Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

éditions l'oeil du prince

  • Victor Haïm, Xavier Jaillard

    Courez vite avec vos parents, ceux et celles qui le peuvent, pour voir, écouter, entendre Victor Haïm au théâtre du Petit Hébertot.78 bis boulevard des Batignolles

    Paris 17ème.

     

    Depuis le 12 janvier 2011, du mercredi au samedi à 19 heures et le dimanche à 15 heures, Fureur, la fureur d’un chef d’orchestre  « limogé » par ses musiciens est exprimée par Victor Haïm avec accompagnement musical par la Symphonie pastorale de Beethoven. Accompagnement réalisé lors de courts silences du comédien.

     

    Victor Haïm, évoqué ici par deux billets le 16.9.2010 dans « Victor Haïm Ranelagh Jeux de Scène » et le 7.11.2010 par « Victor Haïm jusqu’au 13 novembre », n’est plus à présenter. Et j’ai retrouvé dans la verve de Fureur l’auteur que j’apprécie, sachant associer sérieux et burlesque pour faire passer ce qu’il désire nous délivrer.

     

    Fureur est prétexte au chef d’orchestre - dont la démission a été votée par ses musiciens – à dire ce qu’il a sur le cœur à l’occasion de la dernière répétition qu’il dirige.

    Après les remarques en direct envers ceux qu’il admoneste comme des nuls en musique que sa baguette a conduit, il déploie d’autres confidences plus personnelles.

    Toujours avec le ton et la science des mots et de la phrase qui caractérisent ce maître. Il y a des raisons qui ont fait que Victor Haïm a reçu un Molière et un Grand Prix de l’Académie Française.

     

    Xavier Jaillard, associé à Fureur pour la mise en scène, a eu en 2008 le Molière de l’adaptation pour « La vie devant soi » d’après Romain Gary. Il est aussi auteur et comédien.

     

    Je ne résiste pas à citer une des phrases de Fureur. Une phrase présente dans de nombreuses circonstances de la vie quand, pour une raison ou une autre, à raison ou à tort, on se prend un coup qui fait mal : « On est plus souvent sanctionné par l’aigreur que par la justice ! ».

     

    Les non disponibles pour un passage à Paris peuvent se procurer le texte de la pièce aux Editions L’Oeil du Prince, www.oeilduprince.com, « L’œil du prince » indique le Robert « C’est la place d’où l’on peut le mieux voir le spectacle ; elle correspond au septième rang de l’orchestre, là où est installé, pour les répétitions, un pupitre avec une petite lampe pour le metteur en scène et son assistant ». J’ignorais cela.

     

    Bonne découverte du théâtre de Victor Haïm, les jeunes !

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr