Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

solidarité spiritualité

  • Dominique Savio (1842-1857)

    donBosco11Nov2012 001.jpgJeune aux qualités humaines et spirituelles certaines, Dominique est né, le 2 avril 1842, en Italie dans une famille chrétienne.

    Lire la suite

  • Yvonne-Aimée de Jésus, Trinité, harmonie

    Ce dimanche 15 juin 2014 est fêtée la sainte Trinité. Le Trois en Un, la notion de Trinité, est fort ancienne. Chez les chrétiens, elle s'exprime par des échanges entre les trois personnes que sont le Père, le Fils et le Saint Esprit dont l'effusion sur le groupe des apôtres de Jésus a été fêtée dimanche dernier, 8 juin, lors de la fête de la Pentecôte. On peut décrypter ainsi cet évènement.

    Mère Yvonne-Aimée de Jésus, religieuse augustine hospitalière à Malestroit, rappelait à l'époque des jours difficiles du Front Populaire que la France était protégée par la Vierge Marie. Elle précisait, dans sa lettre annuelle de 1937 adressée aux autres monastères du même Ordre : « La France est son royaume. Elle en a été officiellement sacrée Reine par Louis XIII. Elle ne peut la laisser sombrer... »

    C'est dès 1637 que le roi Louis XIII a consacré sa personne et son royaume à Marie « dans le secret de son cœur ». Avec Anne d'Autriche il prie et pèlerine pour avoir un descendant … attendu depuis des années. La Vierge Marie apparaît en 1637 à un religieux de Notre Dame des Victoires, dont la première pierre a été posée par le roi le dimanche 9 décembre 1629. Marie demande trois neuvaines à faire respectivement dans les trois lieux suivants : Notre-Dame de Cotignac en Provence, Notre-Dame de Parie et Notre-Dame des Victoires. Le frère Fiacre achève ces neuvaines le 5 décembre 1637. Jour pour jour, neuf mois après, naît le 5 septembre 1638 Louis-Dieudonné, futur Louis XIV. Et c'est dès que la reine est sûre de sa grossesse que Louis XIII publie officiellement, le 10 février 1638, l'Edit officiel qui consacre solennellement la France à Marie (Encyclopédie Marie, tome IV, Beauchesne 1956 p 714). Le roi, en sa 28 ème année de règne, écrit notamment ceci : « A ces causes, nous avons déclaré et déclarons que, prenant la très sainte et très glorieuse Vierge pour protectrice spéciale de notre royaume, nous lui consacrons particulièrement notre personne, notre état, notre couronne et nos sujets, la suppliant de nous vouloir inspirer une sainte conduite et défendre avec tant de soin ce royaume contre l'effort de tous ses ennemis, que, soit qu'il souffre le fléau de la guerre, ou jouisse de la douceur de la paix que nous demandons à Dieu de tout notre cœur, il ne sorte point des voies de la grâce qui conduisent à celles de la gloire. Et afin que la postérité ne puisse manquer à suivre nos volontés à ce sujet, pour monument et marque immortelle de la consécration présente que nous faisons, nous ferons construire de nouveau le grand autel de l'église cathédrale de Paris, avec une image de la Vierge qui tienne entre ses bras celle de son précieux Fils descendu de la croix ; nous serons représenté aux pieds du Fils et de la Mère, comme leur offrant notre couronne et notre sceptre » (décoration qui sera achevée par Louis XIV)

    Alors qu'elle est en voyage en Espagne en septembre 1934, Mère Yvonne-Aimée prend la plume pour les novices de Malestroit développant « le thème de la joie en communauté :

    "… Ne soyons pas sensibles à l'appréciation d'autrui … Libérons-nous de toute cause d'énervement.... Mettons de l'ordre dans notre vie … Mettons notre âme et notre cœur à notre ouvrage... Prenons les dehors de la bonne humeur pour agir de l'intérieur... Travaillons à rendre heureuse nos Mères et nos Sœurs. Pour cela :

    1° S'adapter aux autres ;

    2° Calmer nos susceptibilités ;

    3° Créer, autour de soi, une atmosphère d'optimisme, de cordialité, de bonne humeur.

    Je crains de trop vous en dire, mais ce n'est pas moi qui vous le dis, j'ai été puiser à la Source de la Vérité, j'étais seule à la chapelle, je suis entrée dans le sanctuaire, je me suis assise sur la marche de l'autel et là, j'ai puisé en Lui, le Bon Dieu qui n'a pas d'autres désirs que de nous faire participer à sa joie.

    Donc, mes petites sœurs, communions à la joie intime de la Sainte Trinité qui vit en nous... » (p 461 du livre de Paul Labutte «Yvonne-Aimée de Jésus » chez François-Xavier de Guibert)

    Le texte de Paul Labutte continue ainsi : « A cette lettre était jointe une autre, d'un registre différent, car elle avait, pour destinataire … Malikoko, chat de la cuisine de la clinique, qui venait … de lui écrire, par la plume de la Mère Econome ». 'Yvonne-Aimée, avant le couvent, avait accueilli ce chat errant dans les rues de Paris. Lors de son entrée au couvent de Malestroit, n'ayant trouvé personne pour recueillir Malikoko, elle l'avait emmené. D'où ces échanges. Paul Labutte poursuit : « Mon cher petit Malikoko

    Ta longue lettre m'a fait un immense plaisir... Tu rassembleras, sous le bois, tes frères et sœurs, tes parents et tes amis, les chiens et les petits oiseaux, tous les animaux qui auront permission de sortir et tu leur diras à tous ma tendre affection de protectrice.

    … Il faut être aimable dans la vie, mon cher petit Malikoko. Je sais que tu l'es heureusement, mais entretiens cette qualité qui sied fort bien à un petit chat de couvent. Dis à Mère économe de te donner en mon honneur une petite tasse de lait... »

    Mère Yvonne-Aimée, à son ouverture spirituelle, joignait une ouverture humaine égale et très concrète qui allait des humains aux animaux , aux plantes, à tout le créé. J'admire de telles qualité réunies. Et je désirais, à l'occasion de la fête de la Trinité, lier le ciel et la terre, les trois conseils prodigués aux novices pouvant être mis en œuvre au quotidien par tout le monde pour un vivre ensemble plus harmonieux, les autres règnes étant associés à cette harmonie.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

     

  • Yvonne-Aimée de Jésus et 7 ans de blog

    Il y a sept ans, ce blog naissait vers 18 h 00. Hier, 6 juin 2014, lors du D Day - commémoration du 70 ème anniversaire du débarquement en 1944 - je pensais très fort à Yvonne-Aimée de Jésus, religieuse à Malestroit, qui a aidé beaucoup là où elle était au retour de la paix.

    Pour résumer, cette parisienne, née à Cossé-en-Champagne le 16 juillet 1901, décédée à Malestroit le 3 février 1951, entrée chez les Augustines hospitalières de Malestroit le 18 mars 1927, reçut des songes « prémonitoires » écrits en 1929. Ainsi, elle se voyait un jour de fête avec « sur la poitrine épinglées 4 ou 5 médailles dont la Légion d'honneur ».

    Effectivement Yvonne-Aimée, par des actions courageuses l'impliquant, elle et son monastère, participa très concrètement à la libération de la France. Tant et si bien que le 24 juin 1945 elle recevait la croix de guerre avec palme. Le 22 juillet 1945 de Gaulle en personne lui remettait la Légion d'honneur. Le 24 mars 1947, ce fut la Medal of freedom (USA), le 26 juillet 1947 la croix de la Résistance et le 7 août 1949 la King's Medal for courage in the cause of freedom (England). Ces informations se trouvent en page 383 du livre de Paul Labutte « Yvonne-Aimée de Jésus « ma mère selon l'Esprit » » chez François-Xavier de Guibert, 1998..

    A l'heure où de nombreux vétérans de juin 1944, la reine d'Angleterre Elisabeth II, 0bama, Poutine, le Président Hollande et tant d'autres foulaient les plages normandes, il était juste, je pense, de rappeler l'action importante d'Yvonne-Aimée de Jésus de Malestroit.

    Pour la France, pour la paix dans le monde, Yvonne-Aimée a fait ce qu'elle pouvait, là où elle était, à l'époque où elle vivait.

    Et nous ? Que faisons-nous ?

    Il y a 7 ans, en ouvrant ce blog, je signalais une émission d'Envoyé spécial, au soir de ce 7 juin, concernant les enfants placés. Sept ans plus tard, rien ne semble avoir changé en mieux. Il faut donc continuer à défendre ces enfant là pour les libérer.

    J'ai écrit un billet alertant contre les puces RFID implantées sur nombre de nos animaux familiers. Il semblerait qu'un essai soit en cours dans un pays européen sur des enfants en maternelle. Je suis contre ces puces qui, implantées, ouvrent la porte à une mise en esclavage intégral.

    Autre grave souci : les déchets de matière plastique qui se répandent sur l'eau et dans les fosses abyssales avec des effets délétères. Mais pourquoi, quand on met au point une nouveauté, ne regarde-ton pas comment elle pourra être éliminée ?

    Autre dérive avec les vaccins, plus ou moins imposés selon les pays, et dont on cache les effets secondaires néfastes.

    On n'ignore plus les actions néfastes des pesticides, hormones, antibiotiques et autres additifs répandus dans l'eau que l'on boit, sur les végétaux que l'on mange et dans les animaux consommés.

    Où allons-nous ?

    Où nous le déciderons !

    Le changement vient d'abord de notre changement personnel. En choix de consommation, pas exemple.

    Ensuite, si chacun se lève et réagit, comme le fit Yvonne-Aimée de Jésus à Malestroit, il est possible de retrouver une planète bleue vivable, agréable, joyeuse et belle.

    Les Hitler et autres ne sont pas venus pas hasard. Lui et ses semblables ont été le résultat de pensées collectives en ce sens. Et l'agressivité actuelle dont on côtoie la montée n'est rien d'autre que trop de négativité répandue de par le monde, négativité dont chacun est personnellement responsable à son niveau individuel.

    Et chacun, petit et grand, participe à ces pensées collectives, positives ou négatives.

    Les pensées négatives, les colères, les jugements, le non pardon, les peurs, etc... tout cela entraîne l'humanité entière dans un mauvais sens.

    La paix, la joie, la sérénité, la tranquillité, le pardon, la confiance, le partage, la compassion, l'amour universel qui n'attend rien en retour, etc....font basculer le monde dans le bon sens, positif.

    A ce positif il convient d'adjoindre une indispensable nourriture spirituelle, car c'est le spirituel qui donne vie et âme à notre corps de chair.

    Je dis et redis dans ce blog que nous sommes des êtres autant spirituels que charnels.

    Que notre époque ne l'oublie surtout pas !

    Demain, 8 juin, sera fêtée la Pentecôte, la venue de ce qui est appelé l'Esprit Saint, à qui il est demandé : « Lave ce qui est souillé, baigne ce qui est aride, guéris ce qui est blessé. Assouplis ce qui et raide, réchauffe ce qui est froid, rends droit ce qui est faussé. »

    Demain aussi est la Journée Mondiale de l'Océan. Une journée qu'Yvonne-Aimée aurait appréciée, elle qui prit le bateau pour aller jusqu'en Afrique du Sud et au Canada. Avant le couvent, Yvonne-Aimée séjourna plusieurs mois à Anglet, faisant de longues ballades solitaire sur les vastes plages de la côte basque dont elle appréciait la grandeur et la beauté, matérielle et spirituelle.

    Depuis son plus jeune âge, Yvonne-Aimée mettait en pratique, au quotidien, le conseil suivant (page 302 livre cité) :« Ne jugez pas » . Et l'une des ses consignes personnelles, dans le même axe, était : « Ne m'occuper de mon prochain que pour son honneur ou son bonheur. »

    Et si nous faisions cela ? !

    La face de monde en serait rapidement changée ! Pour le bonheur de tous !

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr