Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

connaissance de soi

  • Alcool et moins de 18 ans

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouvez. Merci

    Je n’ai pas aimé recevoir ceci, en direct d’une correspondante qui bosse dans un lycée situé dans un rayon de 90 kms autour de Paris. Les plus de 18 ans peuvent-ils affirmer avoir été toujours des anges dans leur minorité quant à l’alcool ? j’ai quelque doute. Et être toujours comme tels à plus de 18 ans en matière de consommation d’alccol ? j’en doute encore plus. Je cite :

     

    « Il me tarde d'être à vendredi pour goûter aux vacances et au calme. Les élèves ne sont pas des modèles de sagesse : le grand jeu des élèves majeurs est d’acheter des alcools forts pour faire boire les mineurs...certains sont arrivés saouls en cours... l'infirmière réfléchit à une action ciblée efficace... Les agents d'entretien ont retrouvé des bouteilles vides...de gros rouges à bas prix et des bouteilles de vodka...Le directeur de L'Intermarché tout proche est venu signaler qu'un même éléve avait acheté 6 bouteilles de whisky...un peu beaucoup comme consommation perso en un seul achat...Il y a également des mineurs qui confient leur argent pour que les majeurs achétent pour eux...Il y du trafic d'alcool, de la revente... »

     

    Et encore :

    « Dans les soirées du week end le but est de prendre des alcools très forts et d'être le premier complétement défoncé. Cette chose là s'appelle descente flash, mais il y a des noms anglais pour qualifier le phénomene... Tu peux aussi aller sur le site de France Inter ils ont fait un petit dossier sur le sujet.
    Et puis il y a un autre phénomène : un site internet propose des séances musicales de différentes longueurs en temps et en longueur d'ondes avec des écrans un peu bizarre quand on écoute la musique celle ci est censée provoquer les mêmes sensations que fumer un joint, se shooté à l'héroïne... ou prendre une bonne cuite tout dépend de la durée du programme choisi. Des élèves m'ont parlé de ce truc il parait que ça marche, sensation de bien être ou de défonce assurée. »

     

    Evidemment ma correspondante ironise quand elle conclut par : « C'est super nous vivons une époque moderne. » Je la connais : cela ne lui plaît pas et comme enseignante en lycée elle en connaît les conséquences.

     

    Je m’interroge. Pour aller aussi loin, les moins de 18 ans et proches, est-ce que la vie des grands responsables décideurs que vous avez sous les yeux -– est si peu attirante ? a si peu de goût ? Est-ce  si pénible de vivre en 2009 ? Se démolir le corps et prendre de mauvaises habitudes pour le mental vous sort peut-être d’un quotidien sans but exaltant. Ce faisant c’est à vous les moins de 18 ans de vous fixer des objectufs de vie stimulants et positifs – il n’en manque pas ! Et puis pourquoi devenir dépendants de produits qui vous font perdre le contrôle de vous-même ?  Etre esclave ? Qui peut prétendre aimer cela ?  Qu’en dites-vous ?    

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • NAT="précoces" chez les Maternelles

    Les Normaux Atypiques (=NAT), autre appellation possible des surdoués nommés encore "précoces" ou à haut potentiel ont été le sujet d'une émission ce matin dans Les Maternelles.

    Coup de chapeau, d'abord, à Karine LE MARCHAND qui présente avec aisance et bonheur les sujets les plus divers. Coup de chapeau aussi à l'équipe.

    Ce mardi 12 février 2008 il était donc question des 2,3% de la population qui, enfants ou adultes, doués ou sujets d'une douance (en belgique ou au Canada) vont se démarquer - souvent en l'ignorant - tout au long de leur vie des Normaux Typiques (NT).

    Bien des choses ont été balayées quant à ces enfants normaux, atypiques qui resteront , normalement, tout au long de leur vie, des personnes normales et atypiques.

    Vlinka ANTELME était présente sur le plateau pour représenter l'AFEP (=Association Française des Enfants Précoces), dont elle est Présidente depuis quelques mois, succédant ainsi à la fondatrice de l'AFEP, Mme Sophie COTE devenue Présidente d'Honneur. A ses côtés, le Docteur Catherine JOUSSELME et des mamans de "précoces" appertant des témoignages.

    Le parler correct et tôt acquis, la lecture apprise seul ou seule, une capacité d'engranger à très grand vitesse - sans aucune intervention ni pression des parents ni de l'entourage - ont été soulignés.

    Avec à côté de ces bons points du côté scolaire des facultés naturelles de réparties, de maniement de l'humour, d'aptitude à souligner les erreurs de comportement des adultes, etc.. qui font souvent qualifier à tort ces jeunes d'insolents, d'orgeuilleux, voir de rebelles à l'autorité. Alors que cela ne leur vient aucunement à l'esprit.

    Ces jeunes sont loin d'imaginer - et vice versa - que les 100% - 2,3% = 97,7% qui les entourent fonctionnenet autrement qu'eux, en particulier avec des qualités de perception, de "sensitivité" et de sensibilité de niveaux bien différents. Dans ces domaines les NAT sont nés équipés de niveaux bien supérieurs à la moyenne.

    Ce décalage du côté du comportement cérébral, affectif et intellectuel des NAT est très mal supporté par les adultes NT par défaut d'information  ou encore par peur lorsqu'ils sont au courant - alors que les "surdoués" ou "jeunes prodiges" en art ou en sport sont admis, et souvent  même chaudement congratulés par tous. En "prime" à l'envers, ce décalage adultes-jeunes existe aussi entre condisciples NAT et NT. Les jeunes NAT se sentent spôntanément différents des autres NT; et dans l'autre sens les NT perçoivent cette différence intrinsèque qui peut les mettre également mal à l'aise sans savoir pourquoi. Un NAT peut avoir arriver la chance d'avoir un autre NAT parmi ses pairs immédiats, question de hasard. Sinon, une sensation intime non exprimée de se sentir autrement peut cerner un jeune NAT non identifié. De là à s'imaginer ou se croire une sorte de "fou anormal" il n'y a qu'un pas. Car un ou une jeune NAT va vite ressentir des doutes quant à sa normalité si il ou elle est trop décalée par rapport à l'ensemble des jeunes de même âge à l'entour.

    Pour une population de 60 millions d'habitants, si on fixe à 130 le niveau de base du QI (=Quotient Intellectuel) à partir duquel on va qualifier quelqu'un de NAT  quand ce chiffre sera dépassé vers le heut (140, 150...), on va trouver un total de 1.380.000 NAT. Ou encore qi l'on prend la polulation actuelle en France des 6 à 16 ans cela donne 400.000 enfants que l'Education Narionale doit regerder et accompagner autrement. Ou encore compte tenu de la natalité actuelle cela donne un contigent de 20.000 nouveaux NAT français arrivant chaque année.  Ce qui n'est pas négligeable, loin de là. Rappelons au passage que l'écrasante majorité des humains, en l'état actuel de ce qui est observé, ne dépasse pas un  QI de 130, mesure de l'intellect qui vient escorter - en dernier de mon point de vue - les "palpeurs" de fonctionnepent si particuliers dont sont munis les NAT.  

    Le Docteur Olivier REVOL au Centre Hospitalier à l'hôpital Weittheimer Lyon-Bron a donné beaucoup de lui-même en tant  que pédo-psychiatre, allant porter la connaissance de ces enfants-là auprès d'amphis pleins à craquer de pédiatres réunis en congrès. Il a eu le mérite, en son temps, d'avoir été le premier à aller courageusement acquérir des connaissances inexistantes en France à ce sujet, se transportant pour ce faire à l'étranger avec femme et enfants. Quand les Français en veulent, ils ne sont pas frileux ! Et je salue au passage l'ouverture d'esprit exceptionnelle de ce confrère dont il est approprié de lire les ouvrages sur ce sujet en particulier: "Même pas grave ! "sous titré "L'échec scolaire ça se soigne" chez Jean-Claude Lattès 1ère édition mars 2006. qui peut être lu aussi bien par les jeunes concernés s'ils le souhaitent que par les parents, souvent autant sinon plus désarçonnés que leurs enfants face aux difficultés que ces derniers sont amené à surmonter et qu'ils sont capables de dépasser à condition qu'ils disposent des recettes appropriées, faciles et généralement poeu ou non coûteuses. Le Dr. REVOL a notamment accompagné l'AFEP dans sa trajectoire associative et d'autres. Il accueille en son service des enfants pour des bilans courts ou plus longs d'une semaine afin de proposer une solution qui est mise en oeuvre après consultation ou dès la sortie et puis est évaluée comme il se doit, solution généralement accompagnée de succès. On vient le voir depuis Marseille !... C'est dire ! Car il a aussi mis en place un système d'écoute téléphonique directe avec ses jeunes consultants une fois par semaine; qui dit mieux ? Et il a été - me semble-t-il - le premier médecin à vouloir sortir d'affaires des gamins normaux mais atypiques. De plus il a su prendre en charge tout ce qui pouvait gêner d'autres gosses: les dyslexies, les dysorthographiques, etc... toutes catégories de jeunes vouées- par ignorance - au désastre scolaire quand ils n'étaient pas enfermés - toujours par ignorance - dans  un hôpital psychiatrique ce qui revenait à  condamner à vie...des jeunes qui n'avaient rien à y faire. 

    Du côté des enseignants, Sophie COTE, après d'autres, a permis à des NAT de bénéficier de la structure du Collège du Cèdre au Vésinet. Et cette fondatrice de l'AFEP, soutenue par des politiques conscients d'adapter les circuits de l'éducation nationale à ces enfants-là - ni fous ni anormaux - a obtenu le vote de certaines lois de progrès en ce sens.Elle est l'auteurde plusieurs livres relatifs aux "précoces", dont avec Antoine de la Garanderie "Doué, surdoué, précoce, l'enfant prometteur et l'école".   

    Quant aux psychologues - constructeurs ou destructeurs s'ils ne sont pas informés - cas dramatiques pour les enfants de quasi tous les psychologues experts des tribunaux ! - il importe dans les construteurs de signaler comme pionnière df'exception Arielle ADDA, toujours sur la brèche, et qui au nombre de ses qualités et de son parcours a été la première psychologue de MENSA. Madame Arielle ADDA n'a de cesse d'essayer de faire comprendre comment sont constitués les NAT et la manière de les écouter et de les soutenir au cours d'années particulièrement critiques où le hiatus entre ce qu'ils sont et ce que leur propose l'éducation nationale est maximum. Tâche ardue, car il est très difficile de comprendre vraiment cette situation, à moins d'apparteniri soi-même à la cohorte de la "précocité".  Ce qui n'est pas un choix, mais une réalité apportée par la génétique, saut de gêne ou transmission génétique au sein d'une famille. Arielle ADDA peut et doit être remerciée d'avoir apporté tout ce qu'elle pouvait physiquement, intellectuellement et affectivement pour venir en aide à ces enfants. En faisant au moins toucher du doigt à ceux qui les rencontrent de quoi et comment sont constitués ces enfants. Car c'est dès l'enfance que les problèmes de différences de fonctionnement se posent, de par leur visibilité. Et si cela n'est pas impossible, heureusement ! il reste toutefcois très difficle à qui ne l'est pas de "sentir" la "pécocité", ce qui génère des erreurs de Conduite A Tenir - comme on dit en médecine - envers un certain nombre de ces enfants, "coupables" involontaires d'être nés éloignés de la norme standard. Arielle est l'une de celle le plus au fait de ce que peut vivre un ou une "précoce", en particulier au sein de cette "catégorie" les "hyper de chez les hyper" en matière de perception et de sensibilité. Je cite un de ses livres: "Le livre de l'enfant doué" et je vous conseille fermement et fortement d'aller regarder ce qui ressort sous "Arielle ADDA"; ces articles pertinents et vous introduirons dans le réel vécu des NAT et de ce qu'ils peuvent être amenés à endurer faute d'un environnement de décideurs connaisseurs et compétents !

    D'autant que ces enfants-là, les NAT - tout comme les NT conformes aux bonnes mesures moyennes pour se mouler dans le monde éducatif adapté à l'école telle qu'elle existe encore actuellement -  sont tous différents les uns des autres. De même qu'il n'y a pas 2 NT identiques.

    Les NAT, théoriquement favorisés par un meilleur QI, ne sont pas dans les faits des champions de la réussite. A u contraire. Par rapport à l'école et aux circuits scolaires existants en France, selon ces enfants et leur encadrement, selon la connaissance ou pas de leur statut de "précoces" ou NAT, on va observer la répartition qui suit, grosso modo, en matière de parcours scolaire:

    - 1/3 va s'en sortir côté scolaire

    - 1/3 va devoir redoubler 1 ou plusieurs fois, s'en sortant avec beaucoup de difficultés

    - 1/3 va finir en échec scolaite total... et souvent en échec tout court.

    Que se passe-t-il ? Parfois qualifiés de  brillants dans leurs jeunes années, il arrive que ces enfants n'arrivent plus à chasser un ennui qui s'installe sournoisement et perdure, ennui de plus en plus prégnant car ces gosses là fonctionnent et comprennent au quart de tour, dans l'instant... ce qu'il faut répéter voir anônner moult fois à leus condisciples. La découverte de la "précocité" peut être faite à l'occasion d'une sorte de dépression qui s'intalle, suite à un ennui quotidien de plus en plus fort, de plus en plus envahissant, car ces gamins ne reçoivent pas du tout l'indipensable ni le strict nécessaire pour être épanouis, bien dans leur peau cela à l'école ou en dehors de l'école.

    J'ai en tête l'exemple d'un jeune ami, dont je suis l'existence depuis sa naissance; un garçon équilibré, d'une famille sans histoire, brillant en maternelle et début de primaire, et qui s'est retrouvé sombrant dans une déprime incompréhensible.. laquelle a entraîné la consultation d'une psychologue qui - bien heureux pour ce jeune ! - a mis le doigt sur un côté NAT, ce qui a conduit à un saut de classe de CM1 en 6 ème totalement réussi. Conséquences collatérales: il a été traité d'orgeuilleux par ceux qu'il abandonnait à leur sort de CM2, ce qui ne l'a pas chagriné car en plus que contrepartie il a reçu de la part de la classe de collège qu'il intégrait - tout ceci se passe dans un petit pays où tout le monde se conaît plus ou moins ! - un accueil chaleureux et sans réserve de la part de tous les garçons. Tout s'est donc bien passé pour ce jeune qui va passer son Bac cette année sans difficulté, jeune très bien dans ses baskets non scolaires comme scolaires. Ce sont les parents qui ont été très inquiets toute l'année du saut de classe, car c'était un peu le seut dans l'imprévu. Cette belle histoire ne s'arrête pas là.  En effet, après coup, il est ressorti que le fils aîné était à classer aussi comme NAT ainsi sans doute que la grande soeur. A la lumière de toutes ces informaytions c'est la "précocité" passée et toujours actuelle du papa qui ressortait; car en connaissant son parcours et en le revisitant c'était de toute évidence le parcours de vie d'un NAT. Quant à la maman, pour avoir travaillé avec elle un bon nombre d'années, je suis tentée de penser qu'elle en est aussi.

    J'ai mis en vert et gras les informations correspondant à l'émission présentée. Les témoignages présentés par Karine ont permis d'informer les téléspectateurs  et au rédactzeur de cette note de constater que la bonne parole pour faire connaître la précocité commençait à porter ses fruits du côté des médecins et du côté des enseignants, même s'il reste encore du chemin à parcourir!

    Voilà donc les mamans présentées lors de cette émission des Maternelles:

    La 1ère maman interviewée na pas eu de souci pour sa petite fille qui a bénéficié d'un saut de classe. Tout est affeire de connaissance de la "précocité" par l'école, les psychologues scolaires, affaire de bonne volonté et d'ouverture d'esprit.

    La seconde maman n'a pas pu avoir de saut de classe pour sa fille; cependant cela semble aller sans histoire.

    Quant à la 3 ème maman il s'agissait d'une famille plus nombreuse, dobnt les 3 enfants présents présentaient tous une "précocité"; de plus ce côté NAT, après recherche, était présent sur au moins 2 générations. En effet, après avoir intégré la "précocité" de son 1er garaçon, puis celle du 2 ème, puis celle de la ben,jamine une petite fille encore plus délurée que ses aînés, la maman s'est lancée dans un test pour elle-même. Elle aussi était née - et était toujours- une "précoce", une NAT; ce qui lui expliquait pourquoi elle avait su spontanément comment se comporter avant de connaître le profil de sa progéniture. La précocité du papa n'avait pas été recherché.

    Cette famille était un exemple de l'existence d'un facteur génétique familial qui existe. En France les crédits nécessaires pour ce type d'étude transgénérationnel n'ont jamais été débloqués. Alors qu'en Grande Bretagne un chercheur dispose de suivi sur plus de 30 ans au niveau de familles et de dévenir de "précoces" sur le long cours, en particulier confrontés à des accidents de la vie et qui rebomdissent parfaitement.

    Personnellement j'ai été un peu ennuyée par le frein mis par le médecin présent pour tenter de maintenir ces jeunes NAT dans des chemins standards, comme s'ils devaient se comporter un maximum comme les autres NT, presque les copier ou devoir améliorer les secteurs où ces "précoces" ne sont pas performants.  En vrai j'ai été choquée, une fois de plus, par le peu de cas que l'on fait - une fois encore - des goûts, des désirs, du plaisir pris par ces jeunes à faire ceci plutôt que cela, au motif de performances à améliorer.

    Pitié pour eux ! Stop ! Ne peut-on laisser de l'air, de la respiration, un peu de paix à cette jeunnesse plutôt que d'être  tout le temps sur son dos à vouloir tout canaliser et diriger à tout prix sa vie ? Après quoi ces mêmes directeurs d'activités se plaindront du manque d'autonomie de ces jeunes et de leur violence, violence qui aura grandi tout naturellement par l'engrais apporté par des contraintes mesquines et non justifiées déversées heure après heure !

    J'ai près de moi 2 jeunes, l'un de 14 ans et sa soeur de 9 ans. Tous deux NAT; enfants de NAT - au moins le papa; petits-enfants de NAT - au moins la grand-mère maternelle; et arrières petits-enfants de NAT - au moins un couple d'arrière grands-parents côté maternel. Il faut que ces jeunes aient bien à l'esprit que s'ils se sont retrouvés orphelins de père en avril 2003 c'est par la faute de la non connaissance de la "précocité" de leur jeune papa. Celui-ci, enseigant et chercheur brillant et passionné, est décédé pour avoir été placé entre des mains incompétentes .alors qu'il suffisait à ce jeune adulte de rencontrer une psychologue informée telle Arielle ADDA pour escorter quelques temps une "précocité" blessée par les événements de la vie. C'est seulement en juin 2003 que - suite à un concours de circonstances - la "précocité" des 2 orphelins a été recherchée et trouvée, permettant ainsi de remonter au long cours une filière familiale.

    Cette connaissance et re-connaissance est très importante et bien illustré dans le livre de Jeanne  SIAUD-FACCHiIN sur les surdoués qui pointe à 2 endroits les dramatiques erreurs qui font passer à côté de la "précocité" et déclenchent des catsatrophes, telle celles ayant conduit au décès du papa de ces 2 jeunes. Arielle ADDA, aussi, dans tous ses livres et articles alerte aussi sur les errurs liées à la méconnaissance.

    Et il faut souligner que si le profil NAT avec QI intéressant est présent, a priori, pour la vie, il n'empêche qu'une prise en charge erronée ou des matraquages sans fin sur de tels jeunes, très perceptifs et très sensibles, peuvent conduire à la destruction de leur potentiel, donc à une destruction de leurs aptitudes avec chute de QI...et tout le négatif qui suit. 

    Je terminerai sur une autre réflexion en fin d'émission de ces maternelles - peu importe qui en a été l'auteur mais elle a fait l'approbation de toutes les présentes sur le plateau où il n'y avait que des femmes et j'en ai frémis comme ex-moins de 18 ans ! - réflexion réductrice comme se complaisent à en faire les majeurs par rapport aux moins de 18 ans. C'était pour dire qu'après tout ces "précoces" (=NAT)  n'étaient que des enfants ! oui il a bien été dit "que des enfants! " . Et cette formulation véhicule le mépris et l'infériorité dans lesquels on tient ces enfants-là qui, dédidemment, dérangent tellement qu'il faut bien trouver LA FORMULE rassurante pour ces adultes apeurés à tort.

    Car c'est méconnaître l'ensemble de ces jeunes que de les qualifier d'espèce sous- humaine, celle de ceux et celles qui ne sont encore "que des enfants" !  Quand on connait bien ces jeunes là, en dehors des désagréables et gonflés d'orgueil qui existent aussi évidemment au sein d'une cohorte de "précoces", il ressort que la majorité est aimable, gentille, pleine de compassion et de tendresse pour ces grands adultes qui se donnent tant de mal pour paraître régner sur les plus jeunes, à coups de paroles autoritaires ou de grands airs qui n'abusent pas plus ces jeunes NAT qu'ils n'abusent les NT. Encore moins abusés que la majorité, les NAT se taisent mais parfois, le naturel reprenant le dessus ils s'expriment comme ils vivent, le pensent et l'obervent dans la réalité... et les voilà "collés" pour insolence et irrespect de l'autorité ! Considération qui ne leur a pas un instant traversé l'esprit !

    On est très lonn de ce qu'Israël permet à des hauts potentiels de vivre, une fois reconnus. Outre une scolarité adaptée, les élèves sont appelés à noter leurs professeurs. Car on peut être un enseigant bourré de connaissances mais être  maladroit dans la transmission. Encore une fois, tout est dans l'intention. 

    On reparlera de uns et des autres, les jeunes. Que vous soyez NT ou NAT, pas d'importance: tout le monde a sa place; et que les NT sachent bien que naître NAT est loin d'être un cadeau toujours agréable.

    Surtout, qui que vous soyez, quoi que vous soyez : entendez-vous !

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr 

  • Connaissance

     

    Citation:

    "La connaissance de soi est une naissance à sa propre lumière, à son propre soleil. L'homme qui se connaît est un homme vivant."

    Marie-Madeleine DAVY

    Réactions? Commentaires ?