Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A.de la Garanderie

  • Que dit un mot ?

    ***Les mots peuvent être des vecteurs de communication.

    Avec un minimum d'interprétation ou quasi pas d'interprétation: c'est le cas des chiffres par exemple.

    Pour le reste, tout ce qui est hors mesure, il existe autant d'interprétations ou d'habillages que de personnes.

    ***Un mot ne tombe pas sur un terreau inerte, sur une page blanche cérébrale. Génétiquement nous sommes tous différents, même avec des rapprochements familiaux. Côté environnement, à l'intérieur d'une même famille, personne n'a le même parcours intime. L'une aura retenu un nuage qui passe pendant que l'autre au même moment et au même endroit écoutait un chant d'oiseau. Il n'y a jamais 2 passés identiques.

    Et c'est vers ces terrains non vierges et toujours différents qu'une information est lancée, verbale ou écrite. Un des problèmes est que le lanceur d'information pense que ce qu'il vient de dire ou d'écrire sera reçu et interprété comme lui-même le pense.

    ***Erreur grossière ! répétée tout le temps ! Dans une incompréhension qui peut figer donneur et receveurs(s) en des attitudes variées:de la connivence totale à l'hostilité extrême.

    Cela arrive tant dans un dialogue intime que dans un échange plus général à l'occasion d'un cours en classe.

    ***Quand une faille sépare soudain 2 interlocuteurs, le dit de Michel de Montaigne peut venir prendre place: "Vérité en-deçà des Pyrénées, erreur au-delà !"  Les 2 complices d'hier sont brusquement séparés par une montagne, qu'ils n'ont jamais franchi ni l'un ni l'autre. L'incompréhension est totale...et il est bon de pouvoir s'expliquer plus avant. Souvent, ce sera pour découvrir que l'on était d'accord mais que les mots utilisés n'ont pas eu du tout le même sens, la même résonnance, du moins en ces instants là. 

    ***Nul ne nous apprend à penser à respecter les fonctionnements personnels et différents des uns et des autres. Il a fallu un Antoine de la GARANDERIE - qui a su tirer d'échec scolaire nombre d'écoliers en prenant en compte ces différences entre la pensée de l'émetteur et la pensée du récepteur - pour montrer à tous la nécessité de tenir compte des différences de fonctionnement psychique. Je dis bien fonctionnement dans le sens "mécanique". sans aucune référence à de la psychologie ou à de la psychanalyse. Les travaux d'Antoine de la GARANDERIE sont tout aussi valables pour les adultes quçi n'ont rien de différents des enfants dans leur diversité. 

    ***En collectif, du côté scolaire, cela débouche de manière très concrète sur des circuits de fonctionnement soit proches entre un professeur et un élève - ce qui risque de faciliter les étiquettes "bon élève" "bon professeur" - soit en opposition entre le même professeur et un autre élève - avec les étiquettes "mauvais élève" "mauvais professeur"- et entre les deux extrêmes que sont l'harmonie et l'hostilité tous les intermédiaires possibles.

    On est en 2007, une partie du monde regarde amoureusement un espace sidéral qui se cartographie chaque jour plus finement et...passe grossièrement à côté d'observations toutes simples pour faciliter la vie de tous les jours.

    ***En échange à deux cela peut déboucher, selon les sujets abordés et la charge émotionnelle de l'instant, soit sur un accord parfait soit sur une interprétation très différente de l'un et de l'autre qui fait grincer le relationnel de façon incongrue et blessante.

    ***Sur tout cela viennent se greffer des interprétations régionales ou locales. Ainsi dans une province quand on dit que l'on "aime bien" cela équivaudra à ne pas aimer, alors qu'à l'autre bout de la France le même "aime bien" signifiera que l'on aime beaucoup et plus encore. 

    ***Que faire ?

    D'abord toujours être dans une bonne intention. Puis être attentif à l'autre, être écoutant plutôt que parlant, se mettre à la place plutôt que de s'arc-bouter sur sa propre façon de fonctionner comme si c'était la seule bonne ! Et ainsi de suite en recherchant l'harmonie le plus possible sans rien gommer de l'autre ni de soi.

    Les moyens à employer sont simples: volonté de se comprendre en se respectant et en s'écoutant avec le coeur.

    Les jeunes et les autres - il n'y a pas de limite d'âge pour apprendre à écouter - plongez sur les écrits d'Antoine de la GARANDERIE, faciles à trouver, prenez ce qui vous interpelle et agissez en conséquence pour le mieux être de cous-même et de tous ceux que vous côtoyez. Sur le net tapez Antoine de la GARANDERIE et vous trouverez cet humaniste, chercheur toujours dynamique. Avec cet enseignant-déccouvreur, chaque entretien est aussi un enseignement avec une découverte approfondie de soi-même, en totale simplicité. 

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr