Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ridan

  • Ridan, Noah, Aznavour

    3 noms, 3 voix au service de notre planète.

    Cette planète terre qui vit sa vie propre - éruptions volcaniques, raz-de marée, ouragans... - sans souci des hommes qui l'habitent.

    Après tout et à ce jour les éléments dits naturels dominent toujours l'homme. Alors inutile d'être surpris quand l'eau vient envahir des maisons dont les constructeurs ont bénéficié d'un permis de construire en zone classée inondable ...et non inondée des années durant jusqu'au jour où la rivière proche se remet à sortir de son lit, à déborder ! Inutile d'aller incriminer la rivière. Il faut se souvenir que le temps/durée des éléments naturels n'est pas le temps de l'homme.

    Autre chose est la volonté d'aller élever des digues protectrices car, dans ce genre de situation, l'homme lance un défi à son environnement en toute connaissance de cause, sans oublier. D'ailleurs la nature sait se rappeler à lui, La Nouvelle Orléans sous les flots n'est pas si lointaine.

    Certes notre planète tolère. L'érosion tolère que l'homme cultive la montagne, à la terre toujours à remonter à dos d'homme. Les masses océaniques supportent les pillages d'espèces poissonnières. Elle tolère la déforestation.

    Jusques à quand ?

    Bien avant Al Gore, des hommes et des femmes ont observé les conséquences d'un changement climatique. Des populations qui ont vécu dans le respect de la terre nourricière porteuse de vie ont été souvent considérées comme non développées. Alors qu'en fait elles montraient une fine connaissance de phénomènes naturels avec lesquels elles vivaient en bonne intelligence.

    Ridan avec "Elle pleure, elle pleure ma planète", Noah avec "Aux arbres citoyens", Aznavour avec un autre titre - 3 exemples - alertent sur la situation d'urgence dans laquelle il semble que nous nous trouvions.

    Ceci étant nul n'est capable de savoir si une méga-éruption volacnique ne va pas venir bouleverser nos prévisions actuelles. Comme nul ne peut dire si la situation observée ces temps-ci peut déboucher sur une sécheresse ou une glaciation sévère.

    Michael Crichton - oui, l'auteur de Jurassic Park - un peu provocateur si l'on veut, d'abord sermoné, puis écouté, émet des doutes sur les raisons des changements observés.

    De toute manière, quelle que soit la part de l'homme quant aux observations actuellement faites - la fonte des glaciers par exemple - une attitude de vie en harmonie avec notre planète terre est à privilégier.

    La nature est généreuse. 

    Encore faut-il ne pas la gaver de pesticides, ne pas l'empoisonner d'herbicides, ne pas lui donner des indigestions de d'insecticides... Trop c'est trop. Et de même que le foie humain, notre usine à éliminer les toxiques - l'alcool par exemple - est limitée quand à la quantité qu'elle peut traiter en 24 heures, de même notre planète terre est limitée dans ses capacités d'éliminination quotidienne de produits nuisibles à son bon fonctionnement. 

    Pas de découragement, la jeunesse !  L'homme dans cette affaire doit mieux faire sa part; comme  notre planète terre continue à la faire malgré tout, jamais découragée !   

    contact francoiseboisseau@wanadoo.fr 

  • Du Belley et Ridan: une rencontre heureuse !

    Après le Festival réussi des Vieilles Charrues et le succès aux Victoires de la musique 2005, Ridan nous surprend en plaçant dans l'album L'Ange de mon démon de début 2007 sa chanson Ulysse.  

    8e080de9e99c64e1b298ed4f3641757f.jpgLe texte de Du Bellay "Heureux qui comme Ulysse" est repris par Ridan qui y joint en écho des paroles liées à son parcours. Le titre est un succès.

    Comme des milliers, même des millions d'écoliers, j'ai étudié au collège le poème de Du Bellay "Heureux qui, comme Ulysse..." avec un professeur qui, à partir du manuel "Lagarde et Michard", proposait avec bonheur une immersion complète dans les eaux vives de la découverte individuelle de   nombreuses oeuvres complètes. 

    C'est en faisant des courses au G 20 de mon quartirer que j'ai reconnu avec plaisir les paroles de Du Bellay pensant que l'auteur, nostalgique d'un Anjou éloigné, aurait été fort satisfait d'une telle mise en musique. Et de ce que Ridan avait adjoint en propre mettant encore plus en valeur - s'il se pouvait - la qualité du texte originel grâce à l'éclairage donnée par la réalité 2007. Equipée de 50% de racines angevines et en séjours fréquents en bord de Loire, j'étais d'autant plus attentive et sensible à la réalisation de Ridan. 

    J'ai pensé alors que ce jeune avait été bien inspiré en mettant son talent et son style personnel au service de ce poète du XVI ème siècle et que cette chanson offrait aux jeunes du primaire et de maternelle un accès direct aux pensées et aux sentiments des humains d'il y a 5 sècles ainsi qu'à beaucoup plus loin encore dans le temps par tout ce que le nom d'Ulysse embrasse.

    HEUREUX  QUI,  COMME  ULYSSE,

    "Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage, e0e846cff4a9902ac6f4018186bd74db.jpg
    Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
    Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
    Vivre entre ses parents le reste de son âge !

    Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
    Fumer la cheminée, et en quelle saison
    Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
    Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

    Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
    Que des palais Romains le front audacieux,
    Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :

    Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
    Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
    Et plus que l'air marin la doulceur angevine."

    Joachim du Bellay (1522-1560) tiré de son recueil "Regrets".

    J'indique ici le tube de l'émouvante chanson qu'est Ulysse.                              18585b88c91c7741eb949dbe996a5e62.jpg

    YouTube - clip- Ulysse- Ridan 

    Bonne lecture! Bonne écoute !

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr