Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

J-LRomero

  • Rachida DATI, candidate Paris

    Bonjour Madame la Ministre, Bonjour Rachida

    Vendredi passé, le 30 novembre 2007, au Saint Germain rue du Bac, une foule - mais oui - de jeunes était présente pour faire plus directement connaissance avec Madame Rachida DATI, actuel Garde des Sceaux et Ministre de la Justice, et pour la soutenir dans sa candidature à la mairie du VIIème arrondissement de Paris à l'occasion des municipales de mars 2008.

    Grâce à l'invitation reçu via facebook, j'ai découvert là une femme agréable, très abordable, sans vanité, pas enfermée dans des convenances rigides et des a priori, un être organisé, une bûcheuse sans prétention, acceptant la "méritocratie" que lui proposait un habitant et natif du VIIème et rendant à l'équipe municipale actuelle de ce haut lieu parisien tout ce qu'elle a fait au niveau travail au long des années passées et actuelle. Pour cette candidate, les élections municipales sont avant tout un travail d'équipe. Et puis, si rien n'est jamais gagné d'avance, le travail lié à la persévérance est une valeur qui donne des résultats !

    J'ai apprécié tout spécialement le côté non conventionnel dit et mis sur le champ en pratique. D'emblée, la Ministre fait taire l'appellation officielle et posant une distance de Madame le Ministre au profit de son prénom de Rachida. Les présents s'y mettent assez vite. Coincée sur une banquette adossée à un mur, encadrée de jeunes responsables UMP au plan national la candidate Rachida dispose à peine de l'espace vital nécessaire pour respirer, pressée près d'un 1er rang assis qui permet de canaliser la foule bon enfant dressée et entassée. A tel point que tables et sièges ont dû être ôtées pour agrandir l'espace…

    Il n'y a pas eu de discours infligé. Après une brève introduction d'accueil qui met tout le monde à l'aise, la candidate répond très simplement aux questions que posent les uns et les autres.

    Pourquoi n'avoir pas chercher à être député ?

    Pourquoi maintenant cet essai pour les municipales ?

    Comment le travail se passe-t-il avec le Président, Nicolas SARKOZY, et depuis quand font-ils équipe ?

    Le Président de la République viendra-t-il voir les jeunes du VII ème?

    Le Ministre de la Justice, qui revient de Chine, dispose-t-elle d'une vie personnelle ?

    Comment donner un nouveau souffle à Paris ?

    Comment relancer cette capitale au niveau universitaire ?

    Etc…

    Au passage, le livre de Madame DATI est évoqué; s'y rapporter permet de mieux la connaître.

    Ne jamais s'être livrée à des attaques personnelles et vouloir continuer dans cette voie, la seule correcte, ainsi que son équipe de campagne est très important. On combat des idées avec lesquelles on est libre de n'être pas d'accord et on essaie d'occire ces idées mais pas les personnes qui les portent.

    Pour le déroulement de la campagne au côté de Rachida DATI, toute idée neuve, en concept ou en organisation, est la bienvenue. Rien n'est bloqué a priori.

    Chacun apporte ses valeurs personnelles. Tout le monde a sa touche personnelle à proposer, à offrir.

    Notre hôte insiste à juste titre sur l'importance de l'énergie communicative apportée par les jeunes, sur leur dynamisme quelque part contagieux ! Bien que cette énergie n'ait rien à voir avec les années civiles.

    A signaler encore au nombre des initiatives intéressantes, le soutien des équipes entre les différents arrondissements parisiens, au cours de la campagne municipale, va être un plus. Paris c'est 20 arrondissements et tous les 20 ont besoin d'une présence militante participative et efficace. Pendant la campagne mais tout autant en-dehors.

    De même, la pensée d'un grand Paris au-delà du périphérique est poussée en avant, direction déjà bien développée depuis plusieurs années, par Jean-Luc ROMERO, conseiller régional d'Ile de France.

    L'importance de la présence vivante de familles avec enfants dans Paris intra-muros est à soutenir grâce à des logements de taille adaptée et accessibles.

    Pour cette campagne autour de Rachida DATI, tous les jeunes du 7 ème sont naturellement à ses côtés ainsi que tous ceux qui habitent soit une autre arrondissement soit une autre commune de proximité qui sont bienvenus.

    Après s'être livrée le temps nécessaire à ses "groupies", après des photos avec les uns et les autres, la Ministre se fraye un passage vers la sortie au cours duquel je lui transmets les remerciements sincères pour son action courageuse ainsi que le soutien tant des parisiens que des très nombreux provinciaux qui, me connaissant, m'ont prié de lui faire passer leurs remerciements et tous leurs encouragements. Madame DATI est sensible à ces appréciations. J'en profite pour lui indiquer qu'elle a reçu un dossier dans le secteur dont elle a la charge, la Justice, pour que Jean C………, garçon de 14 ans né le 17/10/1993, quitte le placement délétère en foyer à Paris, Cour de La Métairie où il se détruit, à quelque 300 mètres au nord de chez lui, cela suite à un placement décidé sur des écrits et témoignages mensongers auxquels - malgré les nombreux démentis apportés - les juges et l'Aide Sociale à l'Enfance de Paris se sont accrochés, restant sourds à la vérité des faits rapportés par Jean. Cet orphelin joyeux, plein de vie, sans histoire et bien intégré avant placement, jeune que je connais très bien, a été privé depuis le 21 juin 2006 de sa liberté, de calme, d'intimité, dépouillé de ses racines et coupé de ses repères , détaché de sa naturellement complice de jeune sœur orpheline du même père et qui a eu 9 ans en avril 2007. Il est privé de son vrai foyer, de sa maman veuve depuis 2003 de leur papa - son jeune mari, professeur apprécié et chercheur reconnu - ainsi que d'une marraine aimante et des nombreuses personnes qui faisaient l'environnement structurant et sympathique durant 12 ans d'une vie sans anicroche. Car le décès d'un papa fait partie des choses de la vie et n'a rien à voir avec le placement violent et maltraitant de Jean qui , ainsi que sa sœur, avait bien assuré ce décès, tous deux affirmant vouloir ne pas être traités comme "de la poussière car c'est aussi notre papa qui est mort" et vouloir surtout continuer à vivre plutôt que de geindre et de revisiter sans fin un passé révolu à l'esemple de leurs grands-parents paternels et de leur mère. Le Ministre de la Justice, Rachida DATI, a ce dossier en charge et je lui précise que tout sera fait pour obtenir la "remise en liberté" de ce jeune tant qu'il n'a pas retrouvé une vie à nouveau "normale" comme ses pairs. C'est bien le moins que je puisse faire à mon niveau et via le support de ce blog voué aux moins de 18 ans pas assez écoutés. Surtout après les propos du Président de la République, Nicolas SARKOZY, qui vient au secours d'Ingrid Bettencourt, vie dont la flamme s'éteint.

    Pour Jean aussi, après 533 jours d'une pesante tristesse liée à un enfermement non justifié, sa flamme de vie et de jeunesse est en train de s'éteindre à quelques jours de Noël !

    Ayant libéré le Garde des Sceaux, je passe le relais à Mohamed, avec qui j'ai établi un contact positif, lequel remet à Rachida 2 articles le concernant du journal "Le Parisien". Mohamed a une pêche d'enfer et pour payer ses études il complète ses ressources en vendant du thé à Nanterre le soir, ce qui lui permet de parler avec les jeunes, montrant qu'il est possible de s'en sortir en dehors de la délinquance. Mohamed est un excellent tisseur de liens sociaux auprès de ses pairs. Il ambitionne aussi une carrière d'acteur.

    Rachida partie, on poursuit une réunion bis - filles et garçons - jeunes responsables UMP et jeunes sans engagement particulier; on va se revoir. La permanence UMP du vendredi soir se tient à 19H30 au 20 rue du Gros Caillou.

    Et dès le lendemain matin, samedi 1er décembre, la candidate Rachida DATI débute sa campagne sur le terrain en arpentant la très commerçante Rue Clerc, tout près de l'Ecole Militaire. Dans ce quartier plaisant où j'ai vécu des années, avenue de Lowendal et rue Chevert, elle est bien accueillie.

    C'est parti ! Je vais mettre mon temps et mes talents au service de Rachida.

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr