Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cancer prévention diagnostic

  • Cancer du pancréas, Jack Andraka

     

    Dans la pièce intitulée Le Cid (création en 1637) de Pierre Corneille (1606-1684), oeuvre que j’espère toujours au programme des études secondaires, il y a ceci dit par Rodrigue alias Le Cid :

    « Je suis jeune, il est vrai, mais aux âmes bien nées

    La valeur n’attend point le nombre des années »

    Une phrase constamment d’actualité, même si la jeunesse n’est pas forcément mise à l’honneur quand elle le mérite.

    Cependant, de temps en temps, un jeune arrive à « percer », en toute modestie, parce qu’il a eu une intuition géniale.

    Le cas en 2012 d’un garçon de 15 ans, Jack Andraka, américain, qui a cherché comment il pourrait venir en aide pour dépister très en amont un cancer.

    Ce qui le motivait ? - toute démarche fructueuse est généralement fortement motivée – le décès d’un proche par cancer du pancréas.

    Le mode opératoire est simple : Jack va « butiner » sur le Net. Il y trouve des articles indiquant des molécules dont la présence permet de penser qu’il y a cancer sous roche. Pourquoi ne pas les utiliser autrement pour une détection ?

    Son projet est clair ; il l’envoie à un nombre important de scientifiques et un seul lui répond favorablement. Cela suffit à Jack qui utilise les moyens mis à sa disposition à Baltimore, Maryland.

    Il trouve un test facile à faire et peu coûteux, avec juste un peu d’urine ou de sang. Le système mis au point par Jack permet d’identifier la présence de cellules cancéreuses et leur importance ; cela en fonction de la quantité trouvée de mésothéline, une protéine dont la présence est augmentée quand il y a tumeur. L’important est de détecter cette mésothéline tout au début d’un processus d’invasion, au stade lésion précancéreuse. Ce que le test de Jack rendrait possible aisément.

    Jack Andraka a été lauréat de prix scientifiques.

    Ce test serait fiable 9 fois sur 10 et donne un résultat en quelques minutes, outre son très faible coût et sa simplicité.

    Merci au docteur Anirban Maitra du Johns Hopkins University, université privée excellente en médecine avec de nombreux prix Nobel, qui a cru en Jack !

    Le regard d’un jeune est un regard tout neuf qui peut repérer des pistes encore inexplorées ou insuffisamment. L’exemple de Jack est encourageant pour les moins de 18 ans !

    Contact : francoiseboisseau@wandoo.fr

     

  • David Khayat : régime anticancer

    Un livre aux  informations à connaître, quel que soit l’âge, car son auteur, le Professeur David Khayat, y a placé toutes ses compétences afin qu’il soit utile au plus grand nombre.David Khayat,anticancer,

     

    Il nous offre ainsi une arme au quotidien pour lutter contre le cancer : l’arme de l’alimentation. L’outil alimentaire permet, en effet, d’exercer une prévention primaire – avant tout diagnostic de cancer ; ou secondaire – en prévenant une rechute après guérison.David Khayat,anticancer,

     

    Pour 19 euros 50, chez Odile Jacob, ces « révélations contre le cancer » proposent sur plus de 300 pages un bon équilibre alimentaire allié à un minimum indispensable d’exercice physique. Le tout clairement expliqué.

     

    Il est donné 5 règles d’or pour « réduire le risque de cancer » : ne pas fumer, diversifier et l’alimentation et les modes de cuisson, préférer les produits obtenus avec un minimum  de pesticides ou sans eux, adapter ses apports énergétiques à son activité physique tout en ayant un minimum  de cette activité là.

     

    Des tableaux intéressants sont joints signalant l’intérêt ou le risque de tel aliment ou groupe d’aliments.

    Les fruits et légumes sont présentés en fonction de leur couleur avec une consommation à préférer à un moment de la journée plutôt qu’à un autre selon cette coloration.

     

    Le Professeur Khayat donne une liste de nutriment anticancer, avec mécanisme d’action. Ainsi sont mentionnés thé vert, curcuma, lutéoline, grenade, etc…

     

    Des indications sont également données selon le sexe.

     

    Si le risque de cancer reste important en France – touchant en gros un homme sur deux et une femme sur 3 (page 254), l’important est que le cancer n’est pas inéluctable (page 60).

    Il faut avoir à l’esprit qu’avant d’être découvert ou diagnostiqué un « petit cancer de 1 cm » a derrière lui une histoire qui a débuté des années avant.

     

    A tous les jeunes passionnés de biologie ou de physiologie, à tous les jeunes intéressés par le fonctionnement de leur corps, mécanique merveilleuse qui permet de sentir, de penser, de bouger, je conseille la lecture de ce livre de David Khayat.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustrations : David Khayat; couverture de son livre)

  • Cancers Peau et Soleil : nouveaurés

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

      

    Il est encore temps de vous recommmander l’émission du 13 août 2009 de C dans l’air intitulé « Soleil : de plus en plus de cancers ».

     

    A la manœuvre avec Thierry Guerrier : un médecin dermatologue de Saint Louis – ce que l’on fait de mieux en matière de dermatologie en France, un médecin qui alerte depuis longtemps sur la prévention – lui-même ayant fait 2 cancers de la peau, un historien et 50 millions de consommateurs:

    Ils sont tous bons.

     

    On nous offre le point, à ce jour de ce qui est connu.

    Avec les responsabilités de tous les UV – A et B – dans les cancers de la peau.

    Le fait que les UV naturels ou en cabines de bronzage endommagent tous la peau.

    Que les crèmes solaires sont des produits qui ont leur rôle pour protéger les parties non couvertes – visage et mains – le reste du corps étant à l’abri par des vêtements.

    Et, en général, les bonnes lignes pour se protéger, si on le veut bien, et protéger les plus jeunes de ces cancers après tout évitables la plupart du temps. Rien n'empêche d'aller à l'eau en tee-shirt.

     

    Il ne faut pas oublier les lunettes de soleil pour freiner des cataractes.

    Et de penser à l'hydratation de tout le monde, les plus jeunes en particulier.

     

    Attention aux cancers : mélanomes, carcinomes.

    Attention aussi aux grains de beauté qui bougent.

    A tout ce qui surgit de nouveau sur la peau ou à ce qui se modifie soudain : un dépistage en regardant la peau tous les 3 mois est une bonne chose : ou bien on se regarde soi-même, ou le copain ou la copine s’y colle, ou encore une tierce personne s’il s’agit d’un jeune enfant.

     

    On peut aller voir un dermatologue sans passer par le généraliste avant.

    Un examen annuel est une bonne chose.

    Chaque année le syndicat des dermatologues organise dans la plupart des villes de France une journée de dépistage, gratuite.

     

    Vous ferez ensuite ce que vous voudrez, les jeunes. Du moins aurez-vous l’information.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr