Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

1 g.gilbert

  • Guy Gilbert: Réussis ta vie !

    En préalable, vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouvez, non classés pour l'instant en alphabétique                                          

    Conseils pour tous les âges : du jeune au dinosaure est le sous-titre de ce petit livre paru en mai 2008 chez Philippe Rey, www.philippe-rey.fr

    La 4 ème de couverture rappelle que l’auteur est prêtre-éducateur depuis plus de 40 ans. guy gilbert rallumez le feu.jpgEt qu’il est l’auteur d’une vingtaine de livres dont les plus connus sont L’Evangile selon saint Loubard, Rallumez le feu ! et Ma religion, c’est l’Amour.

    Voici comment est présenté ce livre de mai 2008 :

    « Comment se retrouver dans une société où les valeurs bougent, ou tout semble interchangeable ?

    Comment être soi dans un monde où la consommation et l’argent obsèdent les esprits ?

    A nous tous qui cherchons à donner un sens de notre existence, Guy Gilbert offre de précieux repères. Quels que soient notre âge, notre situation familiale ou professionnelle, il nous invite à redécouvrir la beauté du monde, à ressentir la joie d’être vivants et à goûter au bonheur de vivre avec les autres .

    Plutôt que réussir dans la vie, ne vaut-il pas mieux réussir sa vie ? »

    La bibliographie mentionnée égrène des noms qui « flashent » : Jacques Salomé, sœur Emmanuelle, mère Teresa, Christian de Chergé, Abbé Pierre, Boris Cyrulnik … L’introduction pose la question du « sens de la vie ». Elle propose un programme attractif et stimulant pour tous les jeunes - quel que soit l’âge. Puis, c’est parti ! L’introduction d’abord où tranquillement le port s’éloigne:

    (…) Alors ? plus une seconde à attendre. N’y allons pas par quatre chemins: paisible et tranquille, une vie réussie ? Certainement pas, ce serait se replier sur soi-même…A quoi bon vivre cette vie-là ! Pas question !

           Une vie réussie est une vie dure, exigeante, où vous allez en baver. Parce que les autres ne vous laisseront jamais indifférent. Parce que vous vibrerez à toute misère, toute souffrance et que vous serez là pour apaiser et réconcilier.

           Une vie réussie est une vie où vous saurez prendre du temps pour vous-même. La puissance que vous emmagasinerez vous rendra fort, ardent et plein de discernement pour le service des autres.

          Une vie réussie sera une vie où la prière et le silence seront vos atouts maîtres. Une vie où votre famille sera grâce pour vous et les vôtres.

          Enfin, une grande puissance d’écoute pout tous ceux et celles qui vous solliciteront : famille, voisins, amis et emmerdeurs de tout poil.

          Je vous souhaite d’être toute votre vie un être de miséricorde. Notre monde a un immense besoin d’êtres humains qui pardonnent et sachent demander pardon. Seuls ces hommes et ces femmes donneront au monde l’oxygène qui le fera vivre.

          Je vous souhaite donc une superbe vie, où vous allez en baver, c’est sûr, mais pour apporter la joie et l’amour sur notre planète ! »La terre s’efface. C’est la pleine mer.

     *Aiguisez vos sens ! p. 9 LE thème de chapitre me séduit à tous les coups. Sans perception, il n’est pas d’existence. Sans nos 5 sens pour percevoir, on n’est rien ! On est le vide. On est le nul. On est zéro. (…) Il y a cinq sens que vous devrez préserver, plus les dons que vous devrez magnifier.                                                                                                                 Aimer votre corps au cours de cette magnifique aventure, , respectez-le. Soyez-en le maitre. Chaque partie de vous-même est une merveille. Jouissez de vos sens, sans exacerber le plaisir que vous en tirer. Que vos cinq sens soient un hymne de louange à la Création  ! »                                                                                                                                                                                                       - Trouver le silence a été une des axes dont j’ai cherché à faire bénéficier les jeunes du Catéchisme âgés de 10/11ans que j’ai eu en charge ces années-ci. Ils l’ont trouvé ce silence ! Ils ont su l’entendre, en écouter la mélodie, l’utiliser pour entrer dans l’espace spirituel auquel l’humaine nature a accès  de manière privilégiée. La violence; le tumulte dont la société se plaint du côté de certains jeunes prend source dans l’oubli et le mépris du silence. Non pas le silence pour le silence, mais le silence comme mode d’accès privilégié à une autre dimension où peut s’ébattre l’être sans être jaugé ni jugé .                                                                                            Entendant le bruit, on va chercher à écouter le silence. L’accès au silence est un trésor personnel ! à découvrir parfois, à protéger souvent, à développer toujours.                                                                                                                                                                             - L’odorat est rappelé comme étant le support de l’existence d’une mémoire primitive et affective toujours en action. Cette mémoire des objets - meubles, vêtements, mouchoirs imprégnés de parfums,   -, des lieux – l’odeur d’une maison, d’un appartement, d’une forêt, d’un bord de lac, ….- d’une personne – celle de la maman pour le nouveau-né et la grande personne qu’il devient plus tard, celle de n’importe qui vers lequel le corps et le cœur sont portés, celle d’un jardin ou d’un parterre fleuri où l’on prend plaisir saison près saison à retrouver les mêmes senteurs enivrantes et qui quelque part vont caresser le corps et bien plus, celle d’une femme ou celle d’un homme en son intimité …L’odeur est pour notre partie animale un  sens fondamental, accolé à l’exercice de la sensualité et à celui de la sexualité.                                                                                                                                                                                               - La vue développée à outrance au fil des siècles, elle aussi fondamentale pour la découverte  du monde autour de soi. Une vue très cérébrale, à peu près dépourvue d’affectivité tout au contraire de l’odorat.                                                                                             - Le toucher est aussi un élément fondamental de notre sensualité/ sexualité. Un toucher au large ou n toucher très précis. Un toucher pour le travail. Ou un toucher pour l’approche d’un découverte plus personnelle, d’une mise en mémoire sensuelle come avec l’odorat : connaissance d’un arbre, d’une fleur, d’un chaton, d’une femme ou d’une homme, que sais-je  .- le goût incorpore au corps ce dont il se nourrit. Les anthropophages mangeaient l’autre pour assimiler d’abord ses qualités, ses talents. Le goût est jumeau de l’odorat, on l’expérimente tout le temps.                                                                                                                                              Ce chapitre sur les 5 sens évoque en conclusion le Petit Prince d’Antoine de Saint Exupéry le petit prince seul.jpget la nécessité d’apprivoiser renard et petit prince.jpgpour connaître – apprivoiser le minéral, le végétal, l’animal, et l’humain au sein de l’animalité. Le renard, animal, et le Petit Prince, cet humain tombé d’une autre planète, ont à s’apprivoiser  pour se connaître. Et Guy Gilbert  de citer cette phrase du renard au Petit Prince: « On ne connaît que les  choses que l’on  apprivoise »                                                                    Pour un texte plus développé de Saint Exupéry allez voir sur ce blog à Le Petit Prince le 29.01.2008, http://prenonslaparole.hautetfort.com/archive/2008/01/29/le-petit-prince.html                                                                                                                                                                Pour s’apprivoiser, les 5 sens nous ont été donnés. A nous de savoir les utiliser. Les dons est un autre riche chapitre de ce livre qui débute p. 19    (A  SUIVRE)                                                                                                                                                                          Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr