Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

J.Chirac

  • Denis TILLINAC parle.

    Benjamin LANCAR avec le groupe UMP Grandes écoles a donné la parole lundi 4 février , en soirée, au corrézien Denis TILLINAC, à la carrière bien connue d'écrivain et de responsable d'édition.

    L'histoire de la France - avec un h ou un H - a été égrenée par cet auteur avec le regard et le ressenti personnel de cet aussi participant politique. Il a fait couler pour un auditoire attentif le long fleuve pas toujours tranquille du passé.

    Sur fond de Fernand BRAUDEL, ce fin connaisseur des "coeurs battants de la France, Denis TINILLAC a martelé les qualités et les travers que ce provincial talentueux estime plus spécifiquement français.

    Se déclarant ami des Présidents Jacque CHIRAC et Nicolas SARKOZY, Denis nous a conduit de Charlemagne au "village planétaire" actuel et à ce qu'il sera en fonction de ce qui sera créé. Il a listé ce qu'il a nommé des chantiers d'avenir.

    Cet avenir qui est déjà là, se faufilant dans le quotidien de chaque seconde, via les FB (facebook)et autres liens, via un TGV qui se mue en AGV abolissant encore plus les distances et modifiant les manières de vivre. Et tout le reste !

    Car si l'on peut avoir le regard rivé tout à tour sur la Chine, le Brésil, l'Inde...., il ne faut pas oublier que ces pays là ne sont plus des étendues vierges. Soit par la pénétration de l'Europe via un Marco Polo filant commercer jusqu'en Chine. Soit à l'inverse par l'écho donné à la musique française - celle d'un Bizet ou d'un Poulenc - par l'un des 2 opéras du Shangaï actuel qui représente régulièrement des oeuvres françaises en français, envoyant ses interprètes se perfectionner à Paris avant représentation.

    Chacun des présents aura butiné à sa façon les propos de Monsieur TINILLAC, quite à ne pas être d'accord.

    Je soulignerai au passage ce constat universel à savoir que l'on ne restaure jamais rien - en dehors d'objets physiques telles que peintures, sculptures, etc...On ne restaure rien dans le sens que l'on ne revient jamais en arrière en matière de relations humaines. Car la vie est dynamique. 

    Je souligne avec notre conférencier le souffle dépoussiérant que Nicolas Sarkozy et son équipe s'efforce de faire passer au niveau des institutions. Cette réanimation de la France passe aussi par l'effort - sinon de chacun - du moins de tous ceux et celles qui le peuvent.

    Sans méconnaître la présence simultanée d'un concours de circonstances, coalisées au fil de l'Histoire, et qui permettent d'y aller ou de rester sur le bord. "Alea jactac est" en est un exemple.

    Face à cette mondialisation et à tous ces liens identitaires en connexion, une des choses qui m'interpelle est la rapidité des mutations. Certains attribuent stress, dépression et autres maux à ces changements.

    C'est oublier que l'homme est loin d'utiliser tous les secteurs du potientel physique, intellectuel, psychique et pourquoi pas affectif, etc... dont il dispose.

    C'est oublier qu'il n'y a pas une voie unique d'éducation ou d'apprentissage sur laquelle il faudrait rester crispés. Différentes façons de transmettre, d'élever, d'éduquer existent de par le monde l'exemple donné étant un modèle simple et facile.  

    C'est oublier que tout ne peut pas être prévu ou maîtrisé a priori. Etc...

    Au milieu de ces mouvements rapides, il nous reste notre mère la terre qui est apte à apporter à l'homme tout ce dont il peut avoir besoin pour continuer sa route.    

    Rien ne nous empêchera de continuer à respirer l'odeur du petit matin avec la pluie, la mer sous le soleil, la musique des dunes sous le vent, les forêts peuplées d'oiseaux et d'écureuils, rien ne nous privera - si nous le voulons - de la beauté des fleurs qui conquièrent le pavé autant que les alpages. Rien n'empêchera l'homme d'entendre les battements d'un autre coeur rythmé au sien, de se laiser emporter et étreindre par l'horizon bleu illimité du bonheur. 

    Confiance.

    Les jeunes de 19/20 ans en 2008 sont autrement délurés et tolérants et compréhensifs des choses de la vie que ceux d'il y a 50 ans. Ils sont conçus et grandissent tout naturellement au rythme d'un mouvement qui fait partie d'eux. Ce qui ne leur enlève en rien leurs capacités de réflexion, de silence, d'écoute, de méditation, d'observation. 

    Que ceux qui ne sont pas d'accord le disent !

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr