Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

événement

  • Sully merrissage Hudson 2009

    Le mardi 10 janvier 2017 j'ai pu aller voir « Sully », film relatant l'amerrissage réussi sur l'Hudson d'un avion transportant 156 personnes, équipage et passagers. C'est le vol Cactus 1549.

    Lire la suite

  • Nation dimanche 11 janvier 2015

    Je fus hier, 11 janvier, place de la Nation de 16 h 00 à 19 h 30. J'habite à deux pas. Le silence était présent, NationDi11Jan2015 049.jpgrespectueux, positif. Installée sur un morceau de pelouse, dos appuyé contre un lampadaire avec plus loin, dans le dos, les deux colonnes que l'on connaît, j'observais tous les âges, tous les styles, toutes les tendances, avec constamment des échanges cordiaux et une bonne humeur générale. Devant moi il y avait la statue que l'on sait et le soleil qui progressait dans le ciel jusqu'à arriver à un coucher rougeoyant avant que la nuit s'installe.

    De temps en temps, des applaudissements surgissaient, suivis de sifflements, de slogans tels « Liberté ! Liberté ! Liberté ! » scandés comme des mantras, ou des « Charlie ! Charlie ! Charlie! ». Parfois un extrait de Marseillaise. Et des drapeaux bleu, blanc, rouge, des drapeaux français. Et d'autres drapeaux.

    Un temps assez doux accueillait cette diversité dans l'unité. Étant venue par le boulevard de Charonne mêlée à un flot continu de personnes, ce flot se poursuivait encore vers 19 h30, en plus léger.

    Dans le jour du ciel de l'après midi, un bel oiseau a survolé la place de la Nation, tel un messager de paix.

    On est en 2015 et, c'est connu pour la France, les années terminées par un 15 sont assez chahutées, bousculées.

    Le mercredi 21 janvier 2015, à 10 heures, place de la Concorde, une cérémonie aura lieu pour le 222 ème anniversaire du décès du roi Louis XVI.

    Pour clôturer cette journée particulière d'un dimanche montrant massivement une certaine unité de la France, j'ai participé à un office commémorant le baptême de Jésus par Jean-Baptiste dans le Jourdain, et où était cité un passage du livre du prophète Isaïe, au chapitre 35, passage que j'ai toujours trouvé assez évocateur. Le voici : « Cherchez le Seigneur tant qu'il se laisse trouver ; invoquez le tant qu'il est proche. (…) Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos chemins ne sont pas mes chemins, - oracle du Seigneur. Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant mes chemins sont élevés au-dessus de vos chemins, et mes pensées, au-dessus de vos pensées. La pluie et la neige qui descendent des cieux n'y retournent pas sans avoir abreuvé la terre, sans l'avoir fécondée et l'avoir fait germer, donnant la semence au semeur et le pain à celui qui doit manger ; ainsi ma parole, qui sort de ma bouche, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plaît, sans avoir accompli sa mission. »

    L'homme est un être spirituel, venu s'incarner dans un corps physique pour progresser vers le divin. Il faut y penser chaque jour.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • De Bouvines il y a 800 à Taverny aujourd'hui

    Bouvines est située sur la voie romaine qui relie Arras à Tournai, au sud est de Lille, sur la rive droite de La Marque. Il y a 800 ans, le 27 juillet 1214, Philippe Auguste est vainqueur d'une coalition initiée et dirigée par Jean sans Peur roi d'Angleterre.

    Côté coalition, on compte 24 000 hommes dont 2 000 chevaliers.

    Côté français, l'ost de Philippe Auguste et ses alliés compte 20 000 hommes dont 1 500 chevaliers.

    En cette périodes où le royaume de France est encore bien petit et menacé par l'Angleterre, Bouvines constitue est élément fondateur de l'actuelle France. La victoire de Bouvines a comporté des éléments de stratégie ou de « hasard » - mais le hasard n'existe pas. Un de ces éléments a été, le 2 juillet 1214, le fait que les anglais aient été écrasés par le futur roi Louis VIII à La Roche aux Moines à Savennières, à environ quinze kilomètres d'Angers, une action demandée à son fils par Philippe Auguste.

    Tout n'est pas réglé par Bouvines. D'autres affrontements auront lieu. Dont la bataille dite des « éperons d'or » à Courtrai en 1302 où les flamands, vainqueurs, récupèrent les éperons tombés à terre des chevaliers français. Insuccès effacé le 18 août 1304 par la bataille du Mons en Pévèle où Philippe Le Bel gagne contre les flamands, les « éperons d'or » étant alors récupérés. Philippe IV le Bel estima que son succès était dû à la protection de la Vierge Marie.

    Pour mémoire Louis VII le Jeune eut pour successeur ¨Philippe II Auguste (1165-1223) à qui succéda Louis VIII (1187-1226) auquel succéda saint Louis - Louis IX (1214-1270) – qui eut comme successeur Philippe III dit le Hardi (1245-1285) auquel succéda Philippe IV le Bel (1268-1314).

    Le futur Louis IX, petit-fils de Philippe Auguste et grand-père de Philippe le Bel, vivait lors de Bouvines, étant né le 25 avril 1214. Ce fait est rappelé sur ce blog dans un billet du 29 avril 2014 dans un billet  intitulé : « Saint Louis 25 avril 1214 800 ans ».

    On peut imaginer Bouvines. On peut voir, en illustration de cette période, l'église Notre Dame de l'Assomption à Taverny, chef d'oeuvre que l'on sait achevé en 1237, édifice dû à la famille de Montmorency. Il fut dit de cette église qu'elle était l'une des plus belle du diocèse de Paris. Au passage je signale que saint Barthélémy, second patron de cette paroisse, a sa vie racontée à la tribune des orgues sur des panneaux sculptés.

    Il est arrivé que je me suis trouvée à une messe, le soir du samedi 26 avril 2014, dans une église plus récente de Taverny nommée Notre Dame des Champs rue d'Herblay. C'était à l'issue de la première journée d'un week-end sur la « Guérison par le pardon et la prière » (billet du 30 avril 2014), en ces jours de la fête de la Miséricorde.

    Alors, après ces retours historiques, pourquoi pas une ballade à Bouvines si vous passez près de Lille, et pourquoi pas, en parallèle, une visite à Notre Dame de l'Assomption dans le vieux Taverny au bord de la forêt de Montmorency ? Une manière de ressentir la France en sa plénitude de nombreux siècles.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr