Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

3d

  • Silicon Valley v/ Paris

    En préalable, vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouvez, non classés pour l'instant en alphabétique.       

    Le 13 mai 2008 la 5 ème édition des Tables Rondes du Futur a eu lieu à Paris. C’est Eric SEILLET 1292606635.jpg avec l’équipe de la fabrique du futur et l’apport logistique de la Chambre de Commerce qui m’a permis d’intégrer le cœur d’un groupe « high tech » dont les membres utilisent déjà toutes les ressources du Web 2.0 et démarrent l’emploi des outils du virtuel 3 D.

    Le Web 2.0 et le 3 D constituent l’environnement très naturel des moins de 20 à 25 ans, cette génération y qui se positionne et se déplace  spontanément  et intuitivement dans ce qui est pour la plus grande partie des plus âgés qu’eux un nouvel espace relationnel envahie par une intelligence collective dans lesquels ils sont plus ou moins noyés.1853856174.jpg

    Etre nés ou pas avec Web 2.0 et 3 D peut être source de différences importantes dans la manière de travailler, de se distraire et d’être en lien avec les autres.

    Plus que de différences importantes, il s’agit d’une rupture générale qui envahit par la force des choses le monde du travail. Car cette rupture est le signe d’un manière de vivre et de concevoir  la vie de façon radicalement différente.

    Les 4 générations qui sont amenées actuellement à bosser ensemble ont des choix et des ambitions de vie où se déclinent facilement les points d’expression de cette rupture. Là où les plus âgés adhéraient et adhèrent encore aux valeurs telles que carrière à faire, hiérarchie à respecter, échelons à gravir, travail à honorer  fut-ce sans plaisir, argent pour signer la réussite de toute une vie, les plus jeunes avancent à grands pas dans une vie à réaliser qui leur corresponde, avec une hiérarchie quasi à plat, un projet de vie - pas forcément en salarié - à parcourir en le modulant personnellement, un travail intégrant forcément le plaisir, un bonheur quotidien à se réaliser en partageant avec les autres l’intelligence collective ambiante sans avoir pour objectif  1er le choix de l’argent avant tout.

    Les jeunes n’ont pas de responsabilité quant à cette rupture même si leur comportement ne fait qu’accentuer cette situation. A peine nés, ils ont trouvé au berceau des outils remis par les parents et dont ils se sont emparés pour les utiliser avec leur élan tout neuf. Ceci a généré un nouveau mode culturel relationnel dans l’instantané, le partage, la réactivité, la créativité,

    une sorte de vivre ensemble qu’il s’agisse d’un groupe constitué pour une cause très sérieuse ou tager un copine ou s’écrire sur un wall que « la fêté commence »  car on est hôtesse au festival de Cannes, s’expédier des fleurs ou des sourires, s’évaluer, monter un projet ensemble,  etc …Sur Face Book, my space etc… depuis la France , la Chine , l’Argentine, on existe ensemble et dans l’instant; on existe aussi physiquement à proximité bien réelle pour des piques niques, des concerts , etc…

    Sur le net on accède à des connaissances à trier mais sur tout, on s’organise en forums, on achète, on vend, on crée des blogs de recettes de cuisine, que sais-je ?

    Pour en savoir plus, aller dans un premier temps voir lafabriquedufutur. A partir de là vous aurez des options pour consulter plus avant. Choisir de voir plus près.

    Quand j’écris qu’hier c’était la Silicon Valley à Paris c’est que les intervenants si-après étaient présents, chacun arrivant bien sûr avec sa clé USB.

    Pour la première fois l’internaute est souvent mieux équipé chez lui qu’au sein d’une entreprise ; c’est un peu le monde à l’envers mais c’est le réel auquel il convient de rester coller sous peine d’être largué sur le bord de la route.

    Avec cette culture différente qui émerge via le Web 2.0 puis le 3 D il faut revoir le rôle des DRH, l’existence physique de ces bureaux jadis si importants, prévoir des lieux propices à la  création, aux  rencontres, imaginer des espaces de relaxation pour un petit somme, de la corde à sauter, de la musique …, laisser émerger la créativité de chacun en faisant confiance, arriver à organiser cette confiance en la conciliant avec la sécurité de l’entreprise, faire émerger l’essentiel, en particulier ce collaboratif participatif démocratique, sauvegarder l’essentiel.

    On est en train de passer d’une situation de travail interpersonnel avec des outils qui « mangent » du temps – fichiers, boîtes à lettres… au 2.0 avec des outils qui permettent une rationalisation et une optimisation du travail à distance ce qui octroie des degrés de liberté supplémentaires et un travail plus efficace au quotidien. C’est le règne du travail  dans l’instantané, avec des blogs, myspace, etc….

    Il est posé aux DRH  le problème ci-après : le fait qu’il existe davantage d’informations disponibles à l’extérieur de l’entreprise qu’à l’intérieur.

    C’est Miguel DEMBRADO qui déploie ce tableau général de la situation.                                                                                         Suivi du Directeur de Google France qui rappelle le démarrage de Google à partir d’un sujet de thèse en 1998. Les produits dispo chez Google pour du collaboratif simple en interne et aussi avec les clients des entreprises,  Est souligné le peu de strates hiérarchiques chez Google avec la liberté de pouvoir consacrer un jour par semaine pour travailler sur ce dont on a envie, ce qui débouche sur une innovation permanente. L’intérêt d’intégrer dans les produits proposés des moteurs de recherche embarqués très puissants permet de gagner du temps, de disposer de réponse immédiate. Les entreprises n’ont pas à craindre d’héberger leurs données à l’extérieur  car, outre l’engagement technique et contractuel, la gestion est faite par automates – donc pas de crainte à avoir du côté de la sécurité.

    Chez Google, et c’est possible au niveau d’autres entreprises, chacun peut apporter sa pierre à l’édifice. La question est d’attirer les talents nouveaux qui sortent de l’école et qui ont chez eux des outils informatiques puissants.

    Aujourd’hui, avec les outils nouveaux l’entreprise peut être plus productive, plus collaborative, plus agile, et plus réactive sur le marché.

    C’est Nicole TURBE-SUETENS qui parle de la problématique générationnelle, autrement dit ce qui fut avec les natifs de 45 et ce qui n’est plus avec les natif actuels.                                                                                                                                                             * L’employeur à vie ? c’est fini ! et même imaginer passer sa vie dans l’état d’employé ; les jeunes actuels ont un esprit d’entrepreneurs.                                                                                                                                                                                   * Faire carrière en grimpant des échelons ? fini ! L’heure est à la réalisation de soi, à la prise en mains de sa vie.                                    * la France est loin de représenter la situation dans le monde de ce qui se pratique au niveau du travail. La retraite à 60 ans est une particularité française, seul pays d’Europe avec un âge aussi bas (de 62 à 67 selon les pays).                                                                 * La hiérarchie telle qu’avant ? c’est fini ! l’heure est à l’hétérarchie, c’est-à-dire à une auto organisation (blogs, réseaux sociaux structurés). Et surtout les réseaux sociaux informels qui sont majeurs dans l’organisation du travail actuel : ce sont de vrais leviers pour fonctionner bien plus efficaces que le hiérarchie factice.                                                                                                                   * depuis 5 ans : rôle déterminant des technologies , même dans le soin.                                                                                                  * tous les seniors ne sont pas rigides quant aux nouvelles technologies; ce n’est pas l’âge qui fait la différence mais la maîtrise ou non des usages.                                                                                                                                                                                                 * côté nouvelles technologies l’important est le transfert des connaissances de façon qu’elles soient assimilables et acceptables par les autres . Il y a lieu de capter, identifier et transmettre.                                                                                                                              * La génération Y a une approche intuitive et naturelle du Web 2 ;0 dont elle détourne au besoin les usages. Alors que la génération X précédente est restée bloquée au Web 1.                                                                                                                                               * On est dans une ère d’apprentissage permanent où il faut se remettre en cause et s’adapter.                                                                 * la communication est devenue multiforme par téléphone, chat, vidéoconférence à 2 ou 3 ; en n’oubliant pas que le face à face a un coût en matière de CO2.                                                                                                                                                                         *Les caractéristiques des jeunes Y sont d’être mobiles, créatifs, impatients, connectés, zappeurs, avides de comprendre, d’apprendre, d’appréhender. Et aussi responsables, au comportement citoyen, affamés de valeurs ayant du sens, porteurs d’éthique, cherchant l’interpersonnel, le partage (myspace, you tube).                                                                                                                          *Voulant du plaisir dans le travail et attachés à une vie personnelle réussie.                                                                                             * pour qui il n’y a pas que l’argent.                                                                                                                                                        * tout ceci introduit une nouvelle culture.

    En  écrivant il passe sur la 1 un petit reportage sur les enfants du Net filmant un jeune français de 3 ans en train d’échanger via écran avec un cousin en Italie, à l’aise avec cela et ne sachant ni lire ni écrire. Après quoi il est passé le projet mis en œuvre d’un ado qui a repéré des lieux de décharge sauvage;  à la suite de cela des volontaires sont allés où là des lieux étaient repérés afin de faire du nettoyage.

     

    Vous pouvez cliquer lafabriquedufutur dans Google et vous saurez plein de choses !

    Je  vous donnerai la suite et fin demain.

    contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr