Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ecole - Page 4

  • NAT Chamboule tout ?

    Chamboule de QI ? En pratique évantail de QI !

    * Delaubier,de l'Education Nationale, dans un rapport du 28 mars 2002 indique que le seuil où se détectent les NAT (=Normaux ATypiques) ou "précoces" se déclenche lorsqu'un QI (=Quotient Intellectuel) atteint le niveau de 130 - il est bon de temps en temps de disposer d'un repère chiffré - ce qui concerne 2,3% de la population tout venant. Etre NAT démarre à la conception et dure tout le temps de la vie.

    * Or, du côté scolaire, on estime qu'il conviendrait de prendre en compte les NAT à partir d'un QI de 125 points , soit 5% des personnes donc 1 élève sur 20 au moins par classe.

    * Toujours selon Delaubier, 1/3 des NAT ne posent pas de problème, alors que les 2/3 autres sont décalés par rapport au cadre Education Nationale et se trouvent plus ou moins voués à l'échec scolaire. Pour ces 2/3 là, le rapport Delaubier attribue cet échec - non pas à la réponse inadaptée du système éducatif - mais au fait que ces "précoces" là souffriraient de manques et de carences graves. Point de vue qui me paraît excessif et même carrément injuste, faisant comme d'habitude de ces jeunes des inadaptés, a priori. Je ne suis pas d'accord. Par ailleurs il faut savoir que nombre de NAT ou "précoces" ne sont pas identifiés par les enseignants... ou les autres. 

    * Autre mot dont on habille les NAT: la dyssynchronie, cette bouteille à l'encre sans fond ! C'est Terrassier qui a pointé et défini cela, autrement dit le décalage existant entre la part "précoces" des NAT et leur part non NAT. J'ai toujours été gênée quelque part par cela. En  gros il est dit que ces gosses là, si délurés sur le plan de l'intellect, retombent dans un ordinaire attristant pour tout le reste. On fait pire car cet ordinaire est présenté de telle sorte que l'on perçoit ces NAT comme encore plus bas que les Normaux Typiques dans le hors cérébral. Au final, bien descendus dans l'échelle de leur évaluation, ils sont transformés en immatures, en sous-développés dans ce contexte de fadaises dont on les accable et à quoi ils ne comprennent rien. Car ils sont un, avant tout. Et leur mode de fonctionnement reste le mêmen, qu'il s'agisse de leur part intellect ou de leur part affective. En fait c'est plutôt les spectateurs hors course de ces NAT, tous ces non "précoces" qui sont "dyssynchronisés" par rapport aux NAT ! Oui, j'ose dire le fond de ma pensée, de ma perception et du douloureux infligé par tous les non NAT aux NAT !

    * Evolution du QI: Le QI lui-même peut évoluer en plus élevé si les conditions de vie du NAT sont bonnes, surtout avec un test fait assez jeune.                                                                                                                                                                                                   A l'inverse si on casse ce que la génétique a offert gratis, un QI haut de gamme peut s'effondrer donnant en prime au jeune concerné une souffrance sensible extrême; on obtient là un retour très négatif à partir d'un "investissement génétique spontané" promettreur.

    * Si on se cale sur un QI à 125 on a 3 millions de surdoués sur 60 millions de français. 1 chance sur 20 d'être un NAT ou 1 chance sur 20 de vivre près d'un NAT.                                                                                                                                                                              Si on se cale sur un QI à 130, on passe à 1,2 millions de surdoués sur 60 millions de français, en gros 1 français sur 50. A 145 on est à 1%, soit 600.000 surdoué, ou 1 français sur 100. A 160 de QI on est à 1 français pour 100.000, soit 600 personnes au total pour la France; autrement dit, grosso modo, 6 malheureux par département égarés au milieu de 60 millions personnes en fait 600 immergés  dans les t  59.999.400 autres personnes.

    * Pour tous les au-delà de 130, ce qui m'interpelle n'est pas tant un QI quantitatif mais tout ce qui existe en bruit de fond au plan qualitatif avec une possible - mais pas obligatoire- souffrance liée aucouple richesse/fragilité, fragilité engendrée par une hyper-perceptivité, hyper sensibilité , etc.... Hyper tout ! Sur ce fond hyper, un QI un peu plus élevé que la moyenne est présent. Mais ce QI ne change rien à l'essentiel qui est un fonctionnement cérébral radicalement différent des NAT (=Normaux ATypiques) par rapport au mode de fonctionnement des NT (=Normaux Typiques).

    * Là-desuus très bonne suite à tous les NAT, connus ou inconnus de moi, avec ouverture à 360° des sensibilité perceptives et pilotage automatique de la boîte à QI.

    Message à tous les jeunes. Au contraire de ce que beaucoup peuvent penser, être NAT n'est pas un avantage. Vous n'imaginez pas vous, les NT, le nombre de NAT qui souhaiteraient se sentir comme les autres, être perçus comme les autres, vivre enfin comme les autres je veux dire la grosse masse des plus de 90% ! Cela n'a rien d'une blague ! C'est la vérité des NAT, leur vérité. 

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • Xavier DARCOS

    Il l'a fait ! Le Ministre de l'Education donne les moyens de remettre en selle - ou simlement mettre - les écoliers à la traîne.

    Retour à des bases sans lesquelles l'accès au reste est compromis.

    J'avais été un peu "rassurée" - façon de dire - par le sort des jeunes français à l'occasion dun déplacement en Angleterre fin 2007. La presse anglaise titrait là-bas aussi un déclin du côté de l'apprendre.

    Pour la rentrée de septembre 2008 en primaire il y a du très clair. Reprenant le dit de Montaigne qui voulait "Un esprit sain dans un Corps sain" (=Mens sana in corpore sano)? Xavier DARCOS annonce la Révolution culturelle de l'essentiel, concept auquel on ne peut qu'adhérer. Sibnt  ainsi annoncés et décidés: 

    - la fin  de l'école le samedi matin avec 24 heures par semaine de cours au lieu des 26 actuelles

    - le passage du sport à 4 heures en primaire au lieu de 2

    - l'accent mis sur les bases en Français de vocabulaire, d'orthographe et de grammaire

    - la priorité du calcul au niveau des Mathématiques

    Du côté des apprentissages les enfants du Cours Préparatoire (CP) débuteront une initiation à l'histoire de l'art à l'école puis, à partir du CE2 l'Histoire sera présente et en lien avec l'Histoire de l'Art. La Géographie ne sera pas ignorée. Et toujours en CE2 accès à l'Education citoyenne et au Développement durable, sans oublier l'accès à la morale civique et à la connaissance des symboles de la République Française (drapeau, hymne national...) let aux symboles de l'Europe.

    Avec cela les CM1 et plus encore les CM2 auront entre les mains les outils nécessaires pour progresser ensuite au mieux.

    Ce plus court, plus clair, plus simple devrait aider les plus à la traîne pour des raisons diverses.

    J'ai noté au passage la non prise de position comme ministre  entre la méthode syllabique et la méthode globale: l'essentiel est l'acquisition de la lecture. Un peu à la façon de Michel de MONTAIGNE - toujours lui pour qui j'ai de tout temps éprouvé une certaine tendresse - quand il déclarait au plan de la communication entre humains: "Et que le gascon y aille si le francois (=français) n'y peut aller."

    Courage les jeunes !

    Et à titre de repères d'il y une centaine d'années, voilà le contenu du cahier de classe d'un jeune garçon élève de la laïque, autremeit dit l'école de la République,  dans une bourgade importante de Vendée.

    Lundi 8 février 1904:

    . Maxime: Il faut manger pour vivre et non vivre poumanger.(en rouge)

    . Morale: la sobriété ( 3 lignes à la plume et à l'encre violette).

    . Arithmétique: les fractions (un problème avec à gauche une colonne opérations et à droite une colonne solution; des réductions en fractions).

    . Lecture: "Tour de France" chap.64; suivi de la réflexion suivante: "L'activité et l'économie sont les premières qualités de tout travailleur." Mots expliqués: étalage, patron.

    . Droit usuel: Les différentes servitudes.

    . Dictée: Superstitions relatives à l'agriculture (auteur: Aimé Rambaud). Suivie de Questions sur la dictée: qu'appelle-t-ton superstitions ? Citer des superstitions qui existent encore de nos jours ?Montrer pourquoi elles sont absurdes ? Expliquer pour quelles raisons les superstitions sont plus nombreuses dans certaines régions de la France que dans d'autres ? Pourquoi, en général, les superstitions tendent-elles à disparaître ?

    . Grammaire: adjectifs possessifs; exercice oral.

    . Histoire: La Renaissance.

    .Sciences Physiques: Le thermomètre.

    Mardi 9 février 1904:

    . Maxime: "Fais ce que dois, advienne que pourra"

    etc...

    Un cahier entier de ce même écolier, gaucher (!), né le 16 septembre 1890, âgé de 13 ans, et à qui son parrain, Aimé ROUILLON, directeur de cette école communale de garçons ne passait rien a été remis photocopié à celui qui comme inspecteur général a des responsabilités au sein de l'Education Nationale. J'ai nommé René MACRON, quelqu'un de concret, de positif, d'estimable, qui connaît bien la question scolaire notamment sur le secteur de Sarcelles.  

     

    A côté de cet horizon intéressant, il y des interrogations pour les plus grands. Ainsi, hier, Monsieur le Ministre, j'ai recueilli la question d'un jeune mineur en 1ère année de CAP, apte à poursuivre en septembre 2008 en 2 ème année. Ce n'est pas un souci pour lui. Ce que lui et ses copains trouvent plutôt curieux voire injuste pour eux c'est la suppression "sèche" cette année des Brevets Professionnels avec instauration des Bacs Professionnels en 3 ans. Ce qui en l'état actuel des informations laisse ce garçon et ses condisciples décontenancés. Ces jeunes ne sont pas des rejetés ou laissés sur le bord du chemin comme s'ils étaient des rebuts issus de l'échec scolaire, au contraire. Ils aiment leur métier actuel et futur, je tiens à le souligner ! Ces presque majeurs, bientôt électeurs, sont des persones normales comme vous, Monsieur le Ministre avec vos comptéences et votre humanité ou moi créateur de ce blog avec une carrière médicale sans histoire. Pour être précis ces jeunes se posent la question suivante: devront-ils, s'ils souhaitent par la suite un Bac Professionnel refaire 3 ans de scolarité pour cela ? ou bien avez-vous prévu - sans que cela soit encore su des chefs d'établissements - des passerelles ou une ou des maniè-res d'accéder du CAP à un Bac Pro. ou encore du CAP à un Brevet Professionnel maintenu quelque temps pour ces jeunes en désir de progression ? Des jeunes qui n'ont pas peur de se lever tôt pour reprendre en gros la phrase de Nicolas SARKOZY, Président de la République ? Des jeunes parmi lequels - c'est forcé - se rencontrent des NAT (="précoces") qui vous étonneraient sans doute par les résultats positifs et non prévus apportés par eux-mêmes au niveau de leur métier par un juste emploi de leurs qualités de NAT.   

    Pouvez-vous, s'il vous plaît, répondre Monsieur le Ministre à la préoccupation légitime de ces jeunes actuellement en CAP et désireux de progresser plus ? Et par avance un grand merci pour une chose qui ne vous aura pas échappée, j'en suis sûre.

    Au besoin, les jeunes concernés pourront toujours soulever la question auprès de leurs députés respectifs dont c'est le travail de relayer de telles préoccupations légitimes qui concernent tous les jeunes en CAP au plan national.

    conctact: francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • Mégane,Julie,9ans,de Paris

    Depuis que je connais Mégane, je l'ai toujours vue tout sourire. Elle vient d'avoir 9 ans. Les joues rondes, les yeux pétillants de malice, c'est une amie de Julie née, elle, en avril.

    Toutes 2 sont des bouts-en-train permanents. Un peu trop pour les maîtresses. Bof! On ne peut pas être parfait pour tout !

    Ces 2 communicantes ont quelques soucis.

    L'une a un frère de 14 ans abusivement placé en foyer A.S.E.(=Aide Sociale à l'Enfance)depuis le 21 juin 2006. Pour ce goûteur de musique, quelle ironie !

    L'autre, en mars 2007, en fin de période d'hiver, a vu son oncle subitement entré en ménage surgir un matin...pour la faire déguerpir avec soeur et parents. Avec la loi.

    Du jour au lendemain Mégane a dû dire "adieu" au lieu de son enfance, à cet appartement du grand-père maternel où elle vivait sereine depuis sa naissance.

    Du jour au lendemain. Mais c'est la brutalité de la méthode de l'oncle qui a choqué le plus Mégane. 1ère étape avec départ du 20 ème arrondissement.

    2ème étape , rue Riquet, 19 ème. Accueillie là momentanément chez une cousine , la famille enchaîne avec un incendie effrayant dans leur immeuble, avec les honneurs de la télévision.

    3ème étape. En bouquet final, c'est le décès brutal du grand-père maternel.

    4ème étape. Après mille et une démarches dans l'indifférence pesante des interlocuteurs sollicités, déboutés du logement social car ces parents là ont un emploi, Mégane et sa famille réinstallent un vrai chez eux rue Riquet.

    Mégane a toujours son sourire coquin, mutin, déluré. Elle avale son 1h30 de trajet aller et retour par jour pour rejoindre la classe de CM 1 de son école;idem pour sa soeur au collège dans le 20 ème. Mégane est dans la même classe que Julie depuis la maternelle et va terminer son cursus primaire dans cette école salésienne à l'écoute des jeunes selon l'esprit de Don Bosco.

    Julie, au sourire plus posé mais très agissante, "tchatche" avec ardeur dans l'école, au dehors et même parfois la nuit en dormant. Cette vaillante sait aussi se taire et attend les 18 ans libérateurs pour tracer sa route et revoir certains proches au lieu d'être interdite de famille injustement.

    Ces 2 jeunes personnes ont en commun une qualité majeure: rebondir ! Pour cela, elles profitent "un max" de chaque bon moment ce qui leur permet, en toute circonstance pénible, de rebondir pour faire face.

    La classe verte, dans les Alpes, leur a offert des découvertes multiples, des échanges différents dans un milieu inhabituel et une boum (très important ! ), etc....

    Ces demoiselles remarqueraient l'unique brindille d'herbe verte qui pousse - têtue et acharnée - dans l'angle obscur et bétonné d'une cour de prison. C'est dire !

    Toutes deux en connivence depuis la maternelle: trotinnette lancée à fond au risque de décoller (presque !), pain  partagé, anniversaires débridés...

    Toutes deux fonçant dans la vie. Sans crainte. Sans peur.

    Des jeunes, joyeuses et audacieuses, qui croquent chaque minute à belles dents.

    Une telle "pêche" ça fait du bien à tout l'entourage.

    Bon vent les filles ! Gardez le cap ! Je suis sans souci pour vous.

    Qui connaît Don Bosco ? lequel a toujours su voir le positif de chaque jeune ?

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr