Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

E.Wiesel

  • Excès pour les uns, manque pour les autres.

    L'autre matin, deux tableaux étaient présents à mes yeux: celui de la nourriture et celui des enfants.

    Pourquoi la nourriture ?

    3769ae29ceb25064fa6a066e805c4d8f.jpgFacile. En France, comme dans de nombreux pays développés, une bonne partie de la population est, par surpoids, en voie de "crevaison." Une voie très coûteuse pour la personne elle-même - au plan physique, moral, esthétique…- et pour la collectivité dont les impôts servent à "soigner" ces surpoids générateurs de maladies au long cours, d'invalidités et de décès prématurés.

    Pendant ce temps l'autre partie, moins favorisée, envahit les Restau du Cœur. De même, de par le monde, dans des pays moins développés, des millions de jeunes crèvent de faim.

    Pourquoi les enfants ?

    Facile. En France, 25.000 foyers sont en attente d'un enfant à adopter.

    Pendant ce temps et toujours en France, 210.000 futurs nourrissons sont forcés à un retour express "manu militari"dans le cycle de la vie, au nom d'une tranquillité personnelle, de trop de jeunesse ou que sais-je.

    Dans les 2 cas je ne cible pas les nécessités avérées

    .Côté nourriture, on sait que la planète terre dispose actuellement de quoi nourrir tout le monde.

    Si on le veut.

    Côté enfants de France, à une heure où les familles recomposées de diverses façons ont le vent en poupe - n'assurant 344691e9438e3324d9d5791d12ec8a96.jpgpas toujours une stabilité basique - où serait le mal en envisageant de faciliter l'adoption ou de proposer de nouvelles 1298f78e5604b1d8884c873b6d00c3df.jpgformes d'adoption pour les enfants issus d'une grossesse menée jusqu'à son terme, des liens se façonnant entre les familles biologiques et adoptives ?                                                                                 

    Comme vous qui lisez ces lignes - avec droit de sursauter, de protester, de râler, et comme moi qui les écris, la pulsion de la vie anime dès le départ un nouvel être, même de quelques nannosecondes.

    Pourquoi n'auraient-il pas une possibilité de vie, ceux-là ? comme cela nous a été donné ?

    Elle n'est plus la situation lointaine où des groupes isolés étaient obligés de compter leurs têtes selon "le manger dispo", sacrifiant certains - jeunes ou vieux - de façon délibérée.

    Nous sommes en France, là où 25.000 couples souffrent d 'un manque d'enfant. Alors pourquoi ne pas "adopter de coeur" l'un de ces condamnés au rebut ? aux origines connues. Quelque chose de ce genre existerait aux U.S.A..

    Je ne suis pas juge et observer me suffit. A ce jour, l'Interruption Volontaire de Grossesse (I.V.G.) est une possibilité offerte mais pas une obligation. Comme ne serait pas une obligation le droit à mourir dans la dignité (A.D.M.D.= association pour le Droit de Mourir dans la Dignité, présidée par Jean-Luc ROMERO), non offert en France, à ce jour. Quand les Restau du Cœur tentent de nourrir ceux qui ont "mal de faim" alors que les maladies dites de surcharge atteignent davantage qui ont "mal de trop de bouffe", on est égaré dans une situation triste et grotesque.

    A l'échelon de la terre, le panorama est identique, avec manque cruel d'un côté et abondance mortelle de l'autre.

    La honte est du temps perdu.

    Si chacun , là où il vit, prenait un peu de son temps pour regarder, entendre puis ravauder en conséquence, du moins chacun essaierait-il de corriger un peu, à son niveau, des déséquilibres criants. Chacun peut faire cela, s'il veut.

    L'homme doit-il rester un loup pour l'homme ? Je ne le pense pas, quite à être qualifié d'utopiste ou de rêveur. Et peut-être sommes-nous, nous les terriens, observés par des êtres d'une autre vie ? comme l'entomologiste Jean-Henri Fabre observait à ras de sol les insectes qu'il étudiait et qui ne se savaient pas scrutés.

    Autre vie ou pas que faisons-nous chacun de la part d'humanité qui nous est allouée et dont nous avons la charge ?

    Qui que nous soyons, croyants ou non mais tous humains, écoutons ces 2 phrases d' Elie Wiesel: "J'ai un devoir envers l'enfant que j'étais. Je suis responsable de son avenir et de sa place dans l'éternité."

    Vous, les moins de 18 ans, que pensez-vous ? Et surtout qu'avez-vous à proposer ? Dans ce monde où il faut crier pour se faire entendre, allez-y! Dites vos idées ! Faites-vous respecter ! Cassez votre coquille ! Sortez! Parlez !

    Contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • Comment ose-t-on ?

    Comment ose-t-on ?

    Mercredi, j'étais témoin involontaire d'un spectacle désolant.

    Une jeune maman aimante éclatait en sanglots dans l'antichambre d'un juge des enfants, inquiète de ne pas voir arriver ses petits convoqués pour l'audience de 15H00 tout comme elle et le papa.

    J'ignore tout des raisons du placement des 2 jeunes concernés, frère et sœur de 8 et 7 ans. Mais je suis choquée par deux faits: la séparation d'une fratrie de 2 enfants, d'une part, et l'éloignement des enfants de Paris où vivent les parents, d'autre part. Choquée de savoir ces deux jeunes séparés et "placés" dans deux familles d'accueil différentes de la villle du Mans. Choquée de savoir que leur maman n'est autorisée à les rencontrer que quelques heures et sous surveillance tous les mois (au mieux),faisant le trajet depuis Paris en n'étant pas assurée de voir ses enfants à l'arrivée car il peut avoir été pris d'autres dipositions sans prévenir.

    9491e7d999b2820d9f9f2c845c30b752.jpgQui peut agir ?

    Une association "Le Fil d'Ariane", fondée en 1998 par Catherine GADOT qui fut elle-même concernée, permet à toute famille touchée par un placement de connaître ses droits, cela afin de les faire respecter et d'instaurer un dialogue entre famille, services sociaux et juges qui se situe dans l'intérêt des enfants.

    Avec pour but la Prévention et le soutien des familles dans le placement d'enfants, le Fil d'Ariane se joint ainsi:   

    Le Fil d'Ariane: Catherine Gadot tél/fax 01 48 69 87 29   03 allée des aubépines 93600 Aulnay-sous-Bois    lefildariane93@wanadoo.fr                

    Panorama de l'existant :

    Actuellement il y a 130.000 anfants placés. Cela grâce à nos impôts. Or, de la bouche même de Pierre NAVES, Inspecteur Général des Affaires Sociales, dans l'émission d'Envoyé Spécial diffusée le jeudi 7 juin 2007 à 20h50, une autre solution que le placement était possible dans au moins la moitié des cas.

    Qu'attend-t-on ?

    A l'heure où l'on se demande où trouver les moyens financiers et humains de scolariser des jeunes handicapés désireux de s'intégrer et d'être avec les autres, on isole en foyers ou en famille inconnue des enfants qui n'ont pas besoin de telles méthodes et vont, année après année, constituer le 1/3 du contingent des nouveaux SDF.

    A l'heure où Nicolas Sarkozy, Président de la République, et François Fillon, premier ministre, se démènent avec la volonté de dépoussiérer des institutions qui en ont besoin, il faut participer à ce grand ménage là où l'on est et avec ce que l'on sait.

    Il faut dire, il faut parler, il faut dénoncer tous ces abus de pouvoirs qui saccagent notre jeunesse. A commencer par le 1er abus qui soit : le fait de ne pas vouloir écouter les jeunes, placés ou libres.3ef5d41507273c168bedc04139510e6f.jpg

    Janusz KORCZAK (voir au 30.09.07) n'avait pas peur de la jeunesse. Elie WIESEL (9.10.2007) non plus. Cette jeunesse qui donne autant aux plus âgés que les plus âgés aux plus jeunes.

    Et vous, les moins de 18 ans, que dites-vous de l'attitude de l'autorité envers vous ?

    Est-elle toujours respectueuse ? Est-elle toujours porteuse d'espoir ?

    Ou à l'inverse vous arrive-t-il d'être humiliés ? cassés ? traités de "bons à rien! feignants! pourris! gâtés! " ?

    Pourquoi faire des efforts puisque trop souvent on vous assène votre médiocrité, votre incapacité, votre nullité !

    Veinards sont ceux qui ont tous les pouvoirs pour ordonner ou interdire étant nés, semblent-ils, parfaits !

    Vite ! La recette !

    Contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr