Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fil d'Ariane

  • Le Fil d'Ariane dénonce des abus sur enfants !

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

     

    Pure coïncidence, il m’est arrivé après avoir mis le billet d’hier le courrier ci-joint.

    Que je vous délivre.

    Il émane de l’association Le fil d’Ariane dont j’ai parlé ici à plusieurs reprises.

    Association qui s’émeut, à juste titre, des propos tenus sur le sort de certains «enfants placés» qui seraient donnée, tels des objets, à des familles en mal d’enfants.   

     

    FilAriane.jpgAulnay Sous Bois, le 10 mai 2009  bobigny11octobre08 014.jpg

     

    CONFERENCE DE PRESSE

     

     

    Nadine MORANO vient de déposer au nom du Gouvernement un projet de loi relatif à l’adoption.

    Ce projet tend à augmenter le nombre d’enfants adoptables.

    La philosophie qui  sous tend ce texte inquiète les parents d’enfants placés à l’aide sociale à l’enfance, ainsi que les professionnels engagés dans ce secteur. Il constitue en effet un leurre et un danger.

    Alors que chacun admet aujourd’hui que la vraie place de l’enfant est avec ses parents et que la mission première de l’Etat est de permettre le droit à une vie familiale, il tend à faire croire qu’il y aurait une réserve d’enfants adoptables pour les 29 000 couples en attente.

     

    Pour dénoncer les dangers de ce texte,

     

    LE FIL D’ARIANE FRANCE

    vous invite à une conférence de presse

    le mercredi 3 juin 2009 de 16 à 17H

     

    A ALTER MUNDI CAFE

    4 rue Jean-Pierre Thimbaud

    75011 PARIS

    métro Filles du Calvaire – Oberkampf – République

     

    avec  la participation de

    Catherine GADOT

    Fondatrice et Présidente du Fil d’Ariane France

     

    Jean-Pierre ROSENCZVEIG

    Magistrat, Président de Défense Enfants International France

     

    Pierre VERDIER

    Avocat au barreau de Paris, ancien DDASS

     

    Et de nombreux témoins, parents, familles, professionnels du social.

     Catherine GADOT  

    ANNEXE: 31 avenue du 14 juillet 93600 AULNAY SOUS BOIS  Tél. / fax 01 48 69 87 29

    SIEGE SOCIAL: 03 allée des Aubépines 93600 AULNAY SOUS BOIS 

    E.MAIL : lefildariane93@wanadoo.fr

    SITE : http://le-fil-dariane-france-asso.fr/

     

    bobigny11octobre08 018.jpgComme responsable de ce blog j’invite tous ceux qui le peuvent à venir, ceux qui ne peuvent pas à adresser un courrier de soutien - papier ou électronique - à Catherine Gadot dont j’approuve la démarche.

    Car cette mesure conduirait, à mon avis, à une double catastrophe : du côté des enfants non consultés et du côté des familles qui, dans plus d’un cas, tomberont de haut.

     

    Deux personnalités, non des moindres, soutiennent Catherine Gadot : Pierre VERDIER et Jean-Pierre ROSENCZVEIG dont j’ai présenté ici le 10 avril 2009 sous le titre « Jean-Pierre Rosenczveig : juge pour enfants et ami » son livre paru en mars 2009 aux éditions Bayard intitulé « Pourquoi je suis devenu Juge pour Enfants ». Quant à Pierre Verdier j’en parlais le

    12 octobre 2008 avec « Enfants Placés, Bobigny 11 octobre 2008 ».

    On peut ne pas me croire. Difficile de ne pas entendre Pierre Verdier et Jean-Pierre Rosenczveig.  

     

    A vos plumes, à vos claviers ! et merci de tout cœur pour ces jeunes qui doivent, avant tout, être respectés. Car en disposer est un début d’atteinte à la liberté et aux droits de l’homme. On commence par ces enfants là et on  continue par les autres.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration: logo Fil d'Ariane; 11 octobre 2008 Jean-Pierre Rosenczveig au centre qui préside la journée nationale du Fil d'Ariane avec Catherie Gadot à droite; plus bas Catherine Gadot micro en main en face de Pierre Verdier debout) 

  • Enfants placés: Catherine Gadot et son Fil d'Ariane

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouver. Merci. 

    Le  8 septembre 2008 sous le titre "Enfants placés 11 octobre 2008 Bobigny" je relayais sur ce blog l’annonce de l’Association Le Fil d’Ariane France qui proposait de participer le samedi 11 octobre 2008 à la bourse du travail de Bobigny (93) à la  6ème rencontre nationale des Parents d’Enfants Placés à l’Aide Sociale à l’Enfance.  

     

    Il est encore temps de s’inscrire en vous reportant au billet du 8.

    Catherine Gadot, présidente et fondatrice du Fil d’Ariane France, seule association se préoccupant du sort des enfants placés, sera là, avec à ses côtés Pierre Verdier, avocat et ancien directeur de DDASS (Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales) également parrain de l’Association, Jean-Pierre Rosenczveig Juge et Président du tribunal pour enfants de Bobigny, Pierre Naves Inspecteur Général de l‘IGAS (Inspection Générale des Affaires Socales).

     

    Ces 4 intervenants et d’autres seront à l’écoute des parents d’enfants placés. Car il est toujours  nécessaire de faire reculer les abus de pouvoir constants pratiqués envers ces mineurs qui n’ont pas droit à la parole non plus que leurs parents.

    L’indépendance de la Justice laisse libre cours au pouvoir absolu de services sociaux qui se situent trop souvent dans le droit fil des placements nourriciers d’autrefois lesquels  conduisaient aux hécatombes que l’on sait. En 2008, il ne s’agit plus de décès physiques en masse de nourrissons comme il y a quelques siècles mais d’une hécatombe psychologique massive conduisant au moins 1 enfant placé sur 2 ou sur 3 à entrer dans le statut de SDF (Sans Domicile Fixe) à 18 ans.

     

    Pourquoi ? Parce que ces enfants là sont soumis à des méthodes coercitives qui veulent à tout prix les faire entrer des moules préfabriqués et non adaptés à leurs différences de profil. Or si un forgeron peut modeler, tordre et manipuler du fer sans dommage, il n’en va pas de même quand on fait supporter cela à un être humain.

     

    Ajoutons au passage un enfermement proche de celui des prisons ou des hôpitaux psychiatriques ancienne vague, et le résultat obtenu est un succès foudroyant en matière de statut SDF.

     

    Très bizarrement les éducateurs spécialisés et les référents de l’ASE (Aide Sociale  l'Enfance) seraient les seuls à savoir ce qui convient aux enfants placés. Et quand on ose évoquer des méthodes inadaptées eu égard aux résultats observés, l’institution toute puissante ne va pas hésiter à faire preuve d’une mauvaise foi totale en prétendant que c’est à cause de ce qui s’est passé avant placement que ces enfants sont échoué.

     

    En pratique il manque à ces moins de 18 ans une vie « normale », avec de la liberté et de l’amour. Deux entités totalement inexistantes au sein de l’ASE  où, au contraire, il faut éviter tout attachement. . Ainsi assassine-t-on moralement en broyant leurs racines et leur cœur des milliers d’enfants au pays des Droits de l’Homme.

     

    Ceci en introduction à l’Historique du Fil d’Ariane fondé par Catherine Gadot en 1998, le thème de la réunion de samedi étant d’ailleurs « Le Fil d’Ariane France, après 10 ans quel bilan ? »

     

    Ecoutons Catherine Gadot :

    « A l’âge de 10 mois, ma fille est confiée à l’Aide Sociale à l’Enfance. Pendant six ans, je me bats, seule, et quand mon enfant m’est enfin rendue, je me promets de mettre mon expérience au service de ceux qui se trouvent confrontés à une situation semblable.

     

    Pendant ces années de séparation j’ai pu mesurer la difficulté de continuer à être parent face à l’institution et aux travailleurs sociaux et, ayant connu en la matière et le meilleur, j’ai compris la nécessité de travailler à améliorer les relations entre les uns et les autres. C’est ainsi que, encouragée par une assistante sociale d’AEMO(ndlr : Assistance Educative en Milieu Ouvert, autrement dit quand les enfants ne sont pas placés mais simplement aidés), soutenue par l’aînée de mes filles, je mets en œuvre le projet d’une association.

      

    Si le Conseil Général de la Seine Saint Denis me prête une oreille attentive, les services

    socio-éducatifs sont plus réticents. C’est donc d’abord du côté des médecins, infirmiers et psychologues des services d’alcoologie et de toxicologie que mes demandes trouvent un écho. L’Aide Sociale à l’Enfance, pour sa part, se dit intéressée mais garde une réserve prudente. De cette période de « démarchage » je garde le souvenir d’une « grosse galère » mais, décidée à avancer coûte que coûte, je dépose les statuts de mon association, le Fil d’Ariane, laquelle paraît au journal officiel du 20 avril 1998.

     

    Par des annonces dans le journal local, des affiches dans le département et, surtout, grâce à mon intervention lors d’une émission télévisée sur l’abandon et la séparation, je fais connaître cette association pas comme les autres, la première du genre, dont les parents ne tardent pas à se communiquer les coordonnées et qui va prendre une ampleur nationale. Du côté des travailleurs sociaux, la méfiance cède peu à peu du terrain et si l’unanimité est encore loin de se faire, les bénévoles peuvent commencer à mener une action efficace avec certains services.

     

    Mais je ne veux pas en rester là et souhaite donner une plus large audience à mon action. C’est une fois encore une intervention à la télévision, au cours de laquelle est cité un ouvrage de Pierre Verdier, qui va me permettre de concrétiser mon projet. Je me procure le livre et subodorant un allié dans cet ancien DDASS (Directeur Départemental des Affaires Sanitaires et Sociales) et directeur général d’association, je téléphone à l’éditeur pour demander ses coordonnées… Contact est pris et tout de suite Pierre Verdier se mon très intéressé par l’association et ses projets. Je veux sensibiliser l’opinion par une marche silencieuse mais, me propose-t-il : « on va faire mieux ! » Ce mieux prendra la forme des premières rencontres nationales des parents d’enfants placés à l’Aide Sociale à l’Enfance. C’est encore lui qui nous aidera à mettre en forme le petit livret « Mon enfant est placé, j’ai des droits », un livret qui a reçu l’appui de la ministre Madame Ségolène Royal déléguée à la Famille et l’Enfance et qui sera largement diffusé auprès des familles, des services et établissements. En préface à ce livret, deux petits textes : le premier est signé Ségolène Royal, le deuxième par moi. Entre les deux le File d’Ariane. »

     

    Voilà l’histoire de Catherine et de son Fil d’Ariane, contée par elle-même. Retrouvez-la sur  http://le-fil-dariane-france-asso.fr

    N’hésitez pas à aller voir ce qui se passe les jeunes.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration catherine gadot)

  • Pétition:pas placer!Nouveau-né placé!

    En préalable, vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouvez, non classés pour l'instant en alphabétique.       

    LE  FIL  D’ARIANE  FRANCE

    PREVENTION ET SOUTIEN DES FAMILLES DANS LE PLACEMENT D’ENFANTS

    CONCERNANT LES ABUS DE PLACEMENT D’ENFANT

    Nous sollicitons un rendez-vous auprès de :

    Madame Nadine MORANO Secrétaire d’état en charge de la famille

    Madame,

    Pour une meilleure neutralité, pour un réel travail au sein de la famille, évitons le placement « injustifié » d’enfant qui n’est pas la meilleure des solutions !                                                                                                    Travaillons sur la difficulté de la famille*  et n’acceptons plus les visites médiatisées d’une heure tous les 15 jours qui durent depuis 5 ans (un exemple parmi tant d’autres)                                                                                    *Ce qui fait que la maman (qui n’a commis aucun acte de violence sur son enfant) n’a rencontré son enfant que 120h en 5 ans soit l’équivalent de 5 journées pleines !

    Des familles entières sont détruites, des milliers d’enfants ne se remettront jamais d’un placement injustifié !

    On peut estimer, avec beaucoup de spécialistes de la protection de l’enfance, qu’aujourd’hui, au moins 50% des placements sont injustifiés (25% pour mauvaise évaluation au départ et 25% qui ne devraient pas se prolonger)

    A savoir qu’un enfant ne se remettra jamais de ce placement. Il souffrira toute sa vie de cette séparation. La cicatrice sera indélébile !                                                                                                                           Bien souvent ces enfants ressortent sans aucun avenir, deviennent SDF, délinquants, au bord de la folie. Certains ont été abusés psychologiquement et/ou sexuellement par des adultes sensés les protéger sur leur lieu de placement.                                                                                                                                                                           Leur enfance a été détruite et on leur demande maintenant d’être adultes et responsables !

                                          Quel est cet avenir ? Quel est leur avenir ?

    A savoir :                                                                                                                                                 Le placement mensuel d’un enfant revient à 6 000 euros. Ce qui fait 72 000 euros à l’année.                 Exemple d’une famille où 6 enfants (aucune maltraitance) sont placés et séparés dans diverses familles d’accueil !                                                                                                                                                                                 Coût total de ce placement à l’année 432 000 euros (quatre cent trente deux mille euros).

    Pourquoi ne pas utiliser cette somme, afin que ces enfants puissent évoluer (avec une aide physique de personnes compétentes) au sein de leur foyer et avec leurs parents ?

    NOM     PRENOM                                 ADRESSE                                       SIGNATURES

    DUPOND   Martin                                 3 rue du Soleil etc......................................................

    Vous pouvez éditer ce billet, le compléter avec vos nom, prénom, adresse et signature. Vous pouvez faire signer d'autres personnes autour de vous. Et retourner le billet ainsi complété au Fil d'Ariane à Aulnay sous Bois à l'adresse indiquée ci-dessous. Vous pouvez aussi aller voir de plus près sur le site mentionné.                                                                             Cette pétition est destinée à soutenir une demande de rendez-vous de Catherine GADOT représentant le Fil d'Ariane auprès de madame Nadine MORANO, Secrétaire d'Etat en charge de la famille.  

    PERMANENCE du Fil d'Ariane: 31 avenue du 14 juillet 93600 AULNAY SOUS BOIS Tél/fax 01 48 69 87 29

    E MAIL : lefildariane93@wanadoo.fr

    SITE : http://le-fil-dariane-france-asso.fr/

    2 livrets du Fil d’Ariane avec Pierre Verdier :

    - Mon enfant est placé, j’ai des droits

    - Guide pour l’accompagnement social et de l’accès au dossier.

    Lundi 9 juin 2008

    Et, comme annoncé dans le précédent billet, un exemple paru dans La Voix du Nord du 6 septembre 2007 du placement d’un nourrisson quasi à la naissance !

    Peu après sa naissance, une petite Marpentoise a été retirée à ses géniteurs sur soupçon de mauvais traitement.

    « A l’époque, la petite Emilie Mairesse venait de naître à la polyclinique du Val de Sambre à Maubeuge. Sur intervention d’une puéricultrice de l’établissement, un signalement est bientôt transmis au procureur de la République (…) et la petite fille est placée en famille d’accueil. Les parents " ont crié leur innocence contre ce qu’ils considèrent comme un mur : l’administration française. « Les personnels sociaux se sont tous retranchés derrière le principe de précaution, alors même que les médecins n’avaient trouvé aucun problème chez notre fille ! » " Tandis que leur fille passe par plusieurs familles d’accueil en cinq mois et demi, ses parents essuient avis défavorables, expertises, contre-expertises…

    D’une garde autorisée le week-end, la présence d’Emilie chez ses parents va finalement revenir à la normale…avant même le jugement.

    L’avocat des parents, Me Jean-Yves Houzeau, « a affirmé que la polyclinique avait reconnu par écrits une intervention inappropriée. »

     

    Cette petite Emilie s’est vu voler inutilement 6 mois fondamentaux de sa jeune vie avec des parents attentifs et affectueux. Il en restera quelque chose quelque part pour cette petite fille nouvelle née ballotée d’une famille d’accueil à une autre famille d’accueil et encore une autre en cinq mois et demi ! Bel exemple de non stabilité, contraire à ce que prêchent tous les services gardiens de l’ASE (=Aide Sociale à l’Enfance). Ces mêmes services unanimes pour cette sorte de propos, et qui agissent de manière très divergente d’un département à un autre, ce qui est bizarre.

    Sapristi ! la règle est la même d’un département à  un autre quand il s’agit d’infraction au code de la route. 

    Par contre, pour les enfants non délinquants placés, "peluches" vivantes et vibrantes d’émotions avec lesquelles jouent Justice et Services Sociaux, il n’y a pas de règle ! Chacun fait  ce qu’il veut !

    A un tel point que quand elles le peuvent - c’est  rarissime ! vous pensez bien, chers lecteurs  - des familles déménagent pour échapper à un Juge des Enfants sourd ou inique et à des pratiques inconvenantes de services sociaux qui gavent de souffrances les jeunes tombés entre leurs mains.  Car changer de département est à ce jour la seule méthode pour soustraire rapidement et efficacement des jeunes placés et non délinquants à la maltraitance institutionnelle qui s’est, suite à un hasard malheureux et non à des faits vérifiés, abattue sur eux  !

     

    Les jeunes - et les plus de 18 ans - réfléchissez à tout cela, à ces jugements rendus qui n'ont rien à voir avec la justice et qui détruisent des jeunes non délinquants de 0 à 18 ans, tout à fait semblables à vous qui avez la chance de passer au large du triste sort des enfants placés !  

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr