Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

éditions le cherche midi

  • Pierre Richard, Christophe Duthuron

    richard1.jpgPierre Richard, le grand blond à la chaussure noire, est universellement connu. Même au fin fond de la Russie.

     

    Cet aristocrate-prolétaire a fait rire et sourire, avec un comique sans vulgarité, quantités dearash10.JPG spectateurs. Et continue à le faire.

     

    Ainsi au théâtre La Pépinière à Paris où, jusqu’au 31 décembre 2010, il interprète quelques autoportraits, à la verve dynamique jaillissante, auxquels les non parisiens accèderont par le livre signé Pierre Richard et Christophe Duthuron : Franchise Postale, Autoportrait par correspondance.

     

    Vrai ! Je me suis régalée en plongeant dans le monde de Pierre Richard, écrit en complicité avec Christophe Duthuron.

    Ce dernier, par sa démarche, peut servir d’exemple à de nombreux moins de 18 ans en recherche d’eux-mêmes. De ce qu’ils sont. De leur place dans cette vie. Ici et Maintenant.

     

    Non pas en copiant Christophe Duthuron mais en osant. Comme Christophe a osé certain jour, où la motivation était forte pour lui, rencontrer en direct Pierre Richard. Oui, l’avenir sourit aux audacieux. Depuis toujours. Pour longtemps.

     

    Vous m’aurez compris : l’introduction du livre signé par Christophe est un morceau majeur. Qui introduit parfaitement la suite, à savoir 13 lettres reçues par Pierre Richard et auxquels il est réponse. Avec au passage un déploiement de culture que je souhaite à de nombreux petits français d’acquérir, hors école autant qu’à l’école, qu’ils soient élèves de primaire ou de secondaire.

     

    Ce livre a été publié aux Editions Le Cherche Midi http://www.cherche-midi.com en août 2010. Et je n’y aurais sans doute pas porté une attention particulière si Arash Derambarsh, directeur du département politique et personnalités publiques de cette prestigieuse maison, ne me l’avait pas signalé.

     

    Au sein de ce livre, l’ami talentueux, hélas disparu, que fut pour Pierre Richard le compositeur François de Roubaix revit. (première lettre)

    Aznavour et son écharpe en cachemire, massacrée par de la sauce au restaurant par notre maladroit, est là, bien campé.(deuxième lettre)

    Et le Jules César chuintant de l’époque du TNP. (troisième lettre)

     

    Et puis Brassens, l’inoubliable, l’incontournable. En réponse à la douzième lettre, il est dit de ce chanteur compositeur philosophe poète : « ce type irradiait tout ce qui l’entourait. Il ne donnait de leçons à personne. Sa seule bonté nous donnait envie de mériter sa compagnie, sa seule présence sollicitait le meilleur de nous.»Ce baladin des temps modernes était « toujours là quand se produisaient les artistes de la première partie ». Cette partie qu’assuraient alors Victor Lanoux et Pierre Richard. « Immanquablement, Georges était près du rideau, debout, la face illuminée, qui nous adressait des petits hochements de tête pour nous encourager. « C’est bien, les enfants, continuez, n’ayez pas peur. » Nous étions portés par sa bienveillance et donc meilleur que jamais. » (page 239) Plus tard c’était le tour de Brassens.

     

    Nombreux sont les films de Pierre Richard en DVD ; Et je suis sûre que nombre de jeunes français connaissent son visage et ses manières.

    Dans un monde dont je déplore le pessimisme ambiant, le goût pour le bonheur de Pierre Richard est un bon exemple. A suivre.

     

    Aucun moins de 18 ans, en situation de vie « normale » ne me démentira.

     

    Alors on fait comme habituellement. On réclame ce livre en bibliothèque. On le fait acheter s’il n’y est pas – 17 euros. On se le fait offrir.

    On peut aussi s’exercer à la lecture en famille d’un chapitre ou d’un autre. Une manière détourné, mais plaisante, pour les plus jeunes d’acquérir un peu de vocabulaire nouveau, de découvrir une manière de penser – celle de Pierre Richard/Christophe Duthuron, à tout lemoins intéressante. En bref, fréquenter autrement qu’à l’école la langue française, peut conduire - qui sait ? - à  y prendre goût ou à en retrouver la saveur oubliée.

     

    Bon théâtre pour les chanceux parisiens.

    Bonne lecture pour tous !

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr(illustration : La Potinière, Arash Derambarsh cliché personnel)

  • Abd Al Malik Dominique De Villepin : interview

    Arash Derambarsh - Abd Al malik.JPGPhilippe Héraclès, PDG des Editions Le Cherche Midi et Arash Derambarsh, directeur du département politique et personnalités publiques de ces mêmes éditions, sont à l’origine de cette rencontre entre Dominique de Villepin - ancien Premier Ministre du Président de la République Jacques Chirac - et l'artiste Abd Al Malik - auteur du livre "La guerre des banlieues n'aura pas lieu" publié au Cherche Midi éditeur.

    On peut revoir et entendre ces deux invités de France Inter - Le Monde – Dailymotion, mercredi 14 avril 2010, par le lien ci-après :

    http://www.dailymotion.com/video/xcyb11_abd-al-malik-vs-dominique-de-villep_news

    Thème du débat : l'avenir des banlieues françaises, oubliées de la République.

    Débat animé par Jean-François Achilli - chef du service politique de France Inter - et Françoise Fressoz - chef du service politique et société du journal Le Monde.

    Un débat qui éclaire, d’excellente tenue alors qu’il est encore temps d'éviter la guerre des banlieues !

    contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr