Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nouveau Testament

  • Jeanne la Myrrophore

    Il est toujours temps ! C’est seulement cette année 2013 que j’ai réalisé l’existence d’une Jeanne, aux côté de Marie Madeleine et de Marie mère de Jacques, au matin de Pâques, découvrant le tombeau de Jésus ouvert et vide. Ceci dans le texte de Luc (24, 1-12).

    J’avais à l’esprit comme Jeanne et saintes : Jeanne de France qui fut Jeanne de Valois (1464-1505), Jeanne d’Arc, Jeanne de Chantal et quelques autres.

    J’avais omis la première en chronologie, cette Jeanne du matin de la résurrection.

    Elle aurait été l’épouse de l’intendant du roi Hérode. Guérie par Jésus, elle l’accompagnait ensuite avec ses disciples, comme quelques autres femmes.

    Cette Jeanne est dite « la Myrrophore », autrement dit Jeanne qui porte la myrrhe - une icône la représente ainsi - pour embaumer le corps de Jésus mis au tombeau en hâte avant le grand sabbat pascal. Jeanne la Myrrophore est fêtée par les catholiques le 24 mai, les orthodoxes le 27 juin et les luthériens le 3 août.

    Voici le texte de Luc où Jeanne la Myrrophore est mentionnée :

    « Le premier jour de la semaine, de grand matin, les femmes se rendirent au sépulcre, portant les aromates qu’elles avaient préparés. Elles trouvèrent la pierre roulée sur le côté du tombeau. Elles entrèrent, mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus.

    Elles ne savaient que penser, lorsque deux hommes se présentèrent à elles, avec un vêtement éblouissant. Saisies de crainte, elles baissaient le visage vers le sol. Iles leur dirent : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? Il n’est pas ici, il est ressuscité. Rappelez-vous ce qu’il vous a dit quand il était encore en Galilée : « Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’il soit crucifié et que, le troisième jour, il ressuscite ». Alors elles se rappelèrent ses paroles.

    Revenues du tombeau, elles rapportèrent tout cela aux Onze et à tous les autres. C’était Marie Madeleine, Jeanne, et Marie mère de Jacques ; les autres femmes qui les accompagnaient disaient la même chose aux Apôtres. Mais ces propos leur semblèrent délirants, et ils ne les croyaient pas.

    Pierre cependant courut au tombeau, mais en se penchant, il ne vit que le linceul. Il s’en retourna chez lui tout étonné de ce qui était arrivé. »

    Ce texte a été lu dès la veillée pascale, le samedi 30 mars 2013.

    Un bel et bon jeudi, en particulier pour ceux qui passeront le brevet et le baccalauréat cette année ! Ayez confiance !

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

     

  • Résurrection = Pâques

    La fête de Pâques, pour les chrétiens, est le signe de la Résurrection de Jésus-Christ, homme et Fils de Dieu pour eux.

    La mort de Jésus en croix, puis une mise rapide au tombeau car le sabbat va commencer, met fin aux espoirs des disciples du nazaréen (Jésus a vécu 30 ans durant à Nazareth). Les adeptes de Jésus, juifs pratiquant, rentrent chez eux pour y passer le sabbat dont le "repos" rituel est destiné à se consacrer à Yaweh, à se ressourcer auprès de Lui en mettant entre parenthèses - à l'occasion de chaque fin de semaine - les précoccupations terrestres.

    A la fin de ce sabbat, à la première heure, les femmes du groupe des proches qui suivaient Jésus, insatisfaites des soins trop hâtifs donnés au corps du Messie, se précipitent pour compléter un ensevelissement un peu bâclé à leurs yeux. Manque de parfums, notamment. Surprise: la pierre du tombeau est roulé, les linges qui avaient enveloppé le corps sont  pliés et il n'y a plus de corps ! Où est passé le corps de Jésus ? Retour près des hommes.

    Ceux- là, alertés, pensent à des radotages de "bonnes femmes". Pierre, comme responsable, et Jean, comme disciple préféré, courent au tombeau et trouvent les choses telles que les femmes  leur ont dit.

    En fait c'est à une femme que Jésus choisit de se montrer d'abord et de parler, tandis que l'enthousiaste Marie-Madeleine lui étreint les pieds de joie. Il charge cette messagère de la mission d'aller rapporter aux apôtres, éberlués, sa rencontre avec Jésus.

    Le soir de ce même jour, Jésus ressuscité fait route avec 2 disciples qui rentrent chez eux au village d' EmmaÜs. Ils lui confient leur tristesse et leurs espoirs déçus. Face à ce désarroi, Jésus parle de ce que les Ecritures annonçaient et leur ouvre les yeux. C'est quand Jésus disparaît subitement  à leurs yeux qu'ils l'identifient, a posteriori, comme le Christ, ce Messie envoyé de Dieu qui vient de mourir sur une croix à Jérusalem. Ces 2 là  décident de retourner à Jérusalem, tout joyeux d'aller faire part aux autres disicplesde le bonne nouvelle: Jésus est ressuscité !

    Et le même soir, Jésus se montre à ses 11 apôtres (le 12 ème, Judas, s'est pendu après avoir livré Jésus aux autorités romaines d'occupation), enfermés par peur de représailles, surgissant parmi eux sans utiliser de porte ni de fenêtres. Sa 1 ère parole à ces êtres effrayés est: "La paix soit avec vous !" , la salutation traditionnelle en pays d'Orient.

    Voilà, les jeunes, les évènements qui vous valent un jour férié au lendemain de Pâques, en France, pays aux racines chrétiennes. 

    J'espère que tout s'est passé selon votre coeur. Et je vous souhaite plein de courage pour la reprise de l'école demain. 

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr  

  • 7 paroles de Jésus en croix

    vendredi 21/3/2008:
    christ,croix,vendredi,saint,bible
    Les 7 paroles du Christ en croix
    *Aujourd'hui, jour du vendredi saint pour les chrétiens de par le monde, ce blog propose les dernières paroles du Christ, autrement dit  les 7 paroles du Christ en croix.
    En très gros, le Christ est un très grand prophète pour la religion juive, le Fils de Dieu pour la religion chrétienne, et un très important personnage pour la religion musulmane pour qui le prophète définitif est Mohamed.
    C'est pour des raisons de partage culturel au sens très large que cette mise en commun des 7 paroles du Christ est proposée à tous - croyants en un seul Dieu, pratiquants de philosophie - boudhiste ou autres, ou personnes sans croyance religieuse ou philosophique d'aucune sorte.   
     *A titre d'information de la même veine, c'est au cours de la semaine sainte que des reliques de la passion du Christ sont généralement présentées, à la cathédrale Notre Dame de Paris, à la dévotion des fidèles par des Chevaliers de l'Ordre de Malte et du Saint Sépulcre.
    *Après son arrestation au soir de ce qui deviendra le Jeudi Saint, Jésus va être jugé. Accusé injustement, conduit devant les uns et les autres, renié par peur par son disciple Pierre, bafoué, flagellé, couronné d'épines, Jésus est condamné à la mort la plus vile pour le lieu et l'époque: la crucifixion.
    En ce vendredi  21 mars 2008  les catholiques commémorent la journée du Vendredi Saint, ce vendredi de l'année où Jésus a rendu le dernier soupir.
     *Ce vendredi là  Jésus, portant la croix des condamnés, prend le chemin du lieu où l'on dresse habituellement les croix. Epuisé par les traitements endurés depuis son "bouclage", tombant au sol, il est aidé par Simon de Cyrène, un homme de passage qui revient des champs où il travaillait et qui est réquisitionné pour aider le condamné Jésus à porter sa croix. Sur le trajet une femme - que la tradition appelle Véronique - essuie le visage ensanglanté et souillé du condamné.
    *Au lieu dit Golgotha (=lieu du crâne) Jésus est mis en croix avec 2 autres condamnés, voleurs et criminels avérés. A l'un d'eux qui se repent de ses actes délictueux et ose demander à Jésus de disposer d'une place auprès de lui pour une éternité de joie, le Fils de Dieu répond en  lui accordant une place dans son royaume.
    Les soldats tirent au sort les vêtements de Jésus - notamment une belle tunique sans couture - car ils pouvaient disposer des vêtemenst d'un condamné comme c'était alors l'usage.
    *Sur la croix, Jésus va prononcer sept paroles autrefois au centre de la liturgie du vendredi saint, cela avant qu'elles soient remplacées au Moyen Age  par le chemin de la croix. A Paris on peut voir un chemin de croix qui se déroule à l'extérieur le vendredi saint avec le cardinal portant une croix et grimpant symboliquement vers la Butte Montmartre où est édifiée la Basilique du Sacré Coeur.
    De plus, ces dernières paroles du Christ avant sa mort ont été reprises dans diverses oeuvres musicales - ainsi par  Charles GOUNOD ou par César FRANCK - ou picturales.

    *La première parole est: "Mon Père, pardonne-leur: ils ne savent pas ce qu'ils font." Luc 23,34
    Jésus, Fils de Dieu, s'adresse tout naturellement à son Père pour intercéder en faveur du pardon  de tous ceux qui l'ont maltraité. C'est assez logique car les soldats romains concernés n'ont fait qu'obéir à des ordres donnés qu'ils n'avaient pas de raison de contester.
    *La seconde: "En vérité, je te le dis, dès aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis" Luc 23,43
    Cette parole est adressée en réponse à la demande du voleur condamné - évoqué plus haut - qui a sollicité une place dans le royaume de Jésus.
    *La troisième: "Femme, voici ton Fils" et "Voici ta mère" Jean 19, 26 et 27
    Ici c'est Jésus qui indique à sa mère, présente avec l'apôtre Jean aux pieds de la croix, que dorénavant c'est Jean qui va prendre soin d'elle, comme un fils. Il confirme ensuite à Jean qu'il aura à prendre soin dorénavant de sa mère - sa mère à lui homme dans la force de l'âge en train de mourir sur une croix comme un malfaiteur - comme si c'était sa propre mère. Ce qui sera.
    *La quatrième: "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?" Mathieu 27,46; Marc 15, 34
    Le corps broyé par des douleurs torturantes c'est un long cri hurlant sa souffrance qui jaillit de Jésus vers Dieu son Père. Jésus, en vrai homme, se sent totalement abandonné.
    *La cinquième: "J'ai soif !" Jean 19, 28
    Les crucifiés souffraient de soif. Pour cela il était prévu de leur proposer du vinaigre apporté au moyen d'une éponge mise au bout d'une tige. C'est ce qui a lieu pour Jésus.
    *La sixième: "Tout est achevé" Jean 19, 30
    C'est après avoir pris le vinaigre que Jésus prononce la phrase ci-dessus.
    *La septième: "Père, je remets mon esprit entre tes mains" Luc 23, 46
    Tout est fini. Tout est accompli. Jésus rend son dernier soupir.

    Ces 7 paroles sont extraites de La Sainte Bible, traduite en français sous la direction de l'école biblique de Jérusalem, parue aux Editions du Cerf en 1961.

    Les jeunes qui vivez ou passez par la France, ces paroles font partie des racines chrétiennes de ce pays et de l'Europe.
    Ce sont des mots de fin de vie, simples et faciles à comprendre.
    Réagissez si vous en avez envie.
    Après la mort la vie gagne ! De toute façon !

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr