Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

R.Dati

  • Président N. SARKOZY: Bilan,Justice

    Après réflexion  c'est en tête à tête avec la télé, chez moi, que je suis entrée dans les 90 minutes d'interview du Président.
    A l'aise, en état de répondre à toute question, j'ai suivi avec attention chaque question et réponse.

    Nicolas SARKOZY, Président,  a remis en perspective les dizaines années d'endormissement qui  appelaient des réformes dont il était question année après année et qui n'étaient jamais faites.
    Il a martelé qu'il ferait son bilan devant les Français qui l'avaient élu en arrivant à ses 5 ans de mandat.
    Ce qui ne l'a pas empêché de détailler le déjà fait, notant au passage qu'à prendre une décision toutes les 10 minutes il pouvait avoir commis des erreurs. La répétition des "mea culpa" présidentiels  m'a un peu gênée quant à la "hauteur" présidentielle. D'un autre côté, un président proche, un président comme nous - avec une écoute des autres dont l'avis apporte un autre éclairage, avec des erreurs deci delà côté communication, avec une vie privée comme tout un chacun, etc....- du moins un tel président est-il un homme comme nous !

    Les journalistes présents y sont allés comme ils le voulaient, eux et le Président étant enclos dans les 90 minutes fixées.

    Ceux qui ne le savaient pas ou ne voulaient pas le savoir ont entendu à satiété que le Président consacrait un temps infini à son travail de Président. Que depuis son élection, le monde avait continué à bouger. Que la France avait des capacités qu'elle pouvait réveiller.

    Depuis l'élection, la France se réveille chaque matin au son du clairon du travail à faire et prend quelques heures de sommeil chaque soir avec la mélodie douce des réformes déjà mises en oeuvre.
    Lors de ce rendez-vous d'hier soir, 24 avril 2008, après un an de pouvoir, le Président a déroulé - à l'occasion des questions posées - la situation relative au pouvoir d'achat, à la réforme du Parlement, aux régimes de retraite, aux questions d'éducation et d'instruction, à la régularisation des sans  papiers, aux questions d'immigration, à la Chine et au Tibet, etc...

    Comme je l'ai déjà écrit sur ce blog,  je soutiens l'homme Nicolas SARKOZY devenu Président car c'est ce qui est le mieux. Elu pour 5 ans, dans un monde en accélération en matière d'échanges d'information - qu'il s'agisse de simple blabla  ou de variation du prix du blé au plan international - il est important de suivre celui qui a dans les mains les intérêts de la France. Il est important de voir ce qui a été décidé et mis en oeuvre en positif depuis l'élection présidentielle et ce qui va l'être.

    Je ne suis pas une inconditionnelle de n'importe quoi. J'entends bien ce que dit le Président, même quand ça me déplaît fortement. Par exemple hier soir à propos du droit de grâce. Droit de grâce collectif  ? Pas concernée, je passe. Droit de grâce individuel ? Zut ! J'entends le Président qui déclare ne pas vouloir s'en servir, assimilant cela à  une sorte de pouvoir  régalien. Damned ! Je comptais là-dessus moi !
    Pas comme condamnée ou condamnable mais quant à la position du Président vis-à-vis de la Justice. Plus précisément tout ce réel que ce blog fait connaître quand au triste sort des enfants placés injustement. Ces près de 140.000 enfants qui sont tout aussi importants que les membres de l'Arche de Zoé pour qui le Président se déplaça personnellement .

    Quand j'ai commenté ici le  6 avril 2008 le livre de Frédéric  POITOU  "Orphelin de mon fils",  je n'avais pas fait le lien entre l'identité confondu de ce POITOU auteur et du monsieur  qui  évoquait l'absence totale en 2 ans de rencontre avec son fils lors  lors d'une émission  télé dans laquelle le candidat SARKOZY  répondait à des français tirés au sort. J'ai en tête l'échange vers la fin d'émission. Le candidat: "Il y avait eu une décision de justice ?". Mr Poitou: "Oui." Le Président: "Alors, il n'y a rien à faire. La justice est indépendante comme vous le savez. On en reparlera à la suite de l'émission."(ndlr:  En sous entendu perceptible, on peut toujours essayer de parler. Car avant d'être un juge le magistrat homme ou femme a été un bébé sans signe particulier. Et j'imagine qu'en fin d'émission un verre de convivialité était offert !)
    A ce jour, j'ai été brieffée sur toute la suite.

    A ce jour, ce privilégié du tirage au sort n'est pas seul concerné par les bizarerries de la Justice. Cette justice indépendante, certes. Mais qui pour les enfants qu'elle a la manie de se kidnapper légalement est d'une grave incompétence, facilitée par l'absence d'enquêtes et de contrôles des magistrats et de leurs "petites mains" (services sociaux, psy....), facilitée par l'exclusion quasi totale des parents pourtant encore bien sur pieds, facilitée encore plus par les mensonges constants dans lesquels sont maintenus  ces enfants"placés", un summum d'horreur étant atteint dans le cas de enfants NAT( Normaux ATypiques), ceux que l'Education Nationale prend en compte sous le nom
    d'"élèves intellectuellement précoces" (voyez la récente circulaire en date du 17 octobre 2007).

    A ce jour, en lien direct avec Rachida DATI, Garde des sceaux et  Ministre de la Justice, l'association lplm(les papas=les mamans) portée
    à bras le corps par le chanteur  CALI a été reçue le 15 mars 2008 avec CALI par le Ministre pour "humaniser" les séparations liées à des divorces et où la loi intervient.

    Très bien  ces rencontres. Juste une gêne liée au  fait qu'il manque terriblement dans ses rencontres les principaux intéressés, c'est-à-dire les enfants qui sont quand même les premiers concernés ! Y'a pas à sursauter. Il serait tout à fait possible de convier une association représentant ces enfants là - enfants "placés", enfants orphelins d'un père toujours en vie, ou autres enfants non écoutés et enfermés  à tort !Cela n'a rien de théorique car une association de mineurs a  légalement le droit d'exister (voir article du blog le 8 avril 2008).

    Que faire ? suivre l'exemple de CALI et entendre le Président, Nicolas SARKOZY,quand il rappelle hier à Yves CALVI - journaliste dont j'apprécie le travail de qualité - qu'il y a une loi, qu'il  y a des lois et que tout Président de la République qu'il est il ne lui est pas possible d'aller contre la loi. Cela étant rappelé à propos des sans papiers.

    Dans le cas du proche dont je suis toujours responsable, il s'agit d'un NAT "placé". Ma demande est modeste et consiste, outre la sortie définitive de placement de ce jeune abîmé par près de 2 ans de maltraitance institutionnelle, à ce qu'un procureur ou un juge des enfants  ne  place jamais un moins de 18 ans repéré officiellement comme NAT ou précoce par un test approprié. A priori, mes interlocuteurs s'en moquent: leurs propres enfants, à eux magistrats, n'iront jamais vivre "placés" en foyer ou famille d'accueil.

    Reste donc à agir autrement. Message reçu, Monsieur le Président !

    J'espère que l'homme Nicolas SARKOZY est satisfait de sa prestation d'hier soir ainsi que le Président de la République.
    C'est un parcours exemplaire que celui de notre Président. De passage certain jour à La Rolanderie d'Orgerus j'avais
    recueilli par hasard des  propos admiratifs et flatteurs sur le parcours de celui qui était alors jeune maire de Neuilly
    et qui, bien avant tout cela, venait passer quelques heures de détente avec des personnes liées à  son milieu.

    Les jeunes, rien ne se fait sans travail, vous le savez. Surtout apprenez à bien  discerner le bon interlocuteur pour ne
    pas perdre
      temps et énergie

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • CALI et DATI

    C'est 2 noms par ordre alphabétique.
    C'est 2 forces en présence: une responsable de la Justice,d'une part,  un homme - un vrai ! - qui met coeur, talent et énergie au service d'enfants irrespectés, d'autre part.

    CALI, chanteur, est aussi le papa de 2 enfants, avec une famille et une région d'origine où il vit.
    Depuis ses débuts en chanson CALI  valorise  l'importance du coeur, de la force du groupe, de la liberté.
    Richesses naturelles qui vont le conduire à créer avec ses frères et soeurs et ses amis de Vernet-les -Bains - commune où il est né le 28 juin 1968 près de Perpignan -  l'association "L'Amour parfait". C'est cette association  fondée par CALI qui est partenaire de l'Association "Les Papas = Les Mamans".

    CALI, avant d'être connu du grand public comme auteur-compositeur-interprète, a été rugbyman  de haut niveau. Et c'est le hasard de l'échange de quelques paroles avec BONO lors d'une rencontre fortuite dans un parc près du Palais des Sports de Toulouse, après un concert de U2 en 1984 en ce lieu, qui fait basculer la carrière de CALI  du rugby au chant.

    Les relations de CALI et DATI sont claires:
    * Une lettre d'interpellation adressée en décembre 2007 par l'Association "Les Papas= Les Mamans" avec l'implication forte de CALI, courrier qui interroge le  Ministre de la Justice: " Madame DATI, que comptez-vous faire pour humaniser et optimiser les séparations ? etc..."
    * Une audition  le lundi 10 mars 2008 à 15H00 au Ministère de la Justice, CALI ayant à ses côtés  Gérard REVEREND, Président de l'Association
    "Les Papas = Les Mamans". Cette audition avait pour sujet les exclusions parentales lors des divorces et séparations. Le site de l'association de mr Reverend  fait mention des données ci-après:
    40 % environ des familles se séparent actuellement
    50 % des parents se retrouvent définitivement exclus de la vie de leurs enfants après 2 ans de séparations.

    CALI ne se contente pas de solliciter le champ d'action et de responsabilités de Mme DATI.

    Il fait plus.
    * Il soutient les analyses et propositons pour la Famille et l'Enfance faites lors de l'élection présidentielle 2007 par l'association "Les Papas = Les Mamans".
    * Il  offre à tous - grands et petits- par sa chanson les "1000 coeurs debout"  "l'odeur délicieuse de la liberté", chanson qui met en avant la force du coeur et des sentiments, la force de l'émotion partagée, la force d'une collectivité unie symbolisée par le chiffre 1000 mais qui est autrement plus nombreuse.
    Ces 1000 coeurs debout font partie de l'album "L'Espoir" qui a été disque d'or dès la 1ère semaine de sa sortie début février 2008.    
    Fin  mars 2008 a été tourné à Perpignan le clip de "1000 coeurs debout", CALI - toujours le coeur grand ouvert à son public -ayant convié tous ses fans à y participer. 

    Au sein de l'album "l'Espoir" CALI a placé une chanson ayant pour titre "Le droit des pères". Il n'est que trop vrai que la justice actuelle - sourde à l'écoute et au  respect des moins de 18 ans au pays dit des droits de l'homme  -  déchire sans humanité et sans appel des milliers et des milliers d'enfants "sur  l'infranchissable barbelé d'une machine à fric qu'ils appellent justice".

     

    OK. Ce sont les mains des papas qui se déchirent sur ce barbelé. Mais il me semble que CALI ne serait  pas oppoé à ce que j'étende les effets destructeurs de ce barbelé de sinistre mémoire depuis les papas jusqu'à leurs enfants sans défense et sans arme. Ces moins de 18 ans avec lesquels, par  incompétence grave, un certain nombre de décideurs se livrent à des "jeux" impardonnables, véritables  viols psychologiques aussi graves de  conséquences que des viols physiques et pour lesquels, à ce jour,  ils ne sont jamais inquiétés !

    Au pays dit des droits de l'homme !  Quelle honte !

    Je mets le texte en français de cette oeuvre de CALI, crue et vraie  car contant l'exacte réalité :

    Au diable ma fierté
    À genoux je viens supplier
    Je voudrais juste que la justice
    Soit un peu plus juste cette fois

    Au diable ma fierté
    À genoux je viens supplier
    Car la justice a été trop juste
    Encore une fois

    C'est une tragédie
    Une nouvelle marche en arrière
    Leur partielle, meurtrière justice
    A posé son gros cul sur le droit des pères

    C'est une tragédie
    Une nouvelle course à l'envers
    La justice a posé son gros cul
    Sur le droit des pères

    Si je t'écris aujourd'hui
    Mon enfant, de ma nuit
    C'est pour que tu saches
    Que si j'ai tout perdu
    Comme un chien je me suis battu
    Pour mon droit de t'aimer
    Comme un papa peut aimer
    Ils m'ont laisser errer sans toi
    Dans ma colère
    Ils ont piétiné encore une fois
    Le droit des pères

    Ils nous ont posé
    Toi et moi sur le bord
    Comme deux serpillières
    Et merde au droit des pères !

    Si je t'écris aujourd'hui
    C'est que tu dois savoir
    Qu'ils ne m'ont laissé
    Que le droit de hurler
    Ton prénom dans le vent
    J'ai perdu la plus importante
    De mes guerres
    Te voir grandir tous les jours
    Mon enfant

    Nous sommes des milliers de pères
    Le nez dans la poussière
    Les milliers qu'ils ont jeté
    Dans ce cachot, ce piège à rat, cette misère
    Des milliers à pleurer
    Madame la justice, enlevez vos oeillères
    Des milliers à mendier
    Notre droit des pères

    Je m'en vais dans ma nuit
    Non, je ne te laisse pas
    Non, je veille de loin
    Puisque c'est le seul de mes droits
    J'aurais toujours une main sur le coeur
    L'autre sur ton épaule
    Je viendrais te renifler
    De loin, à la sortie de l'école

    Mon amour
    Ils ne m'arracheront pas ça
    Ni eux, ni ta pauvre mère
    Mes yeux de père

    Mon amour
    Sache que mes mains se seront déchirées
    Sur l'infranchissable barbelé
    D'une machine à fric
    Qu'ils appellent justice
    La plus vieille des putes
    À la raie je lui pisse

    J'ai cette envie de meurtre
    Au fond de ma colère
    Je ne poserai pas de bombes
    Non, ça me dégoûte
    Il n'y a rien de plus bas
    Tu sais
    Celles qui arrachent
    Les jambes et les bras
    Elles n'arracheront jamais le coeur
    De ceux qui n'en ont pas
    Tu sais
    Ceux qui nous offrent
    Des miettes de jours pour tous les deux
    Chaque mois

    J'ai cette envie de meurtre
    Au fond de ma prière
    Ils m'ont volé
    Mon droit de père 

    Les liens vers CALI:
    *site officiel: http://www.calimusic.fr
    *le blog de Cali: http://www.qui-se-soucie-de-moi.fr/blog/Cali/leblogdecali.php
    *liste des concerts: http://www.infoconcert.com/html/artiste.php?id=26941
    *tous les concerts sur Asterios (producteur officiel des spectacles de Cali): http://www.asterios.fr

    Les liens vers le président de l'association "Les Papas = Les Mamans", Gérard REVEREND:
    *Mobile: 06 07 55 83 71
    *E-mail: gerard.reverend@wanadoo.fr
    *web: http://www.lplm.asso.fr

    Tout ce qui concerne l'association "les papas=les mamans" est reproduit ici en accord avec ladite association.

    Je remercie mon grand frère de m'avoir indiqué hier l'acharnement positif de CALI et de l'association lplm dont j'ignorais jusqu'à l'existence ! Alors que nous oeuvrons dans le même sens !

    Pour conclure pour ce jour j'indique les dates où vous trouvez sur ce blog des billets concernant cette même problématique de l'irrespect et de la destruction des "enfants placés" et de leur famille, traités "comme des serpillères" pour reprendre CALI. Encore que les serpillères soient, elles, mieux considérées de par leur utilité !
    Donc allez voir ce qui arrive aux enfants placés, non délinquants, à propos desquels ce blog est très vigilant et essaie de faire changer les choses:   
    = enfants placés (injustement): 7.6.07, 26.9.07, 18.10.07, 20.10.07,  14.11.07,  31.12.07, 18.1.08, 26.1.08, 29.2.08 etc...

    Et puis, en général, je rappelle que ce blog est né pour que les jeunes de 18 ans soient enfin écoutés pour de vrai et respectés en conséquence. Tous les billets sont écrits en ce sens.

    Quant à vous les moins de 18 ans: vigilance et discernement ! Et puis espoir: CALI est avec vous !

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • R. MOUTON: vrai politique

    Romain est un être que j'apprécie. Selon l'esprit de ce blog, Romain MOUTON est de ces jeunes  pour qui  la valeur n'attend pas le nombre des années.196259041.jpg
    Par pur hasard, l'article sur Romain fait immédiatement  suite à un billet  concernant un garçon de la même génération, à la même détermination, bref de la même trempe et qui vit, lui, animé par et pour  la musique.
    Tous les deux vivent et tracent intelligemment leur  route, selon leur  vocation et leur  ressenti, toujours attentifs aux autres. 

    Romain,  j'en atteste,  porte en lui clarté, détermination, écoute et vit le parcours qu'il s'est choisi, celui de la politique, celui de la gestion des choses de la Cité au sens premier du terme, selon le propos  grec.
    Je laisse au journaliste signataire de l'article rapporté ci-dessous la responsabilité de la présentation du  parcours de Romain MOUTON et de ses propos.
    Pour moi, à la fois immergée parmi les moins de 18 ans et attentive à ceux qui ont passé depuis peu cette barre repère, Romain arrive concrètement et  brillamment là où il en est en raison de qualités de base, retrouvées chez tous les jeunes comme lui qui réalisent leur vocation ou leurs rêves.
    Pour cela,  pour se réaliser en vivant heureux il importe d'être " pragmatique"  autrement dit:
    1.  savoir le but de sa vie, ce qui nous anime
    2.  se donner les moyens pour atteindre ce but ou les objectifs fixés
    3.  ne pas compter les heures d'un travail quasi continu

    A partir de ces 3 points, la vie sur les autres plans s'organise tout natuellement, "boostée" par un équilibre lié à un "esprit sain dans un corps sain" - côté physique Romain pratique notamment la course, activité possible où que l'on soit,  gratuite et qui permet de courrir ensemble en esprit de participation et de convivialité !

    La gestion de la chose publique est  ce qui fait battre le coeur de la vie publique de Romain. Ce garçon a dans sa besace perso.  tout l'indispensable pour bien vivre, minute après minute, la vie qui lui  plaît, pour laquelle il se sent fait et  qu'il a su choisir. Cet indispensable nécessaire est  fait par les  qualités innées dont Romain dispose et  qui l'aident dans  ce parcours: une écoute et une attention à tous et toutes, une diponibilité constante, une communication sans faille, un sens intuitif de la conduite de groupe et  une bonne humeur spontanée... ça aide !  Souple sans être mou, ferme sans être cassant Romain sait proposer des pistes à suivre sans qu'il ait besoin de les imposer. Et, très important, il ne pratique pas la langue de bois.

    Non  produit de l'ENA,  Romain MOUTON n'a pas un parcours dit "classique". Ce qui montre bien que rien n'est pré-décidé. Ce qui montre que tout est possible à qui en a la détermination et s'en donne les moyens, balayant les obstacles, ayant avant tout une foi en soi-même chevillée à l'être.
    Je le dis et je le répète: personne ne vient chercher les jeunes. Aussi est-ce à eux d'y aller, d'en vouloir, de ne pas fléchir ou faiblir en détermination. Il faut saisir dans l'instant les opportunités. Il peut y avoir une seconde chance. Mais il n'y a jamais une deuxième fois identique à la première. Vigilance, donc , les jeunes ! 

    Romain sait sa chance de fréquenter au quotidien les 2 personnes talentueuses que sont Rachida DATI et Yves JEGO. C'est 3 que je devrais dire car il y a aussi le Président de la République, Nicolas SARKOZY.

    A ceux - il y a toujours des grincheux ! -qui diront qu'il n'y a pas des postes de députés ou de sénateurs pour tous  je répondrai que tous n'ont pas, évidemment, vocation pour cela. Mais chacun a vocation à "kiffer" son parcours,  à durer dans le temps, à être heureux en étant soi-même tout simplement, cela  sans souhaiter pour autant être exposé sur la place publique.

    Pour en revenir à Romain MOUTON en particulier,  ce jeune est  bon  politique, attentif à chacun, unifiant, dirigeant, conduisant, entraînant.  Membre de l'UMP, c'est un acteur  fiable de ce parti comme je le vois sur le terrain depuis 7 mois.

    Les lignes ci-après, qui concernent Romain MOUTON, sont extraites d'un article de Vincent MONNIER,  paru dans le Nouvel Observateur du 10-16 avril 2008, ps. 56-57.
    Outre Romain MOUTON, l'article trace le parcours de Marie-Laure HAREL, 23 ans, benjamine de l'Elysée et responsable des déplacements.  Mais c'est Romain que je connais. Que je rencontre régulièrement le vendredi soir, lors d'une réunion hebdomadaire.
    Comme il est dit Romain MOUTON,  24 ans,  est responsable des "Jeunes avec Rachida Dati".  Outre  son  poste de conseiller spécial auprès d'Yves Jégo,  ministre de l'Outre Mer après avoir occupé un poste d'attaché parlementaire.
    Voici ce que rapporte Vincent Monnier:

        " Il ne  peut pas s'en empêcher. Installé dos au téléviseur branché sur iTélé, Romain MOUTONN répond aux questions en guettant le reflet de l'écran dans la porte-fenêtre. Dès que la silhouette d'un politique se dessine, il laisse sa phrase en suspend, se retourne, tend l'oreille. Puis il reprend la conversation là où il l'avait laissée. On peut être très sérieux quand on a 24 ans. Romain Mouton, ex-attaché parlementaire, est aujourd'hui  conseiller spécial auprès d'Yves Jégo, ministre de l'Outre-Mer. "Numéro trois du ministère en quelque sorte", précise Mouton.  Lors des municipales, il était aussi le co-directeur de campagne de Rachida Dati. "Numéro deux de l'équipe", indique ce passionné de chiffres et de rang.
          Une ascension express pour un jeune homme pressé. Dernier appelé d'une promotion biberon qui a investi les ministères avant l'arrivée de Nicolas Sarkozy. Leurs copains brûlent leur jeunesse, eux brûlent les étapes.  A l'instar de leur mentor,  maire de Neuilly à 28 ans. Le responsable de la veille internet, Nicolas Princen, normalien passé ensuite par HEC, affiche 24 printemps. Le même âge qu'Alexandra de La Brosse, attachée de presse du président. Quant à la plume de Lagarde, l'écrivain Gaspard Koenig, né en 1982,  il n'a jamais connu Giscard au pouvoir. Franc-parler, ambition décomplexée, bonne dose de culot: minorité visible, ces jeunes premiers détonnent dans un univers dominé par les énarques. Et font grincer les dents: "Ils font baisser la moyenne d'âge et le niveau", peste un conseiller.
         Le jeunisme aurait-il remplacé  le droit d'aînesse? "Je me sens légitime car je travaille sans relâche", rétorque Romain Mouton.  Ses parents - un père, chef  d'entreprise; une mère, assistante de diretion  - n'ont jamais voté.  Lui s'est engagé à l'UMP dès sa majorité. "La politique, j'ai ça dans les tripes. J'avais 11 ans quand Chirac a été élu pour la première fois.  Je m'en souviens encore: j'étais le seul de ma famille devant la télé au soir du second tour." Il monte vite en graine et en grade: responsable universitaire à Nice, responsable départemental des jeunes UMP puis collaborateur de Christian Estrosi. Sous les ors de la République,  son parcours  tranche avec les pedigrees habituels: il a été public relations pour un restaurant en vogue d'Aix-en-Provence, chargé de clientèle pour une boîte de textile à Londres. Il est diplômé de Sup de Pub, une anonympe école de communication. Pas le genre de cursus qui vous prédestine à gérer les foucades de Gaston Flosse où les coups  d'Etat annuels aux Comores. "Les diplômes ne font pas les  carrières. Il y a beaucoup de têtes bien pleines mais pas toujours bien faites." Va pour les diplômes. Quant aux  idées ? Le gaullisme ? Le chiraquisme ? "S'enfermer dans une tradition, c'est la meilleure façon de ne pas avancer", dit-il.  Alors, pour avancer, Romain  voyage  léger: "Je ne suis pas un idéologue. Je suis un pragmatique. Libéral mais pragmatique. Comme Sarkozy."
        La valeur n'attend pas le nombre des années. L'ambition non plus. Selon les interviews, Marie-Laure Harel, 23 ans, dit vouloir être ministre ou sénatrice." (la suite et la  fin de l'article concerne exclusivement Marie-Laure Harel).

    Cet article est présenté comme suit:
    "J'avais 11 ans quand Chirac a été élu...."
    Bébé Sarko, bébé requin
    Pragmatiques, libéraux et pressés: ils sont aujourd'hui dans les cabinets ministériels.
    Comme quoi l'ambition comme le talent, n'attend pas le nombre des années....

    Je laisse les lecteurs de ce blog en tête à tête avec cet article du Nouvel  Obs. dont le mérite principal est de parler de Romain Mouton en tant que jeune.

    Sur le plan personnel, c'est  avec les dires de Romain Mouton cités dans l'article que  je suis en accord à 100%.

    Romain est un exemple, les jeunes !

    Vous le rejoignez sur son blog: Romain MOUTON, lequel indique son adresse: contact@romainmouton.fr

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr