Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jésus

  • Spiritualité, Jésus, hasard

     

     

    Ce deuxième dimanche du temps dit de Carême chez les catholiques, le 24 février 2013, était lu le texte de l’évangile de Luc (9,28-36) sur la Transfiguration de Jésus Christ. En voici le début, 28-30, significatif : « Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques et il alla sur la montagne pour prier. Pendant qu’il priait, son visage apparut tout autre, ses vêtements devinrent d’une blancheur éclatante. Et deux hommes s’entretenaient avec lui : c’étaient Moïse et Elie, apparus dans la gloire ».

    Au cours de la messe où est dit le Notre Père, le contexte de cette prière était rappelé, en l’espèce l’évangile de Matthieu, chapitre 6, versets 9 à 14 : « C’est ainsi que vous devez prier : Notre Père qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié, que votre règne arrive, que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donnez-nous aujourd’hui le pain qui nous est nécessaire. Remettez-nous nos dettes comme nous les remettons à nos débiteurs. Et ne nous induisez pas en tentation, mais délivrez nous du mauvais. Car si vous remettez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous les remettra aussi ; mais si vous ne les remettez pas aux hommes, votre Père non plus ne vous remettra pas vos offenses. » Jésus a rappelé qu’avant même de prier il y a lieu de penser que notre Père du ciel sait ce dont nous avons besoin. Et, personnellement, ce « pain nécessaire » concerne autant le pain matériel que toute autre nourriture – spirituelle, artistique, etc…La volonté du Père est aussi, me semble-t-il, que l’homme soit heureux. Et je trouve correct de demandez aux hommes que nous avons offensé leur pardon ; je m’y essaie.

    Temps de Carême, temps de jeûne. Privation. Mais de quoi ? D’aliments trouvés en abondance à Paris et ailleurs ? D’excès de télévision ou de médias ? Ou d’autres excès que nous sommes seuls à connaître ? A chacun de voir où un effort est à faire pour améliorer sa vie personnelle.

    « Jésus » est le titre d’un livre de Jean-Christian Petitfils qui présentait cet ouvrage jeudi passé à la paroisse Saint Jean Bosco. Je n’ai pas pu y assister. Dans un entretien pour Le Point du 29 septembre 2011, cet historien éclaire sur ce livre sorti en 2011 chez Fayard, 440 pages pour 24 euros. Il signale l’importance de l’évangile de Jean, contemporain de Jésus, un autre Jean que le frère de Jacques ces deux là étant fils de Zébédée. Le Jean évangéliste appartient à « l’aristocratie sacerdotale » et connaît parfaitement son pays. Il observe en direct des interventions de Jésus. C’est un témoin oculaire. Jean-Christian Petitfils estime importants 3 éléments non écrits, à savoir la tunique du Christ qui est à Argenteuil, le linge ayant recouvert le visage du Christ conservé à Oviedo, le linceul de Turin. Pour l’historien, après recherches, Jésus fait partie du groupe des Nazôréens, installés dans deux bourgades dont celle de Nazareth dont l’archéologie note l’existence, une maison de l’époque de Jésus y ayant été trouvée en 2009.

    Le Pape Benoît XVI a décidé de passer la main. Il démissionne un 11 février, jour qui colle, 84 ans après au destin de l’église, car c’est le 11 février 1929 que les accords du Latran ont été signés. Ce 11 février est aussi en résonances avec la 1ère apparition à Lourdes de la Vierge à Bernadette qui se fit le 11 février 1858. Quant au départ effectif, le 28 février, il aura lieu le jour où est fêté saint Romain. L’élection de ce chef d’état et guide spirituel concerne quand même plus d’un milliard de personnes, soit environ un habitant du monde sur 7.

    Catholique ou pas, la spiritualité est au cœur de l’homme autant que son enracinement terrestre. Qu’il s’agisse de la croyance en un Dieu ou dans la force d’une sorte de grand manitou de l’univers. Il est important de vivre en étant respectueux de cette nature qui nous permet de vivre. Que ferions-nous sans air ? Sans eau ? Sans nourriture ? La terre est généreuse et nous a tout donné ; et nous, que faisons-nous en retour pour elle ? L’essentiel encore est de vivre avec un cœur pur, un esprit droit, un comportement civil, à l’écoute et au service des autres – famille, amis, connaissances de travail ou de loisir ou personnes rencontrées « par hasard » au fil des jours. Paul Eluard nous enseigne ceci : « Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous. » Alors soyons attentif à tous ces petits signes qui tissent le quotidien ordinaire.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

     

  • Jésus, C dans l’air 25 décembre

    « A la recherche de Jésus », une excellente émission de mardi, quelle que soit sa croyance ou non croyance, et qui peut être revue jusqu’au lundi 31.

    Animée par Yves Calvi, y participaient Odon Vallet et Jean-François Colosimo, tous les deux historiens des religions, Jacqueline Kelen écrivain ainsi que Grégoire Aslanoff historien de l’art religieux.

    Une émission très vivante, pleine d'à propos et d'allégresse, que j’invite à entendre et voir.

    Ici, je ne joins pas le résumé accompagnateur qui, à mon sens, manque d’attrait par rapport à une émission de grande qualité où chacun peut, je pense, trouver quelque chose qui le nourrisse, tant au plan temporel qu’au plan de la spiritualité dont, petits et grands, nous sommes tous pétris.

    Bon C dans l’Air spirituel !

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • Jacques Neirynck, qui est Jésus ?

    Jacques Neirynck vient de me passionner par la lecture, en édition Pocket, de saJacques Neirynck,jésus,vatican, trilogie autour d’un pape suisse.

    A cette occasion, entre Vatican, frère et soeur de ce nouvel élu à la tête du Saint Siège, et discussions sans fin autour de l’évolution de la pensée religieuse et des dogmes, des découvertes donnent lieu à des batailles de pouvoir.

     

    Le tome 1 Le Manuscrit du Saint Sépulcre est paru en 1994 aux éditions du Cerf. Le 2 La révélation de l’ange a été édité chez Desclée de Brouwer en 1999. Le 3 La prophétie du Vatican est paru aux Presses de la Renaissance en 2003.

     

    Bien documentés, d’un style alerte, ces 3 ouvrages peuvent être lus indépendamment.

     

    Voici les 3 résumés proposés sur le Net.

    Tome 1. Le Manuscrit du Saint Sépulcre. C’est en Palestine, il y a 2000 ans, que commence la plus formidable enquête policière de l’Histoire… Le cadavre d’un supplicié nommé Jésus disparaît pour réapparaître, vivant, trois jours plus tard. Pour comprendre le cœur de ce mystère, du doute et de la foi, un prix Nobel de physique enquête sur le linceul sacré conservé à Turin. Au cours de ses recherches, une inimaginable surprise attend Théo de Fully. Dans un tombeau voisin du Saint-Sépulcre, il découvre, outre des rouleaux évangéliques et des ossements, une planchette de bois portant l’inscription de « Jésus de Nazareth, roi des Juifs ». Si ces documents et ces reliques livrent leurs secrets, c’est le Vatican et toute la chrétienté qui vont trembler sur leurs fondations. Avec son frère Emmanuel, haut prélat romain promis aux plus hautes destinées, le professeur tente de déchiffrer cette énigme religieuse explosive.

     

    Tome 2. La révélation de l’ange.  A Rome, un coup de théâtre a porté au Saint-Siège Emmanuel de Fully, le premier pape suisse de l'histoire, sous le nom de Jean XXIV. Réfugié dans le palais du Latran, ce pontife révolutionnaire a juré de restaurer les valeurs originelles des Évangiles. A Lausanne, le professeur Théo de Fully, son propre frère, répond avec des amis physiciens à la plus étrange des convocations. Un richissime banquier s'est mis en tète de poursuivre une chimère abandonnée depuis Platon et Newton démontrer l'existence de Dieu ou, à défaut, celle de l'âme. Aucun homme sensé n'accepterait une telle mission. Mais si la science et la foi se rejoignaient enfin pour apporter un peu d'ordre et de paix dans le monde ? Et si des anges se joignaient à la partie ?

    Tome 3  La prophétie du vatican Sous les traits de cet homme au béret noir et aux lunettes fumées, voyageant avec un vagabond dans le train de Milan, qui reconnaîtrait le vicaire du Christ en personne ? Que fuit Emmanuel de Fully, devenu jean XXIV, ce pape suisse dont les idées évangéliques se heurtent aux clans les plus conservateurs du Vatican ? Son combat contre son prédécesseur le cardinal Bertini est-il perdu d'avance ? Car cet apôtre des origines ne peut renoncer à son rêve de tolérance et d'égalité. four le réaliser, il peut compter sur son frère Théo, physicien utopiste qui tente de réconcilier la science et la foi. Mais il lui faut à tout prix soustraire de précieux manuscrits à la convoitise de ses poursuivants...

    Quant à l’auteur, voici. Docteur en sciences appliquées, Jacques Neirynck a enseigné aux universités de Kinshasa (République démocratique du Congo) et de Louvain (Belgique). Après une carrière dans l'industrie, il a dirigé, à partir de 1972, la chaire des circuits et systèmes de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. Il a siégé au Conseil national de la Confédération helvétique de 1999 à 2003, et se consacre depuis 1996 à son activité de journaliste et d'écrivain. Il est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages scientifiques, d'essais et d'oeuvres de fiction, dont une trilogie romanesque comprenant Le manuscrit du Saint Sépulcre (Cerf, 1994 - prix des Libraires religieux), La révélation de l'ange (paru initialement aux éditions Desclée de Brouwer sous le titre L'ange dans le placard en 1999) et La prophétie du Vatican (Presses de la Renaissance, 2003).

     

    Ceux qui ont tentés par une découverte ou une redécouverte de Jésus-Christ à l'occasion des vacances d'hiver peuvent le faire par l’intermédiaire romancé de ces 3 livres.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration: couverture du Tome 2)