. Le Président reformate. Il faudra sans doute un second quinquennat pour l’intégration de cette nouvelle donne (ndlr :induite par le seul rythme nouveau du calendrier électoral : quinquennat suivi dans la foulée des élections législatives).

    4* Q depuis la salle de L. : grogne des parlementaires  sur la manière ?

    R : grogne constante des parlementaires,  « grogneurs »par situation. Le parlement de 2007 est surtout composé de députés réélus ; les nouveaux élus sont priés, eux,  d’aller bétonner leur circonscription ! Au Parlement les évolutions de carrières personnelles sont limitées ; un député est en quelque sorte placé dans une arène où il doit être un suiveur et non pas un acteur/décideur, d’où la grogne. Situation qui va encore durer.

    5* Q : de la salle de V : Que se passe-t-il si le 1 er Ministre prend le domaine réservé et le président le reste ?

    R : la concentration des pouvoirs est dans les mains du Président qui garde son domaine réservé. L’action résiduelle actuelle de François Fillon est le résultat du quinquennat et de l’inversion du calendrier – les législatives suivant immédiatement l’élection présidentielle. Le comptable des résultats est  le Président de la République , Nicolas Sarkozy.

    Le système inauguré en 2007 conduit à l’élection d’un Président auquel les élections législatives qui suivent immédiatement donnent une majorité présidentielle.

    6* Q  d’Axel de Beaumont: la places des élections intermédiaires ?

    R :  Quand on vote pour un candidat à la Présidence , on vote pour un futur vainqueur ou pour un futur vaincu.

    Les élections intermédiaires sont l’occasion de faire passer un message des électeurs vers le Président.

    7.* Q : Axel de Beaumont: et la conjoncture ? le prix du pétrole ?

    R : la baisse du dollar et la forte hausse du pétrole peuvent empêcher la réalisation d’une partie des objectifs - dont le renforcement du pouvoir d’achat -si ces 2 mouvements perdurent.

    Reste de toute manière les réformes structurelles à poursuivre du côté de l’Etat, sorte de « cures d’amaigrissement » au niveau judiciaire, militaire, hospitalier et fonction publique.

    8* Q  Axel de Beaumont : et la réforme des institutions au niveau du Parlement ?

    R : Je suis optimiste. Par cette réforme des institutions le Parlement va acquérir une autonomie, disposant dorénavant de 50 % de son ordre du jour. De plus il pourra contrôler les nominations par exemple en s’y opposant.  Au bout du compte cette réforme passera car il y a dans les 2 camps  - droite et PS – des personnes sincères. Il faut les socialistes pour voter cette réforme.

    9* Q :  le PS ?

    R : oui car c’est une réforme qui se fait aux 3/5ème.  A cette occasion  pression et exigences préalables du côté du PS sous la forme d’une demande d’une dose de proportionnelle et d’une modification du mode de scrutin au Sénat.

    Le Sénat peut changer de couleur politique ; et les voix des sénateurs comptent.

    10* Q : Séparer les pouvoirs ?

    R :  En France c’est comme aux USA où le président est élu et le congrès autonome. Aujourd’hui  Républicains et Démocrates coexistent. Le congrès pesant sur tous les sujets il y a besoin de compromis. En France on va vers les compromis. On passe à l’augmentation du pouvoir du Président  et à la réduction de celui du 1er Ministre. On passe à la revalorisation du Parlement car le Président va se présenter devant lui et parce que le Parlement  va cogérer les nominations aux grands postes. Sans oublier l’introduction d’un peu de proportionnel.

    11* Q d’O …de la salle : alors, suppression du 1erMinistre ?

    R : Oui, inéluctable.

    Q : inéluctable pour quand ?

    R : lors de ce quinquennat ou du suivant, car la rupture n’est pas encore assimilée. La population est surprise.

    Pensons à l’élection du Président au suffrage universel, nouveauté de 1962.

    12* Q  d’Axel de Beaumont : et si la réforme n’est pas adoptée ?

    R : le Président est profondément démocrate et  respectueux de la décision de la représentation nationale. Ceci dit pour Nicolas Sarkozy, l’échec n’est pas possible.

    Q : et l’action des députés UMP ?

    R : pas un député UMP ne doit  manquer à l’appel; les députés PS favorables sauront s’arranger au mieux.

    13* Q d’Axel de Beaumont : quelle évolution de l’UMP depuis que Nicolas Sarkozy est Président ?

    R :  1ère phase :  celle de l’excellente création en 2002  de l’UMP pour préparer les élections. Avec 2 tours de scrutin le plus souvent, il convient d’arriver en tête à l’issue du 1er tour pour gagner au second. Ainsi le leader de l’UMP, Nicolas Sarkozy,  a été porté jusqu’à la Présidence.  ; la 2 ème phase, l’actuelle, consiste à accompagner le pouvoir d’un Président qui va très vite ; la perte d’un leader devenu Président a nécessité un organigramme adéquat et un fonctionnement collégial.

    Q: des limites à cette collégialité ?

    R : il est plus simple de se galvaniser pour conquérir  (350.000 adhérents UMP)que de se mobiliser pour agir. Actuellement le rôle des adhérents est d’expliquer la politique gouvernementale, y compris quand il y a eu des loupés de communication comme lors du projet de loi TEPA . Après les élections intermédiaires, il faudra préparer les élections Présidentielle et législatives et on ouvrira la machine à idées.

    Q : l’UMP machine à broyer ?

    R : on a broyé le PS .

    14* Q d’Axel de Beaumont : que penser de la poussée médiatique d’Olivier Besancenot ? le Le Pen du PS   ?

    R : l’intérêt est l’évolution du PS. Un DSK (Dominique Strauss-Kahn)I est aussi libéral qu’une Lagarde. Le PS est encore en débats idéologiques. Après  congrès rejet probable vers la gauche des « archéos » PS, donc vers Besancenot, sorte d’épine dans le pied de la gauche. Et le PS pourra conquérir plus facilement sur une gauche éclatée.

    Les moins de 18 ans, voilà un parler clair sur l'actualité. Voici comment se présente sur le Net Générations Débats :

    GénérationsDébats  est une association qui organise des débats entre des jeunes et des personnalités politiques, économiques et sociales.
    1144644901.jpgEtant une association "apolitique", c'est à dire qui ne favorise aucun parti ni aucune opinion, une alternance d'invités (gauche, droite, etc.) est systématiquement organisée (dans la mesure des disponibilités des uns et des autres) afin de permettre à nos adhérents d'avoir accés à une pluralité d'opinions et d'idées.
    Afin que chacun puisse nous rejoindre, l'adhésion à GD est gratuite.
    Les maîtres mots de l'association sont ouverture d'esprit , accueil et convivialité.

    Sur le Net allez visiter GENERATIONS DEBATS  Comprenez. Participez si vous pouvez.

    Contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr