Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

eau

  • Eau = Vie

    maintenon6seppierres13sep08 014.jpgExcellent Hors série sur l’élément vital qu’est l’eau potable, le lundi 17 mai 2010 sur France 3, grâce au reportage réalisé par la journaliste Sophie Le Gall. Comme médecin de santé publique j’ai apprécié les documents mis à disposition de tous les consommateurs sans exception, le grand public étant loin d’être toujours mis dans « le secret des dieux ».

    On peut retrouver cette émission intitulée «  Du poison dansl’eau du robinet » et Sophie Le Gall via http://www.cdurable.info/Du-poison-...

    Suite à la diffusion du film le Directeur Général de la Santé, Didier Houssin, s’est exprimé en modérateur. Son rôle.

    Personnellement, à l’époque d’aujourd’hui où les éléments importants de la vie au quotidien ne devraient plus être dissimulés à la foule des citoyens, j’ai apprécié chacun des éléments soulevés par la réalisatrice.

    En conséquence que chacun, moins de 18 ans ou plus, se préoccupe de connaître – au besoin en les réclamant - les résultats des analyses d’eau potable arrivant au robinet lesquels doivent être mis à la disposition de tous par affichage municipal.

    Il revient à la DDASS, Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales, de chaque département d’informer correctement le grand public.

    Au niveau microbien, les stations pour le traitement des eaux ont été conçues pour faire face.

    Au niveau traitement par l’aluminium pour obtenir une eau limpide il reste encore quelque progrès à faire pour un meilleu barrage du côté Alzheimer. La grande ville qu’est Paris n’est pas concernée, ayant son eau traitée par le chlorure ferrique en lieu et place de l’aluminium.

    Nitrates et pesticides sont pointés du doigt en Beauce et en Seine et Marne. Le maire d’une commune de ce département assure, par sécurité sanitaire, une fourniture gratuite en eau embouteillée pour les femmes enceintes et les nourrissons.

    Le pesticide atrazine, interdit en Eyurope, est cité.

    Cas rarissime. 11 familles d’une commune des Charentes ont réussi à briser l’omerta, à être dédommagées de leur consommation d’eau embouteillée, à faire abandonner le mauvais captage qui était responsable de la distribution d’une eau non potable à 11.000 habitants.

    Est encore pointé le radon, présent dans le Limousin, et plus généralement là où il y a du granit. Il s’avère que la mesure du radon n’est pas systématique. Et quand elle a été réalisée, en Haute Vienne par exemple, ni les maires des communes, ni les habitants ne sont au courant, au motif qu’aucune consigne n’est prévue pour faire face. Pourtant il serait possible de dégazer le radon en le brassant avec l’air ambiant ou encore en utilisant du charbon actif.

    Sont présentés à la fin les cocktails de médicaments déversés dans l’eau par les rejets humains. On trouve ainsi, pour ne citer que ceux-là, des contraceptifs, des neuroleptiques, de l’aspirine, de la metformine.

    Conséquence connue des rejets de contraceptifs : la féminisation des poissons, jusqu’à nous montrer le 17 mai au soir un ovaire développé sur un testicule de chevène, un poisson d’eau douce. Il est signalé qu’en milieu fermé – un lac à l’étranger – il a été observé que la féminisation des poissons a conduit à leur extinction.

    L’AFSSA, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, est chargée depuis octobre 2009 à Nancy d’une enquête sur les médicaments trouvés dans les eaux de 600 points de prélèvements répartis sur l’ensemble de la France. Les résultats – au moins quantitatifs – devraient être connus au cours de l’été 2010 et communiqués au public. Cette contamination médicamenteuse m’inquiète pour le long terme.

    François Veillerette, très impliqué dans les questions d’environnement en pensant aux générations futures, apporte sa contribution quant aux pesticides qui sont, notamment, des perturbateurs endocriniens. Il évoque la ville de Munich qui a fait en sorte que les points de captages pour l’eau potable – champs captants - soient environnés maintenant d’une agriculture biologique – en clair pour éviter la contamination de l’eau par les pesticides. La France pourrait s’inspirer d’une telle mesure.

    Par rapport au milliard d’hommes vivant privés d’eau potable, l’eau française est globalement bonne.

    Ce qui n’empêche pas d’alerter sur ce qui ne va pas, comme l’a fait Sophie Le Gall, puisque des solutions existent.

    Quant aux médicaments présents dans l’eau il serait bien de s’abstenir de prendre ceux qui ne sont pas indispensables, afin de freiner des rejets pour lesqels les stations de traitements ne sont aucunement équipées.

    Moins de 18 ans, informez-vous ! Puis décidez, si vous pouvez choisir.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr ( photo archives personnelles : L’Eure à Maintenon Eure et Loir)

  • De l’eau pour survivre

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

      

    On nous a signalé, comme un miracle, la survie d’une bretonne de 61 ans privée de nourriture 11 jours.photo_1244034270141_1_0Fontenoyf.jpg

    Il ne faut rien exagérer.

     

    Cette randonneuse était en fonctionnnement normal pour marcher en altitude et pratiquer une involontaire grève de la faim.

     

    L’essentiel, pour survivre, est de ne pas être confronté à une grève de l’eau.

     

    L’eau indispensable à la vie, le député Jean Lasalle nous en a fait une démonstration en direct il n’y a pas si longtemps, obtenant après plusieurs semaines ce pourquoi il se livrait en public à cette action de force - ou de chantage.- selon le ressenti.

    Car, localement, tous les habitants n’étaient pas unanimes. Une situation humaine normale.

     

    Dans l’affaire de notre bretonne, victime d’une chute sans gravité mais l’isolant de son groupe, je salue la persévérance des espagnols. Ils ont continué à chercher, eux.

    Et je suis choquée par le retour du mari chez lui. Du moins si les choses sont conformes à ce qui nous a été raconté.

     

    Bref, eau non filtrée ou filtrée sommairement – l’accidentée légère y a tenu – elle disposait d’eau. L’essentiel ! Une eau non contrôlée officiellement, mais cependant non toxique, aucune usine de produits chimiques susceptibles de contaminer à la source ne culminant en ces lieux montagneux élevés.

     

    A défaut d’un flux liquide l’herbe alentour, gorgée de l’humidité de la nuit en ces endroits, aurait pu apporter un minimum de rafraîchissement.

     

    A défaut encore, il serait resté à notre bretonne la solution pratiquée par des navigateurs privés d’eau douce. Une solution que Maud Fontenoy a choisie lorsque son désalinisateur est tombé en panne. Elle s’est débrouillée pour boire son urine pour survivre.

    D’autres, en des circonstances extrêms, ont fait de même.

     

    Le geste de Maud n’était pas une première. Cette navigatrice performante est crédible. Elle a d’ailleurs été nommée « ambassadrice des océans », autrement dit porte parole de l’Organisation des Nations Unies et du réseau Océan mondial.

    Ce réseau, créé en 2002, grâce au Centre national de la mer français (Nausicaa), est une association internationale qui réunit centres scientifiques, institutions et ONG sur les cinq continents.

    Une journée internationale des océans existe maintenant le 8 juin.

    Sans eau, en position difficile, il est probable que je ferais comme Maud Fontenoy.

    A condition encore de disposer de cette matière première.

     

    Je me rappelle, autrefois, certain séjour en Afghanistant alors que, pressurés de soleil aux alentours de Kaboul, moi et les autres nous trouvions quasiment sans urine. Une conséquence directe normale de la chaleurextrême.

     

    Les jeunes, chaque humain est fabriqué de 2/3 d'eau, encore plus pour les tout petits. On en a besoin. On en est dépendant. Alors, cette eau nécessaire, indispensable, on la respecte. Il en va de notre vie ! de notre survie !

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration : Maud Fontenoy sur Google images) 

  • Pas de vie sans Eau

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouver. Merci.   

    Chaque homme le sait, chaque petit d’homme aussi : mauléon29.10.08 021.jpgl’eau c’est la vie ! On peut faire une grève de la faim. On ne peut pas mauléon29.10.08 020.jpgfaire une grève de l’eau Et pourtant …Combien d’humains sont-ils  privés d’eau ? D’où l’initiative de la fondation Chirac à laquelle nous sommes invités à participer. Ou bien si l’on est en province à s’associer là où l’on se trouve et à réfléchir à ce sujet. Regarder les ressources en eau locales, par exemple. Voir si la commune où l’on vit est rattachée à une autre à l’étranger qui pourrait avoir des « manques » en matière d’eau potable ou d’eau tout court. Et adresser à la Fondation Chirac quelques lignes sur l’initiative réalisée. Même si vous n’êtes que 2 à le faire localement  ou même si vous êtes seul bien qu’ayant sollicité voisin ou ami pour un couple d’heures en soirée. Vous pouvez aussi avoir de la famille ou des amis partis en pays lointain souffrant d’insuffisance en eau.

    La Paix pour l'Eau - l'Eau pour la Paix

    Une conférence organisé par la fondation Chirac, l'Unesco et l'AFDmauléon29.10.08 023.jpg

    Informations sur l'événement

    Organisateur :

    fondation Chirac

    Type :

    Autre - Cérémonie

    Réseau :

    Global

     

    Heure et lieu

    Date :

    jeudi 13 novembre 2008

    Heure :

    08:45 - 13:00

    Lieu :

    Maison de l'Unesco

    Adresse :

    125, avenue de Suffren

    Ville :

    Paris, France

     

    Voir le plan GoogleGoogle

    MapQuest

    Microsoft

    Yahoo

     

    Coordonnées

    Adresse électronique :

    conference@fondationchirac.eu

    Description : Deux tables rondes traiteront des eaux transfrontalières et de la coopération d'une part, et de l’accès à l’eau dans les Etats fragiles. Pour vous inscrire gratuitement et pour avoir plus d'information : http://www.fondationchirac.eu/eau-pour-paix/

    Les moins de 18 ans secouez-vous ou secouez  les autres, les grands. L’eau est indispensable à la vie. Agissons là où nous sommes.Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr  (photos archives personnelles: fronton d'une fontaine ancienne toujours en eau à Mauléon 79700 avec en inscription: "Naida fecondet praeses sitienbus urnam" = "la fontaine donne son eau aux voyageurs assoiffés", pont romain à 50 mètre de là enjambant l'Ouin affluent de la Sèvre; un pays qui ne manque pas d'eau !)