Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

espace

  • La lune conquise ! 21 juillet 1969 !

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

      

    Ce jour une pensée pour tous les astonautes ? Lune.jpg

    Ceux qui sont revenus.

    Ceux qui se sont volatilisés, tels les occupants de la navette Columbia avec l’enseignante si heureuse d’avoir été choisie.

     

    Il faut bien avoir à l’esprit que chacun de ces voyages était un défi.

    Qu’aucun n’était gagné d’avance.

     

    A chaque fois, malgré les entraînements, les essais, les répétitions, il y avait toujours une part d’imprévu.

    Pas qu’une petite  part.

    Avec ces structures préparées pour l’espace, pas forcément extra prêtes, on était très près des prototypes, des avions nouveaux avec leurs pilotes d’essai.

    Avec encore plus de distance, de dangers, de mystère.

     

    Bien des aléas. Des soudures pas toujours très au point. Etc…

    A chaque fois un défi à la vie à la mort.

     

    Avec le facteur humain.

    Les astronautes pîlotes avaient leur part de décision personnelle.

     

    Se poser sur la lune pour la première fois, à l’endroit que l’on a connu, que l’on connaît, a été un choix humain. Pas une décision technologique prise à des milliers de kilomètres.

     

    Regardez bien ce qui est montré en abondance ces jours-ci. Le récit qu’en refait Buzz Aldrin. Loin de leur base terrestre, malgré les prévisions, les calculs, les simulations, voici ces hommes face à un dilemme : le fuel va manquer. Ils sont à 3 mètres d’altitude.

    Ils décident d’improviser le lieu d’alunissage en se posant avant la panne sèche !

     

    C’est le 20 juillet 1969, à 21h17 (heure française), que le module lunaire Eagle de la mission Apollo XI alunit. C’est Neil Armstrong, 38 ans, « le » civil du trio qui posera le premier le pied – le gauche - sur notre satellite avec la phrase qui a pris valeur historique :

    «  C’est un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité ».

    Un milliard de personnes suivent en réel cette merveille.

    Pendant ce temps, le 3 ème larron de l’expédition, Michaël Collins, tourne autour de la Lune à bord de la capsule Apollo.

     

    On ne se contente plus de rêver d’aller sur la lune, comme avant. On y est allé. On peut y aller. Y retourner.

    Cette lune si distante, si inaccessible, est devenu à portée de mains, comme la mer quand on habite dans les terres.

     

    Aussi une pensée pour tous et toutes.

    Ces explorateurs de l’univers.

    Ceux qui se sont embarqués en risquant leur vie.

     

    On n’ira pas tous dans la lune. Ce qui est sûr est que partout où nous vivons, chacun d’entre nous peut vivre des aventures aussi extrordinaires que de marcher sur la lune.

     

    Avant d'achever, je vous signale une émission de C dans l'air ce vendredi 17 juillet sur la partie psychologique de "12 hommes sur la lune". Cela pour ceux qui sont interpellés par la résistance psychologique et les problèmes éventuels.

    Mais on ne parle jamais de ceux qui ont marché sur la lune et n'ont pas eu de problème. Heureusement qu'il y en a  !

     

    Moins de 18 ans, comme la conquête de la lune, notre vie est aussi un défi quotidien.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo: archives Google Neil Armstrong sur la lune)