Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

placement - Page 4

  • Les deuils d'un enfant placé moins favorisé que certains chats et chiens

    Chien ou chat placé vit mieux qu'enfant "placé" !
    Le "placement" injustifié, j'insiste bien sur le qualificatif injustifié, crée des deuils successifs, multiples et négatifs, tous en lien direct avec cette  "grave" (sur)maltraitance institutionnelle qu'est un  placement injustifié en foyer ou famille d'accueil, placement due à l'irréflexion et aux fautes multiples des acteurs du système Justice ASE.
    Etant bien évident que - dans les très rares cas d'un placement qui serait justifié - le placement est déjà en soi une ltraitance.

    70.000 personnes de moins de 18 ans sont les jeunes victimes de cette procédure de placements inutiles et destructeurs, soit 50% des 140.000 enfants placés. Du propre aveu de Pierre NAVES, Inspecteur Général des Affaires Sociales en charge de cette question du côté du Ministère de la Santé, sur 140.000 enfants placés hors de leur famille; c'est au moins 70.000 jeunes  - soit la moitié - qui n'auraient jamais dû être arrachés à leur famille naturelle et officielle d'origine. Ces paroles de Pierre NAVES étaient recueillies le 31 mars 2007  dans le TGV le ramenant de Niort à Paris par l'équipe d'Envoyé Spécial, cela au soir d'une  journée du Fil d'Ariane, association accueillie ce jour là par le Président - en personne - du Conseil Général des Deux-Sèvres.

    Deux-Sévrienne, j'étais présente à cette journée. Comme je suis présente sur le reportage d'Envoyé Spécial passé à la télé le jeudi 7 juin 2007 à 20H50 avec, présents eux  en photos, 1 jeune que je connais très bien et qui est injustement placé et sa jeune soeur, non kidnappée, elle !

    Outre le viol psychologique constant qui va accompagner le triste sort des enfants "placés", voici donc les deuils, fruits de la maltraitance d'un système qui se gausse de vouloir agir dans l'intérêt supérieur de l'enfant !  Par commodité je vais appeler Marc le  garçon non délinquant, sans histoire, bien intégré, enchaîné en 2 temps 3 mouvements et sans la moindre enquête préalable  entre des murs suitants le mensonge et le mépris des moins de 18 ans.

    Marc, 12 ans -  en ce sinistre et funeste  jour de juin 2006 où des adultes inconscients décident d'enfermer sans motif  cet habitué de grand air, d'espace et de liberté, alors qu'il a déjà dû assurer et qu'il a su dépasser son état d'orphelin de père - du fait d'un placement sans motif, doit subir en plus de la disparition d'un jeune papa brillant et  plein d'humour les deuils ci-après, deuils non anodins. Marc doit faire
    - le deuil de la liberté,
    - le deuil des grands espaces dans lesquels il a passé jusque là plus de 12 ans de vie,
    - le deuil de son intimité - pas de douche fermée, on préfère violer la pudeur, de l'éclairage constant, une surveillance perpétuelle, des chambres à 3,
    - le deuil de ses racines,
    - le deuil de son vrai moi  puisqu'on veut le persuader qu'il a mal fait en allant chercher refuge chez un aïeul devenu son référent,

    - le deuil d'une certaine morale logique,
    - le deuil en arts - ce musicien n'aura plus droit à aucune musique,
    - le deuil en culture - ce jeune est injurié par les éducateurs car il ose lire au lieu d'aller jouer au foot ! comme les autres placés non blancs,
    - le deuil en créativité,
    - le deuil de son intelligence - il va, c'est là la cerise sur le gâteau !, être "placé" dans un collège où il lui est interdit de travailler après les cours !
    - le deuil de son affectivité - il va être privé  d'autorité de tout contact avec ceux qu'il aime,
    - le deuil de ses sens - la moiteur de draps où l'on transpire à Paris sous la canicule de l'été 2006 n'a rien à voir avec la musique et le rythme et les  senteurs de la mer du côté de Deauville quelle que soit la saison, et le soleil et le sable , et les poissons et les crevettes et les coquillages et tout ce qui sollicite les sens,
    - le deuil de son indépendance - lui depuis longtemps autonome sur de nombreux points,
    - le deuil de ses copains,
    - le deuil de ses multiples centres d'intérêt scientifiques et philosophiques,
    - le deuil de ses repères - tous ses repères existant depuis sa naissance,
    - le deuil de ses moteurs personnels et uniques de développement,
    - le deuil de son avenir et de son  à venir,
    - le deuil de sa soeur née en 1998,  5 ans après lui,
    - le deuil de l'aïeul référent chez qui il était envoyé durant 12 ans sans limite dans le temps par ses parents - d'abord seul, puis avec sa soeur,
    - le deuil de son collège - un collège général normal,
    - le deuil de ses relations,
    - le deuil de souvenirs positifs,
    - le deuil de ses habitudes,
    - le deuil des "grasses mat" dont a besoin ce grand dormeur,
    - le deuil de connaître et d'apprendre à son rythme pour ce NAT - ou "précoce" selon  les textes de l'Education Nationale,
    - le deuil  à terme de sa maman... et, pire encore,
    - le deuil de lui-même !
    et j'en oublie sans doute ....
     
    Ces deuils cumulés existent pour tout jeune placé.
    Et dans le cas d'une famille d'accueil  qui  - comme d'hab! - serait imposée - le deuil de la vraie famille d'origine - deuils aux  plans génétique, social, culturel et spirituel - est encore plus intense et cruel. Marc n'a pas échappé à la proposition pressante d'aller dans une famille d'accueil ce qu'il a bien évidemment refusé ayant déjà une famille ! Ce doit être la seule fois où il a été entendu ! L'autorité, exceptionnellement, n'a pas osé aller plus loin dans sa coercition constante. 

    Faut-il traiter un jeune être humain en devenir au niveau d'un animl de zoo ? et encore...car on prend soin des animaux de zoo !

    Remarque: Marc avait noté au 1er coup d'oeil que l'électricité du foyer on l'enfermait posait des problèmes de par sa vétusté; chose que j'avais  vu mentionnée par écrit dans des courriers échangés relatant la nécessité d'une réfection totale d'une électricité devenue dangereuse dans ce foyer ! Bien sûr si ce foyer avait flambé on aurait arraché une larme de principe sur des gosses  brûlés et puis, basta ! Ces sont des gosses "de la DDASS" et donc sans valeur ! Du dernier choix. Du rebus.

    On a osé en rajouter une fausse et lourde couche sur le dos de Marc. Car, après 6 mois de placement,  les incompétents qui se sont emparés de Marc et qui se sont acharnés sur lui ont eu la malhonnêteté "grave" de prétendre qu'il doit toujours réfléchir à la mort de son père survenue en avril 2003, cela alors que Marc va bien ! Ce n'est pas que  moi qui le dit. C'est le constat de tous les normaux - adultes ou non - qui vivent aurtour de lui. C'est plus encore le constat d'une psychologue spécialiste des NAT consultée par la maman des 2 enfants en octobre 2004 pour les 2. Cette psychologue spécialiste des "précoces", personne sage et sûre ayant le label de l'Association Française des Enfants Précoces (AFEP),  établit un rapport suite à ce bilan de Marc et de sa soeur en octobre 2004 en écrivant  que tout va bien pour les 2 et qu'il faut impérativement les laisser tranquilles car ils n'ont surtout pas besoin de soin ni de suivi. Tout va bien pour eux, malgré le décès de leur jeune papa sympathique.

    Seulement la juge des enfants qui va oser garder  Marc placé - placé sottement suite au blabla hâtif entre une commissaire de police d'une Brigade des Mineurs _  femme qui ne connaît rien aux jeunes, se vante d'une éducation à coups de "taloches" laquelle est stupide pour qui connaît le jugement sans faille des NAT _  et un procureur qui se laisse dicter sa conduite par cette policière sans humanité qui  a la grossiéreté diffamatoire de traiter Marc devant moi de "futur  Mesrine"  alors qu'elle n'a jamais vu  ce garçon sans histoire !  - cette juge des enfants qui prétend  tout savoir par miracle et  bien mieux que les compétents n'a jamais voulu demander ce bilan, bien qu'elle soit informée de son existence avant son 1er contact de visu avec Marc. Voilà à quoi conduit l'orgueil  d'un magistrat jamais évalué, jamais contrôlé, jamais remis à niveau et jamais confronté à la réalité du terrain ! Jamais confronté non plus aux réclamations et aux plaintes des familles des enfants "placés", des sous familles évidemment, non pas d'un  quart monde que l'on prétend respecté mais d'un cinquième  monde bon pour les poubelles. Quelle honte ! Quelle perte inestimable pour Marc ! Et quand on apprend de sa propre  bouche à elle que cette juge a sous son autorité plusieurs autres NAT, on frémit pour ces autres !

    Si  Clémenceau mon voisin de Vendée, ce gueulard de 1 ère, cette tête de mule enterré debout selon sa volonté, était en vie  il y a belle lurette que j'aurais sollicité son appui dans cette douloureuse affaire.
    Fort heureusement, il y a des hommes, des vrais, politiques ou autres, qui sont là et soutiennent ce Marc à propos duquel ils font le maximum
    pour qu'il soit enfin libre après 2 années destructrices et très coûteuses pour nous tous via nos impôts ! Il ne s'agit même pas de 2 ans blancs,
    en quelque sorte mal employés...cela pour rien. Non, ce n'est pas cela - ce serait trop bien ! - mais il s'agit de 2 années consacrées avec acharnement à faire du mal, à fabriquer du pire !

    Telle est la situation des moins de 18 ans, d'un petit d'homme sans histoire que j'ai appelé Marc et qui a été "braqué" légalement à 12 ans aux 2/3 du  parcours vers sa majorité.

    Que n'est-il un de ces animaux,  objet des soins attentifs et bienveillants d'une Brigitte BARDOT (BB).
    *** BB, elle, a su faire le nécessaire pour  nos  compagnons à 4 pattes.
     
    Force est de constater qu'il n'existe pas l'équivalent d'une BB pour nos moins de 18 ans ! Certes il y a un Défenseur des Enfants très officiel. Seulement ce défenseur se moque bien des enfants placés avec intervention d'un Juge des Enfants car c'est les mômes sans papier qui semblent choyés par elle de manière préférentielle. Elle ne veut pas entendre qu'un juge des enfants, d'une part, ainsi qu'une inspectrice  de l'ASE (Aide Sociale à l'Enfance) qui  se flatte et s'auto-proclame référente de Marc, d'autre part, sont  2 pièges destructeurs d'enfants normaux ! 2 pièges à mômes dont le manque de respect et d'écoute des moins de 18 ans tombés entre leurs pattes vont faire de plus de 99,99 % de ces jeunes des adultes détruits irrémédiablement, souvent  SDF, etc....

    A  la veille du massacre programmé de 275.000 phoques sur la banquise, contre lequel BB et les autres vont réagir, force est de constater que si  nombre d'associations en faveur des animaux ont obtenu et obtiennent des résultats impressionnants,  il n'en va pas de même pour les rares associations  penchées sur les enfants placés.
    Pour les 140.000 gosses placés, sans défense  et réduits par force au silence - leurs soi-disants avocats se moquent de leurs jeunes clients et sont  totalement "à côté de la plaque"- des Associations peu nombreuses ne font pas le poids. Attention, je ne parle pas ici de l'action du chanteur CALI avec l'association lplm (les papas = les mamans) dont l'objectif est de donner aux papas des droits égaux à ceux des mamans jusqu'ici privilégiées.
     
    BB a fait des émules par son courage et sa ténacité.

    ***  A Chartres, une ancienne infirmière s'est lancée l'été 2007 dans une association ""pour réconcilier
    l'humain et l'animal en souffrance,  en le secourant de façon personnalisée et individuelle et en participant à tisser des liens."" (propos recueillis le  dimanche 29 juillet 2007 à  Chartres et publiés le lundi 30 dans l'Echo Républicain, journal de Chartres et des  environs, à l'occasion d'une  manifestation-promotion de son associaion). On est loin de ce qui est observé en foyer d'"accueil"  (!) pour  les enfants.

    Pour Vivette JOLY, fondatrice de l'association SOS animal tendresse,  il n'est pas question de faire concurrence à la SPA, qui a beaucoup à faire dans  l'extrême urgence. Pour Vivette,  Animal tendresse est là  notemment pour soutenir la réalisation de projets ""avec des familles d'accueil, le temps  de créer de lieux de qualité agréés et aux normes d'hygiène,  de sécurité et sanitaires actuelles.""

    Pour dire simple et pour  Vivette les animaux ""ont leur place dans notre société"" et ""ils sont générateurs de liens, de tendresse et déclencheurs  de vocations."" Mme JOLY s'active et n'a pas hésité un instant a rencontrer  Albéric de Montgolfier , président du conseil général d'Eure et Loir,  pour être aidée. ""Les chats et les chiens sont les premiers animaux abandonnés. Mais en Eure et Loir il y a aussi beaucoup de chevaux délaissés."" Outre les places en refuge en dépannage d'urgence, une solution est l'adoption et l'accueil ""à domicile en famille"" d'un ou deux  animaux de plus chez soi.  La présidente en personne a donné l'exemple car elle a recueilli chez elle 25 chats et un poney, en sus de ses chiens.

    Quand les refuges de la SPA  ou sites affiliés essaient d'intervenir et si les conditions d'accueil sont trop mauvaises (cages étroites, manque de
    personnel, absence de sorties, insuffisance de câlins...) les chats, par exemple, déracinés et abandonnés ""s'y laissent mourir malgré la tendresse et  les soins des bénévoles."" 
    Youpi ! Ces chats là ont le droit d'en finir. Alors que les gosses placés, eux, sont forcés de survivre et de se voir être démolis. Pire qu'un  Alzheimer ! C'est triste ! C'est plus qu'inconvenant ! Quand on pense que tout cela se passe dans un pays qui aurait  conservé ses racines chrétiennes ! Qui se vante tous ces jours à propos du Tibet  de donner des leçons à propos des droits de l'Homme ! De quoi  se gondoler de rire si le sujet n'était pas si grave !

    *** L'émission "30 millions d'amis" a pignon sur rue pour parler de nos amis les animaux. Quand Envoyé Spécial diffuse une heure d'enquête sur les  enfants "placés" certain 7 juin 2006 à 20H50 (voir  billet du 7 juin 2006 sur ce blog), c'est pour prendre en retour une volée de bois vert, des insultes et des menaces pour avoir diffusé une réalité filmée, y compris - il le fallait bien ! - avec une caméra cachée. la réalité .

    *** Au sein de 30 millions d'amis  je découvre, en  me réjouissant pour les animaux bénéficiaires de cet hôtel restaurant particulier aux nombreuses étoiles,  que Mme ROCARD, l'épouse de notre politique, a recueilli aux fil des années de multiples animaux errants. Que de confort moral et physique!  Que de tendresse ! Et en surprime l'action constante d'un Michel ROCARD qui adhère à l'action de son épouse pour faire passer toutes les dispositions en faveur des animaux au niveau du Parlement Européen.  Pour les enfants "placés" aucun lieu de ce genre !
    Du côté des maison de tendresse de Yannick NOAH, l'association sollicitée m'avait indiquée une liste d'attente qui s'allongeait !
    Quant aux orphelins apprentis d'Auteuil dont je connais un lieu autrement ouvert sur la vie normale que ces affreux foyers de l'ASE, là encore il faut l 'accord et la bénédiction du juge pour penser à un transfert en un tel lieu !
    Et puis encore faudrait-il que le ou les enfants concernés soient tenus au courant. Or, ils sont emmurés dans l'absence totale d'information alliée au brouet infect du mensonge.

    *** L'école des chats a vu le jour, elle, pour s'intéresser spécifiquement aux chats abandonnés et errants.

    *** Des mesures sont prises pour lutter contre la maltraitance subie par les animaux. Qui peut aller jusqu'à abandonner chez soi en l'enfermant le temps des vacances un animal ... qui finit par mourir, sans aliment, sans eau, et qui  a pu être découvert dans l'état que l'on imagine; le maître a été condamné.  Ce cas extrême est loin d'être unique.  
    Mais on ne dit rien à ceux qui détruisent les enfants placés ! Ces enfants arrachés sans vergogne à une  famille aimante, à l'inverse de tous ces chiens et chats sans pied à terre ! sans famille, eux ! Obligatoirement bons "à placer" !

    ** * En phamacie on trouve des drogues pour remédier aux vagues à l'âme des chiens ou des chats. Les enfants "placés", eux, sont interdits de vague à l'âme. Les enfants "placés", dans le meilleur des cas, se voient offert d'arrogantes visites médiatisées  sous surveillance , comme s'ils étaient pire que des délinquants ! 

    *** Il y a des animaux protégés qui bénéficient de la Convention de Washington. Un bébé python aux magnifiques yeux bleus a été ainsi l'objet de la recherche intense puis des bons soins des pompiers car il avait été perdu par son propriétaire, s'étant échappé. Mes amis savent combien je déteste mes ghettos, les classements en petites cases... tous ces trucs qui détruisent les normaux atypiques. Masi à ce jour je déplore que les NAT connus comme tels - ainsi était avant son enfermement et est toujours le cas  de Marc - n'aient même pas la chance d'être classés enfants à protéger donc de bénéficier d'une procédure interdisant le placement. 


    En conclusion les jeunes: il manque aux gamins"placés" une BB pour les défendre, pour les protéger, pour arriver à faire cesser ces "placements". Car le défenseur des enfants ne remplit pas sa mission. Dans le cas de Marc elle s'est réfugiée derrière un Appel qui n'a fait que confirmer  les bêtises atroces du départ ! et elle n'a répondu à mon courrier - énorme privilège , pensez ! - que parce qu'un élu, ami commun, Conseiller Régional d'Ile de France, soutenait en personne ma démarche. En général, le défenseur ne répond pas ! La valetaille citoyenne est sans intérêt ! Quant au Maire de Paris, précédemment toujours Maire de la capitale et en charge des ces enfants "placés" il a délégué pour répondre à mon courrier sa responsable ASE, traitement de choix grâce à un ami commun.  Mais je n'ai jamais vu revenir vers moi les courriers et album photos destinés à  soutenir le moral de  Marc et à stimuler, entre autres choses, le potentiel intellectuel de ce NAT (="précoce").. Ces envois, détournés par l'ASE/Justice, sont à ce jour toujours recelés  j'ignore où ! Voilà ce dont moi et plein d'autres sommes témoins au pays des Droits de l'Homme qui s'est remué avec ardeur à propos des enfants lointains ciblés par l'Arche de Zoé et qui s'agite et crie si fort à propos des Farc et du  Tibet !

    Les jeunes: ces jeunes "placés" sont comme vous ! Ce pourrait  être vous ! Alors soyez vigilants ! Et que vos parents aussi soient vigilants !
    Pour ces gosses mal traités par ceux qui prétendent les protéger  il faut faire savoir ce qui se passe. Et aussi  "Faut pas baisser les bras
    ! "

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr 

  • Père violeur

    Date: Tue, 25 Mar 2008 17:59:47 +0100 (CET)

    From: Patou Mass <patoulatour@yahoo.fr>

    Subject: Soutenons Natacha

    To: francoiseboisseau@wanadoo.fr

    Affaire NATACHA
    Une maman s'est vue retirer ses trois enfants car elle a dénoncé l'impensable , l'insoutenable:

    Le viol et les attouchements sur deux d'entre eux de la part de son ex-mari et de sa compagne.

    Natacha a déposé plainte à plusieurs reprises , toutes classées sans suite.

    Pourtant des psys et le médecin de famille en attestent sur des certificats ,ces personnes attendent toujours d'être entendues par la justice, rien, rien n'est fait .

    Les auditions des enfants ont été filmées , comme il se doit, au commissariat de Niort comme le veut la loi, les cassettes de ces auditions ont été égarées, elles sont introuvables.

    Un des 3 enfants (6 ans) a fait des dessins ou il se met en scène avec un adulte sur lui, les sexes en érection, le dessin de cet enfant a été mis sous scellées. Ce dessin a été également égaré par la justice.

    Natacha les protégeant a refusé de les confier à son ex mari.
    Celui-ci a déposé plainte pour non présentation d'enfants. Sa plainte à lui a été reçue.

    Natacha est traitée de manipulatrice; pourtant elle n'avait rencontré aucun expert confirmant cela. L'expertise faite, Natacha est saine.

    Depuis quelques mois les enfants de Natacha sont placés en famille d'accueil.

    Natacha ne les voit qu'un week-end par mois et 4 heures un seul mercredi.

    Le père ,quant à lui, a des droits de visites plus étendus!

    Aujourd'hui Natacha est passée devant le tribunal correctionnel pour la plainte de non présentation d'enfants déposée par son ex-mari.

    Elle est condamnée à 2 mois de prison ferme.

    L'avocat de Natacha a demandé les pièces du dossier , LE DOSSIER EST VIDE malgré les plaintes aux procureurs, malgré les courriers envoyés au sommet de la France, il n'y a rien.

    Natacha veut le retour de ses enfants à son domicile.

    Cette maman ne refuse pas que le père les voit, elle veut juste que les visites soient sécurisées et ce, depuis le début. Jamais elle ne s'est opposée à cela.

    Nous, l'association les Enfants de l'Orchidée, ainsi que Respect des Familles et France Enfance Maltraitance 83 (Bruno ROTA) avons le dossier en mains, un dossier complet et ne pouvons aller contre le fait que ce placement est ABUSIF.

    Nous nous battrons, médiatiserons, ferons tout pour qu'enfin cessent ces dérapages sociaux et judiciaires. Natacha en fait partie, ses enfants et toute sa famille.

    QUE JUSTICE SOIT FAITE

    Une pétition sera mise en ligne et nous vous demandons de bien vouloir la faire circuler, pour eux, pour ces enfants déchirés, cette maman effondrée, juste pour eux.


    En vous remerciant, Patricia et Christelle.

    Lien vers le blog :
     
    http://vousavezditjustice.skyrock.com
     
    lien vers la petition :
     
    http://www.mesopinions.com/Placement-abusif---Affaire-Natacha-petition-petitions-42b6ceb008e212dc55063fa68d5e6e21.html
     
     
    Dispatchez  à vos contact, cette affaire est honteuse.
     
    merci
     
    Patricia

    Je diffuse ce SOS de Patricia Latour que je connais bien et qui n'avance que ce qui est exact.

    Soutenez s'il vous plaît les 3 enfants concernés.

    Ce cas n'est pas isolé, j'en sais d'autres. 

    contact:francoiseboisseau@wanadoo.fr

     

  • Fugueurs ? Non ! Bannis ? Oui !

    Impossible de ne pas réagir en voyant des stupidités pareilles !

    Fugueurs ? Non ! Non ! et Non !

    Le Parisien du vendredi 28 mars 2008 en fait un titre majeur à la une et imprime les pages 2 et et 3 à ce propos.

    Une fois de plus: comment ose-t-on parler ainsi ? Sans savoir pour de vrai ce qui se passe ? En stationnant à la surface des choses au lieu d'y aller voir ?  En tapant une fois de plus, férocement, sur ces moins de 18 ans qui n'ont que le droit de se taire.
    Réduits à cette extrémité, que reste-t-il à faire ?
    La même chose que lorsque l'on est à bout quand on est adulte: se révolter ! 

    Transformer une fois de plus des jeunes en  boucs émissaires est bien facile pour satisfaire les instincts les plus sordides inavoués de trop d'adultes devenus responsables ou "chefs".

    Je cite tel que ce qui est imprimé en Clés en page 2 :
    *  44 699 fugues d'adolescents ont été signalées  la police en 2007. Il y en avait 37 612 en 2004.
    * 27 553 (61,6%) sont des fugues d'adolescents placés dans des foyers ou des familles d'accueil.

    * 17 146 (38,4%) sont des fugues du domicile parental.
    * La moyenne d'âge des fugueurs est de 15-16 ans.
    * Les deux tiers des signalements concernent des filles, un tiers des garçons.
    * 30% des fugues durent plus d'un mois.
    * Un tiers des ados qui font une tentative de suicide ont déjà fugué avant.
    Sources: statistiques de l'Office central pour la répression des violences faites aux personnes (ministère de l'Intérieur) et statistiques internes au dispositif SOS Enfants disparus.

    Le chiffre de 61,6%  saute aux  yeux en ligne 2  de ces clés.
    Il y a lieu d'observer que c'est là près des 2/3 des "marqués" fugueurs. La France plaçant à tour de bras, à tort et sans raison, les placés - qui veulent sortir de la contention serrée dans laquelle on les tient sans discernemernt du côté des adultes"en prison" morale - n'ont pas d'autre  manière de se faire entendre pour sortir de ce piège légal que de fuguer.

    Lignez 5 : les filles sont plus réceptives ou plus réactives face à l'injustice de la justice/ASE; les garçons fuient les histoires, si barbantes ! ils n'ont pas forcément tort sur le fond ! mais ce faisant, ils s'enlisent, se laissent manipuler  et sont écrasés. Bien plus que les filles. Ceci est valable, placement ou pas, et la vie des petits garçons n'est pas systématiqueent si facile quoiqu'on en dise.

    La ligne 4  brandit une moyenne d'âge, avec le commentaire attendu, à savoir:"de plus en plus jeune". Sur  quelle planète tous les prétendants à la responsabilité de  ces jeunes sont-ils en exil ? A l'exception du maintiern d'un Père Noël fictif qui plaît avant tout aux adultes , tout est plus ou moins mis en oeuvre pour que les jeunes deviennent avant tout autonomes. C'est la grande affaire de l'époque cette autonomie à géométrie variable où il est plus important avant 10 ns de tenir propre un cahier que de savoir préparer et cuire un vrai poisson ou encore une omelette savoureuse aux pommes de terre et fines herbes...Cette autonomie est devenue l'obsession des enseignants, des services sociaux, de multiples  intervenants... alors l'on est bien plus tolérant et coulant du côté des adultes quant à cette fameuse autonomie mythique très  différente selon les lieux et les personnes. On jacasse beaucoup à propos d'une autonomie pour laquelle il n'existe aucun  consensus ! Evidemment ! Il y a cependant, deci delà, quelques adultes clairvoyants et observateurs - dont des enseignants, si, si, j'en connais des super ! -pour tolérer que le "grandissement" des jeunes se fasse à vitesse variable et selon des paramètres très différents. Ce qui me navre est que ce qui est toléré pour la croissance physique ne le soit pas pour le reste, d'où une espèce de dictature qui va broyer un  certain nombre de jeunes.

    Au lieu de stigmatiser ce qui est souvent à tort appelé fugues, il serait plus approprié d'écouter pour de vrai celles et ceux qui sont amenés à fuguer pour tenter d'être écouté(e)s.

    On est très loin de cette position du côté des adultes ! Dommage !  

    Ces adultes qui ne savent pas entendre pourraient être éclairés dans leur rôle par des pairs de ces jeunes qualifiés de "fugueurs". Un pair peut expliquer parfois plus simplement la réalité vécu par l'intéressé.

    Question à vous les moins de 18 ans : y êtes-vous prêts ?

    Question à vous les plus de 18 ans : êtes-vous prêts à vous faire assister de jeunes pairs ?  

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr