Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique

  • Wang Li, guimbardes et flûte à calebasse

    Wang Li est un musicien d’exception. Il est à entendre par les amoureux de musique, de beauté, d’excellence.

     

    Pas du tout habituée à ces instruments du fin fond de la Chine, j’ai trouvé géniaux et l’interprète – Wang Li - et les deux instruments qu’il utilisait dès la première fois où je les ai découverts.

     

    Aussi j’invite à aller écouter Wang Li au Musée Guimet le vendredi 11 mars à 20h30 tous les musiciens ou/et amateurs de musique qui le peuvent, géographiquement, ainsi que financièrement.

     

    Voici la présentation de la soirée par le Musée.

     

    « « Il est au comble du bonheur. Il m’amène à la promenade en jouant le Huang, quelle joie ! »

    Jun zi yangyang dans Shi jing,  Wang feng, 500 av. JC, Chine.

     

    La guimbarde est l'un des instruments de musique les plus anciens, mais aussi l’un des plus mystérieux. On la retrouve dans de nombreuses cultures et traditions à travers le monde.

    De par ses racines antiques, cet instrument simple est porteur d'une essence magique.

    La guimbarde chinoise - kouxian, ou kou-huang, est appelée « huang » (l’anche) depuis l’antiquité. Sa plus ancienne description se trouve dans un dictionnaire du IIème siècle, qui définit l'emploi de cet instrument ainsi que sa fabrication, en bambou ou en métal.

    Si cet instrument a disparu du centre de la Chine au XIVème siècle, il survit toujours au sein de la plupart des minorités chinoises. Pour certain de ces peuples, le kouxian est un instrument de langage que les jeunes filles utilisent pour exprimer l'émotion amoureuse à leur aimé. Ainsi, dans quelques régions du sud-ouest, le kouxian est réservé aux femmes.

    Wang Li, originaire de Tsinghao, a fait de la guimbarde son instrument de prédilection, se construisant progressivement un espace sonore de quête et de liberté.

    Mais Wang Li joue aussi de la flûte à calebasse, étonnant ancêtre du sheng chinois composé d’un résonateur en calebasse et de tuyaux de bambou pour le jeu ou le bourdon, de même qu’il pratique parfois le chant de gorge.

    Sa musique décline les nuances multiples des nuances vibratoires dont la guimbarde est capable. Elle ouvre sur un monde intérieur qui renvoie chacun aux échos de sa propre enfance, des tempêtes de l’âme aux remous de la vie, au silence.

    Ici tout n’est que souffle et vibrations, mémoires et visions. Son imaginaire est porteur de résonances à la fois intimes et universelles. »

     

    Prix des places : 17 et 12 €. Renseignements, réservations : 01 40 73 88 18 ou auditorium@guimet.fr. Musée Guimet : 6, place d’Iéna 75116 Paris. Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h à 18h, www.guimet.fr.

     

    Bonne soirée pour ceux qui pourront entendre Wang Li !

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • Bernard Sabatier, un luthier au service des jeunes

    Bernard Sabatier.jpgCe luthier et ami, créateur et artiste, a une âme de pédagogue. Il en a aussi les capacités ayant osé mettre au service des plus jeunes des instruments adaptés.

    Formé à Mirecourt, Bernard a repris en 1976 à Paris au 45 rue de Rome l'atelier de Daniel Moinel créé en 1936. C’est là, non loin de l’Opéra Garnier qu’il accueille personnellement chaque visiteur. 

    Expert agréé près l’Assemblée plénière des Compagnies d’Assurances, expert près le Crédit Municipal de Paris, souvent appelé à l’étranger comme consultant le lien http://www.violonarchet.com/index.htm permet d’accéder à son site. Au sein de celui-ci, la partie boutique permet un accès facile aux propositions d’altos, de violons, de violoncelles et d’archets sans lesquels les cordes ne sont rien ou presque rien. 
    Dans cet atelier on crée, on réplique – préférable à copier, on restaure avec une éthique professionnelle sans faille, et on sait réparer.

    Mais le grand plus, à mes yeux, de Bernard Sabatier, ce pourquoi je suis en harmonie avec ce que réalise ce créateur génial, c’est son attention aux plus jeunes. Qui sont respectés et aidés à grandir dans leur art grâce à son ingéniosité. Il le sait, il le dit : c’est nous les adultes qui sommes responsables des plus petits en croissance et en devenir.

    Bernard Sabatier s’est, en effet, non seulement avisé que les plus jeunes pouvaient voir leur talent musical facilité grâce à un instrument adapté – en quelque sorte sur mesure en fonction de la taille de l’enfant – mais il a mis en pratique son intuition en créant l’alto à 3 coins. C’est en 1995 qu’il en a conçu le prototype et, depuis, plusieurs centaines d’instruments réalisés sur ce modèle ont vu le jour. 
    L’alto à 3 coins offre aux plus jeunes d’être initié à l’alto. Il fallait l’oser. Bernard Sabatier l’a fait !
    Cet alto à 3 coins est une des découvertes passionnantes du site. 

    Autre intérêt de l’Atelier Sabatier : l’alto à 2 coins, également à la dispostion des plus petits.

    Je signale aussi l’arpegina à 5 cordes que fait vivre un altiste debout, ainsi que le quinton asymétrique. 

    Une promenade sur le web paraît un bon plan avant de se rendre au 45 rue de Rome où un accueil de qualité est assuré, quel que soit le motif de la visite, avec écoute et compétence à la clé. Chez Bernard Sabatier on est, avant tout, entre artistes. 

    Autour de moi, plusieurs amis ont acquis leur instrument chez Bernard.

    Pour les plus jeunes, je conseille ce luthier en raison de son écoute et d’une qualité de conseil exceptionnelle.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration : Bernard Sabatier en son atelier)

  • Young P 3018 alias Joseph 9000

    FTW a accueilli à Paris le 20-21 mars 2010 Young P 3018 alias Joseph 9000.

    FTW20.3.10 014.jpg

    Sur www.myspace.com/youngp3018 on a tout loisir de le découvrir mieux ainsi que sur www.fuckthatworld.com.

    Outre ce nouvel extrait du 20-21 mars 2010 visible via http://www.youtube.com/watch?v=cARSNOTnlL4

    on le retrouve aussi cette nuit là via:

    http://www.youtube.com/watch?v=WxZysgAM0pc&layer_token=39033853acecef25.

    Et les 17-18 juillet 2009 au New York Club Paris:

    http://www.youtube.com/watch?v=w_xc690SFrA&layer_token=71d7b7f2d2359b39.

    Rappel pour ce 20-21 mars:

    = Kanthos, myspace www.myspace.com/kanthos et sur www.fuckthatworld.com qu’il a créé,

    http://www.youtube.com/watch?v=AgL3x2Uum98&layer_token=ba80fe350515a551

    Et les 17-18 juillet 2009

    http://www.youtube.com/watch?v=XrNCn3oq9hY&layer_token=919811cff337d224

    ainsi que :

    http://www.youtube.com/watch?v=GN_KEOZs-9M&layer_token=c1fc41c3925d1b69

    = Jaffinson, http://www.youtube.com/watch?v=YZEpChybkok&layer_token=a8b1690c251a3ed5

    Les 17-18 juillet 2009 jouant avec Dany Gold :

    http://www.youtube.com/watch?v=IcNL_89M-9o&layer_token=92a304cdb05da6df

    = Loony Wise Men, http://www.myspace.com/loonywisemen,

    http://www.youtube.com/watch?v=BMdwN8cFd6g&layer_token=5268c97c9e928409

    Et le 17 juillet 2009/

    http://www.youtube.com/watch?v=E3dzbH-OIkU&layer_token=21eb88fb8b5e66eb

    Bonne écoute !

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration: Young P 3018 à gauche et Kanthos à droite cette nuit là)