Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sexe

  • R. BACHELOT et C. BEAUNEZ

    Roselyne BACHELOT-NARQUIN et Catherine BEAUNEZ 

    2 femmes à associer dans la vie et en politique.

    2 femmes au franc parler, l'une verbalement l'autre par la caricature.

    2 femmes abordables.

    En général, je fuis les articles genre  "Allez les filles ! " .

    Je fais une exception pour ce duo. En lisant ci-après ce qu'a écrit  Roselyne BACHELOT-NARQUIN et en allant voir sur la toile les caricatures de Catherine BEAUNEZ.

    Voilà ce qu'a écrit notre audacieuse angevine, actuellement en charge de la Santé et des Sports, sous le titre "Allez les filles ...":

    "Nos machistes bien-aimés aiment volontiers reconnaître aux femmes des qualités de proximité, de réalisme et même de pragmatisme. Ayant ainsi sacrifié à la magnanimité et à la bienséance, ils s'empressent d'énumérer nos prétendues faiblesses; de la frivolité à l'absence d'esprit de synthèse, de la mesquinerie au désintérêt de la chose publique, on a vite compris que notre irruption dans la vie politique relevait plus du gadget que de la nécessité démocratique. Mais surtout, surtout, selon ces phallo-analystes, nous serions, nous les femmes, totalement dépourvues de cette chose merveilleuse dont chaque homme normalement constitué se trouve doté dès la naissance: le sens de l'humour ! Il faut dire que nous avons sérieusement aggravé notre cas en ne nous roulant pas par terre de rire quand nous écoutons les grasses histoires d'après banquet où le sexisme borné le dispute à la vulgarité graveleuse. Et voilà comment se font les réputations de féministes aigries et de suffragette pisse-vinaigre...

    Et pourtant, il nous en fallu du sens de l'humour pour supporter avec tendresse et amusement ces grands enfants immatures que sont nos hommes politiques. Catherine BEAUNEZ les croque avec ce mélange d'alacrité et d'indulgence qui dissèque leur rapport addictif au pouvoir et leurs relations si difficiles avec leur compagne, souvent maman, parfois putain. Elle ne fait pas plus de cadeaux aux femmes et nous dépeint, pétries de contradictions, prêtes à tout pour séduire l'amant et conquérir l'électeur. Mais l'humour n'est pas seulement destiné à arracher au lecteur du journal le sourire qui lui permet de passer ensuite "aux choses sérieuses". Le dessinateur humoristique, tels FAISANT, PLANTU ou WILLEM, est considéré comme un éditorialiste à part entière et sa plume est criante à l'égal des signatures les plus renommées. Il appartient bien à la caste des moralistes dont jusqu'alors les femmes étaient exclues.

    Catherine BEAUNEZ rejoint sans coup férir cette phalange prestigieuse. Finalement, à bien y réfléchir, elle vient de faire tomber un sacré bastion, bien plus difficile à conquérir que Polytechnique ou l'aviation de chasse.

    Allez les filles, encore un effort, on les aura !"

    Tout bien réfléchi ce "on les aura" ne me ressemble pas du tout.

    L'intéressant de la démarche de Catherine et d'une partie de l'écrit de Roselyne est de ne pas épargner les travers des femmes.

    Ceci écrit, je reste respectueuse devant ce continent masculin que je ne connais pas ou si peu, bien que j'ai eu le cadeau merveilleux, somme toute assez récent, d'avoir acccès quelques heures à cette "terra incognita" pour le genre femme tout autant je pense que pour le genre homme les femmes sont une autre "terra incognita". Et le responsable involontaire de ce kidnapping sensitif global n'a rien perçu.

    Cette découverte, la plus épatante et extraordinaire de ma vie, m'a plongée dans un monde de questions quant à la compréhension réciproque des unes et des autres et à des applications aussi concrètes que la préhension et la connaisance des corps et des esprits, notamment - la vigilance pour une bonne santé rôde - une meilleure prévention de certaines maladies.

    Très important est de commencer à se connaître pour mieux se comprendre, se respecter et s'apprécier. Là, il reste une infinité de pas à faire, si les uns et les autres le veuillent bien.

    Les moins de 18 ans, qu'en pensez-vous ? Ce n'est pas parce que vous êtes collés ensemble à l'école que pour autant un éclairage d'ensemble se fait.

    Mais je peux être dans l'erreur. A vous de dire !

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr