Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 juillet

  • Avions et fête nationale

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

     

    Chaque année la fête nationale revient avec, en vol, la superbe Patrouille de France. avions 14 7 08 ouest planchat 002.jpg

     

    Voici quelques instants en compagnie de nos avions, dans le ciel de Paris ce 14 juillet 2009.

    Ils sont passés plus bas qu'à l'accoutumée et sont moins visibles.

    Ils restent superbes. Et les pilotes sont excellents.


    Je suis toujours
    émue par ces plus lourds que l'air quand ils filent à
    grande vitesse.
    J'ai pu capter un peu de leur vol en cette matinée.

    Tranquillement. Depuis une terrasse plein ouest.
    Pour vous. Pour moi.

     

    En plaçant le lien ci-dessous  

    http://www.youtube.com/watch?v=TPV7MaELMFY

    dans Google, vous disposez aussitôt de la vidéo.

     

    Qu'ajouter de particulier ? Au-delà des invités de l'Inde ? Des membres du gouvernement présents ?  François Fillon, Hervé Morin, Jean-Louis Boorlo, Michèle Alliot-Marie, Nora Berra, Nathalie Kosciusko-Morizet, etc...

     

    Quelques points que j'ai notés.

     

    Un reportage sur la formation pour intégrer le 1 er Régiment Parachutiste d'Infanterie de Marine.

    Pour ceux qui travailleront là dans quelque temps - 60 sont là pour s'entraîner - l'essentiel est d'acquérir quasi en automatique un esprit parfait d'équipe, outre la technicité nécessaire.

    Cet esprit est exprimé parfaitement par la devise des mousquetaires: "Tous pour un, un pour tous."

     

    Bien obligé de pouvoir compter sur chaque autre comme sur autant d'autres soi-mêmes pour être efficaces lors des opérations difficiles et sensibles qui sont le travail de ce régiment, ainsi que pour rester tous en vie et en bon état de marche.

     

    Il n'y a pas de quotas. Si les 60 étaient bons pour le « job » qui les attend, ils seraient tous intégrés à l'issue d'un stage dur à tous points de vue. Pas dur pour le plaisir mais simplement pour être formés correctement pour les missions futures, vraiment très difficiles et avec de l’imprévu malgré tout. En pratique, une dizaine au moins vont baisser les bras.

     

    Ce qui ne veut pas dire que ces 10 là sont bons à rien.

    Ils ont, à cette occasion, pris conscience de certaines de leurs limites pour ce travail là. Ce qui ne va pas les empêcher de réussir parfaitement leur vie. Autrement.

    Ils restent des hommes. Aussi valables que les 50 autres.

     

    Le corps de santé des armées va être formé désormais uniquement à Lyon Bron, Bordeaux fermant ses portes. Au passage ce corps est signalé comme le plus féminisée, avec plus de 50% de femmes. Ce n’était pas du tout le cas il y a 50 ans. Mais, en 2009, cette même féminisation a envahi les facultés de médecine.

     

    Un autre moment passionnant et de grande beauté par le survol de Paris est celui des atterrissages, aux pieds du chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, et de ses invités de parachutistes également champions sportifs.

    Pour les féministes, je signale une femme au sein de cette flotte de « paras » largués à 1500 mètres au-dessus de Paris, de même qu’une femme est aux commandes d’un des jets de la Patrouille de France, appelée à en assurer la direction l’an prochain.

     

    En fin de cérémonie une Marseillaise, chantée par des jeunes de 9 ans à 12 ans venus de Fougères et de Paimbeuf, à l'initiaitve de la première dame, Carla Bruni-Sarkozy, en robe blanche, qui chante en même temps que cette relève ainsi que MAM, Michèle Alliot-Marie, ministre de la justice. Tous ces jeunes sont en tee shirt-blanc, avec l'inscription Orchestre à l'école, en pantalon ou jupe noire. Un beau moment.

     

    Notre first lady est musicienne. Elle a fait participer des jeunes de province à cette manifestation forcément très parisienne.

     

    Attentive, je vois et j'entends vers 12h30, alors qu'elle va partir pour une suite de journée chargée, Carla Bruni-Sarkozy s'adresser - avec un geste de la main courtois et élégant - aux jeunes exécutants de l'hymne national disant ces mots "Au revoir, les enfants ! ".

     

    Bonne suite de journée à tous !

     

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo archives personnelles: passage en vol le 14 juillet 2008, même lieu d'observation)

  • 14 juillet 2007

    Bonjour à tous les jeunes,  

    En attendant vos textes, dessins, photos, musique, tous les témoins de vos goûts ou de vos passions, je fais exister ce blog… qui vous attend, vous les moins de 18 ans.

    Le 14 juillet j'ai suivi de près un défilé que je dirais à la fois traditionnel, dépoussiéré, européen et plus encore. Le Président de la République, Nicolas Sarkozy, est allé saluer les familles au niveau de la statue de Clémenceau, faisant stopper les chevaux de la garde républicaine. L'émir du Qatar était près de notre président, comme étaient proches aussi  tous les jeunes "cabossés" de la vie aux premières loges pour ce premier défilé d'une nouvelle ère. Après la prestation des Petits Chanteurs à la Croix de Bois, puis celle de Benoît Cascade élève de Saint Pierre Fourier évoquant Robert  Schuman, l'un des pères de l'Europe  et beaucoup d'autres, j'ai suivi avec un pur bonheur les 9 d'une patrouille de France toujours aussi performante.
    Ce défilé n'a cessé de me rappeler la Liberté, inscrite au fronton des Mairies, et dont de nombreux garçons et filles de votre âge sont privés très injustement. Pourquoi ? Parce que ces jeunes, non délinquants,  sont empêchés de vivre  leur vie au nom de circuits dont on  peut espérer que le tout neuf  Président  de tous les français  décidera de faire du ménage.  Car il serait impossible à  notre Président, Nicolas Sarkozy,  de faire supporter à son plus jeune fils  un tel traitement  indigne de la République Française. Aider les jeunes "cabossés" involontaires de la vie est légitime; comme il est légitime de ne pas en "fabriquer" d'autres de toutes pièces alors que cela peut être évité.
     
    Le soir, j'étais au Champ de Mars, vaste lieu  prévu pour l'exercice militaire, pour un bain de foule bon enfant et la prestation de Michel Polnareff, talentueux musicien et travailleur acharné, doté par le hasard de mille capacités qu'il a toujours su utiliser. Pour vos parents intéressés, "notre" Michel peut être entendu en province, dont à Châlons en  Champagne lors d'une foire de septembre déjà fort animée au Moyen Age. Avis aux familles !

    Voilà, les vacances estivales ont pris le relais pour un certain nombre d'entre vous, soit sur place avec des journées vécues autrement, soit en allant passer quelque temps en un autre lieu.
    Quelles que soient vos vacances, vivez-les à fond, dans la joie.
    Vivre dans la bonne humeur et la joie ne dépend que de vous. Apprendre à vivre heureux est une conquête très personnelle, que personne ne peut vous voler. C'est une attitude de l'esprit qui vous aidera chaque jour, vous et tous ceux qui vivent près de vous.
    C'est - par grande chaleur - l'histoire du verre d'eau bu à moitié: le tristounet pessimiste dira: "Il ne reste plus que la moitié de l'eau du verre !", alors que l'heureux optimiste s'exclamera: "Chic! Ce verre est encore rempli d'eau jusqu'à moitié !"

    Et rappelez-vous ! Le bonheur ne se résume pas à une question de + ou - possession d'argent ou de biens en nature, bien qu'un minimum soit nécessaire.
    Le bonheur c'est apprendre à vivre en s'émerveillant toujours du côté positif de ce qui se passe chaque seconde. Tous ces petits "plus" de trois fois rien qui réjouissent le cœur et sont la trame de la vie; ils sont bien plus nombreux que les "grands événements" tels un examen réussi, un succès sportif, l'accès chez les Petits chanteurs à la Croix de Bois, etc…Le bonheur  est  le trésor inviolable caché en chacun  et que chacun peut découvrir. Le bonheur n'a pas de prix; d'ailleurs il ne s'achète pas.
    En ces temps de vacances scolaires, cultivez le bonheur ! et si besoin donnez l'exemple aux plus grands: ça peut les aider, qui sait ?

    Françoise